Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2023

Quelques remarques à propos de la célébration d'un "phénomène" pianistique : Hélène de Montgeroult

Cela fait plusieurs années que je suis tombé sur l'histoire de cette pianiste aristocrate qui constitue le "source" pré romantique de la technique de piano moderne en usage puisqu'il est désormais établi sans discussion possible que sa méthode a voyagé à travers l'Europe et que des virtuoses comme Chopin en particulier furent bien des purs produit indirect de cette chef de l'école française de piano.

Ce qui m'étonne c'est que je n'ai pas publié de note lors de cette découverte qui m'a occupé un moment. Elle remonterait à 3 ans si je me réfère à la datation d'un fichier que j'ai conservé.

La célébration du génie de la femme dont il est question daterait du 250ème anniversaire de sa naissance qui a donné lieu au Conservatoire de Paris à un hommage dont il reste une assez longue vidéo que je n'avais pas remarquée à l'époque quoiqu'elle soit passée sur Youtube voici environ 7 ans.

Une vidéo assez frustrante sur certains points de facture instrumentale notamment

Par exemple on nous y présente un piano forte de Erard à 7 pédales en décrivant les jeux correspondants. J'en ai découvert plusieurs dont j'ignorais l'existence. La description donnée par l'intervenant est limite incompréhensible sauf pour l'una corda et le jeu de luth.

Un ou deux gros plans inexpressifs et aucune démonstration sonore de chacune de ces options : un comble !

On voit sur la scène divers exemples de piano forte d'époque et de nationalité différentes mais rien de précis et de palpable sur leur caractéristique propre. Même si; bien sûr, c'était pas le sujet principal, ça en faisait partie indirectement.

Mais bon ce que l'on entend de la musique composée par Hélène de Montgeroult vaut le déplacement. Notamment dans les extraits style master class...

Les association d'idées tortueuses sont parfois sources de découvertes ou de redécouvertes

C'est toujours évidemment par le jeu des associations d'idées, parfois assez "tortueuses" que l'on fait des découvertes ou que l'on revient sur des sujet de recherches anciens.

Dans le cas présent cela s'est passé ainsi : je tiens un fil d'infos privé sur Telegram (1) où je me suis fait épauler pas des co-administrateurs qui me déchargent d'une partie de la collecte et l'un d'eux relaient régulièrement les vidéos de Christian Combaz alias Campagnol TV. Dans la dernière, ce disciple d'un certain Jacques Balthazart, commence son exposé par une théorie assez parfaitement aberrante sur la "biologie de l'homosexualité" qui viderait l'Afrique d'une bonne partie des ses mâles les moins machos en créant un déséquilibre nocif pour les femmes. Sauf que j'ai évidemment explosé de rire (jaune) en ouïssant cette CONNERIE magistrale... Vous m'accorderez que la thèse ne tient pas la route : je crains que les mecs qui débarquent en masse à Lampedusa ne soient pas des "tendres" surtout quand il s'agit d'islamistes. Bref ce dont il est question n'a rien, strictement rien à voir avec l'endocrinologie. Cela relève exclusivement du domaine "psy" et Freud malheureusement n'a raconté, lui aussi, que des "conneries" à propos de son foutu complexe d'Oedipe. Ce personnage funeste n'a évidemment jamais entendu parler du tabou des agéides... 

(1) Inutile de réclamer le lien, ça n'a rien à voir avec la musique et je cloisonne mes interventions sous d'autres casquettes. Mes propos musicaux sont déjà assez "indigestes", inutile d'aggraver ma mauvaise réputation.

Ne cherchez pas ! Vous perdrez votre temps, il n'y a pas un mot sur le Net a propos de cette assez sombre histoire. En revanche, et quoi Michel Onfray ne soit pas une référence absolument fiable en tout, vous avez intérêt à lire son livre sur le détraqué viennois...

Je reviens à Campagnol TV Combaz "déconne grave" sur de nombreux sujets (Rennes le Château, la prétendue survivance d'une lignée issue de Louis XVII, son interprétation de affaire Epstein, ses allusions fréquentes aux rumeurs urbaines à propos de notre "Berthe aux grands pieds", savoir une certaine "Brigitte, Jean-Michel" sur laquelle Trump ((et Poutine, bien sûr) auraient un "dossier" et j'en passe...).

J'ai donc demandé à un collaborateur de me résumer la fin de la vidéo : Campagnol bénéficie d'un voyant local qui a du prophétiser que les Russes et les Polonais vont nous sauver la mise et "passer l'aspirateur" en France.

Et là je peux vous garantir que Poutine ne bougera pas le petit doigt. Faut pas rêver l'Europe est une colonie américaine. Si ce sont des kiévins qui ont fait sauter les gazoducs russe c'est avec l'aide des "amères loques" et on est dans la merde jusqu'au cou !

Quand aux "Pollacks" attendez-vous (comme disais encore une certaine Geneviève Tabouis dans les années 50/60) à ce qu'ils se gorgent d'une partie des dépouilles à venir de l'Ukraine. Normal qu'ils soient éventuellement récompensés de leur trahison de l'Europe, une revue émanée du quai d'Orsay à rappelé, voici environ une décennie, que dès le XVIIème siècle, les Polonais ont cherché de l'aide auprès de l'Amérique contre les Russes. Cela explique les missiles braqués sur Moscou aux frontières polonaise de l'Europe.  Enfin si vous connaissez mal son histoire et celle de l'Ukraine tournez vous vers François Asselineau. Ils se prend un peu trop pour un certain général gaulois mais l'histoire il la connaît...

De l'élite Pollack (que j'adore) j'en suis venu à pense aux "chopinades" d'une certain Frédéric. Je ne déteste pas sa musique mais son amourette avec l'hommasse que fut une Georges Sand n'est pas le genre d'histoire qui me fait bander. Je connais bien sûr l'histoire du "prélude à la goutte d'eau" qui date de vacances assez funestes à la chartreuse de Valldemosa dont les toits étaient percés...

Revenons, sans plus tarder, à Hélène de Montgeroult

Et c'est ce que je savais de l'éducation de Chopin en tant que pianiste que j'en suis revenu à Hélène de Mongeroult.

Si tant est que mes cheminements intellectuels peuvent être tordus (??) ils sont très très efficaces. En vérité je fonctionnerai comme une page codée en HTML si je décidais de me lâcher. Si je mettais des liens sur les termes importants, vous pourriez être subitement transporté assez loin et à vos risques et périls...

Donc on revient au cas de cette marquise et je commencerai par une critique de la vidéo. Comme après près tout ce qu'on fait aujourd'hui elle est assez invertébrée. Et on a négligé, quasi systématiquement, de développer les points intéressants à moins qu'il ne subsiste qu'un digest d'un original perdu. Mais non il ne semble pas !

Deux erreurs probables de Jérôme Dorival

La marquise et la marseillaise

Il est l'auteur d'un assez gros livre intitulé La marquise et la marseillaise. Il a été noté quelque part dans un article des cahiers du Conservatoire que ladite marquise aurait sauvé sa tête en séduisant le comité de salut public par une improvisation sur la Marseillaise. Il n'existerait aucune preuve historique de cet épisode tenu pour douteux.

Il est a rapprocher de plusieurs légendes censé témoigner du sauvetage de plusieurs orgues par leur titulaire qui aurait estomaqué les révolutionnaires en les persuadant que leur biniou monumental pourrait soutenir leurs cultes déiste de l'Etre Suprême... Culte purement civil et pratiqué en extérieur. Comme la pornographie dite "outdoor" chez les gays américains...

Les églises ont surtout servi de grenier à foin mais bon les détails de ce culte, dont Voltaire aurait pu s’accommoder car déiste il l'était...) est un sujet à creuser.

Je présume que la légende du sauvetage du G.O. d'Isnard à "Saint Max" est authentique mais elle aurait inspiré des copies douteuses...

A noter en passant : la Marseillaise est un plagiat révolutionnaire de la musique d'une cantate religieuse apparue à St Omer.

La disparition des classes de clavecin en 1798 au Conservatoire

Dorival que l'on voit "pontifier" dans un salon non identifié dans la vidéo date la suppression de 10 professeurs de clavecin en 1798.

Il a sans doute raconté une "connerie" car Olivier Beaumont a fait une recherche historique sérieuse au sujet du sort du clavecin au Conservatoire de Paris, une institution révolutionnaire par excellence, qui a buté sur l'impossibilité de vraiment séparer clavecins et pianos forte...

Tout ce que l'on sait c'est que le terrible mois de mai 1816 adonné lieu au brûlage d'une vingtaine de caisses de clavecin comme bois de chauffage dans les classes. Dix des plus prestigieux ont été vendus au bénéfice de travaux de construction et de couverture du bâtiment quant aux 26 restants sur la série des 56 rassemblés on n'a pas de détail.

Il y a longtemps que j'ai entendu parler de ce fameux acte de vandalisme déjà noté par Wikimerdia : dès le début du siècle, le clavecin est un objet du passé, souvent relégué quand il n'est pas tout simplement détruit. En France, les soixante-et-un clavecins et sept épinettes confisqués aux émigrés et dévolus au Conservatoire de Paris, et dont certains ont servi à la célébration de l'Empire, sont brûlés pour chauffer les salles de classe lors d'un hiver 1816 particulièrement rigoureux, comme le rapporte en 1890 J.B. Weckerlin, bibliothécaire du Conservatoire.

Bref il est à craindre, qu'en temps qu'historien, Jerôme Dorival ne soit pas absolument fiable.

Ainsi quand j'éprouve le sentiment d'un "délit de faciès" (ou de manières) c'est généralement la manifestation d'un intuition bien informée et le signe avant coureur de découvertes fâcheuses sur la personne.

Je n'achèterai le livre de M. Dorival que lorsqu'il se trouvera en solde sur Rakuten...

Je n'ai pas compris où il voulait en venir à propos du fils de la dame et son changement de nom...

Enfin la notice de Wikipedia est très bien documentée et amplement suffisante, si vous disposez d'un budget documentaire restreint.  Je suis enclin a me méfier d'une éventuelle exploitation outrancière du caractère romanesque du curriculum erotico-conjugual assez amplement et naturellement fourni de l'héroïne et franchement, on s'en tape !

Ce qui nous intéresse ce sont sa méthode et ses oeuvres...

La fameuse méthode de piano d'Hélène de Montgeroult

Vous la trouverez sur le site de Gallica et sur IMSLP avec quelques unes de ses compositions. C'est un ami niçois de longue date qui a posté la méthode en la prenant sur Gallica.

Dorival, dans la vidéo, déclare avoir sollicité en vain des éditeurs français de republier ces oeuvres et il aurait essuyé un échec d'où sa décision de s'en charger.

Mon petit doigt me suggère que cela ne s'est pas passé ainsi et je vois qu'il vendrait la méthode en fac simile. Je vous invite, pour ma part, à faire encore des économies et à commencer par IMSLP qui a donné une liste incomplète des oeuvres. Les 2 fugues existantes ne s'y trouvent pas.

Essai de datation de l'adoption du "passage du pouce" en France

J'ai cherché en vain à dater l'arrivée en France du fameux "passage du pouce" totalement inconnu dans la technique ancienne. Comme il n'existe que très peu de doigtés dans les gravures anciennes et qu'on n'en trouve guère que dans l'art de jouer du clavecin de Couperin, je n'ia trouvé d'attestation à cet égard que dans des oeuvres de Marpurg, un directeur de loterie allemande qui a séjourné en France.

Bien évidemment, ce passage du pouce crève les yeux dans la fameuse méthode mais on a le droit de continuer à se poser des questions pour la littérature dédié au seul clavecin car j'ai vu ma principale maîtresse de clavecin monter des gammes et des traits à une allure vertigineuse avec seulement 2 doigts. Je peux vous assurer que ça donne un crépitement assez fulgurant. Sauf que je ne l'ai jamais vu utiliser cette technique en concert. Trop "casse gueule".

A ce propos je me rappelle que ma première et principale maîtresse de clavecin nous faisait commencer par "anônner" au ralenti une série de gestes consistant à tirer chacun des deux doigts en cause, à les relacer ainsi que la mais en déplaçant latéralement cette dernière et ce dans un célèbre prélude tiré des virginalistes anglais.

Quoique je sois parvenu à acquérir un "idiomatisme" assez aisé de cette façon de procéder, je n'ai jamais pu dépasser une allure relativement modérée et la mélodie de ce prélude ne réclame pas de vitesse supersonique. Cela n'a rien à voir, par exemple, avec les "fusées" que l'on rencontre dans certaines oeuvres de clavier et qui réclame une parfaite égalité. C'est justement pour ce type d'écriture qu'on n'a pas de doigtés historiques français.

Une méthode de plus de 700 pages !

Le Hanon ou le "Déliateur" à côté paraît moins stressant car dans cette méthode le développement des formules très diversement chromatisées, par le nombreux ainsi que leur variété produit un effet décourageant, incitant au délit de fuite. J'ai collectionné toutes les anciennes méthodes que j'ai pu glaner, il me faudrait en faire un tour d'horizon et ce que je constate c'est qu'avec les méthodes de piano on tend à être confronté à un véritable travail de forçat et je crains que les méthodes spécifiques de clavecin ne nous ai pas tout dit de la teneur réelle de l'enseignement délivré à l'époque quoiqu'il est vrai qu'une assez large partie de la musique ancienne de clavier est relativement jouable en première lecture à vue.

Sauf qu'elle ne révèle son charme qu'exclusivement avec les doigtés adéquats qui donne l'articulation exacte.

Remarques sur les doigtés français anciens

A ce propos je me suis toujours insurgé contre les collègues qui prétendent que ces doigtés anciens sont remplaçables par des doigtés typiquement modernes.

J'ai eu à ce sujet une polémique avec une ancienne camarade de classe devenue continuisme d'un ensemble baroque local qui m'a soutenu ce genre de "connerie". Or une relation commune qui l'a connue plus intimement que votre serviteur m'a rapporté qu'ils en avaient discuté ensemble et qu'elle lui avait fait l'aveu suivant : je sais que Devie à raison mais vois tu je ne peux pas tout remettre en cause, çà me demanderait un travail trop considérable et je n'ai ni le temps ni le courage d'entreprendre une telle remise en cause de mes acquis de piano !

Scott Ross (auquel je suis censé à avoir ressemblé (de profil) au point de Kenneth Gilbert m'a proposé de servir de figurant si on faisait un film autobiographique sur ce phénomène américano-niçois mais bon quand un soir Scott a donné des pièces de virginalistes en concert au Musée Chéret, je me suis emmerdé comme un rat mort, ça n'avançait pas !

Enfin je n'ai jamais vu beaucoup de clavecinistes ou d'organistes pratiquer selon les doigtages les plus archaïques. C'est moins d'une demi douzaine et Diana Petech qui maîtrisait parfaitement les doigtés italiens les plus spécifiques ayant conservé des enjambements et 2 par dessus 3, ou 3 par dessus 4 en montant (que l'on trouve dans les exemples germaniques les plus anciens) a malheureusement été frappée par une sorte de fibromyalgie complètement invalidante qui a mis fins à sa carrière de claviériste.

Elle ne semble pas avoir laissé de vidéos pédagogiques à cet égard et serait devenu traductrice si ma mémoire est bonne.

Enregistrements des oeuvres de Hélène de Montgerould

Voici plus de 2 heures de ses sonates :

 
Sur un de ces piano forte me font assez souvent l'impression d'être mal accordés. Voltaire trouvait qu'il s'agit d'un "instrument de chaudronnier". C'est évident quand on tape trop sur ce genre d'instrument ce qui horrifiant la Montgeroult.  Mis à part la légèreté de leur mécanisme abordable par un claveciniste, je préfère la facture moderne du piano.
 
Voici pour les études :
Certaines sont relativement abordables cependant elles nécessitent impérativement le piano.
 
Il existe au moins 2 fugues dont une très chiante et sans nul intérêt. La plus belle n'est pas jouable sur l'orgue ou le clavecin, elles nécessitent le piano
 
Voir les sonates dont la sonate dite "clair de lune" de "Bitovent" par mon ex maîtresse de clavecin sur un instrument tardif à jeu de buffle.
 
C'est, dans le genre, un témoignage unique ! L'instrument est une copie d'Hubert Bédard. Je l'ai vu au Régina dans l'appartement somptueux qu'elle a occupé mais les plectres de buffle étaient morts. Il s'agit d'un cuir assez mou qui frottent les cordes d'une façon très particulière. C'est à tort que l'on parle de "cordes pincées" pour le clavecin, fut-ce en plume un plectre frotte la corde et la fait un peu rouler avant de la libérer pour qu'elle vibre.
 
Une kyrielle de pages en hommage qui se répètent dont je n'ai gardé que les incontournables.

Une "succession apostolique" reste à établir

Jérôme Dorival fait quelques allusions à ses élèves dans la vidéo mais je présume qu'il manque dans on livre un travail se voulant exhaustif sur la filiation des stars du piano moderne et particulièrement de l'école française.

A noter que le travail d'Oliver Beaumont ne parle que des professeur de clavecin du conservatoire et bien évidemment l'importance d'Huguette Grémy-Chauliac s'en trouve escamoté en tant qu'élève de Geoffroy-Dechaume qui a puisé son inspiration du côté de l'Angleterre quand aux mystères portant à son époque sur le contenu des "secrets" de la musique ancienne.

Pour ces derniers voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Huguette_Gr%C3%A9my-Chauliac

Parenthèse sur Huguette Gremy-Chaulliac

Je ne suis pas cité parmi ses élèves car je n'ai pas brillé en tant que claviériste, en revanche je me souviens d'avoir mentionné dans cette page ma filiation en tant qu'auteur d'un ouvrage capital et de réputation internationale sur un sujet qui concerne indirectement le clavecin. Mais elle a dépassé les 90 ans et quelqu'un qui maîtrise l'informatique dans la famille semble s'être chargé de sa publicité et l'ajout a disparu ou encore que je me sois trompé de page et que l'ajout concernerait une page en lien avec les "tempéraments inégaux". Mais c'est égal !

Les rédacteurs de la page mettent dans la bouche de Scott un éloge au sujet duquel je suis en droit d'émettre un doute. Je cite :

Parmi les nombreux élèves de cette classe, il convient de citer en premier lieu la figure centrale de Scott Ross (premier prix de clavecin en 1968), qui concédait volontiers l'influence déterminante d'Huguette Grémy-Chauliac sur son jeu : « C'est à elle que je dois ma technique, c'est elle qui m'a appris à jouer, en somme », disait-il. D'autres élèves deviendront des clavecinistes ou organistes professionnels, tels Emmanuel Rousson, Vera Elliott (France), Philipp Sawyer (Grande-Bretagne) ou encore Cristina Orvieto (Italie). 

Je n'ai croisé que quelques fois Scott et on n'a jamais été spécialement amis. C'était un garçon assez aigri. Sa mère s'était suicidée le jour d'un de ses anniversaires. Il aspirait à briller et à l'incitait à user de moquerie envers ceux qui auraient pu détourner un peu de la lumière qui estimait lui être due. Ce n'était pas quelqu'un que je pouvais admirer. Il s'est infligé la mise en boîte des 555 sonates de Scarlatti sans aucune fausse note mais j'ai préféré la performance sur le clavecin du Musée Chagall d'un italien qui en foutait pas mal à côté de sorte que l'interprétation de Scott ne m'a jamais particulièrement car pour commencer je n'aurais pas choisi le type d'instruments qu'il a mis à contribution, j'aurais choisi pour certaines pièces des clavecin de facture espagnole dérivée de l'italienne mais très longs comme en a fabriqué un certain Klinkhamer que j'ai vus et entendu à Amsterdam où il m'avait invité en tant que représentant de sa facture pour ses kits...

Tout le monde sait à Nice que Scott crevait de faim à l'époque où il a obtenu le prix de Bruges (et le lieu du concours n'est pas précisé, ce qui est manifestement intentionnel). Scott vivait de boîtes de cassoulet d'un type plutôt "top budget" et quand il a téléphoné à notre prof, elle ne l'a pas félicité et lui aurait coupé la parole pour lui demandé ce que untel avait obtenu...

Et ce qu'il affirmait volontiers c'est le contraire de ce qui est rapporté à savoir qu'elle aurait du prendre quelques leçons de lui. c'était excessif et il faut préciser qu'il n'a pas bénéficié de la transformation opéré par l'enseignement de Geoffroy Dechaume. Chauliac est sortie de la classe de Robert Veyron-Lacroix.

Je crois bien être le seul à pouvoir porter un jugement objectif sur cette femme. Son enseignement était excessivement analytique ce qui m'a bien convenu. Mais il avait ses limites, je ne lui dois rien de précis pour la connaissance des inégalités et de la variété des doigtés dits anciens. Pour les valeurs inégalisées, j'ai bénéficié d'une fiche venant d'une certain Béatrice Clérici qui ne dispose d'aucune notice sur Wikipedia. J'ai entendu beaucoup de profs dire que c'est généralement la plus petite valeur. C'est faux ! J'ai eu un tableau précis par type de mesure qui est fiable sauf, pour l'oeuvre d'orgue de Louis Couperin et la musique espagnole car souvent, les C qui sont équivalent aux 4/4, doivent être lu comme 2/2. Pour Louis Couperin certaines professent qu'il existe pour certaines pièces 2 options, j'ai un doute. Enfin il m'est arrivé fréquemment de démarrer sur une certaine valeur d'inégalisation et de me trouver rapidement "coincé" en étant oblige de me gratter la tête en quête d'une solution...

On a souvent entendu Chauliac louper carrément ce que "Béatroce" présentait comme des "hémioles" à savoir que dans les 3 temps, en fin de phrase le ralenti est procuré de la façon la plus naturelle en partagent en 3 les 2 dernières mesures.

C'est pour la basse chiffrée que l'enseignement de la dame laissait à désirer. Elle avait été prof d'harmonie ce qui avait déformé son approche et elle paniquait à propos de l'accord de triton (Diabolus in Musica). La basse continue est une pratique empirique et de la théorie de la basse fondamentale selon Rameau on sen tape ! La base c'est la règle de l'octave. Comme en plus on n'a jamais eu l'occasion d'accompagner le moindre flûtiste il fallait s'accrocher, c'était la partie la plus traumatisante du cours...

En fait, comme pour toutes les anciennes classes d'orgue, on avait intérêt à arriver avec un haut niveau de piano. Cela n'a pas été mon cas et çà a été une chance dans une certaine mesure çà j'ai pu m'appliquer à une vision nouvelle qui a complètement changé ma perspective mais j'ai du combler certaines lacunes par moi-même, les gammes et les arpèges ayant toujours été ma "bête noire" et je m'étais beaucoup escrimé sur les notes tenues répétées avant d'apprendre qu'on tend a abandonner cette torture qui ne peut guère procurer que de la raideur.

Découvertes occasionnelles

Cette nouvelle recherche sur l'auteur de la fameuse méthode de plus de 700 pages m'a donné l'occasion de découvrir un article intéressant sur l'histoire du clavecin au sein du Conservatoire de Paris.

Mais à part cet article je n'ai pas trouvé grand chose de palpitant, j''aurais bien des choses à dire au sujet d'un article sur les notes inégales dans la musique française que je trouve frustrant et peu clair. Il est vrai qu'il n'existe pas de traité d'époque précis sur les valeurs inégalisées. Ce qu'on en perçoit tend à nous persuader que les maîtres n'avaient pas d'idées précises à ce sujet et l'auteur en démontre la réalité par l'existence de traductions précises chez Bach par exemple qui connaissait notre pratique. Il y aurait bien des choses à dire que l'auteur a manqué.

En négligeant, par exemple, de préciser que l'on a figuré l'inégalité requise sur les première mesures d'une pièce, ou en l'excluant a contrario en précisant "nottes égales". D'autre part, à une époque tardive ces inégalités ont été écrites et c'est très gênant. Si je me souviens bien Gigault est dans ce cas.

Bref, les gens qui parlent chez nous de ces questions ne m'ont pas l'air d'être très fixés sur le sujet. Même chose pour les doigtés anciens, dans le meilleurs des cas c'est toujours assez limités.

Enfin je ne suis pas sûr que la technique archi articulée que l'on discerne sur certaines séquences de piano forte ait quelque chose à voir avec celle qu'à pu pratiquer Hélène de Montgeroult.

A ce propos je vous convie à scruter cette vidéo d'Arthur Horowitz où l'on découvre qu'il n'articule pas du tout tout en produisant autant d'effet qu'un claviériste articulant comme un malade. Il faut rappeler que l'illustre Jean Sébastien est réputé pour n'avoir pas bougé les doigts. On s'est foutu de Chauliac pour le "tirage des doigts" mais c'est elle qui a raison de sorte que l'auteur de la méthode a du conserver une partie au moins de l'ancienne façon de procéder qui viendrait de Schumann et d'une époque où l'on inventa des engin de torture pour favoriser, croyait-on, l'indépendance de chaque doigt.

Peu de chose à voir avec la technique que j'ai apprise si ce n'est que les doigts restent quasiment en contact avec les touches et pourtant quelle expressivité et sans agressivité dans l'intensité.

Comment Schumann se serait estropié avec l'un des engins de torture listé par Gratia en p. 146 d'un livre paru en 1949

L'ouvrager s'intitule L'etude du piano, comment réaliser un maximum de progrès en faisant un minimum de travail.

Gratia a oublié cet engin de torture les 25 qu'il a listé.

Au centre Pompidou et en 2015, accompagné du pianiste Nicolas Horvath, David Christoffel ont évoqué l’idéologie athlétique qui s'est développée à une certaine époque devant le piano. Malheureusement, ce genre de prestation purement orale laisse rarement des traces.

A 20 ans, Schumann commence à étudier le droit à l’université de Leipzig. Il vient en cours avec des pantalons skinny, des lunettes sans correction et un tatouage « Jean Paul is souag » sous l’oreille. En conflit avec le système universitaire, il délaisse la fac et passe ses après-midis à lire des auteurs romantiques à la terrasse d’un Starbucks, du J.S. Bach dans les oreilles.

Il fait ses débuts de musicien comme DJ dans les soirées vegan de Leipzig et s’impose rapidement sur la scène underground du romantisme allemand. Les Leipzigeois viennent l’écouter au Kaffebaum où il mixe du Bach et du Schubert.

Pour parfaire sa technique de scratch, Schumann prend des cours avec Friedrich Wieck qui lui promet de devenir un virtuose du vinyle. C’est à ce moment-là qu’il invente un système de cordes et de poulies lui permettant de scratcher plus vite, mais il se blesse et se paralyse deux doigts de la main gauche. Des sources plus sérieuses prouvent qu’il s’est estropié en faisant une démonstration de fixie à Mendelsohnn. Schumann doit abandonner sa carrière de DJ, mais il continue à animer les soirées du Kaffebaum en passant des playlists sur son iPhone.

Il rencontre Clara Wieck, fille de Friedrich, jeune virtuose des platines qui fait le buzz sur la toile. Leur passion pour le vintage les rapproche, ils s’échangent force tweet et selfie qui viennent alimenter une passion grandissante, au grand dam du père Friedrich qui n’est pas du tout content.

En 1834, il crée le « Neuer Blog für Musik », un blog dans lequel il désavoue sans ménagement le style mainstream de Rossini et de Meyerbeer. Comme les gens ne s’intéressent à rien d’autre qu’au dernier blockbuster, Schumann invente une ligue de super-héros de la musique (Maître Raro, Eusebius, Florestan, Chopin , Berlioz,…) qui viennent sauver le monde de la médiocrité des philistins. L’idée a du succès et le blog obtient rapidement des followers.

Source : https://desencyclopedie.org/wiki/Robert_Schumann

La tournure blagueuse mise en part, les faits ramenés à leur réalité de l'époque sont véridiques...

Quelques remarques pour clore cet article

Pour les doigtés anciens, il existe une masse documentaire assez exhaustive des pratiques qui ont été en usage mais certains nécessitent des démonstrations vidéos pour savoir comment les mettre en œuvre. Je ne les ai pas tous maîtrisés. Qu'il n'existe pas de vidéos spécialement conçues pour illustrer ce qu'un Geoffroy-Dechaume a redécouvert est navrant. Qu'aucun des clavecinistes et des organistes qui œuvrent dans la musique dite ancienne n'aie eu le souci de mettre l'accent sur un tel sujet montre bien que la plupart recourent à une technique bâtarde. Ils font illusion par leur virtuosité mais il manque souvent un petit grain de sel pour que la satisfaction soit complète. C'est vraiment par hasard que j'ai trouvé des illustrations.

On me reprochera sans doute de déplorer cette lacune et de ne pas l'avoir comblée. La raison est que ne me maîtrise qu'une toute petite partie de cette technique ancienne. J'ai pu constater qu'on trouve mon jeu naturel et qu'on ne perçoit les inégalités que si je mets l'accent dessus par un ralenti approprié. Je n'ai finalement pas grand chose à montrer. Sur le plan de la virtuosité pure mon niveau n'est pas franchement élevé, en revanche dans des pièces relativement simples l'apport au niveau de la qualité de l'articulation produit un effet très palpable.

Quant au passage de la technique inégale du clavecin à celle parfaitement aboutie avec le style musical "visionnaire" de Montgeroult, on manque de repères. Je me souviens d'avoir vu des vidéos dont une montrait la persistance des conseils d'un Couperin sur la tenue devant l'instrument chez un pianiste certes disparu mais tout-à-fait moderne mais j'ai hélas omis de garder des notes à ce propos et je ne sais plus comment j'y suis arrivée mais ce dont je suis certains c'est que la tenue de mains de la pianiste aristocratique dont il est question excluait le genre d'articulation qui se pratique couramment aujourd'hui.

Il est tout-à fait possible de percuter les touches sans que les doigts aient a prendre un élan comme l'a montré Horowitz. En levant démesurément les doigts, on perd beaucoup d'énergie et on prend des risques considérables de taper à côté et je dois dire que les vidéos de ces articulations démesurées me procurent une sorte de malaise, je tiens cela pour une aberration.

Un répertoire dans lequel Huguette Gremy-Chauliac a fait la preuve de sa supériorité c'est dans l'enseignement des subtilités des inventions à deux et trois vois de Bach. Je me rappelle que Kenneth Gilbert avait consacré un concert en la chapelle niçoise de la miséricorde à ce cycle et on était intérieurement morts de rire. On se poussait du coude tellement on trouvait çà nul. Mais bon nous avons tellement souffert que pour ma part je n'ai pas eu envie de recoller à ce genre de devoir. J'ai fait une recherche au sujet des interprétations existantes et j'en suis ressorti consterné.

Ci-dessus l'invention n° 1 à 2 voix par votre serviteur. Le bonne interprétation ressemble à çà en plus "coulant" et en plus joyeux. La reprise de ce répertoire me rappelle une période pleine de tensions, elle me ramène de mauvais souvenirs dont je n'arrive pas à me libérer. Je suis admiratif à l'égard du cantor mais je suis incapable d'écouter cette musique à haute doses et Glenn Gould en a tiré des horreurs, surtout au clavecin.

Mais je me rappelle qu'à l'époque où j'ai eu un job au Musée Chagall j'avais accès au Dowd décoré par le maître et je me livrais à une jeu assez cruel. Je ne faisais pas sauver les visiteurs et il arrivait que des pianistes prennent langue. Alors je les faisais monter sur la scène et les invitait à jouer cette pièce connue de tous les pianistes et même de beaucoup d'enfants. Ensuite je leur donnais ma version en expliquant par exemple que tel passage est un ornement écrit en toutes lettres et surtout qu'(il existe des "bonnes" et des "mauvaises" notes. Ils réalisaient que leur prof n'avait rien compris à la pièce en vivant assez mal la chose. Un seul a pris la chose de manière positive mais je ne sais pas s'il a vraiment eu envie de revoir sa copie... A l'époque j'avais cette pièce bien dans les doigts.

Cela étant il vaut mieux que je laisse une version imparfaite, c'est plus "charitable". Sur le Net je n'ai trouvé qu'une version potable dont le lien se trouve en dessous de cette vidéo. Mais la gamine nippone articule et surtout "tape" un peu trop à mon goût sur les touches mais on s'en quand même qu'on n'est pas loin de l'inégalité qui convient.

A noter que les inégalités à la française sont franchement rythmiques mais chez Bach et hors de l'hexagone c'est surtout une inégalité subtile de toucher seulement. Il s'agit de savoir naviguer entre ces deux "extrêmes".

A propos du "serrement de coeur" éprouvé au contact de la musique de clavier de Bach, je dois dire que je ne fréquentais les églises que pour les concerts d'orgue et quand on m'a demandé de prendre le poste que j'occupe une première fois au milieu des années 90, j'y ai regardé en deux fois d'abord parce que ressent une certaine "toxicité" de la part des monothéismes et du christianisme en particulier. J'ai finalement accepté en faisant le calcul suivant : j'avais là une moyen de cultiver ma motivation a progresser et surtout à vaincre le trac, cette "maladie nosocomiale" que l'on attrape systématiquement en Occident dans les Conservatoires.

Elle peut récidiver, notamment de part ce que dégagent certains curés polonais qui sont généralement assez saturés de la "toxicité" que j'évoque. Il faut évidemment prendre la remarque "cum granos salis" quoiqu'il ne s'agisse pas vraiment d'une blague.

Il fallait évidement s'affranchir du caractère assez calamiteux des offices désormais imposées en langue vernaculaire. Enfin comme j'interviens dans une paroisse riche qui se permet d'avoir deux organistes dont un pour l'accompagnement, les vieux cantiques que j'ai connus dans mon enfance m'ont rappelé des souvenirs d'une sociabilité rappelant les années 50/60 assez positive.

Mais enfin le fait d'avoir un orgue qui convient surtout à la musique française et assez bien à une partie de l'espagnole et pas vraiment à la musique "germanique" (qui est toujours assez "chargée" soit par la complexité de l'écriture soit par l'esthétique plus "hiératique") m'a aidé à me libérer grandement.

Mais promis juré, si tant est qu'il me faille me "réincarner", j'opterai pour le luth, c'est plus facilement transportable.

Précisions occasionnelles et off topic sur le "réincarnationnisme" en vogue avec ses propres "dérives" non moins hors sujet...

Cela étant, Laurent Guyénot, dans ses Lumières nouvelles sur la réincarnation a clairement démontré que les cas que Ian Stevenson a débusqués ne sont que des cas de possession d'enfants par l'esprit de victimes de morts violentes... Par contre la métempsychose existe qui consiste en la réinsertion aléatoire (et partielle) de résidus psychiques laissés par des décédés. Il en va de ce phénomène comme du remploi de vêtements usagers entre frères de genérations successives.

Et puis franchement, je n'ai pas du tout envie de refaire un tour de manège selon une expression forgée par un certain Dr Jean-Pierre Schnetzler qui a déserté un certain colloque où nous avons partagé deux lignes du programme d'une même affiche où j'ai eu a traiter un sujet assez "clivant" celle de la dérive du néo-bouddhisme occidental comme étant un des "Grand Véhicule" de la subversion moderniste.

Mais ceci est une autre histoire toute aussi scabreuse que celle de mon implication dans le monde resté assez marginal des "baroqueux". Une "vie antérieure" en somme qui ne m'a pas rendu plus catholique pour autant. Schnetzler ne m'a pas gardé rancune de cette performance, en revanche le lecteur de sa "com" m'a cherché et m'a trouvé à propos de la réflexion perfide que lui a inspiré ma réponse à une question qui m'a été posée sur l'infaillibilité pontificale revendiquée par Rome mais jamais de la vie par Constantinople.

Un particulier dont le blaze m'évoquait le cri de l'âne s'est pris un Scud supersonique et j'ai gardé assez nette l'image de l'incident ou il a failli claquer d'une apoplexie, je vois encore sa femme se précipiter pour desserrer son col et lui proposer le secours d'un de ses médocs. Peut-être de la trinitrine... Enfin il a survécu un bon moment... Et j'ai eu, pour finir, le feu vert pour  lui régler son compte dans la revue tenue par l'organisateur du colloque. Cet ex prof de littérature et de civilisation grecque de l'Université d'Amiens avait trouvé le moyen d'écrire une "connerie magistrale" à propos de Platon. Je oublié de quoi il s'est agi et j'ai vu récemment que Schnetzler a parlé de moi en bien mais je ne sais plus où ni même à quel propos.

Et bien oui je suis rarement "consensuel" mais c'est mon droit le plus strict et quand je tombe sur des "boulettes" de gens ayant pignon sur rue, je ne leur fais pas de cadeau surtout quand il se sont montré fort incivils surtout quand il s'agit de fonctionnaires payés plus qu'il ne le valent.

Sur l'étrange obligation de la "tolérance"

Enfin mes propos sont toujours sourcés même si je n'ai pas toujours la possibilité d'une fournir la justification. il se peut que je donne parfois l'impression fausse d'être borné voir intolérant le problème étant que certains sujets sont "tabous". De toutes façons être intolérant envers une erreur manifeste pour qui a étudié soigneusement certaines questions est non seulement légitime mais nécessaire. En somme et au nom de cette "tolérance" il faudrait cacher la vérité. Désolé mais le piège est un peu grossier !

Par exemple, j'ai eu l'occasion ce matin d'évoquer à une table, devant un café, ce qu'une revue diplomatique du Quai d'Orsay a révélé au sujet de la Pologne. Et mon interlocutrice, qui a reçu son blason de je ne sais plus quel tsar et revendique un titre de "grande duchesse" (que je crois authentique car sa lignée est détaillée dans Wikipedia) a mis fin abruptement à la conversation sous prétexte qu'elle a un excellent ami parmi les roturiers pollacks.

Il y a d'excellentes personnes partout sous toutes les couleurs existantes mais il n'empêche que la pseudo élite polonaise est traître aux intérêts de l'Europe et ça ne daterait pas d'hier. Le contentieux de la nation qu'ils représentent avec l'ancienne Russie les honnêtes gens n'en ont rien à caguer comme on le dit dans un ancien comté !

Le fonctionnement de beaucoup de contemporains est chose fort étrange sous le rapport de leur très étrange logique...

Soit dit en passant je n'envie pas le blason de cette grande duchesse, celui de ma lignée (d'origine albionique) est dans le Burke et des plus explicites car constitué d'un écu noir chevronné d'hermine et nanti de trois étoiles d'or. Il est clair que je descends d'une lignée de magistrats et de clercs ayant exercé dans le Staffordshire et que si j'en ai hérité, par un canal relevant de la psychogénéalogie d'un sens de l'honneur et du devoir assez exacerbé, cela n'aura guère été qu'une source d'emmerdements assez carabinés. Enfin mon soleil de naissance étroitement conjoint à Sirius étant nanti de l'image d'un agneau couronné d'or, les interprètes d'un astrolabium planum datant de 1488 se sont plantés en y voyant l'annonce d'un orfèvre de ceux qui font beaucoup de fric. Ils ont oublié que l'agneau est chez nous un animal surtout prédestiné à devenir un "bouc émissaire" destinés à payer pour des fautes qu'ils n'ont pas commise.

Alors se sacrifier pour et au bénéfice de "cons" aussi bêtes qu'ils peuvent être méchants, pas question ! Si je suis devenu "orfèvre" en quelque chose, c'est seulement en la capacité pouvoir ciseler une rhétorique offensive et défensive dont l'humour tend à échapper à beaucoup... Et les éclats dorés qu'elle peut jeter ne font qu'aggraver le faux problème initial.

Désolé pour la longueur de l'exposé et ses éventuelles faute de frappe ou d'accord. C'est le fond qui compte...

06/12/2023

Remarques au sujet de quelques manuscrits alpins tardifs de chants sacrés

Balandrin.jpg

Je demeure dans un patelin qui doit une partie de sa célébrité à son "Corrou" apparu en 1986.

Ce fut à l'origine une chorale spécialisée dans un type de polyphonie vocale particulière à la culture sudiste. Originaire des pays froids je n'y ai rien connu de comparable qui soit "traditionnel". Ce groupe fut constitué en majorité d'amateurs avant de se rapidement professionnaliser en collectant moultes récompenses en matière discographique. Il a sa notice sur Wikipédé !

Des exclus du groupe d'origine ont fini par fonder une bande à part : Blandrin.

Voir photo : cliquez sur cette dernière pour accéder à l'enregistrement sur Youtube d'un "agnus" tiré d'un des manuscrit de chant sacré tardif jadis hébergé dans la région, soit à St Etienne de Tinée, soit chez les franciscains de Saorge ou à Menton...

Au sujet du travail effectué sur ces manuscrits, je vous renvoie à ce que j'ai publié récemment à propos d'un certain Michel Foussard qui leur aurait consacré une thèse. Je n''entends pas revenir sur le groupuscule dont a fait partie de particulier qui fut mon voisin d'en face d'une rue pointant vers l’hôpital St Roche en cours de transformation en hôtel de police niçois.

C'est le fameux Corou qui a exploité quelques uns de ses chants sacrés en version locale tardive, repris ensuite par les "Balandrins" dont certains on appris le chant dans le Corou. Ce post n'a pas pour objet de faire la critique du "Corou" mais j'ai toujours été décontenancé par des problèmes d'intonation de la part de ce groupe aujourd'hui réduit, au mieux, à un quatuor.

Un pré-concert de Noël vient d'avoir lieu et si une amie avec qui je fais pas mal de marche ne m'avait pas proposé de la suivre à ce concert, j'en aurais sans doute oublié la date.

Une bonne initiative car je voulais avoir ses impressions en me gardant bien de l'influencer. Nous sommes tombés d'accord sur le fait que ce groupe qui bénéficie d'une audience nationale et même modérément internationale à des problèmes d'intonation. Je ne dirai pas de "fausseté" car si j'analyse il arrive qu'on perde le fil mélodique du fait de ce que je crois relever d'une perte de timbre. Enfin et quoiqu'il en soit je n'ai pas rêvé car mon témoin a éprouvé le même genre d'inconfort indépendamment de toute quesiton de goût purement esthétique.

J'ai noté également, surtout pour les chants sacrés en question une tendance à la sophistication qui ne peut pas provenir des textes originaux et qui émane d'influences manifestement contemporaines.

Ce n'était pas l'objectif mais force est de constater qu'avec Balandrin les chants interprétés sont dans le jus authentique. Je suis désolé si le chef du Corou venait à tomber sur ce post mais j'ai une bonne oreille et une connaissance des styles les plus archaïques. Je signale en passant que j'ai travaillé un peu l'orgue avec Marcel Pérès qui se donne pour un spécialiste du grégorien. Tout est relatif dans ce genre de domaine encore franchement assez archéologique. Bref je ne saurais le considérer comme une référence car il est connu pour avoir beaucoup trop "fumé" et ça a laissé des traces et en tant que conférencier il ne m'a pas scotché.

Là où voulais en venir c'est que j'ai profité de l'occasion pour questionner le chef a propos des manuscrits. Existe-il et qui les détient car j'aimerais savoir à quoi leur musique ressemble...

Il m'a été confirmé que c'est bien Foussard qui a restitué les textes qui a l'origine était sous forme de neumes sauf qu'en ce qui concerne les Ms de St Etienne de Tinée, ce qu'on en connaît venant d'un instituteur de la fin du XVIIIème voir du siècle suivant, je doute qu'il ait su écrire sous cette forme. En fait les manuscrits personne ne les a vu.

Quant à les localiser ma question a donné lieu à une exclamation  signifiant que nul ne sait. Il y a encore une trentaine d'année on savait qui, dans les confréries de pénitents qui en étaient propriétaire qui en avait la garde. Mais comme ces confréries se dépeuplent et tendent à quasiment disparaître et bien ces précieux documents sont égarés dans des mains privées et il n'y aurait rien d'étonnant qu'un jour où l'autre ils apparaissent dans une salle des ventes plus ou moins prestigieuse...

Moralité dans les Alpes entre 06 et 04 ce genre de document patrimoniaux n'a que trop tendance à de voir"privatisés" de maintes manière. Je ne vous rappelle pas le détail de l'histoire des manuscrits d'orgue d'Entrevaux toujours en suspens sauf que j'ai pu joindre une responsable des archives du 04 qui m'a assuré que ma demande d'enquête sera honorée d'une réponse que je n'attends pas avant les "fêtes".

"Fêtes"que je tiens pour assez sinistres vu leur saison et surtout le contexte actuel de plus en plus calamiteux à tous égards...

Mais bon ces manuscrits de chant sacrés ne sont pas ma tasse de thé, je ne suis pas spécialisé, en revanche pour le MS Delmotte et le Clermont, il n'est pas question de lâcher le morceau... Concernant ce dernier, je tiens gracieusement à la disposition de tout demandeur, la restitution par René Delosme des pièces inspirées de Lully. Le MS original ne donne que la basse et le soprane, le remplissage étant laissé à l'initiative de l'exécutant on ne peut pas publier ce travail personnel sans l'autorisation de son auteur. Ce collègue étant injoignable, j'ai laissé le soin à un restituteur canadien de se charger éventuellement de l'opération. Il suffirait du reste de mettre à disposition le scan très soigné que j'ai réalisé de l'édition moderne devenue introuvable.

Ceusses qui sauraient où joindre Delosme sont priés d'éventuellement intercéder pour qu'il consente à une mise à disposition de ce scan sur IMSLP.

08/11/2023

Manuscrits d'Enrevaux : la procédure est engagée

Card image cap

MAJ du 9/11 : les archives départementales du 04 ont accusé réception du mail. Cela change de la Mairie d'Entrevaux qui a bien reçu le sien en son temps comme en ont témoigné des réponses téléphoniques mais qui continue de faire la morte...

==============================

Il faut espérer que la procédure administrative engagée pour obtenir la copie du rapport de Formentelli me mettant en cause est dans sa dernière ligne droite. Ma requête a été enregistrée le 3 novembre et je ne vois pas comment on pourrait s'opposer à la communication réclamée. Tout à présent se passe par "télérecours", l'affaire est simple et j'espère qu'elle aboutira rapidement en début d'année 2024.

Pour les MS d'Entrevaux dont j'ai suscité le retour en 2004 des mais de feu Roger Greaves qui en avait la garde, j'ai engagé les hostilités le 23 octobre par une LR avec AR en direction du Maire concerné en précisant qu'en l'absence de réponse dans un délai raisonnable, je serai contraint d'engager une requête devant le T.A. de Marseille. Auparavant il faudra sans doute requérir un avis de la CADA mais bon je commence à être rodé... Et si j'étais en ville je pourrais ouvrir un cabinet d'écrivain public spécialisé dans ce genre de chicanes...

J'ai demandé par le même courrier au procureur de Digne de mettre son nez dans l'histoire, il m'a répondu également le 3 courant être incompétent et m'a renvoyé vers le Conservateur des archives départementales du 04.

Je suppose que pris entre deux feux le Maire va finir par bouger mais dans le Sud, zone réputée pour ses pratiques "clientélistes" plus ou moins régulières rien n'est jamais gagné...

Mais enfin, ces manuscrits existent et n'ont rien de "fantômes" et il va bien falloir qu'il réapparaissent et je suis le seul musicologue à n'avoir pu approcher ces documents. En effet, je viens d'avoir la preuve qu'un collègue a pu en avoir des photographies. Laurent Beyhurst a consacré une thèse de 578 pages aux arrangements pour claviers des oeuvres théâtrales de Lully où figurent des photographies du MS Clermont.

Je rappelle les faits : début 2005 Greaves est passé par un notaire pour une restitution "sous conditions" des 2 manuscrits. Quelles sont ces conditions ? Mystère et boules de gommes. Tout ce dont je suis certain c'est qu'il existe dans l'étude notariale la plus proche d'Entrevaux un acte dont la teneur est évidemment tenue secrète mais bon la secrétaire, questionnée par mes soins à au téléphone vendu une partie de la mèche.

Bref, il n'y a pas d'autre solution pour rattraper une éventuelle "connerie" que de faire en sorte que les MS rejoigne promptement les archives départementales. Le cas échéant, il faudra payer ou se déplacer pour les photographier mais au moins il seront à la disposition des particuliers et l'on trouvera bien un moyen de diligenter quelqu'un pour obtenir une copie afin de restituer ce qui manque encore.

Notez que si vous connaissez des histoires comparables qui restent à résoudre, je peux vous conseiller, voir agir en vue d'une régularisation.

=======================

Rappelle d'une vieille histoire très caractéristique de la mauvaise gestion des fonds patrimoniaux hexagonaux

Je rappelle certaines affaires fameuses comme la privatisation de certains fac similé d'après des trésors musicologiques de la B.N. par Minkoff qui a gagné une fortune grâce à une complicité soutenue par une alliance avec un conservateur à ce que j'ai ouï dire. On a même évoqué une "alliance matrimoniale" avec la famille, enfin le problème c'est que tout le monde sait qu'il se serait agi d'une entente exclusive et sans contrepartie pour la B.N. tandis que les particuliers ordinaires doivent payer des droit à l'image prohibitifs pour reproduire un document ancien en fac simile.

Le résultat a été des publications excessivement chères vendues à l'international et d'une qualité contestable avec des couvertures en matériau synthétique ayant tendance à se coller les unes contre les autres.Fort heureusement le développement des photocopieuses industrielles et les progrès de la numérisation ont permis de compenser progressivement la "confiscation" évoquée au profit quasiment d'une seule entreprise.

Il y eu au moins deux génies assez "supranationaux" dans ce domaines des fac simile... Tous deux basés à Genève cité capitaliste et surtout calviniste à l'origine, ce qui explique certaines affinités à caractère "bibliques" que l'on retrouve aux USA sous une autre forme à la fois évangélique et sioniste mais ceci est une autre histoire expliquant un "incendie" en cours au moyen Orient...

A noter qu'on trouve beaucoup de choses de Minkoff et en musique sur Scribd, site payant sauf qu'en étant astucieux on peut s'abonner gratis pour 30 jours et se démerder pour ne jamais rien payer. Pendant longtemps ce site américain a capitalisé des scans réalisés souvent au mépris des droits d'auteurs avant d'imposer un abonnement. Et l'on fait des histoires à la Z-library mais pas à ce site... Très utiles dans certains cas de figure...

L'un d'eux est est un Russe de Rostov qui avait atteint une situation prospère dans les assurances. Fuyant bientôt des progroms en 1905, il vient s'établir avec sa famille dans la capitale suisse, après avoir passé par Berlin et Zurich. Ruiné par les emprunts russes en 1914, il doit faire face à un lourd emprunt et vendre son seul bien : sa bibliothèque. Il crée alors une importante librairie de livres d'occasion à Genève avant de se mettre à éditer quantité de fac simile. J'ai nommé les Editions Slatkine lesquelles ne se sont pas contenté d'exploiter des fonds anciens mais ont publié des travaux contemporains.

Mis à part un génie cosmopolite commun se traduisant par un certain sens des affaires la différence de niveau de "moralité" entre ces deux éditeurs est considérable...

Les triste fin des éditions Minkoff

Voir https://www-andreas--schlegel-ch

La fonction traduction de site de Google ayant été sabordée (au moins sur Firefox) j'ai traduit ;

Comment je suis entré en possession des livres En 2009, les Éditions Minkoff SA font faillite. Sylvie Minkoff, qui dirigeait l'entreprise, est décédée le 9 décembre 2010.
 
Le loyer de la librairie Minkoff que j'ai obtenu n'a pas été payé depuis des années. Tous les héritiers de Sylvie Minkoff ayant refusé d'accepter l'héritage, les livres furent laissés au cellier sans perspective de paiement du loyer.
 
Après que le propriétaire de la salle ait tenté en vain de vendre le matériel, il a commencé à réduire en pâte des palettes entières de livres afin de vider la salle et de la louer à quelqu'un d'autre.
 
Durant certaines de ces journées, les personnes intéressées pouvaient acheter des livres à un prix symbolique. C'est ce que j'ai appris après avoir essayé pendant des années de trouver le magasin Minkoff.
 
J'ai pu acheter les 25 palettes restantes contenant 14,6 tonnes de livres (le propriétaire du magasin disposait d'un privilège de dépossession qui lui permettait de les vendre) et les déplacer dans un local à Bâle, où ils sont désormais stockés.
 
Objectif et modalités de vente J'ai obtenu le magasin Minkoff pour éviter sa destruction et pour permettre à ceux qui s'intéressent aux livres Minkoff de les acheter à un prix raisonnable.
 
Comme d’autres clients Minkoff, anciens et nouveaux, j’avais été surpris par l’échec de l’entreprise et j’aurais voulu avoir l’opportunité d’acheter davantage de leurs livres. Cela est à nouveau possible – au moins jusqu'en juin 2015. Si je peux maintenir l'offre plus longtemps, cela dépend du solde d'ici fin 2014.
 
Les prix sont au moins 50 % inférieurs à ceux indiqués précédemment. N'oubliez pas de consulter les conditions générales de vente. Une note aux auteurs Surtout au cours des dernières années d'existence des Éditions Minkoff, certains auteurs n'ont pas reçu de rémunération suffisante pour leur travail, voire parfois même pas du tout. Je ne suis pas l'ayant droit des Éditions Minkoff SA et je n'ai pas leurs archives, mais je souhaite offrir à ces confrères la possibilité d'obtenir des livres à prix réduit pour éviter qu'ils ne se sentent lésés par ma campagne de vente. Veuillez me contacter si vous souhaitez accepter mon offre.
 
L'histoire est assez étrange : cela veut dire qu'en dépit du profit tiré de ces fac simile vendus en masse aux bibliothèque de musicologie des universités américaines notamment qui sont très friandes de ce genre de production les Minkoff se sont avérés incapables de gérer correctement leur trésorerie. Faut le fair

Outre une captation exclusive des fonds musicaux de la BN, il y a eu également une mainmise sur certaines manuscrits de l'Imguinbertine au bénéfice exclusif d'un particulier dont j'ai oublié le nom en ce qui concerne une musique essentiellement vocale, enfin j'ai pu me démerder pour "libérer" aux moins les manuscrits d'orgue du chanoine Archimbaud car une niçoise dont j'ai été l'élève avait pu s'arranger avec Scott Ross pour photocopier pas mal de choses avant la mise en coupe réglée qui a suivi leur passage.

C'est de la "vieille histoire" mais elle mérite d'être rappelée : qu'il s'agisse de prédations de manuscrits musicaux ou celles d'orgues historiques du fond française par des éditeurs étrangers agissant en fraude nos fonctionnaires se sont avérés être des gardiens assez partiaux de nos richesses patrimoniales. Il serait tant que cela change mais sans doute ne faut-il pas trop rêver. La chute a commencé dès la disparition du célèbre général et après Chirac et Dominique de Villepin, pour ce qui concerne la diplomatie du Quai d'Orsay çà a été un gouffre sans fond

Enfin si vous connaissez des manuscrits de claviers n'ayant pas encore été restitués en édition moderne, vous pouvez contacter Pierre Gouin par le site canadien IMSLP, il se fera une joie de les mettre à disposition gratuitement d'un large public international.

La suite au prochain numéro...

30/10/2023

Restauration du G.O. de la cathédrale de Reims : une curieuse "censure"

Reims.jpg

Ayant passé une partie de mon existence à Reims avant d'émigrer vers le Grand Sud, je me suis enquis de ce que devenait cet instrument.

La décision de restaurer le G.O.. de la cathédrale de Reims (que j'ai bien connu car j'ai été l'élève d'Arsène Muzerelle au Conservatoire de la ville des Sacres) a été prise en février 2021.

Depuis lors impossible d'en avoir des nouvelles, un article du journal l'Union daté d'août 2023 (pour qui j'ai travaillé autrefois en tant que photographe pour des publi reportages) nécessite de s'abonner...

Le lien ci-dessus du ministère de la culture génère désormais une erreur...

Je ne suis pas "complotiste" ou plutôt je le suis fort raisonnablement et ne puis m'empêcher de penser ceci : cet orgue est très comparable à celui de Chartres. Chartres a été rénové par le repreneur de l'atelier Gonzalez, alors pourquoi a t-on décidé de quasiment le détruire de fond en comble alors que pour Reims on a pris une décision beaucoup plus sage, à savoir de le relever entièrement en conservant le travail de Gonzalez.

Mystère et boules de gommes... Il existe en France des "micro climats culturels" très très particuliers résultant de l'influence calamiteuse de certains particuliers auprès de hauts fonctionnaires plus ou moins béotiens... La gestion de ce pays tend à battre, et cela dans tous les domaines, des records en matière d'incohérence.

ON l'a vu notamment avec la gestion particulièrement inquisitoire des confinements pour cause de Covid chimérique. C'est en France spécialement, en Italie et en Espagne que l'on a pu constater la marque d'une institution apparue au XIIIème siècle avec la croisade contre les Albigeois.

Sauf qu'en Espagne, une institution comparable à notre Conseil d’État a ordonné le remboursement des "contredanses" perçues indument alors qu'en France le traitement des soignants ayant refusé une vaccination non seulement inefficace mais bien criminelle par ses effets létaux, notamment en matière cardiaque.

A rapprocher de l'éloge que fit un Joseph de Maistre en faveur de la version espingouine de ladite inquisition dans une de ses Soirées de St Pétersbourg.

La liste des "techniciens conseil" s'est étoffée mais seulement en apparence...

Decavele.jpg

Pour des raisons "diplomatiques" ce post sera très court.

Ci-dessus la photo de Jean-Pierre Decavelle qui avait accepté de remplacer son collègue à St Guilhelm sur pression d'un citoyen influent qui voulait absolument que ce orgue soit réharmonisé par le jeune Formentelli. J'ai su par la suite qu'il avait opéré là où j'exerce au grand dam de René Saorgin qui craignait qu'il ne fasse "crachoter" les fonds selon une théorie à base de partiels d'attaque de Barthélémy le père. Je n'ai rien remarqué à cet égard quoique Michelle Bernard m'ait soutenu que le Grinda aurait été "dénaturé" mais en revanche j'ai noté un curieux traitement de la basse de la montre et du prestant qui ne parlent respectivement qu'au premier et second Fa naturel. Anomalies que Michel Colin n'a pas noté dans son rapport qui n'a visé que les malfaçons les plus grossières.

Ce personnage, connu paraît-il pour des manières assez pompeuses qui lui avaient valu le surnom de "M. Louis XIV" ou un truc dans ce genre, s'est avéré assez franchement "toxique"...

J'ignorais qu'il fut Maire d'un village du Tarn. Voir :

https://www.ladepeche.fr/2022/10/11/hommage-a-jean-pierre...

Il y a vraiment un problème avec les "experts" dont la désignation ne repose que sur des notoriétés sujettes à caution. Dans ce domaine il n'est que de ses souvenirs de ces "médecin de plateau TV" qui ont préconisé la prise de corps et l'enfermement de ces gens qui ont refusé de se faire piquer d'une fléchette de Pfizer and Co...

Question : qui parmi ceux qui exercent en tant que "techniciens conseils" a publié des travaux remarquables tenus pour des références? Je n'en connais qu'un seul et il vient d'être maltraité. Voir ci-après...

=========================

Dégoter la liste des "techniciens conseil" en matière d'orgue est une gageure. Voyant que le ministre avait nommé 2 techniciens assez récemment j'ai pu compléter ma vieille liste en questionnant.

Il s'avère que les 2 nouveaux sont d'anciens salariés de celui qui est sans doute le plus ancien de tous.

Tout expert, peut faire appel à un "sapiteur" (sachant) pour l'assister soit qu'il ait trop de travail où qu'il ait besoin d'une assistance dans un domaine particulier.

Mais pour cela on a privé un autre ancien de 4 des régions dont il avait la juridiction et ordre aurait été donné de payer aux nouveaux les vacations déjà amorcée par l'ancien titulaire de ces régions.

Enfin dans ces 2 nouveaux devenus plus ou moins indépendants, l'un d'eux n'aurait pas de n° de Siret mais bon je n'ai pas la possibilité de vérifier.

Si je prends l'ancienne liste 2 techniciens conseils se sont spécialement entichés du génie présumé du jeune Formentelli et comme les 2 nouveaux seraient des clones de leur premier patron, cela porterait à 4 les supporter de mon dénonciateur.

Mais tout cela va forcément changer car avec la publication du contenu du rapport de Michel Colin, on va devoir être un peu plus prudent et se décider à exercer une surveillance plus attentive sur l’exécution des marchés qui seront confié à la "star" qui a fait la bêtise de me mettre en cause aussi bêtement.

Je me rappelle que Michel Formentelli, quand je suis apparu à la tribune du Grinda un dimanche de l'été 2014, a voulu me refouler et quand je me suis présenté a prétendu ne pas connaître l'existence de mon livre sur le "tempérament" qui constitue désormais la "bible" en la matière pour les facteurs restaurateurs...

Il faut être assez con pour agir ainsi et comme il logeait chez un aubergiste exerçant face à mes fenêtres et que j'ai eu un petit contentieux avec ce voisin, il s'est laissé également monter la tête par ce citoyen.

Il nous reste à espérer qu'un peu de sagesse et de modestie lui viendra avec l'âge.

Trois techniciens conseils pour les harmoniums

Parmi ceux-ci Jean-Luc Perrot. Excellente initiative sauf que la vacation qui leur est attribuée ne dépasserait pas 46 € (???). Je suppose que les frais de déplacement ne sont pas compris...

A ce propos un très beau "Denain" voisine avec le Grinda.

A noter que Michel Colin est tombé en arrêt sur le Denain remisé dans une chapelle latérale gauche jouxtant la montée à la tribune du Grinda. J'avais remarqué cet instrument mais sans savoir qu'il ne s'agirait pas d'un article de série. Colin évoque la présence 32 pieds, et des 2 pieds. dans le médium je suppose. Cet instrument est très complexe et parait en bon état mais n'étant pas spécialiste je n'ai pas cherché à approfondir la question. Cet instrument ressemble à celui-ci mais il comporte 23 registres à l'avant et non 20 et aucun tirant à l'arrière du clavier :

collection-debain_Img70.png

Il provient d'un grand oncle du mère, un prêtre qui fut connu comme un "saint homme" et aurait été légué à la commune. Il serait bon effectivement de chercher à le mettre en valeur sauf que les claviéristes capables de la faire seraient moins d'une demi douzaine.

Dans ma paroisse de résidence existe 2 instruments dont un possède un dispositif d'accompagnement par accord qui fonctionne encore et a surtout besoin d'un nettoyage et donc d'une grosse révision. C'est assurément un "monument historique" car ce type d'instrument est assez peu répandu.

Il s'est agi du système Harmoniphrase qui équipe certains harmoniums Dumont-Lelièvre, c'est un système breveté par Dumont. Ce système, mécanique et débrayable, fonctionne en tirant légèrement le clavier vers soi et permet à l'instrument lorsqu'on joue un thème à un seul doigt de réaliser mécaniquement une harmonisation de ce thème. Dans ce système, le clavier devient assez dur, car une seule touche appelle alors plusieurs autres touches pour former les accords. Ces harmoniums étaient proposés en zones rurales, où les personnes qui touchaient l'instrument n'étaient pas nécessairement versées dans la science de l'accompagnement. Évidemment, dans le système Harmoniphrase, l'harmonisation est « note contre note » (Wikipedia)

Voir aussi http://www.harmonium.fr/pages/collection-dumont.html

Il semblerait que des instruments français typiques aient connu une certaine vogue après 1860 dans l'ancien compté niçois...

Voir aussi https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Monuments-Sites/R...

La croisade contre la numérisation en fraude d'orgues français avec cryptage a donné un résultat appréciable !

A noter que je n'engage jamais de combat sans avoir bien pesé les situations. C'est ainsi que l'on peut constater, avec le recul, que je ne m'étais pas trompé en faisant pression sur Sonus Paradisi pour qu'il renonce à suivre Milan Audio dans son projet de cryptage systématique de banques de son d'orgue français constituées en fraude. L'adhésion de cet éditeur à la version V et suivante (conçue pour l'extase des "blaireaux friqués" n'aura pas duré longtemps.

Sonus en est revenu vite a la compatibilité avec la version IV crackée de Hauptwerk qui circule maintenant depuis des années, les version postérieures à la V n'apportant rien de remarquable.

A noter que "Orgues en France" a fini par fixer des conditions à la numérisation de ces orgues.

27/10/2023

Denonciation calomnieuse de Michel Formentelli, la première manche est gagnée !

calomnieuse.jpg

Résumé pour les lecteurs pressés

En août 2019, je découvrais que Michel Formentelli pour se venger d'un article mettant en cause un de ses souteneurs, avait profité d'un bris du tirant du prestant de l'orgue Grinba que je dessers pour m'accuser d'avoir pénétré dans le buffet de l'instrument et y causer des dommages (5396 € H.T.) du fait de d'interventions correctrices inappropriées, ce qui est faux bien sûr.

Il m'aura fallu 4 ans pour obtenir seulement le rapport de visite de Michel Colin daté du 9 juillet 2021 et la facture de réparation de Michel Guinard.

Rapport qui aurait été communiqué à une organiste étrangère à la paroisse mais pas au principal intéressé...

Ce rapport accable le jeune facteur car y sont relevés quantité de malfaçons d'où il résulte, de la part du releveur de 2014, un manque de soins assez stupéfiant.

J'ai enfin reçu ce rapport de la part de la collectivité locale propriétaire, la CADA ayant délivré un avis favorable sur 2 des 3 documents administratifs réclamés.

L'affaire n'est pas terminée puisque le rapport constituant un"dénonciation calomnieuse" (punissable de 5 ans de prison et de 45 000 € d'amende) d'après ce qui ressort d'une lettre recommandée du Maire de la commune d'hébergement manque encore à l'appel.

Sur ce point la CADA a usé d'un biais pour rendre un avis défavorable à sa communication.

Toutefois comme la manœuvre revient à avoir organisé l'impunité d'un délinquant pénal en interprétant de travers un article du Code des relations entre le public et l'administration, elle a peu de chance de tenir la route devant le Tribunal Administratif et/ou une plainte devant le Procureur.

En attendant un éventuel plein succès de ma cause, j'ai annoté et mis à la disposition du public des initiés une version annoté dudit rapport par mes soins que je vous invite à télécharger afin d'en savourer les termes !

Vous pouvez également prendre connaissance de ma seconde requête devant le T.A. de Nice.

Comme quoi çà sert d'avoir fait des études de droit dans les années 70 du précédant siècle (Faculté de Droit et de Sciences économiques de Reims) dont les bâtiments évoquent une fleur de lotus.

Une synchronicité positive !

A l'instant précis où j'entamais la rédaction de ce post, soit le 26 courant en matinée, le facteur se présentait muni d'une lettre recommandée de la Mairie dont dépend le Grinda en cause. Une enveloppe de format A4 annonçant des copies de documents.

Je viens donc de recevoir la copie de la facture de Michel Guinard du 5 juillet 2022 se montant à 1.882.80 € pour la réparation d'un tuyau de trompette affaissé et du tirant de 4 pieds + 1.143,20 pour l'accord d'été soit 3.026.00 €.

Nous sommes bien loin des 5.396 € H.T. que Formentelli fils avait réclamé pour la remise en état de l'instrument suite à des dégâts m'ayant été imputés dans la buffet comme cela ressort d'une lettre du 7 août confirmée le 13 par la collectivité locale propriétaire.

Sans titre-4.jpg

Sans titre-5.jpg

Cliquer pour agrandir.

A noter que la seconde lettre comporte ce qu'on appelle vulgaire un "chantage", en clair : tu rends les clefs au Maire, tu te casses, plus d'orgue le dimanche pour les paroissiens et on te donne copie du rapport !

Sauf que cela relève de mœurs "clientélistes" particulières fort répandues dans le Grand Sud ou tout citoyen arrivant du nord de la Loire a tendance à être assimilé à un "parisien" plus ou moins indésirable.

En effet, le Maire avait interdit aux divers affectataires depuis 2015, date du début de mon second ministère après relevage de l'instrument par Formentelli fils, de me procurer un jeu de clefs de la tribune de sorte qu'il s'agit bien d'une une "ingérence" dans un domaine qui est du ressort exclusif de l'église : j'ai du signer un contrat avec la municipalité pour pouvoir faire mon job (bénévole). Ce n'est qu'en 2020 et donc au bout de 5 ans que le nouvel affectataire a régularisé ma situation en complétant spontanément mon trousseau de "sésames" et en me fournissant la possibilité d'entrer dans l'édifice par la sacristie.

Il ne me reste plus qu'a obtenir copie du rapport de Formentelli comme constituant une dénonciation calomnieuse punissable de 5 ans de prison et de 45 000 € d'amende.

Un rapport de Michel Colin de 18 pages du 9 juillet 2021 qui accable Michel Formentelli !

J'ai décidé de reproduire ce rapport en fac similé et en pdf avec mes annotations (cliquer sur le lien plus haut) car il en ressort que le relevage de 2014 n'a pas bénéficié des soins suffisants de la part de l'intervenant.

On peut même parler de "travail de cochon" notamment pour la partie électrique et le traitement de certains tuyaux.

Et rien dans tout ce qui a été relevé ne m'est imputable.

Ce manque de soins confirme ce que j'avais relevé à propos de Nuits St Georges sur un orgue classé et à Thonon d'après ce que m'en on dit un collègue. En Bourgogne ce dernier a vu des étiquettes posées de travers indiquant des choses plus problématiques dans la profondeur de l'instrument qui a été reçu sans réserve à ce qu'il paraît.

En résumé, Michel Colin s'est borné à relever des nombreuses traces d'un travail bâclé et même fort maladroit. Je savais que ce technicien conseil s'était montré fort mécontent. Une rumeur à ce propos était sortie des couloirs de a Mairie.

Une surprise en passant :  ce rapport aurait été envoyé à la paroisse et à Claudine Grisi (son mari officiant dans une Drac), la collègue qui s'occupe uniquement des concerts d'été.

Bref le desservant, c'est -à-dire le "titulaire" de fait a été oublié bien que ce rapport l'ait innocenté.

Quand à l'affectataire, il n'avait aucune raison de me le cacher puisqu'il avait régularisé ma situation dès 2020, mais l'envoi se serait perdu dans les limbes de la Poste française.

En outre, j'ignorais que Nice serait devenue une ville corse : ce serait la Drac d'Ajaccio qui aurait missionné le technicien conseil.

Etat de la procédure administrative

Devant la CADA

Je rappelle que j'avais engagé un premier recours devant le Tribunal Administratif et celui-ci avait jugé ma demande irrecevable faute d'avoir requis un avis de la CADA (Commission d'Accès aux Document Administratifs), j'ai donc, le 7 juillet fait le nécessaire et ma requête a été traitée le 21 septembre mais je n'ai pu avoir communication des avis que le 13 octobre.

La CADA a refusé la communication du rapport accusatoire de Formentelli datant d'août 2019 pour un motif futile qui revient, ni plus ni moins à avoir, de fait, organisé l'impunité pénale du facteur délinquant.

Enfin à ma grande surprise, le Maire responsable de la collectivité propriétaire de l'instrument a donné suite à ces avis le 25 octobre. Et selon la première version du suivi de la Poste ma requête est arrivée le 25 dans un paquet de documents et l'avis de réception n'a été signé que le 26.

Je ne suis pas un maniaque des théories à base de complot mais cela m'inspire une hypothèse qui a tendu à se confirmer.

La réception des 2 pièces secondaires à le mérite de simplifier les choses et j'ai d'ores et déjà signalé au T.A. que j'allais lui faire parvenir un mémoire rectificatif.

Sur la demande relative à la pièce principale savoir le rapport accusatoire de M.F. devant la Drac

La commission a basé son avis sur l’article L311-6 du Code des relations entre le public et l’administration dont voici la formulation sur Legifrance:

Article L311-6

Ne sont communicables qu'à l'intéressé les documents administratifs :

1° Dont la communication porterait atteinte à la protection de la vie privée, au secret médical et au secret des affaires, lequel comprend le secret des procédés, des informations économiques et financières et des stratégies commerciales ou industrielles et est apprécié en tenant compte, le cas échéant, du fait que la mission de service public de l'administration mentionnée au premier alinéa de l'article L. 300-2 est soumise à la concurrence ;

Portant une appréciation ou un jugement de valeur sur une personne physique, nommément désignée ou facilement identifiable ;

3° Faisant apparaître le comportement d'une personne, dès lors que la divulgation de ce comportement pourrait lui porter préjudice.

Si je traduis en bon français ça donne ceci :

Sont communicables à l'intéressé les documents portant un jugement de valeur (sous entendu sur sa personne) s'il est identifiable en tant que personne visée ou encore tout document dont la divulgation pourrait lui porter préjudice.

Or la CADA a tourné les chose de telle manière que les documents faisant apparaître le comportement d'une personne de manière à ce que leur divulgation pourrait lui porter préjudice devraient doivent être censurés

Or il est clair que du 2 au 3° on parle d'une même personne et non en 3° d'un tiers pouvant être constitué par une seconde personne comme auteur d'un rapport sur la première de sorte que pour ne pas attirer d'ennui à cette seconde personne on devrait la couvrir quand elle se serait livrée à une dénonciation calomnieuse.

Définitions : calomnie et dénonciation calomnieuse

D'après un site spécialisé :

Calomnier c’est imputer à une personne d’avoir commis un fait qui n’a pas été commis ou qui n’existe pas. La dénonciation calomnieuse repose sur un mensonge. En outre, la diffamation peut être adressée à toute personne alors que la dénonciation calomnieuse doit être faite à une personne qui doit pouvoir y donner suit

Selon l’article 226-10 du Code pénal :

« La dénonciation, effectuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d’un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires, administratives ou disciplinaires et que l’on sait totalement ou partiellement inexact, lorsqu’elle est adressée soit à un officier de justice ou de police administrative ou judiciaire, soit à une autorité ayant le pouvoir d’y donner suite ou de saisir l’autorité compétente, soit aux supérieurs hiérarchiques ou à l’employeur de la personne dénoncée, est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 45.000 € d’amende.

Les DRACs sont bien des offices de "police administrative". Elles ont le pouvoir de poursuivre en justice les auteurs de dégradation à des monuments historiques.

Les perspectives de suites judiciaires pénales...

Bref le T.A. se doit de contredire l'avis de la CADA et ne peut en aucun cas entériner la protection d'un délinquant pénal.

Je rappelle que la prescription en la matière est de 6 ans et elle ne sera acquise que le 8 août 2025 de sorte que j'envisage de déposer une plainte auprès du Procureur et ce dernier dispose d'une possibilité d'ordonner une perquisition en Mairie ou dans tout service susceptible de recéler le rapport diffamatoire. Mais j'ai des raisons de penser qu'il ne sera pas nécessaire d'aller jusque là.

Concernant le Maire j'ai demandé à ce que le tribunal constate et reconnaisse l'ingérence mais en précisant que je n'ai pas l'intention d'exercer un contentieux à son encontre car je désire préserver les relations entre la commune et l'église. Il s'agit de demander un rappel des principes d'usage en la matière.

Maintenant pour la partie pénale, il existe des possibilités de transaction : la communication du rapport et une indemnité raisonnable en réparation financière du dommage moral ou la poursuite pénale avec la possibilité de prison avec sursis + une amende modulable.

En tout état de cause la patience et la détermination finissent toujours par payer !

Nul doute la publication du rapport annoté par mes soins va devoir inciter les techniciens conseil à mieux surveiller les chantiers de Messire Formentelli !

J'ai eu au moins 4 témoignages de mécontentement au sujet des prestations de Formentelli, cela étant je n'entends m'occuper que de la défense de mon honneur et de ma réputation.

Bref, Formentelli est vraiment idiot de s'être laissé monter la tête par un organophile bien connu qui avec un collègue lyonnais sont connus pour organiser des caravanes dévotionnelles de fans chaque fois que ce facteur voit inaugurer un des instruments auxquels il a travaillé.

17/08/2023

A Pluvigner la générosité d'une vieille dame a financé un "Mahleur" soit, en réalité un parfait désastre !

Mise à jour du 18/08 10:47

Je n'avais pas remarqué l''inclusion d'un clavecin dans le bazar incohérent de Pluvigner :

Pluvigner - Et l'orgue de Pluvigner alors? - Page 2 Img_2027

Pour le détail de cette histoire abracadabrante RN sur le forum libre linké en fin de post. Il faut parcourir les 3 pages, les photos démontrent le niveau des intervenants. L'instrument a été commencé par tous les bouts probablement sans plans par des amateurs qui ont fui les uns après les autres...

La présente d'un clavicythérium dans une partie latérale non relié au clavier, un bourdon en chamade constituent des idées originales.

Notez aussi la répétition de figure féminines sur les tuyaux et un peu partout dans le biniou, sans doute que le méchante fée ayant inspiré ce cauchemar durant depuis plus d'une décennie tenait à signer son oeuvre.

Je renonce à perdre du temps pour essayer de tirer au clair ce lamentable échec. Mais ne passez pas sans être allé voir toutes les photos existantes sur le forum libre. Un orgue de 3 claviers, ça se construit en atelier avant d'être démonté et remonté dans l'église de destination.

==========================

Le correspondant cité dans le post précédant m'a informé de l'existence d'un phénomène assez rare...

La 7eme merveille du monde, catégorie "orgue", est à Pluvigner  !

Ce joli village breton héberge une horreur à nulle autre pareille.

Tuyaux.jpg

Non, ce sont des tuyaux NEUFS!!!

art.jpg   

Qui peut dire que ce n’est pas de l’art? (pas un décor pour un film de Fellini, mais toujours du matériel «organique» à Pluvigner…)

capitaine.jpg

Le capitaine NEMO aux claviers de sa «création » inachevée et pratiquement muette… Dans le style original, non ne fait pas mieux!
 
J'ai trouvé encore plus évocateur de cette "folie" assez cauchemardesque.

Mahler attirer les "malheurs" et visiblement çà l'a déstabilisé sérieusement.

Pluvigner.jpg

  pluvigner2.jpg

Voici une page de forum avec des réactions et des photos révélatrices :

https://orgue-libre.bbactif.com/t1487-et-l-orgue-de-pluvi...

Un vrai merdier qui sent le mauvais amateurisme... Voici une photo des plus étonnantes :

Pluvigner - Et l'orgue de Pluvigner alors? 35839710

Et encore une :

Pluvigner - Et l'orgue de Pluvigner alors? 39979410

Même pas un jeu complet !

En réalité les articles et les photos datent (on en parle d'abord en 2011 et les dernières mention sur le forum datent du 25 juillet 2022) mais pas trace de la moindre inauguration en grande pompe depuis lors.

A cette date un intervenant faisait observer ceci : Cette triste affaire, comme nous le disons depuis un grand nombre d'années se terminera par une carcasse qu'il ne sera même pas possible de détruire..

Et mon informateur de conclure ainsi :

Ça ne fonctionnera jamais et AUCUN facteur ou technicien en orgue ne voudra toucher à ça, même avec des pincettes, un masque et des gants.

À moins que le toit s’écroule dessus ou qu'un incendie providentiel, toujours possible avec ce fatras, ravage le magnum opus de M. Malheur, il n’y aura jamais d’orgue dans cette église. 

A l'origine un legs de 832 000 € partis en fumée car dès le départ le marché a été truqué par des branquignols dont un organiste d'Auray.

En France, quand les orgues ne brûlent pas on les détruit délibérément...

Pour les incendies de cathédrales et d'orgues en particulier revoir :
 
 
 
Dont je rappelle les images et le titre :

Mega scandale à la sauce hexagonale : après la libération de l'incendiaire de la cathédrale de Nantes, le meurtre d'un prêtre...

nantes-grand-orgue-aneanti.jpg   rwandais-titre.jpg

La destruction du G.O. de la cathédrale de Chartres, un scandale !

Grand-Orgue cathédrale Notre-Dame - Chartres, Eure-et-Loir

La mise au pilon de presque toute la tuyauterie de ce magnifique instrument m'a valu d'un de mes correspondants étranger ces remarques que je me propose de commenter :
 
Apparemment, Philippe Lefévre (ancien titulaire, qui a donné nombre de récitals et enregistré plein de disques sur cet orgue, sans compter le festival annuel et le concours international depuis des décennies…) veut la mort de cet orgue depuis son inauguration en 1971, je crois. Il a fini par avoir sa peau.
 
Cet orgue de Danion est un instrument néo-classique, selon un cahier de charges imposant (67 jeux sur 4 claviers et pédalier), et un budget  serré. Loger toute cette tuyauterie, mécanique, soufflerie, console, etc. dans un espace aussi malcommode que réduit, derrière la façade historique qu’on ne peut toucher… constitue toute une performance dans ces conditions.

Les réactions

Aucun écho dans la presse...

Contrairement à ce qu'on raconte cet orgue était en état de continuer à fonctionner correctement

Ironiquement, le soir du dernier récital sur cet instrument condamné, réunissant 3 des titulaires, dont Lefèvre, l’orgue a sonné comme jamais et sans la moindre défaillance! (Une de mes connaissances était dans l’auditoire et m’a fait rapport.)
 
 
Sans doute qu’on aurait préféré un Cavaillé-Coll, sauf qu’il est mort et qu’il n’y aurait jamais eu assez de place entre le buffet et le mur pour loger son imposante tuyauterie.
 
Conclusion : cet orgue est une horreur irrécupérable parce que néoclassique et que c’est un Danion, na! Il fonctionne très bien, sonne parfaitement et a fait le bonheur de dizaines d’organistes dont les Duruflé et bien d'autres, durant plus de 50 ans, mais qu’à cela ne tienne : à la poubelle! On a tout jeté sauf quelques gros tuyaux de façade. P.L. veut un orgue sur lequel on peut tout jouer mais qui n’est pas, grands dieux, non!, un orgue à tout jouer.
 
Un orgue à tout jouer ça n'existe pas et n'existera jamais, ce qui s'en approchait le plus c'est bien la facture dite "néo-classique" qui a constitué une synthèse entre les orgues colorés de l'Ancien Régime et l'idéal romantique avec son récit expressif
 
Pour le moment, rien n’avance, le buffet du XVe s. n’est pas encore restauré (il tombe en ruines apparemment), et Mulheisen n’a pas encore commencé, trop occupé sur un autre chantier. (Chez Casavant, on peut construire 3 ou 4 orgues simultanément…) Alors pourquoi avoir choisi une petite firme minuscule, qui doit d’ailleurs s’adjoindre les services de deux autres ateliers, pour construire le plus beau joyau de la facture d’orgue française du 21e s.? On promet le chef d’œuvre absolu pour Noël 2025… à voir! et à entendre.
 
A noter ce congrès annuel des facteurs d'orgues en Alsace. J'ai noté qu'une visite de l'atelier Mulheisen est au programme. Mulheisen n'est pas Casavant mais il a été choisi par les Russes pour un orgue à vocation symphonique... Mais à part ça on est en guerre contre Poutine par Otan interposé. La rationalité française est désormais à "géométrie variable"...

Ur orgue indigne d'une cathédrale ?

Selon cette coupure de journal, depuis plus de 50 ans, la cathédrale a souffert d’un orgue indigne d’elle : https://www.chartres.fr/actualites/detail/orgue-digne-cat...
Ce que les faits démentent. Mais on s’en fout. On veut du neuf.

L'orgue de la cathédrale de Bordeaux à dégager lui aussi !

Saint-André, Bordeaux [Micot-Danion-Gonzalez] 1766-1982 _dsc2511

Bon on va pas détruite le buffet mais son contenu poubelle !

L’orgue de la cathédrale de Bordeaux est lui aussi sur le point d’être démoli et jeté aux ordures à son tour… comme à Chartres : https://classicagenda.fr/nouvel-orgue-cathedrale-bordeaux/
 
L'emprunt du Dom Bédos de Ste Croix est mal documentée dans l'article ci-dessus.

Pour plus de précisions voir : Église Sainte-Croix, Bordeaux, France (musiqueorguequebec.ca)

En fait le transfert du Dom Bedos à la cathédrale date de 1812 le retour du Dom Bedos à Sainte Croix a été effectif 1984, le Dom Bedos l'a échappé belle.

Voir aussi : Cathédrale Saint-André, Bordeaux, France (musiqueorguequebec.ca)

L'orgue Gonzalez-Danion date de 1982. En 1988 cette entreprise chaque de nom et d'adresse et s'installe à Lodève.

 
Il semble qu'il existe désormais une sorte de "racisme" en matière les orgues néo-classiques de Danion Gonzalez. Si c'est le cas voilà la liste des orgues misérables appelés à disparaître, elle est longue :
 
Et mon correspondant d'observer ceci :
Bien qu’un orgue dans un église doive d’abord servir au culte, ce n’est plus du tout le cas: le culte n’en a rien à cirer et s’en passe très bien. Au pire, un numérium. 
Donc, on construit à grand frais, à même les poches des contribuables, des instruments de concert qui flattent l’égo surdimensionné d’organistes ambitieux et peu scrupuleux. 
Plutôt que réinstaller l’orgue ailleurs ou réutiliser la tuyauterie, tout sera détruit, comme à Chartres récemment. Seuls un ou 2 jeux ont été sauvés in extrémis de la géhenne des vielles orgues.

Les réactions pour Bordeaux

Voici une discussion éclairante sur le sort du Danion de St-André de Bordeaux : https://orgue-libre.bbactif.com/t532p25-saint-andre-borde...

Un bon résumé de la politique organistique française en cours !

C’est incroyable comme on aime gaspiller dans ces contrées… comme ce type qui veut changer d’automobile parce que le cendrier de la sienne est plein.

Au lendemain de l'incendie de Notre-Dame des techniciens conseil surbookés

Je note qu'au lendemain de l'incendie de Notre-Dame, les DRAC, par pure démagogie se sont mises à classer et à restaurer des petites orgues de peu d'intérêt. Les 5 techniciens conseil (ils sont 7 à présent) étaient surbookés. J'ai su également que des mégas projets (4 ou 5) étaient sur les rails pour des cathédrale. Je n'ai pas posé de question : il semble que voilà au moins 2 de ces mégas projets. Et il est probable que les destruction en cours ont du être conçue en 2018 ou 2019.
 
J'ai été au courant de ce surbookage, en août 2019 après que m'ait été révélé la forfaiture du jeune Formentelli à mon égard. On m'a fait croire que la DRAC allait descendre là où j'exerce en tenue de "Grand Inquisiteur" mais c'était une blague. J'ai su qu'il n'y avait plus d'argent dans les caisses des Drac, deux techniciens conseils faisaient l'avance de leur interventions les plus urgentes. Je pensais que la visite de Michel Colin n’interviendrait qu'après les élections de 2020, en fait il n'est passé qu'en 2022 avant les concerts d'été.
 
Je vous laisse découvrir le coût des deux opérations évoquées... Une paille qui va s'ajouter à la dette catastrophique de la France étant bien précisé que la gabegie des confinements soit disant anti Covid et les entraves à la liberté de prescription des médecins visaient autre chose qu'un projet sanitaire, je vous renvoie au Great Reset concocté par le très satanique Klaus Schwab. A ce propos on ne saurait parler de "conspiration" tellement elle est publique. Voici le "démon de Davos" présentant les nouvelles "table de la loi", celle des milliardaires désireux de réduire le reste de l'humanité à n'être que des vulgaires esclaves. Cliquer sur l'image pour télécharger le livre de 141 pages qui résume le programme. Ce n'est pas moi qui l'ai mis en ligne et on le trouve en plusieurs endroits.
 
 
Notez qu'à propos du nouveau variant Covid Eris, il ne donne qu'un gros rhume. Si vous avez les chocottes vous achetez sur le Net un inhalateur à piles dans le genre de celui-ci. Vous vous procurez de l'argent colloidal ionique (obtenu par voie électrique, il est transparent comme de la flotte) et nous faites 10 minutes d'inhalation/jour et aucun virus ni bactérie ne pourra s'installer dans vos "éponges". Aux U.S.A. et bien que les "amères loques" ait vassalisé l'Europe en faisant sauter les gazoducs russes, un organisme officiel vient de reconnaître les vertus de l'Ivermectine.
 
Bref, il faut arrêter les conneries cille le disait notre "Sainte Brigitte" nationale quand son mari s'est plus ou moins épris d'un certain Alexandre Benalla, car les conneries elles sont toujours mortelles à divers égards.

16/08/2023

Sur la restauration avortée du Valoncini de St Barthélemy de Nice

L'article de Foussard évoqué précédemment est le seul document à contenir une photo de cet orgue de Valoncini pour souligner la parenté extérieure avec celui des Pénitents bleus. Et vous ne trouverez pas sur le Net une seul cliché de cet instrument, et en cherchant à savoir ce qu'était devenu cet instrument j'ai trouvé ceci :

barthelemy.jpg

Rappel d'un projet de restauration avortée datant d'environ une trentaine d'années

Oui, il a existé un projet incarné par un groupe de musiciens locaux qui a donné plusieurs concerts en vue de financer la restauration, mais on n'a jamais rien vue venir. Ce groupe avait fait de la paroisse sa salle de répétition jusqu'à ce qu'un nouveau curé en débarrasse de plancher. Je présume qu'après avoir payé les musiciens, l'entreprise s'est avérée déficitaire.

Je voulais évoquer l'aventure que fut ma participation à la production de ce disque en tant qu'accordeur de deux clavecins mais un bogue insistant m'a fait perdre à trois reprises mon texte. Je mets ça sur le compte de mon "ange gardien" qui souhaite que ne ne m'attire pas d'ennuis.

https://covers-ng4.hosting-media.net/jpgr175/u5410939723621.jpg

Il y a deux aspects dans ce que je voulais évoquer, les conditions déplorables de l'enregistrement (insonorisation calamiteuse du lieu de prise de sons, impréparation des musiciens de sorte que le chef allemand a failli tout plaquer) mais il y a autre chose.

Là où a été mis en boîte cet opéra (très prisés des Jésuites du temps de l'adolescence d'un Voltaire (qui ont bandé également pour une mise en scène des amours biblique de David et Jonathan) est apparue une entreprise pédagogique très "vintage" fermé en 2002 et peu de temps avant son ouverture était paru dans Nice-Matin un fait divers sanglant : un prêtre que l'on a décrit comme très lié avec le milieu des manécanteries s'est fait suriner par un adolescent, on l'a retrouvé alité et baignant dans son sang. Il est paru deux ou trois articles et rideau !

Un fait divers "prédictif" en une certaine manière de sorte que je n'ai donc pas été surpris quant à ce qui m'a été rapporté au sujet de dérives internes au sein de cette expérience pédagogique, une entreprise assez franchement singulière dans notre société laïque puisqu'il s'est agi de ressusciter le type même de foyer d'enseignement musical comme il en a existé dans et autour des cathédrales avant notre sacro sainte révolution jacobine. En ce qui concerne les dérives, rien de généralisé, des histoires comme il y a en a eu pas mal dans les internats religieux mais à un moment donné, des employés, notamment des "pions" ont mis les voile. Cela étant si la fermeture a eu lieu au bout d'une quinzaine d'année c'est probablement pour des raisons n'ayant rien à voir avec ce que j'évoque.

Pour ce qui concerne les vedettes du Knabenchor quasi immortalisées dans le CD, elles étaient suivies à la trace dans deux ou trois pédophiles fortunés et la femme du chef a eu fort à faire pour tenir ces mécènes et potentiels prédateurs à distance respectable. Je précise que ça s'est borné à l'offerte de rafraîchissement et de glaces autour d'une piscine. Les "pédophiles" sont vraiment des gens débiles en infantiles. Qui se ressemblent tendent à s'assembler... Bien évidemment, la cour dont ont été l'objet les jeunes stars a suscité des tensions entre elles qui se sont ajoutées aux autres conditions plus ou moins précaires.

A noter que le producteur qui m'avait requis à la demande de la continuiste s'est fait serrer par les "bleus" quelques temps plus tard pour s'être trop intéressé au jeune fils de la secrétaire d'une assos organisatrice de concerts de chorales d'enfants.

Bref, tout le monde savait que l'ancien Maire, apparenté F.N. et à particule, préférait les garçons, rien là que d'assez banal et çà a du créer une sorte de "magnétisme local". Par quel cheminements administratifs s'est créé un pôle pédagogique accès sur le chant, je l'ignore et n'ait pas voulu le savoir. Le fait divers sanglant évoqué m'a paru de mauvais augure et si on m'avait proposé là un poste comme on l'a fait à des gens de ma connaissance assez peu "pros", j'aurais refusé, le genre d'ambiance confinée de ce type d'établissement n'est pas ma tasse de thé. Et j'ai deux souvenirs mitigés de la ville concernée pour des raisons au demeurant bien différente. Cela étant je découvre que ce type d'expérience pédagogique n'a pas été unique : le laïcisme républicain tend à susciter des entreprises assez paradoxales. Bon enfin certains diront que c'est dans les vieux pots que l'on fait la meilleure soupe, si j'en crois Copains d'Avant la chose a engendré pas mal de nostalgie. J'y vois des noms qui me rappellent quelque chose...

Cela étant, j'ai été fort bien payé pour cette fameuse mission et hébergé dans un hôtel très potable mais que de tensions, ce n'est pas un de mes meilleurs souvenirs professionnels. Je me rappelle que le chef des musicos locaux n'a pas du tout apprécié que mon nom figure sur le disque en tant que manager des clavecins. Pour lui, je n'ai jamais été qu'un vulgaire "domestique"... Mais bon c'était normal, dans le défilé des génériques de films, le moindre balayeur de studio de cinéma à droit aux honneurs de ce genre de défilement et le continuo reste la "base" du genre d'édifice dont on parle... Enfant, branlant au départ, il a tout de même tenu le choc ! C'est l'essentiel !

Bon mon "ange gardien" qui parfois prend le contrôle de ma souris à mon insu de plein gré pour lui faire faire des choses semble avoir approuvé la présence version très soft d'une des aventures qu'ils m'a été donné de vivre en bordure de la Côte d'Usure...

Cela dit le CD en question fut une réussite mais à quel prix ? Je dois cependant avouer que Mozart ne m'a jamais passionné qu'il s'agisse de sa musique ou du personnage. Un certain Jean Bua qui a fait partie de l'ensemble mis à contribution parlai, à son sujet, de merde en dentelles. Disons que le style "galant" ne m'a jamais inspiré...

les lettres de Mozart, limite scato porno à Nanette, sa soeur et autres correspondantes, n'en n'ont pas fait, à mes yeux, un personnage très passionnant. Sans être "coincé", la vulgarité n'est pas une chose qui m'excite...

Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Mozart_et_la_scatologie

Enfin la vogue, non à l'époque mais de nos jours, de ce genre de mythos frivole comme texte mis en musique dénote pas mal d'hypocrisie cependant que l'inculture ambiante semble procurer une sorte d'innocence au public se passionnant pour ce genre d'exercice lyrique que l'on donnait jadis à des "gosses de riches" élevés dans les écoles chrétiennes les plus en vue.

Bref le contraste entre l'atmosphère libertine de la fin de l'Ancien régime  et certaines "hantises" de notre époque est une chose très étrange et le moins que l'on puisse dire c'est que ni l'une ni l'autre de époques ne saurait servir de modèle...

Post-scriptum : souvenirs, souvenirs ! Il vient de me revenir soudainement qu'un des directeurs de cet fameuse école évolquée plus haut se serait défenestré. C'est une des mes anciennes "maîtresses de clavecin" qui l'aurait découvert en arrivant un matin pour son job.

Dans ce "Grand Sud" où j'ai émigré j'en ai vu et entendu de toutes les couleurs... Ma vie en tant que "témoin" est un "roman" mais il n'est guère vendable...

Histoire de la paroisse Saint Barthélémy

Voici l'histoire de la paroisse http://www.bonpasteur-nice.fr/community/saint-barthelemy

Rien ou presque sur l'orgue et vu la qualité du site hébergeant l'annonce ci-dessus, je présume que l'on parlera encore de ce projet de restauration dans 20 ou même 50 ans si tant est que le présent monde de fous dure encore jusque là...

Saint Barthélemy victime d'un mauvais sort

Il en va des orgues comme des personnes, un "mauvais sort" semble s'acharner sur certains de ces objets. Pour St Barthelemy, je ne sais pas à quoi çà tient...

"Un pénitent bleu facteur d'orgues… Federico Valoncini" par Michel Foussard

Penitents bleus.jpg

Je vais essayer, dans un prochain article, d'établir une bio et surtout bibliographie des travaux de Michel Foussard. Si même ce personnage typique d'une certaine "nicéité" a eu des côtés prêtant à sourire, je pense sincèrement que la moindre des choses serait de rassembler et d'éditer ces textes sur le Net et en particulier la thèse qui l'an lancé sur des manuscrit de plain chant religieux conservés dans la région et son arrière pays.

L'article est paru en 2013 on peut consulter l'article sur Nice Historique en cliquant sur ce Lien. Je donnerai en fin de post ma restitution car sur "Nice Historique", il faut sauvegarder page par page les images correspondantes et les réunir. Je trouve que c'est contre productif surtout pour des articles appartenant à des numéros épuisés de très longue date.

L'article est copieux et comporte des digressions qui sont censées en constituer le "charme", enfin pas pour tout le monde, c'est là le but. Mes articles comportent des intertitres et sont conçues pour que l'on s'en serve comme d'une carte de restaurant. Je conseille de le dérouler et d'aller directement aux paragraphes susceptible de vous émoustiller. mes articles ne sont pas conçus pour des gens trop pressés. Que le Diable emporte ces derniers...

Sur Michel Graniou le photographe auteur du cliché ci-dessus...

La photo ci-dessus est due à Michel Graniou, un artiste qui travaille depuis au moins 20 ans pour les services locaux du patrimoine. En tant qu'ancien photographe spécialisé dans l'architecture, je dois commencer par lui rendre hommage. Je me suis intéressé à d'anciens mode de tirage comme le "tirage au charbon" mais j'ai bêtement ignoré le système de tirage au (....) palladium. Je ne connais "palladium" qu'en tant que remède homéopathique et les matières médicales courantes passent complètement à côté du "génie" de ce remède. Le Dr Didier Grandgeorges l'a relativement bien cerné en évoquant la brillance de l'esprit caractéristique de ce métal avec son côté "désincarné" mais il est bien loin d'avoir tout dit à son propos, c'est du reste impossible sans risquer de sérieux malentendus... Je pense à ce remède car il a été évoqué par un correspondant brésilien qui a dans la case destin de son thème chinois un astre très particulier, Porte géante... Il existe à mes yeux un lien mais ceci est une autre histoire...

Voir https://www.galerie-photo.com/michel-graniou.html

Ce post sera surtout l'occasion de rendre justice à son auteur qui fut jadis mon voisin d'en face dans une rue portant le nom d'un Maire niçois actif entre et . Mon nom se trouve encore sur la sonnette mais je doute que la postérité me rende justice un jour par une plaque signalant mon passage en l'immeuble comme on l'a fait pour Nietzsche non loin du port. Du reste, je n'y tiens absolument pas du tout mon travail de critique du monde moderne et de lanceur d'alerte s'adressant à une catégorie très particulières d'initiés ne relevant point d'un "pôle" officiel. On m'a du reste accusé d'user des méthodes insinuantes des fameux "supérieurs inconnus" mais c'est une blague venant de purs mythomanes...

L'orgue de Contes : le rôle de votre serviteur quant à sa restauration

J'ai atterri dans le secteur de ce village au lieudit Rémaurian comme gardien de l'ancienne villa que l'on m'a désignée comme ayant été la maison de campagne du premier préfet niçois. C'est encore a vérifier... Par la route et à pied, il faut des heures pour descendre à Contes mais il existe un chemin forestier mettant le village à 30/45 minutes... J'ai donc visité l'orgue en 1979, il était à bout de souffle. Le curé de l'époque m'a expliqué qu'un confère avait tenté de le faire revivre et on avait remplacé la grosse caisse d'origine par une version moderne marquée Nice Jazz band.

En 2003, quand j'ai atterri au dessus du village hébergeant une des oeuvre de Valoncini, j'ai relancé un projet de restauration qui avait été initié par Béatrice Clérici qui vivait alors à Drap. Les réunions ayant lieu le soir, ne pouvant conduire la nuit il est probable que l'on en serait encore au même point si je n'avais pas donné toutes les indications au Maire, un communiste qui serait récemment passé au "mélanchonisme" et qui serait milliardaire au point de posséder quelque part un château... J'ai entendu çà de plusieurs sources.

Au moins trois réunions ont eu lieu. Ce Maire voulait classer l'instrument. Je l'en ait dissuadé, je savais que la commission parisienne marchaient à l'époque sur ce que l'on appelle des "queues de crédit" remontant aux années précédentes. C'eut été inutile, ce Maire m'a proposé d'être le "maître d'oeuvre", j'ai du lui expliquer que légalement ce n'était pas possible et que de toutes façon ne connaissant que sommairement la facture italienne il fallait prendre un technicien conseil. C'est ainsi que j'ai proposé Michel Colin quant au facteur, celui qui avait restauré Sospel n'étant pas désireux de s'occuper du biniou, il s'est trouvé qu'il a échu à l'atelier Vegezzi-Bossi. Si ma mémoire est bonne la filiation de cet atelier remonte indirectement un plusieurs siècles en arrière. Pour ma part, j'avais été assez impressionné par la qualité de la restauration de l'instrument de Saint-Etienne de Tinée notamment par la tenue impressionnante des soufflets à l'arrêt du vent.

Il a fallu environ 7 ans pour que les travaux aboutissent et quand j'ai voulu essayer l'instrument, je me suis heurté à un barrage organisé par une ancienne élève de clavecin d'Huguette-Grémy Chaulliac qui s'est domicilié dans ce secteur paillonesque. Cette femme fut une camarade du fameux Scott Ross qui s'est distingué en étant un des premiers de sa génération à attraper le Sida. Ayant invité son camarade à déjeuner, elle aurait raconté à qui voulait l'entendre qu'elle aurait ostensiblement désinfecté les couverts après son départ en les flambant. Dans la mesure où je ressemblais de profil à Scott au point que son éminent professeur de clavecin au Conservatoire de Paris m'avait déclaré que si on avait besoin d'un figurant pour faire le film de sa vie, je serais l'acteur tout trouvé, il n'est pas étonnant que cette collègue m'ait couchée dans sa liste noire. J'y suis du reste en bonne compagnie puisque Gilbert Bezzina en a fait partie...

J'ai pu jouer une fois l'instrument en passant par le presbytère mais ça a suscité des réactions bizarres dont j'ai oublié le détail. Le barrage persiste mais cela tient à d'autres causes : l'église qui héberge le Valoncini ne serait plus utilisée ou très rarement. Cela étant, n'étant pas vraiment fana d'orgue italien, je n'ai pas éprouvé le besoin de faire de cette mise à l'écart une maladie. Cela n'en valait pas la peine !

Il a été question d'ouvrir un cours d'orgue local confié à Sylvano Rodi mais j'ai été le seul à postuler, justement parce ce que j'ai à apprendre pour la musique italienne étant beaucoup plus à l'aide sans le répertoire français... En résumé, mis à part 2 ou 3 concerts à l'année la restauration de cet instrument aura coûté fort cher pour finalement pas grand chose.

La découverte d'un prospectus de Valoncini lors du démontage de l'instrument

Grâce à ce prospectus, Foussard, a déclaré avoir pu constituer une liste quasi exhaustive des oeuvres de Valoncini tout en éclairant l'habileté de sa pratique commerciale. Valoncini s'en trouve réhabilité car il fut l'objet de critiques que l'auteur a jugée diffamatoire.

Je lui en laisse la responsabilité et je n'ai pas d'avis à ce sujet pour l'excellente raison que la facture italienne ne m'a jamais vraiment passionné. J'ai joué les orgues de Tende, de Saorge, voici des décennies et j'ai découvert celui de la Brigue l'année dernière. Le village m'a beaucoup plu et je m'y verrai bien vivre mais c'est loin de tout, il ne faut pas y tomber gravement malade ou être victime d'un accident, d'une manière générale il faut partout un hélicoptère pour les cas graves mais il lui faut tout de même beaucoup plus de chemin à parcourir qu'il ne lui en faut depuis le pays des Paillons... Ce que j'ai remarqué à propos de la Brigue c'est une acoustique brouille le discours. Mon jeu est clair et articulé mais çà ne l'a pas sous la tribune d'après mon hôtesse...

Valoncini un "pénitent bleu" ?

D'après le titre choisi par Michel Foussard, ce facteur d'orgue aurait appartenu à la confrèrie à laquelle il a fourni un instrument? Mais j'ai eu beau lire et relire son d'article, il n'a apporté aucune justification à cette thèse.

La chose peut s'expliquer par le fait que d'après ce dont je me souviens, il aurait fait des études genre séminaire et aurait envisagé de suivre une voie ecclésiastique. Ce personnage assez "taiseux" avait tout d'un jésuite. Et contre toute attente, il a subitement bifurqué pour opter à la voie commune d'un père de famille et a bien réussi à cet égard.

Je présume que l'attribution d'une voie "pénitentielle" au bénéfice de Valoncini relève d'une sorte de nostalgie à propos de sa première vocation.

Sur l'attribution de la présentation du Ms Delmotte à Michel Foussard

J'ai des raisons de penser que bien que l'appareillage critique de la publication d'extraits en fac simile du Ms Delmotte est bien de Michel Foussard à cause d'un détail curieux qui m'a sauté au pif...

J'appartenais à l'époque à intelligentzia musicale locale en tant que pilier secondaire de la "société de musique ancienne" version 2 post Bezzina (on en est à la version 3 que j'appelle "providentielle"), j'ai été assez proche de Michelle Bernard et je ne vois pas qui a pu rédiger cet appareil critique hormis Foussard !

Ses recherches sur un "garçon organiste"...

La publication porte le titre suivant UN LIVRE D'ORGUE D'ENTREVAUX, manuscrit ayant appartenu à Felix Delmotte garçon organiste (sic) à l'abbaye d'Eaucourt.

L'expression "garçon organiste" l'a frappé qui figure quelque part dans le manuscrit car en page 9 il écrivait ceci : Troisièmement, enfin, il faudrait savoir si ce terme de "garçon organiste" dont s'affuble Félix à l'égard de ses employeur à l'abbaye d'Eaucourt, n'impliquait pas une notion de célibat.

D'où une enquête pour déterminer si ce Félix a pris femme. Son frère oui, il a même eu des enfants.

Par "célibat", il sous-entendait un célibat ecclésiastique et çà l'a incité a cherche si Félix et Hubert auraient figuré dans les rôles relevant d'un noviciat ou d'une profession de foi.

Il n'y a pas si longtemps, on parlait encore des "garçons de ferme" pour désigner simplement un jeune domestique. Dans l'histoire d'Honoré Grinda telle qu'elle a été révélée par Mgr Denis Ghirardi on le voit désigné comme ayant été le "garçon" de deux facteur d'orgue, le frère de Jean-Esprit Isnard et un certain Rabbiny de Toulouse. Dans ce cas, le terme désigne tout bêtement un apprenti.

Ce qui me fait sourire dans cette histoire c'est que si l'expression "garçon organiste" est d'un usage sans doute exceptionnel, et si l'on n'en connait que cet exemple, il n'y avait pas lieu d'enquêter sur la propension ou là non propension du dénommé Félix à prendre femme.

A moins que pour l'enquêteur, la chose n'ait relevé que d'une option assez peu naturelle. Sauf que dans ce cas de figure le fait d'avoir balancé en faveur d'une vocation plus spirituelle que l'option assez commune que constitue le statut et l'homme marié est bien loin d'avoir jamais constitué la garantie d'une véritable élévation dans le domaine considéré.

A ma connaissance, les frères Grinda seraient restés "vieux garçons", faut-il se poser des questions à cet égard. pas que je sache.

Quant à la légitimité du célibat quelqu'en soit le mode, on ne saurait oublier que l'A.T. présente notre arrière-arrière grand mère Eve sous un jour fort peu reluisant.

Bien évidemment, le féminisme contemporain étant devenu expert quant à faire feu de tout bois, on peut observer toutes sortes de "relectures" à prétention "initiatique" et même "tantrique" ou le "serpent" de Genèse est assimilé à cette fascination que l'on rencontre chez des individus frustrés par la morale ambiante issue du catholicisme envers une "kundalini" comme article de "magie sexuelle". Concernant cette dinguerie historie, Massimo Introvigne, me semble l'avoir assez copieusement documentée et ce sont des choses qu'on ne lit sans sans devoir se pincer le nez. tellement c'est ennuyeux.

Bref, je crains que mon collègue musicologue ne se soit quelque peu "projeté" à son insu de plein gré... 

Foussard et les "écureuils" niçois

Ce musicologue aurait pu reproduire ce fameux prospectus mais non ! Il a préféré le garder pour lui ! Je dois avouer que cette rétention, je la trouve suspecte  qui pose la question du pourquoi de cette cachotterie. Elle n'a pas de sens ! On peut même se demandé si l'auteur n'en a pas décrit le contenu d'une manière fallacieuse. Enfin quoiqu'il en soit, cela m'est égal ! L'article existe qui contient une liste semble t-il assez exhaustive des travaux de Valoncini. Et je ne connaissais que l'instrument de l'église de Montauroux que je n'ai visité qu'à l'occasion d'une location d'un de mes clavecins qui se trouve présentement à St Pétersbourg et qui a servi lors d'un concert dans une chapelle assez célèbre.

Petite parenthèse : J'ai un souvenir de cette location qui est le suivant. Alors que l'artiste, un jeune claveciniste allemand, et quelques auditeurs festoyaient autour de rafraîchissement, avant de remballer l'instrument, je me suis mis à jouer un ragtime de Scott Joplin dans une version réduite auquel les doigtés anciens s'appliquent spontanément et à merveille. L'effet dut assez sidérant. Tout d'un coup le silence et plusieurs personnes accourent. Scott Ross avait fait le coup mais sans les doigtés anciens que Chauliac n'a découvert qu'après l'époque de son Prix de Bruges. Et j'ai expliqué à l'intervenant comment ces doigtés fonctionne et j'ai des raisons de penser que ça l'a marqué vu sa surprise mais j'ignore si ça "changé sa vie"...

Voyons en quoi consiste les "écureuils" à Nice : le terme m'a été suggéré par Pierre Gouin, un restituteur canadien qui officie sur IMSLP  à qui j'ai communiqué ce dont on dispose comme fac similé du Ms Delmotte d'Entrevaux et qui déplore que la restitution  n'ait été que partielle. j'aurais l'occasion de parler assez longuement des deux manuscrits d'Entrevaux car si le MS Delmotte a retrouvé sa place au sein de la conservation du patrimoine local en 2004, j'y ait été pour quelque chose. Ce manuscrit avait été accaparé par un particulier d'origine anglaise de façon que je trouve très discutable de sorte que ce qui a échappé à la publication avait été en quelque sorte "privatisé" et je me suis insurgé parce que justement il fallait être dans les "petits papiers" des "écureuils" locaux pour avoir une chance d'avoir accès à la partie jugée sans intérêt.

Une forme particulière de "goût du pouvoir"

On, aura compris que, dans cette province particulière centré sur la capitale de l'ancien Comté, garder par devers soi des petits "secrets" en ne livrant pas tout de documents qui devraient être à la disposition de tout chercheur sans distinction de classe, de religion et surtout de parti politique relève d'un goût du pouvoir assez détestable.

A propos d'un clavecin mythique de Labrêche

Michel Foussard s'est distingué à ce propos en faisant en sorte qu'un clavecin d'un certain Labrêche de Carpentras reste sa "chasse gardée" au grand dam d'un organologue quasi parisien qui m'a reproché à l'époque de ne pas l'avoir documenté sur le personnage qui constitue la vedette du présent post. D'après mes informations, ce clavecin serait toujours à Villefranche et appartenait à l'époque à la femme d'un médecin.

Je découvre que le facteur a fait l'objet depuis 2018 d'une notice sur Wikipedia et comme Foussard est décédé en 2015 çà ne vient pas de lui. Il est à l'honneur dans cette notice car il s'est débrouillé pour être le seul à avoir pu approcher l'instrument et noter certaines de ses caractéristiques originales. Mais on ne dispose que d'une photo de son quasi jumeau conservé dans un musée allemand.

Je ne me rappelle pas tout de l'histoire car c'est vieux mais je me souviens que ce clavecin a fait l'objet d'un arrêté de classement en tant que "monument historique" pour empêcher qu'il ne puisse sortir de France par une vente plus ou moins en catimini. A noter que la manoeuvre que je viens de dénoncer est parfaitement idiote car l'étude que Foussard a consacré à cet instrument quasi mythique n'est plus téléchargeable nulle part.

Je vais arrêter ici ce post, j'envisage de consacrer à l'auteur une fiche documentaire bio-bibliographique. Même si ses mœurs intellectuelles ont présenté un caractère déplorable, je pense que ce serait une bonne chose que de rassembler et de sauver tout ce qu'il a publié en le mettant gracieusement à disposition du public. Je pense en particulier à sa thèse de Lettres et non de musicologie... J'invite ceux qui veulent du bien a ce chercheur a faire le nécessaire pour rassembler quelque part tout ce qu'il a publié dans des revues plus ou moins confidentielles.

La bévue que constitue la tournure son enquête au sujet du garçon organiste d'Eaucourt ne saurait lui enlever le mérite qui fut le sien. Dans sa présentation du MS Delmotte, Foussard a fait preuve d'une excellente connaissance des particularité de la facture d'orgue provençale malheureusement, il semble s'être borné à faire étalage de son savoir par touches discrètes autant que frustrante sans avoir jamais publié quelque chose de plus "construit" que ce que j'ai en vue.

Pour obtenir le pdf de l'article évoqué datant de 2013 veuillez cliquer ici.

 

Inventaire des ressources documentaires de "Nice Historique" catégorie orgue/musique

Nice historique.jpg

La recherche sur le mot "orgue" ne donne que 5 articles dont voici les liens :

L'orgue Lingiardi de Saorge

SAORGIN (René) date de parution : 1981 n° d'article : 208, page n° 30

Le nouvel orgue de Sainte-Réparate

SAPPIA (Henri) date de parution : 1901 n° d'article : 782, page n° 259

Les orgues de la Cathédrale de Nice

PASTORELLI (Elisabeth) date de parution : 1980 n° d'article : 191, page n° 23

Les orgues de la Cathédrale de Nice

PASTORELLI (Elisabeth) date de parution : 1980 n° d'article : 191, page n° 37

Un pénitent bleu facteur d'orgues… Federico Valoncini

FOUSSARD (Michel) date de parution : 2013 n° d'article : 611, page n° 82

Cette liste mérite d'être complétée par des recherches ponctuelles car si vous cherchez sur le nom de "Saorgin" dans la case à droite on obtient 0 articles.

Ce que donne une recherche systématique...

Il faut donc faire une recherche par la liste des auteurs pour s'assurer que tout a été sorti.

Pour Sappia, auteur très prolifique, il n'y a rien d'autre pour le sujet orgue, en revanche on trouve un article sur l'Inquisition à Nice et une foultitude de pages sur les "barbets" dont le culte annuel dans le village où j'exerce est à mettre en rapport avec la défaveur dont je bénéficie systématiquement auprès du "gouverneur" local qui agit comme si son patelin vivait encore entre 1792 et 1796, premier rattachement  (provisoire)  à l'hexagone national.

Pour Pastorelli, tout est sorti. Pour Foussard il existe un autre article mais qui ne concerne pas l'orgue.

Le retable de Saint-Antoine dans l’église Saint-Véran d’Utelle

FOUSSARD (Michel) date de parution : 1992 n° d'article : 112, page n° 34

Ressources "Musique" dans Nice historique

La musique mécanique à Nice

NALLINO (Michel) date de parution : 2001 n° d'article : 475, page n° 189

Noms niçois d'instruments de musique

BLANCHI (Albert) date de parution : 1923 n° d'article : 87, page n° 85

L’enseignement de la musique à Nice avant 1939,

AILHAUD (Thierry) date de parution : 1994 n° d'article : 2, page n° 122

Gabriel Fauré sur la Côte d’Azur. “Le Midi dans la musique”

POTRON (Jean-Paul) date de parution : 1994 n° d'article : 240, page n° 90

Du Romantisme à la Belle Époque. Un siècle de musique et d’opéra à Nice

PEYRÈGNE (André) date de parution : 1994 n° d'article : 235, page n° 58

L'harmonie de L'Annexion, le rôle politique de la musique à Nice en 1860 et ses principaux acteurs.

FUOCHI (Frédéric) date de parution : 2010 n° d'article : 405, page n° 307

"un musée à part entière". La collection des instruments de musique d'Antoine Gautier (1825-1904) à Nice

ADELSON (Robert) date de parution : 2020 n° d'article : 748, page n° 5

Guitares, luths et mandolines. Une exposition d’instruments de musique de la ville de Nice (5 juillet-30 octobre 1994),

BRAN-RICCI (Josiane) date de parution : 1994 n° d'article : 67, page n° 128

Mais ne vous réjouissez pas trop vite car lorsque vous découvrirez à quel sorte de pêche laborieuse il faut se livrer pour pouvoir récupérer les images des pages, les assembler en pdf pour les imprimer (ce qui nécessite pour certaine de les contraster et de jouer sur la définition vous en viendrez à maudire l'espèce d'informaticiens pervers qui a systématiquement compliquer les choses. Car cela n'a strictement aucun sens. Il s'agit pour une majorité d'articles de n° anciens qui sont épuisés au format papier. Il n'existait donc aucune raison d'emmerder le monde à ce point. Où alors si on voulait tirer de l'argent de ce fond on aurait pu faire payer 1 € par article ou même proposer un forfait valable pour 10 ou 20 articles ! Mais bon "Nice Historique" est une émanation de l'Academia Nissarda fondée en 1898 par Alexandre Barety (1844-1918)un ancêtre de Jean-Paul Barety un Maire de Nice postérieur à l'épopée médeciniste. Il s'agit de deux grands bourgeois typiques issu d'un monde qui est celui du XIXème siècle, qui fut proclamé "stupide" par un Léon Daudet. Il ne fallait donc pas s'attendre, au plan informatique, à autre chose qu'un style d'archivage ultra archaïque et excessivement contre-productif.

Soit dit en passant, j'ai bien connu la soeur de Jean-Paul, son frère s'était débrouillé pour la déshériter parce ce qu'on avait jugé qu'elle avait fait tâche sur la famille en s'amourachant d'un peintre  donc j'ai oublié le nom. Elle s'était liée à Alain Rouiller, un éditeur bien connu et qui eut des vues sur la Mairie et j'ai bien rigolé quand un dimanche matin, devant la pharmacie proche de Sainte Réparate, elle m'a montré le thème astrologique de son "ex" tant il était clair qu'il n'eut que peu de goût pour les femmes. C'est une liaisons entre Uranus en Gémeaux conjoint à la Lune et en aspect avec une Vénus en Scorpion qui m'avait mis la puce à l'oreille mais je ne sais plus dans quels secteur çà tombait... Enfin elle avait réalisé son infortune et n'en avait pas tenu rigueur à l'intéressé. A noter que cet apôtre du régionalisme n'a pas eu une fin très heureuse c'est qu'il est retrouvé mort à son domicile le

Pour en finir avec les archives relevées ci-dessus, je ne saurais vous promettre une restitution de tous ces articles et je ne m'attacherai pour l'instant qu'à reproduire celui de Michel Foussard sur l'oeuvre de Frederico Valoncini paru en 2013. Le hasard fait que si Foussard a pu exploité un prospectus d'époque du facteur qui l'a aidé à reconstituer son oeuvre, c'est un peu grâce à (...) votre serviteur... J'ai une sorte de "lien" un peu mystérieux avec l'instrument où ce prospectus a été trouvé car c'est le premier instruments du comté avec lequel je suis entré en contact en arrivant dans le secteur en 1979.

15/08/2023

A propos des orgues des Grinda et des instruments italiens de la "route royale des Orgues" : une documentation singulièrement déficiente !

Patrimoine.jpg

L'image que vous voyez ci-dessus est une vue partielle tirée du site consacré à la publicité du Festival International intitulé La Route royale des Orgues dont la majeure partie se trouve côté italien dont la vallée de la Roya.

Je recommande la page décrivant l'histoire de cette route royale par Sylvano Rodi, l'époque du chemin muletier m'a rappelé un certains chapitre des Lettres de Nice par Tobias Smolett, le médecin écossais qui a beaucoup beaucoup contribué à lancer le touriste dans le Grand Sud

Ce festival en est à sa 21ème édition, il est aussi ancien que celui qui se tient l'été autour du Grinda dont je suis l'assez malheureux desservant vu le nombre des "histoires" qu'il ma valu depuis mon premier ministère ayant débuté au milieu des années 90 du siècle passé.

Souvenirs souvenirs...

Ce Festival  a commencé a commencé en même temps que celui qui est connu, là où j'exerce, sous l'intitulé Orgue vivant... Soir à l'époque où j'ai commencé ma carrière d'organiste liturgique sous le règne de mon premier "patron", un certain Père Paul S. d'origine chypriote qui 'était fait mal voir des supporters du Maire actuel apparu en 2002. Il a connu là les pires moments de sa carrière et aurait été très marqué car ce qui semblent bien avoir consisté en un limogeage qui a précédé de peu le mien par un prêtre qui aurait pu faire une belle carrière d'astrologue, s'il avait été doué en matière de symbolisme... Je me souviens à ce propos d'une veillée de Pâques où il prétendit que le rituel du feu servant à rallumage du cierge pascal aurait été inspiré aux premiers chrétiens par le circuit de la flamme des Jeux Olympiques des Grecs. N'importe quoi ! Atteint par un fou rire irrépressible j'ai failli choir de la tribune et me tuer tellement je me suis "gondolé"...

Le Père Paul S. aurait fait campagne discrètement contre l'ancien magistrat, un socialiste, qui, faisait profession d'antiquaire et à qui l'on doit la restauration du milieu des années 80 par Yves Cabourdin. Je me rappelle que le personnage qui m'a agressé le dimanche 6 août au matin, l'avait copieusement insulté en gueulant dans l'église. Sur le moment je n'avais rien compris et j'ai su par la suite qu'il avait une "femme cachée" et un fils naturel devenu chanteur de rock. On notera que cela vaut mieux que de "pédophiliser" des enfants de choeur...

Le prêtre en question m'ayant transmis son mandat de conservateur local de fait, avec la mentalité anti française qui règne spécialement dans le village où l'on célèbre un "barbet" que je tiens pour excessivement problématique. Je ne pouvais que me faire détester. C'est qu'il m'a fallu du temps pour comprendre dans quel "pétrin" j'avais mis les pieds par inadvertance...

Petite parenthèse l'imposition tardive du célibat aux prêtres séculiers

Voici une image tirée de Google, elle est révélatrice de l'inculture abyssale dans le domaine, y compris chez beaucoup de curés...

Célibat.jpg

En fait le concile, n'a rien interdit du tout puisque pendant plus d'un milliers d'années on a ordonné des hommes préalablement mariés. Ce concile a fait l'effet d'un météore d'après un savant article d'un dominicain que j'ai eu l'occasion de publier jadis dans une revue très confidentielle que j'ai dirigée. J'ai vu, à l'époque, un chanoine de Ste Réparate à Nice plaider pour le "mariage des prêtres". Pratique qui n'a jamais été canonique ! Donc le titre de l'émission de RTL est faux !

La pratique orthodoxe est la suivant. On pousse les "séculiers" à prendre femme avant ordination et on interdit aux moines de confesser des laïques. Tout cela est logique. Puisqu'on est obligé de rendre compte d'éventuels dérapages sexuels à son confesseur, on ne va pas aller parler de ça à des renonçants. En revanche, un prêtre marié mène une vie normale simplement, il devait s'abstenir de relation sexuelle dans la nuit précédant un office.

Bref, on ne reviendra jamais à la tradition et si l'on a imposé le célibat aux curés séculiers, c'est parce que si les curés avaient continué d'avoir des femmes, les évêques n'auraient jamais pu faire vraiment la loi. Et soit dit en passant, il n'est pas rare que des femmes de diacres s'ingénient à défaire les RVs pris par leur hommes et un prêtre nordiste à l'esprit très libre m'a confié qu'entre collègues, ils appellent ces perturbatrices des diaconasses.

Il faut également penser à l'aspect économique. Le rendement du "denier du culte" est en baisse du moins en France et l'Eglise ne vit guère que d'héritages et de donations...

Fermons la parenthèse... Bref, le type qui m'a agressé a des "antécédents" est il n'y a pas de dialogue possible avec un con fini...

Quand les orgues refont leur cinéma !

Une autre chose a attiré mon attention l'année dernière à propos du festival dont il va être question : c'est la série intitulée L'orgue fait son cinéma !

Elle consiste en la projection d'un film muet accompagné à l'orgue par une improvisation. Les orgues de cinéma existait encore à l'époque de mon enfance. Il en existait plusieurs à Paris qui ont disparu où sont relégué dans un musée. C'est une bonne idée d'avoir "ressuscité" cette pratique peu connue de nos contemporains quoique des orgues de cinéma américain soient disponibles parmi les banques de sons utilisables par Hauptwerk. Mais que l'on soit à présent obligé de la documenter dans des églises, çà fait un peu bizarre, sauf que les curés pourraient difficilement s'y opposer sans passer pour des "mauvais coucheurs".

La "route royale des orgues" : une site des plus légers du point de vue patrimonial !

Je n'ai pris conscience de l'importance de ce festival que l'année passée et seulement parce que j'ai du assister Norbert Brogghini l'été dernier dans un programme très sportif. Avec notamment, une pièce du répertoire espagnol demandant de tirer/pousser le cornet au 1/10ème de seconde pour simuler un double clavier. Sans compter que dans ce cas l'organiste doit modifier la partie de main gauche car la coupure est à la française.

A ce propos, je note que si ON n'avait pas magouillé pour nous ficher dans les pattes le jeune Formentelli, je m'étais arrangé avec Cabourdin pour qu'il permette, par une tirette, d'avoir au choix la coupure française Si/Ut ou l'espagnol Ut/Ut#, sauf que dans cette région, l'amateurisme joint au souci des apparences fait qu'on à tendance se débrouiller pour mettre sur la touche les gens compétents et rigoureux...

A noter que le concert de Brogghini et sans doute celui qui a le plus impressionné le public durant l'été dernier. A tel point que la présidente de Orgue Vivant avait projeté de le réinviter pour un concert lors du dernier Noël mais la projet est passé à la trappe...

Un festival qui gagne à être connu...

Rien d'étonnant à ce que je ne me sois pas intéressé à ce Festival jusqu'alors : surtout quand on ne dispose pas d'une voiture, la vallée de la Roya c'est un peu le bout du monde !

Sans compter que la tempête Alex avait détruit la route en plusieurs endroits et notamment après Breil.

Je n'ai découvert l'orgue de la Brigue et celui de Fontan que durant l'été dernier car j'ai du m'occuper du clavecin d'une amie qui réside désormais dans ce secteur. Le train n'allait que jusqu'à Tende. Ce n'est que ces jours dernier que le nouveau tunnel routier au col à vu ses deux bouts se rejoindre mais on est encore loin d'une jonction avec l'Italie...

A noter que la mentalité qui règne dans la vallée de la Roya est bien différente de celle de l'arrière pays niçois. Les gens sont très solidaires et cela tient à la topographie et au fait que le lien avec l'Italie est demeuré plus vivant en dépit de la francisation du secteur.

Pourquoi frustrante !

Ces jours derniers, je m'étais mis en devoirs de me rafraîchir la mémoire au sujet des emmerdements qu'on vécu les Grinda dans l'ancien comté de Nice et j'ai eu la plus grande peine a rassembler ce qui a pu exister sur le Net comme documentation. d'abord j'ai eu un mal de chien a retrouver quelques écrits de Mgr Ghiraldi sur la collégiale et l'instrument de Clans.

Ensuite, je n'ai pas retrouvé le site qui autrefois regroupait une documentation basique avec photos, historiques et composition des instrument du comté. Si ma mémoire est bonne ce site a résulté d'une collaboration entre René Saorgin et Xavier Sant notamment pour les photos.

On trouve une notice sur les Grinda très succinte mais quant il s'agit de documenter les instruments de catalogne, on peut s'estimer heureux quand on réussit à avoir une photo !

Enfin et surtout, je vous invite à cliquer sur la photo ornant ce post. Vous pourrez ainsi vous rendre sur la page "patrimoine" de "la route royale des orgues" et constater qu'en cliquant sur les photos, la notice de l'instrument est d'une maigreur alarmante : on donne le facteur quand il est connu, l'année de construction mais pas la moindre composition.

Alors j'ai cherché à en savoir plus sur l'orgue de la "providence" à Nice, et bien il n'y a tout simplement rien du tout à son sujet pourtant c'est là que la Société de Musique Ancienne "nouvelle manière" semble avoir élu domicile...

Exemple de l'amateurisme ambiant en matière de documentation organistique sur le Net

Voici la fiche de l'inventaire des orgues pour l'instrument d'Entrevaux

https://inventaire-des-orgues.fr/detail/orgue-entrevaux-e...

Voici pour Rivesaltes, un instrument de Grinda revu par Puget

https://inventaire-des-orgues.fr/detail/orgue-rivesaltes-...

Une photo, le défilé des facteurs, et pas de composition. Aux particuliers de compléter, mais moi le genre Wikipedia avec des emmerdeurs des deux sexes pour défaire ce qu'on vient de faire, j'ai déjà donné, merci !

Même inventaire, voici pour le Grinda que je dessers : la cata !

Grinda.jpg

La on a du bol : la composition est donnée par pas de photo alors qu'il en traîne partout !

Documenter l'oeuvre des Grinda

Déja pour les les 3 instruments de l'ancien comté, n'est bien documenté que l'instrument de Clans. Je n'ai plus le livre d'Elisabeth Pastorelli paru en 1988 sur les facteurs du à l'oeuvre dans le comté, je l'ai prêté et il n'est jamais revenu. Cabourdin avait publié sur son site un texte de cet auteur, il a disparu avec son propre site l'année passée et Wikipedia n'a pas été fichu de l'archiver correctement.

Pour les instruments de Catalogne, ça va être la croix et la bannière pour rassembler quelque chose de cohérent.

Enfin, si Sylvano Rodi m'avait dit que l'instrument de Montalto situé dans l'arrière pays entre San Remo et Impéria était en souffrance, je viens de découvrir qu'il a été restauré récemment et inauguré le 7 mai dernier.

En revanche, essayer de trouver des vidéos des ces orgues sur Youtube.

Le Grinda que je dessers est bien représenté.

https://www.youtube.com/results?search_query=orgue+grinda

A par mes propres vidéos il y en a une concernant non pas le Grinda mais le fonctionnement de l'orgue en général. Je crois reconnaître la voix de Saorgin faisant des efforts de diction. Enfin c'est tout !

Pour avoir la liste complète il faut le nom de village et celui du facteur, ce qui ajoute 2 vidéos de Formentelli et une "canonnade" de Balbastre par Vernet enregistrée lors de l'inauguration du relevage de 2014 par Frédéric Munoz. Enfin de liste un visite du village de peu d'intérêt car il faudrait un drone pour produire un bon document bien lisible par qui connaîtrait la science chinoise du Feng Shui... 

https://www.youtube.com/results?search_query=grinda+escar...

Pour Villefranche peu de chose https://www.youtube.com/results?search_query=grinda+ville.... A noter une impro sur un air folklorique du pays ((la chanson du festin d'Utelle) par un collègue et ami. A noter également deux vidéo de Norbert Brogghini prise par votre serviteur lors des répétitions avant le concerte de 2022. Celle-ci met bien en valeur le Grand Jeu :

Voir aussi https://www.youtube.com/@NorbertoBroggini/videos

Il existe une vidéo de Chapuis à Rivesaltes mais s'agissant d'un enregistrement d'un choral allemand on ne peut guère juger de l'esthétique de l'orgue... Bref, il y a beaucoup à faire.

J'ai pu oublier des vidéos, la recherche avec des mots clefs donne des résultats chaotiques avec les seuls mots orgue + Grinda. L'indexation de beaucoup de site est catastrophique, le site du Bon Coin en est un exemple patent. Brogghini m'avait fait savoir qu'un de mes clavecins des années 80 y était à vendre. Ça a été l'occasion de découvrir que beaucoup de gens se défont de leur instrument mais si vous cherchez clavecin vous trouvez non seulement des disques mais aussi des synthétiseurs parce que les particuliers sont ignares en informatique et ne savent pas calibrer leurs annonces. Mais du côté "pro" ça ne vaut guère mieux...

Je vais donc essayer de documenter correctement l'oeuvre des Grinda en partant de la fiche de Wikipedia.

Sur les manuscrits d'Entrevaux

Je compte également parler des deux manuscrits d'Entrevaux car j'ai joué un rôle particulier quant à la récupération du Manuscrit Clermont. Ce dernier a bel et bien risqué de disparaître avec un personnage étranger qui a résidé dans le patelin. J'ai bien connu l'instrument et également le curé de l'époque et nous avons agi de concert en mettant le Maire dans le coup. Que l'on se rassure, je ne donnerai pas le nom du personnage qui a détenu très illégalement le second manuscrit, l'affaire est prescrite. 

Le manuscrit Delmotte a été publié en fac simile très correctement par un conservateur niçois que j'ai bien connu et dont je parlerai sans doute, en revanche le manuscrit Clermont n'a été publié qu'en partie par Ars Musicae de Tours et par des particuliers et j'ai un souvenir d'un appareil critique et d'une présentation assez "vaseuse". Je suis sur la piste d'un exemplaire de cette publication.

Entrevaux, c'est loin, il faut prendre le"train des pignes" et je suis très casanier, le manuscrit Clermonta donc rejoint son port d'attache et j'espère qu'il n'a pas redisparu depuis 2004 aussi vais-je essayer d'obtenir un jeu de photocopies pour le comparer à la publication existante.

Le manuscrit Delmotte a été publié en  fac simile par le conseil général avec une bonne présentation et j'espère qu'une restitution pourra paraître assez prochainement comme sont parues la restitution de plusieurs manuscrits d'orgue conservée à l'Inguinbertine de Carpentras.

Ce que j'évoque date des années 80 et de l'époque où le Palais Lascaris avait hébergé une magnifique collection de clavecins anciens qu'elle a bêtement manqué et qui a du être dispersée depuis.

Je trouve que Nice est sa région  sont spécialistes des occasions manquées à tous égards...

A part cela j'ai découvert un article de Nice historique sur l'oeuvre de Valoncini qui mérite d'être mis à disposition. L'auteur qui fut jadis mon voisin d'en face ne m'en voudra pas au contraire. Sur le site de cette revue régionaliste, il faut glaner image par image le contenu de chaque article avant de le reconstituer en pdf. C'est harassant, mais, heureusement etd'une certaine manière, cette revue s'est avérée assez pauvre à propos des orgues de la région....

09/08/2023

Un zodiaque autour de la collégiale de Clans ?

zodiaque clansois.jpg

Trouvé çà (https://hal.science/hal-01324891v1) en cherchant le mémoire de Mgr Ghirardi sur l'orgue Grinda de la collégiale.

Le texte est malheureusement inaccessible. Enfin l'auteur a du lire La géographie sacrée du monde grec de l'universitaire niçois Jean Richer et aura rédigé son article en étant complètement bourré...

Des chapelles, il en faudrait 12 pour former un zodiaque autour de l'autre orgue des Grinda et à la période baroque il y a bien longtemps que l'on ne se souciait plus de géographie sacrée car tant à Clans que là où je pratique les édifices sont franchement désorientés. A Clans le chevet point au Nord-Est (porte des démons chez les chinois : bizarre pour un édifice du XIIème siècle!) et près de Nice plein ouest (Occident) là où le soleil meurt tous les soirs.

A Clans la seule chapelle que je connaisse et que l'on montre est la chapelle Moya du nom du peintre qui l'a décoré et dont les coloriages tendent à offenser de regard des gens par leurs couleurs criardes et pas que.  Cette peinture représentant St Jean-Baptiste à l'oeuvre n'est certes pas à proprement "pornographique" cependant que le personnage qui capte le regard de par son échelle montre une paire de fesses qui n'est d'aucun intérêt tout en tendant à me persuader que l'artiste a un petit problème.

Moya.jpg

Notez qu'il y a bien pire avec les fresques d'une cathédrale italienne dont voici un extrait ne nécessitant pas de commentaire.

Affresco omoerotico nella Cattedrale di Terni, un obbrobrio artistico e  teologico dell'argentino Ricardo Cinalli, eseguito per volere  dell'Arcivescovo Vincenzo Paglia. – Il blog di Carlo Franza

Source : https://dieuetmoilenul.blogspot.com/2017/03/larcheveque-p...

Mais évidemment, on objectera que c'est un peu l'enfer de Dante mais tout le reste est aussi glauque et fort malsain...

Quelques éclairssicements historiques à propos des chouans niçois dont le "barbet" Fulconis

Barbet et soldats.jpg   Barbets.jpg 

Mise à jour de ce post (11/08)

J'évoque plus loin un travail de recherche d'un certain Michel Iafelice (et non Lafelice) qui a fait l'objet d'une recension par un certain Laurent Ripart dont le mémoire de maîtrise a été plagié par Iafelice.

Voici des extraits d'un chercheur montrant à quel point la canonisation laïque d'un "barbet" dans le village où j'ai des soucis est une faute politique déplorable et relèvent d'une imbécilité fort peu propice à un développement d'une telle bourgade qui tendra un jour à couvrir de ridicule les artisans de cette panégérisation dont à rendu compte Nice-atin-Couffin.

Sur la photo de cet article on voit quelques uns de mes très industrieux détracteurs, excepté celui devant la stèle qui est le fondateur du premier festival baroque et qui fut un client régulier de mon atelier. Le porteur de drapeau à gauche a fait partie de la seconde association et à eouvré pour mon limogeage en 2002. A droite, un inconnu sans doute un régionaliste promoteur de la vedette au centre.

Cette recension est lisible sur Academia.edu et elle vaut le déplacement ! Je cite :

Sans doute, quelques barbets faisaient-ils de temps à autre le coup de feu contre les militaires, mais ces actes anti-français ne sauraient faire oublier que, pour l’essentiel, leurs violences se focalisaient sur leurs propres compatriotes

Pour peu que la documentation s’étoffe, le coup de main du barbet nous apparaît toujours s’inscrire dans le contexte des contradictions propres au pays niçois. L’affaire Escoffier, que nous avons présentée ci-dessus, est particulièrement emblématique : par barbets ou gardes nationales interposés, ce sont des groupes familiaux, des communautés villageoises, voire même des factions rivales du jacobinisme local, qui soldent de vieux comptes, dont la genèse nous échappe le plus souvent. 

Derrière la ferme brûlée, l’adjoint assassiné, le jacobin rançonné, se masquent bien souvent les craquements internes du haut pays niçois. 

La « résistance contre la domination française » mérite d’être souvent reconsidérée. Les barbets ne sauraient se comprendre qu’en étant replacés dans le contexte propre au haut pays niçois, dont les rivalités traditionnelles étaient particulièrement exacerbées par une surpopulation manifeste.

Dans ce monde déjà fragile, la conquête française eut des effets dévastateurs. Le choc, il est vrai, fut rude : le haut-pays fut d’abord transformé en un champ de bataille, avec toutes les conséquences qu’une telle situation put entraîner, puis la victoire française déstabilisa les équilibres politiques et sociaux qui organisaient cette société traditionnelle. 

La crise fut d’autant plus grave que le pouvoir français fut incapable de remplacer les institutions sardes qu’il avait détruites : le pays niçois fut livré à lui-même, laissant libre cours aux règlements de compte. 
Durant la période révolutionnaire, les populations de montagne semblent s’être habituées à vivre sans Etat : les communautés organisèrent ainsi leurs propres modes de règlement de conflit, comme le montre le développement de la pratique de la compensation financière, que les meurtriers payaient à la famille de la victime, sans que les autorités françaises ne s’en émussent outre-mesure. 

Autour de 1800, il était ainsi devenu banal de régler ses comptes, à coup de carabine, en pleine place du village14, et il suffisait d’un jacobin vigilant pour que le conflit familial fût dénoncé comme un acte éminemment contrerévolutionnaire. 

==================================================

Bien que ce blog soit consacré à une pratique relevant de la musique baroque, rien, absolument rien ne m'interdit d'élargir ce sujet et de faire un peu d'histoire surtout dans la mesure où l'histoire locale explique la persistance d'une mentalité séditieuse et anti française dont j'ai à pâtir...

Ci-dessus les "barbets" au début de leur carrière et à la fin. Les "barbets", il faut le préciser firent d'une certaine manière "double emploi" avec les "conscrits" piémontais au service d'Amédée III de Savoie...

J'ai, dans le post précédant évoqué un "barbet" auquel on rend un culte dans le village où je fais vivre un des instrument des Grinda.

La résistance aux menées révolutionnaires française dans le comté de Nice entre 1792 et avant 1796 était légitime cependant que la persistance du dénommé Fulconis à vouloir garde le maquis était devenu suicidaire et parfaitement contre productive et au surplus à témoigné d'une sauvagerie parfaitement anti-chrétienne.

Il n'a pas défendu sa religion mais un "bien personnel", qu'il se soit vengé des hussards qui violentaient les femmes on ne peut pas l'en blâmer mais çà ne pouvait pas durer éternellement car Amédée à lâché les niçois. L'histoire de cette période est certes très compliquée. En matière d'ouvrages historique, il faut se défier du chauvinisme éventuel des écrivains régionalistes et je ne connais pas de sujet historique plus compliqué que celle de l'ex comté niçois.

Enfin et surtout la culture de la mémoire du "barbétisme" aurait du rester un sujet de débats purement académique de sorte que le Maire aurait du s'abstenir de céder aux pressions qui ont donné lieu au culte que je dénoncer et qui a fait l'objet d'un article dans Nice-Matin avec les photos de quasiment toutes les "personnalité" locale  à qui je dois mes présents ennuis.

D'autant plus que le magistrat en question n'a pas manque de se livrer à des excès de zèle quand il s'est agi d'emboîter le pas à certaines instructions assez parfaitement criminelles d'un ministre assez véreux. C'est ainsi que dans la mesure où il a refusé de se déporter dans le litige m'opposant à Formentelli, je lui ai écris qu'il devrait s'attendre, un jour ou l'autre, à un choc en retour.

Je viens de Sirius par Albion interposée alors le chauvinisme d'un certain patelin de l'arrière pays niçois j'en fait du "petit bois" !

Je tiens à préciser ou même à rappeler que je ne suis français que d'adoption, elle remonte loin et l'entrée de ma lignée, albionique d'origine, c'est faite par Ars en Ré. Elle a donné deux personnages dont l'histoire a gardé un souvenir, savoir un avocat au Parlement de Parie et un évêque qui fut le patron du curé (...) d'Ars en Belley. Mes ancêtres sont originaire de Stafford. L'armorial de Burke témoigne de l'existence d'un blason ainsi conçu : noir d'écu, au chevron herminé surmonté de 3 anneaux d'or. D'Hozier est l'auteur des armes parlantes du fameux évêque ainsi conçue : sur fond d'argent, un cyprès de sinople terrassé de même. Il s'agit d'un résumé symbolique du nom que je porte. Le cyprès est un arbre symbolisant la vie éternelle, raison pour laquelle, avec sa forme élancée, on le trouve dans les cimetières. Maintenant la question qui se pose est celle de savoir si la persistance d'une modalité individuelle même "glorieuse" est compatible avec la notion d'éternité. Et à ce propos, l'ami qui a ajouté à la figure un sanglier bleu passant les défenses allumées et se trouve avoir été rattaché au patriarcat de Moscou comme prêtre a attiré mon attention sur le fait que l'orthodoxie parle d'une "déification" qu'elle exprime aussi comme étant une "décréturisation"...

Pour ce qui concerne ma naturalisation française, mon soleil de naissance étant étroitement conjoint à Sirius, il n'est pas étonnant que j'ai eu l'impression, dès que j'ai pu réfléchir, d'être débarqué dans un immense asile de fou ! Les gens relativement éclairés ne représentant que 10 à 20% de la population la majorité étant constitué de dormeurs ou même de "drogués" aux "merdias" vendus.

Normal, j'ai été précipité dans cet asile de cinglé qu'est devenu notre planète pile poil au moment de l'affaire de Roswell, sauf qu'elle n'a jamais existé et a été inventé de toutes pièces une ou deux décennies plus tard... C'est un belge nommé Marc Hallet qui l'a révélé quelque part dans un de ses travaux...

Comment j'en suis arrivé à m'expatrier dans l'ancien comté de Nice

Tout commence avec la commande d'un reportage photographique aux Saintes Maries de la Mer de la part d'un décorateur spécialisé dans l'agencement de pétroliers. A cette occasion j'ai été "interpelé" par le folklore local et il existe un lien entre la Camargue et Marie Madeleine et donc avec la basilique de Saint Maximin connue pour son orgue constituant avec celui de la cathédrale de Poitiers, deux monuments exceptionnels de la facture française. C'est ainsi que j'ai commencé à m'intéresser à l'entrée du christianisme en Gaule bien avant qu'un américain taré n'invente l'histoire délirante du Da Vinci Code, voir d'une lignée royale qui aurait laissé des traces à rennes le Château...

Par la suite, et sous l'influence d'une sorte de mentor (un marxiste mais plus chrétien que la majorité des paroissiens que je côtoie) j'ai été incité à m'intéresser à l'astrologie à titre expérimental. C'est ainsi que j'ai été entraîné par un étudiant juif, à l'époque doctorant, dans une aventure assez éprouvante ponctuée de colloques plus ou moins internationaux. l'un d'eux s'est déroulé à Saint Maximin. Pour venir j'ai exigé que mon patron s'abouche avec Pierre Bardon et obtienne de lui la permission de jouer l'instrument et de donner une audition pour les congressistes.

Contre toute attente Bardon qui ne me connaissait pas accepta... A la fin de ma prestation, il me déclara que je m'en étais bien tiré (l'instrument n'avait pas encore été restauré par Cabourdin) et il me raconta qu'un collègue, agacé par des claviers rétifs, avait carrément plaqué l'instrument alors qu'il jouait la "sortie" d'un office lors d'une grande fête... C'est ainsi qu'il me déclara : je ne sais pas pourquoi j'ai accepté, normalement c'est à moi de présenter mon instrument. Cette phrase je l'ai enregistrée et elle m'est revenue lorsque j'ai pris conscience que mon "destin" à venir lui avait, en quelque sorte, un peu forcé la main...

Prédictions réussies

Lors de ce colloque de St Max, une cartomancienne y avait présenté un jeu de cartes divinatoires en provençal qu'elle disait lui avoir été transmis par des gens du voyage. Ce jeu ressemble à celui de Belline mais avec mois de lames. Il avait fait l'objet d'une publication du marquis de Saint Geniès et je pense qu'il s'agit d'une création purement provençale du temps de Mistral. D'abord parce que Lou boumian, le bohémien y est représenté un grand couteau à la main... Je vois mal les "gens du voyage" s'être campé selon la vision locale...

De retour, je l'ai testée à Paris, elle et son jeu de 36 cartes et il en sorti l'image d'un pont suivi d'une lyre. Elle me déclara que pour que je puisse refaire de la musique, il conviendrait que m'installe à Nice.

J'avais du arrêter de fréquenter la classe d'orgue d'Arsène Muzerelle au Conservatoire de Reims au bout d'un an et demi sous prétexte que je ne suivais pas de classe de solfège, et je n'ai pas pu atteindre le niveau requis faute d'une préparation par ma prof de piano qui fut quand même l'élève d'Yves Nat. Ainsi j'avais très mal digéré le procédé visant à éliminer plusieurs élèves n'ayant pas suivi le cursus académique.

Il me faut préciser que j'avais eu l'occasion de faire un crochet par Nice, après un passage en tant que laborantin d'un photographe de plage de Ste Maxime bien avant d'entrer dans la basilique de Saint Maximin. Par la suite je me suis spécialisé dans la photo d'architecture car j'ai travaillé pour le Ministère des Affaires Culturelles du temps de Maurice Druon que j'ai du reste croisé plusieurs fois dans un escalier entouré de sa petite "cour"... J'ai du reste illustré le pressbook de Jean-Loup Roubert prix de Rome bien avant qu'il ne soit devenu l'architecte du nouveau conservatoire de Nice où je n'ai jamais posé un seul pied. J'ignore même à quoi il ressemble.

Ayant toujours été attiré vers le soleil et donc le Sud j'ai été fasciné par certains charmes de la métropole azuréenne de cette époque, un charme devenu introuvable désormais. Le tourisme y est devenu une calamité et en plus de la bousculade dans le vieux quartier ou j'ai tenu un atelier de clavecin, on risque de se faire rentrer dedans par des trottinettes lancées à toute allure et pour les automobilistes c'est la galère pour le stationnement à cause de ce que beaucoup d'avenue et de rues ont été transformées en jardin exotiques...

Précisions à propos de l'astrologie

J'ai été bluffé par un astrologue de la vieille école, un certain Jacques Reverchon qui demeurait à Villars sur Var. Je ne saurais publier l'esquisse qu'il faisait avant de se faire payer pour une étude complète que je n'avais pas les moyens de m'offrir, non qu'elle annonçait un taré ou un criminel mais en se servant d'une sous division des signes zodiacaux (les termes) il avait cadré l'essentiel. Il me voyait architecte et self made man et plus encore. J'ai eu la preuve magistrale de la pertinence de la chose quand elle se trouve entre de bonnes mains.

L'astrologie n'est plus ce qu'elle était encore au XVIIème siècle car elle s'est outrageusement "psychologisée" sous l'influence d'un André Barbault et l'apparition de logiciels performant a fait que cette pratique est tombée en quenouille... J'ai du reste bien connue une ancienne chanteuse populaire que Barbault avait convertie à sa science.

En réalité, je me suis exilé vers la métropole sudiste pour me soustraire autant possible aux côtés manipulatoires de mon patron qui était un grand maître en matière de récupération à son profil. J'ai du reste du m'aboucher avec ses adversaires pour tenter de faire échouer ses manigances envers Barbault mais je n'ai eu affaire qu'avec des gens peu intéressants qui en avait fait un agent du sionisme envoyé pour pervertir je ne sais trop quoi. Enfin il a fallu du temps pour rompre le lien.

Soit dit en passant, j'ai découvert tardivement les liens occultisants qu'a entretenu un organiste monégasque qui a défrayé la chronique de son rocher en déguisant son prince en clown non sans mettre en cause un ministre pour des penchants "pédophiles". Il se trouve que la publication de mon adresse perso par mon ex patron parisien sans mon accord a engendré des persécutions sous forme de lettres anonymes. Vu le thème "ésotérique" j'ai su de suite de qui çà venait, à savoir d'un personnage demeurant à l'époque rue de Russie qui avait été tourneboulé par l'influence d'un "mage noir" interdit de séjour par voie de justice bien avant mon installation. Le problème étant qu'étant informé du détail de mes faits et gestes, il fallait identifier la "taupe". J'ai découvert qu'il s'agissait de mon voisin en rentrant plus tôt que prévu du conservatoire et en surprenant la teneur d'une conversation téléphonique depuis le couloir.

Or des années plus tard, j'ai su par un ami que le collègue organiste qui fut le premier directeur artistique de l'assos qui a été récemment "municipalisée" là où j'exerce a eu des liens avec un groupuscule occultisant dont a fait partie l'auteur des lettres anonymes tournant autour d'une mythologie vampirique. L'ami que j'évoque a même été sollicité pour entrer dans cette camarilla dont il eut très peur. A l'époque de mes débuts comme organiste liturgique j'ai même trouvé sur le Net des publications du collègue dont la symbolique particulière anticipait sur la découverte que je viens d'évoquer.

J'ai du reste pu démontrer par recoupements que la machine qui avait servi à la rédaction des lettres anonymes était la même que celle qui avait servi à certaines publications disponibles dans une librairie ésotérique bien connue et qui a été incendiée par un déséquilibré qui fut manipulé par un groupe "charismatique" du bas de l'avenue de Cimiez. Tout cela a fait l'objet d'une plainte qui a été mise en enquête par le procureur d'Auméras qui classait beaucoup de choses mais le dossier aurait été subtilisé par un flic désireux de venger le meurtre d'un collègue.

On m'objectera que pratiquant l'astrologie, j'aurais du prévoir ce qui allait m'arriver et rester en Champagne Ardennes. Un thème est une photographie symbolique des possibilités du natif, il renseigne sur sa psychologie, sur ses centres d'intérêts possibles, sur le genre d’événements ou de difficultés que peut lui réserver son destin et l'astrologie occidentale fait appel à des techniques complexes pour dater à l'avance des événements précis. Il faut se tourner vers l'astrologie chinoise Zi wei dou shu pour la prévision et je n'en avais aucune idée.

En revanche, c'est votre serviteur qui, le premier, a commencé à démocratiser la divination chinoise par les baguettes ou pièces appelée Yi King ou I Tching où l'on pose des questions du style comment agir dans telle situation. Les réponses ont été souvent bluffantes mais je n'ai plus besoin de ce genre de "béquille". Il me suffit de voir et de parler avec quelqu'un à peine quelques minutes pour le cerner.

La jonction avec Nice

C'est à l'occasion d'un autre colloque d'astrologie qui s'est tenu à Nice et que j'avais préparé en me rendant sur ordre auprès d'une femme qui s'est avérée une foldingue résistant dans un village connu pour sa collection de crèche que j'ai noué un contact qui m'a fourni l'occasion de trouver un point de chute comme gardien de la villa du premier préfet de Nice, sans doute le dénommé Flourens.

Je ne retrouve pas les photos de la bâtisse prises récemment au lieudit Rémaurian entre Châteauneuf-vieille ville et Coarazze mais c'était un endroit idyllique avant qu'il ne tombe en ruine.Je passerai rapidement sur un séjour qui ne dura que de mai à juillet car la encore çà pourrait occuper un grand chapitre de mes "mémoires" mais je n'ai pas tenu de journal. Car séjour ne fut pas de tout repos car je fus accusé d'incendie criminel après avoir du trouver un point de chute en ville. Une bête histoire de jalousie, la locataire des propriétaires, les Gismondi une famille d'antiquaires antibois, mon hôtesse donc n'a pas apprécié que je lui fasse de l'ombre. les gens adressent plus spontanément ses questions aux gens que l'on devine comme étant plus cultivés, voire érudits sur les points qui les intéressent.

Un jeune champenois que j'avais un peu formé à la photographie et qui m'avait précédé en ville m'a laissé son appartement le reste de l'été le temps de trouver un point de chute plus durable. Je me suis débrouillé pour faire en sorte qu'avec sa copine, il me remplace comme gardien. Et il a bénéficié là d'une sorte de logement de fonction et c'est par lui que j'ai appris que la baraque était hantée. Aucun doute à ce sujet, la chose a été confirmé par une relation que je me suis faite là-bas par le biais d'un ancien flic qui avait recueilli mon barda quand j'ai du décamper...

Ensuite j'ai trouvé ma place en ville au Conservatoire dans la classe de Chauliac et au sein de la Société de Musique Ancienne locale.

La prédiction faite après le passage par St Max s'est donc bien incarnée. Ainsi qu'une autre portant sur la rencontre d'une sorte d'homme d'église et même d'un évêque qui allait devenir mon mentor. En fait cette prédiction a "coiffé" deux personnes bien différentes mais complémentaires qui, suite, à la découverte, sur place, de l’œuvre d'un certain auteur qui s'est distingué par sa critique du monde moderne a jouer un rôle considérable en me permettant de trouver une partie des réponses à des questions qui me hantaient...

Vu ce qui précède il est clair que j'ai été préparé à la situation abracadabrante que je suis en train de vivre dans la principale citadelle barbétique ou fut implanté un tribunal militaire dédié.

Acquisition d'une position dominante dans la maison d'un ancien bon "barbet"

J'ai du quitter Nice en 2003 quand la ville a désiré reprendre l'atelier que j'occupais dans le cadre d'une convention d'occupation précaire qui a duré 18 ans.

J'eusse été en droit d'exiger sa pérennisation mais désirant vivre désormais au vert vu tout ce que j'avais prévu comme caractère infernal de la vie dans une grande cité, je me suis mis en quête d'un point de chute dans l'arrière pays.

J'avais cherché auparavant plus bas autour de Drap ou résidait une de mes "maîtresses" de clavecin dont j'étais devenu le jardinier. Bien qu'ayant été payé par elle pour faire sa pub en distribuant pour plusieurs centaines de ses tracts et en y joignant le mien, ce fut en vain !

C'est donc mon "destin" qui fait que je me suis retrouvé à emménager dans une citadelle dont le château date du XIIIème siècle a mi chemin entre mon point d'arrivée et mon ancien poste d'organiste mais avec une dénivellation supérieure largement en ma faveur. Toujours l'influence de Sirius. Le hasard, si tant est qu'il existe, me commandait de le reconquérir !

Mes recherches sur le "barbétisme"

La découverte de ce phénomène apparenté aux fameux chouans vendéens est une sorte d'effet secondaire de la reprise de mon ancien poste en 2015. sans cela j'aurais pu ne jamais en entendre parler. Comme indiqué, je n'avais pas de projet de reconquête de mon ancien poste. C'est le seul point de chute qui me fut imparti qui me l'a imposée. Cela découlait fatalement qu'une suite de "signes" parfaitement clairs.

Je précise que le véritable motif c'est de travailler sur moi-même comme ce fut le cas au milieu des années 90 quand un père Paul S. m'ayant trouvé à sa tribune me proposa de participer régulièrement à ses offices. Le Conservatoire vous file systématiquement une maladie nosocomiale inconnue des musiciens orientaux, le trac. Et puis l'instrument méritait de revivre pour ce quoi il a été conçu.

Le "barbétisme" est très intéressant en soi, un propriétaire voisin avec lequel je suis ami m'a révélé qu'un de ses ancêtres fut "barbet" et je demeure dans l'immeuble qu'il a lui-même habité. Ce fut un bon barbet dont la tête fut mise en prix en vain par la promesse de deux quintaux de bon froment pour qui aiderait à sa capture. Il n'est pas impossible que je demeure dans l'appartement qu'il a pu occuper car c'est un de ceux qui a la meilleure vue.

Bref, je suis très intéressé par l'histoire régionale et elle est assez compliquée car avant la dédition de Nice à la Savoie, cette ville relevait de la Provence et il faut, à ce propos que je retrouve le livre d'André Compan. 

J'ai pompé tout ce que Nice Historique a publié sur les barbets mais leurs archives internautiques sont mal foutues. C'est du reste une spécialité très française que de procéder à des numérisations de fonds publics de façon assez "pourrie". La BN a confié çà à des CES (contrats aidés) et c'est assez nul avec des vues de pages non recadrées. Bref, comparés à ce que produisent les bibliothèques germaniques en comparant ce qu'on fait à Nice pour le régionalisme privé et à Paris pour les fonds publics, on ne peut pas nier qu'en 1860 un rattachement et même une fusion d'incompétence a eu lieu entre France parisienne et la ville de Nice en mode franchisé !

Quelques détails sur Fulconis

La documentation historique sur les barbets est toujours à prendre avec des pincettes. Ils ont été présentés comme des "résistants" aux hussard français ayant commencé a envahir le compté en 1792 mais l'animosité remonte plus loin et au moins à Louis XIV qui fit bombarder et sauter le château de Nice avec sa poudrière.

Le meilleur ouvrage sur ce sujet particulier que fut la résistance locale est sans doute un de trois qu'a signé Michel Lafelice. Il découle d'une thèse de Doctorat présentée à Lille et publiée en 1994 sous le titre suivant Les résistances à la domination française dans le pays niçois (1792-1814). A droite une déclinaison "grand public".

Pour consulter ces ouvrages soit il faut naviguer entre plusieurs bibliothèques niçois et on ne consulte pas sans devoir remplir un dossier avec photo comme j'ai pu le constater en voulant consulter à Dubouchage un ouvrage entreposée dans une réserve rue Lamartine. Enfin, il faut surtout prendre garde à la possibilité de déformations plus ou moins chauvine voir d'un manque de pédagogie, l'histoire de la région étant aussi "tortueuse" que l'est sa topographie montagneuse constituée de vallées assez mal communicantes. On s'en rend du reste compte quand il faut envoyer, par relais pickup interposés, des colis et quand on vous donne les plus proches mesurés à vol d'oiseau ! Je ne compte plus les fois où un colis m'étant destiné s'est retrouvé dans un Intermarché en bordure du Var.

Voici pour les recherches récentes :

Couverture   Amazon.fr - Barbets ! : résistances à la domination française dans le pays  niçois - Iafelice, Michel - Livres

Il existe une version couvrant les même années mais datant de 1894 que voici et qui se trouve être plus proche des faits relatés.

Nice, 1792-1814, l'invasion révolutionnaire, les Provençaux dirigent Nice, dictature de la Convention des colons marseillais, Nice pillée et martyrisée...

Cet ouvrage je le possède et j'ai même connu son éditeur qui a brigué le fief occupé par un personnage connu autrefois sous le surnom de "Motodidacte". Et je me rappelle que Frédéric Mitterrand a éclairé, assez récemment, le public à propos d'une orientation qu'ils ont partagée avant que celui dont on parle ne s'embourgeoise en compagnie d'une actrice "pipole"...

Dans ce dernier ouvrage, on trouve une longue liste de barbets mais il manque le nom de celui dans l'immeuble duquel je demeure...

A propos d'une "Nanette Escartefigue" comme égérie du brigandage sudiste

Escartefigue.jpg

Je viens de découvrir un livre intitulé Nanette Escartefigue, histoire de brigands : les Barbets du comté de Nice et les réquisitionnaires de l'Estérel par Jean Galmot.

L'auteur ne fut pas niçois, c'est une sorte d'entrepreneur et d'aventurier socialiste. Le livre est une sorte de roman historique basé sur un dossier judiciaire édité en 1804 à Draguignan qui s'appuie pour Fulconis sur un historien nommé Toselli. L'ouvrage Est paru à Nice en 1906 comme le confirme le style de la couverture.

Il s'agit de l'histoire fantastique et terrifiante de Jean-Pierre Pons, chef des brigands de l'Estérel, et de Nanette Escartefigue, "qui avait consacré son poignard à la vierge, son âme au Diable et son corps à tous les hommes". L'ouvrage est téléchargeable sur Gallica.

Les réquisitionnaire de l'Estérel ne furent pas des barbets mais des jeunes gens réfractaires à la conscription au delà du Var vers Aix et St Max qui ont formé le dessein de se joindre au "barbets" centré dans et autour du village dont une partie de la gestion me cause actuellement du souci. Mais cette jonction n'a abouti alors que la résistance locale avait tourné au pur brigandage.

Voici le sommaire de l'ouvrage :

sommaire.jpg

Cliquer sur l'image pour agrandir.

La partie intéressante commence surtout page 85, Nanette devient la servante d'un complice des barbets qui aurait dévasté l'église et qui nous est présenté comme faux frère en maçonnerie. Je ne saurais entrer dans les détails sans faire une longue recension mais on discerne, derrière, les détail de ce roman l'existence d'une tendance locale à jouer "double jeu" particulièrement là où un tribunal militaire y est décrit comme voué à la liquidation des derniers "barbets".

Page 88 on apprend qu'à Nice, l'opinion générale était depuis longtemps soulevée contre les barbets, il ne restait plus trace des anciennes sympathies qui avaient favorisés les premiers exploits des colonnes piémontaises contre l'annexion de 1793. On peut dater ce renversement de sympathie de 1796 grâce à une note d'un journal intime d'un abbé Buoniffaci de décembre 1796.

Et on apprend, page 89, que Fulconis fut assassiné certes par un proche comme le précise Wikipédia et il s'agit d'un de ses compagnons qui le tua alors qu'il dormait. Les éclaireurs s'emparèrent du cadavre et le placèrent à la porte de la maison de sa mère et je résume : le meurtrier l'accompagna attaché sur un mulet dans une position effrayante... Ensuite on découvre que la municipalité de Nice, dans un rapport au ministre de la police générale s'est scandalisée de ce traitement inhumain. Les habitants ont applaudi la protestation de municipaux et ont été irrité des jactances et des menaces de dénonciation du général Garnier faites sur les places et dans les cafés...

Ce n'est qu'un roman historiques mais les précisions sur la topographie, les noms de personnes citées qui sont parfaitement historiques et existent encore dans le secteur au travers de leurs descendants, tout cela milite en faveur d'un fort certain degré de véridicité.

Historicité du personnage de "Nanette"

Voir cet article très documenté https://books.openedition.org/pup/35673

Des révélations peu connues sur André Masséna

Un appendice page 141 met en cause Masséna comme ayant été un barbet. Mais il faut tout lire. Je cite quelques passages : Il n'est pas, dans l'épopée de Bonaparte, de figure plus fièrement dessinée sur l'auréole des gloires militaires, que celle d'André Masséna, soldat de fortune, presque illettré (...) Masséna a t-il été barbet? La tradition est unanime à ce sujet. A Roquebilière et à Levens, les récits laissés par les grands pères racontent que Masséna, évadé des prisons de Nice, a fait le coup de feu dans les bandes de miliciens piémontais. (...)

Les 6 pages qui sont consacrées à celui qui devint maréchal d'empire, si elles font pas un bandit sont néanmoins assez peu glorieuses... Alors que l'ouragan révolutionnaire agitait Nice, Masséna accourut et l'ancien adjudant du régiment royal italien fut proclamé adjudant major.

Ce qui m'a toujours frappé chez les Niçois et d'une manière assez générale c'est une espèce d'opportunisme et la faculté de se vendre aux plus offrant. J'ai croisé un ancien capitaine du port de Nice a qui je fis remarquer que j'ai trouvé chez bien des Niçois et surtout des commerçants un côté assez "marchands de tapis" au point de penser qu'il devait y avoir eu des croisements plus ou moins diffus avec des barbaresques ayant fait souches. Il a souri, n'a pas cherché à me détromper et m'a fait observer en substance qu'au fond la Mare Nostrum n'est en somme qu'un vaste champ de foire aquatique et que çà prédispose à une certain degré de métissage. Mais c'est plus compliqué encore que cela car Nice est une ville qui a cumulé diverses diasporas. Et je pense à l'influence de certains "pied noirs", les "russes blancs" ne s'étant jamais mêlé de politique, le secteur de part ses attraits touristiques n'a pas attiré d'anciens colons réfugiés mais des aventuriers français peu recommandable. Le maffiosime n'est italien que par l'étymologie du mot qui la recouvre, c'est un phénomène assez universel et comme tel non moins parisien que latin.

Un chauvinisme hostile aux gens nés ailleurs sauf s'ils ont de l'argent pour faire marcher le commerce en se taisant

En ce qui concerne la possibilité d'être accepté, une dame qui a consacré une partie de ses loisirs à faire le catéchisme et qui, comme votre serviteur n'est pas native du coin, s'est vu signifier que ne l'étant point elle aussi, elle ne comprendrait jamais rien aux gosses du coin (??).

Le village visé est en guerre depuis des siècle contre celui qui, plus au nord, abrite une statue de Sainte Marguerite échappée de la gueule d'un dragon. Ben  à vrai dire ils ne savent plus pourquoi ils n'ont jamais été copains.

Sauf que dans la périphérie du village visé 4 ou 5 collègues du Maire le voue aux gémonies et tous les citoyens avec qui j'ai eu l'occasion de prendre langue s'en sont plaint.

Je suis censé m'être installé chez des enfumés. Là où j'officie un dicton local en a fait des locaux des gens de chaîne mais c'était dans le passé alors je me demande pourquoi on célèbre par une stèle, et je suppose, un office annuel comme il s'en déroule civilement devant les monuments aux morts un personnage dont résistant dont l'épaisseur spirituelle est des plus mince.

Bref les circonstance historiques surtout ont formé au dessus du secteur un "égrégore" (milieu psychique agissant) assez pernicieux, le renouvellement et même le rajeunissement de la population par de plus en plus de gens venus d'ailleurs n'est pas susceptible de changer grand chose car je ne vois personne au sein du conseil qui puisse briguer la place du shérif et présenter les qualités requises pour changer l'ambiance. A moins d'un miracle !

Les Grinda ont-ils été payés pour l'instrument que je dessers

Ces derniers ont du prendre leurs jambes à leur cou car il n'auraient été payés que de l'acompte versé à la commande. C'est du moins ce qu'à déclaré, dans son livre sur Orgue et facteurs d'orgue de Nice, fin XVIIIème, début XXème, Elisabeth Pastorelli. Elle a tenu ses infos d'un mémoire de Mgr Ghirardi de Clans portant sur l'histoire de la collégiale de Clans que l'on trouve maintenant très difficilement avec le nom de son auteur (??). Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Coll%C3%A9giale_Sainte-Mari.... Les Grinda auraient été requis de fabriquer une guillotine pour les français, tout simplement parce que les facteurs d'instruments (piano, orgue) sont les seuls artisans assez habile pour régler les problèmes posés par le coulissage sans accros d'une lame de fer dans un bâti en bois.

Dans le livre de Joseph André, il est question d'une guillotine qui devait arriver de Marseille mais il n'y a pas lieu de douter du mémoire du clerc clansois. Ce que je veux souligner c'est qu'il y a eu chez les commanditaires de l'instrument un fond de malhonnête assez foncière. En effet, si on ne réponds pas à une réquisition, à l'époque on risquait sa vie. Le style français ne leur a pas plu et çà continue semble t-il, on compte sur les doigts d'une main les paroissiens qui assistent aux concerts d'été où l'on vient de loin et même d'Italie. A clans les commanditaires auraient voulu que les frères Grinda reprennent leur instrument.

Un litige simple à résoudre

Je n'aspire qu'à une chose avoir la paix en tant qu'organiste liturgique et n'être pas emmerdé comme je l'ai été le dimanche 6 août alors qu'on aurait pu me prévenir de l'intention des intervenant de répéter avant la messe.

Pour cela j'ai proposé que le contrat de ces intervenants, s'ils doivent se servir du Grinda devront assurer les 4 pièces de l'office du matin des 3 dimanches d'août concerné.

Non seulement ce n'est pas la mer à boire mais cela constituerait un pub pour leur concert de l'après midi et procurerait aux paroissiens de la variété. En tant que "personnalité" du monde de l'orgue, je suis d'abord un musicologue de réputation internationale. Mon livre très exhaustif que la question des anciens mode de tempérament est bien suffisant pour faire passe mon nom à la postérité.

Toute la question étant de savoir si cette postérité a bien un avenir. Le projet de Great Reset du très diabolique Klaus Schwab du forum de Davos, plus la conversion des 11 vaccins imposé aux nourrissons en vaccins à ARN tend à me persuader que j'appartiens à une espèce en voie de disparition et quant à ma destinée post mortem, un petite loge climatisée pour assister à la fin de la comédie tragicomique en cours suffirait à faire mon bonheur.

Pour ce qui concerne le litige causé par Formentelli et sa stupide dénonciation calomnieuse parfaitement insoutenable, il est dommage que le Maire ait sauté sur l'occasion pour vouloir me nuire et exercer un chantage (le retour des clefs contre le rapport) car il a absolument toux faux. D'abord il ne lui appartenait pas d'interdire aux affectataires de me procurer les clefs qui m'étaient dues, il y a donc eu ingérence dès le départ mais en plus on peut se demander, s'ils ne se seraient pas entendus à propos du contenu de ce rapport.

Une procédure est en cours pour l'obtention du rapport original et celui de Michel Colin datant de 2022. Le tribunal administratif va bien devoir trancher et j'ai jusqu'à l'été 2025 pour assigner le facteur indélicat en correctionnelle. Et je suis partisan de faire d'abord, par souci d'économie, en sorte que le "karma" puisse éventuellement faire son œuvre d'une manière ou d'une autre. 

Ce qui se passe m'a été assez pénible car j'aspire à une certaine discrétion.  En effet, quand on nait Cancer ascendant Balance et quand bien même on disposerait d'un aspect de célébrité entre la maison I et la IX par un trigone entre un Jupiter protecteur en Scorpion et un Soleil en maison IX, on ne peut être reconnu que dans un milieu assez et même très fermé et même quelque peu ésotérique, la IX donnant des indications sur les "hautes études" et la "religion" ou encore la philosophie. Et un natif du Cancer est attaché plutôt aux traditions ayant fait leur preuve. C'est un "conservateur" qui entend que chacun reste à sa place sans déborder sur ce qui regarde autrui. La Balance étant le signe diplomatique par excellence çà implique de la résilience.

Enfin quand je vois le mélange de bêtise et d'arrogance du personnage qui m'a agressé dimanche dans la sacristie parce que je ne voulais pas dégager par la grande porte, je me dis que mes adversaires vont finir par se planter carrément ou se fatiguer.

Evidemment, je ne fais pas de publicité sur place à propos de posts que ne visent que l'édification des collègues mais je me dis que si mes détracteurs venaient à tomber sur ce blog, ils auraient tout intérêt à redresser la barre d'urgence. Une des raisons pour lesquelles je me suis fait mal voir dès la fin des années 90, c'est que je n'ai pas voulu collaborer à la série de concerts qui perdure depuis plus de 20 ans mais je n'ai aucune raison d'être contre, simplement ça ne me concerne pas. Enfin Cabourdin m'a requis de faire la police autour de l'instrument et çà a été le début de l'explosion.

Mais bon Nice est en France depuis 1860 au moins soit plus de 163 ans même si, à partir de 1796, ce ne fut que par intermittence. Alors il est grand temps d'en finir avec "particularisme niçois" en mode séditieux doublé de prétentions aristocratiques ridicules par l'accouplement contre nature entre la colline de Seborga et la cuvette insalubre en hiver qui est en cause.

La "principauté" en question n'étant que de carton pâte est assez franchement parodique surtout depuis qu'elle est tombée en quenouille.

   MDR.jpg

L'histoire de cette autre principauté indépendantiste a fait rigoler tout le monde et s'il le fallait j'ai là-dessus un "papier" assez hilarant à produire.

Mais bon ça fait un but de promenade annuelle pour le bien des cars Peirani et le village ne manque pas de charme. Quand à la cuisine locale je n'ai pas eu l'occasion de la goûter.

Publicité gratuite.

07/08/2023

Là où les Grinda ont exercé leurs talents, la musique n'a jamais adouci les moeurs, bien au contraire !

L'orgue est toujours vivant à L'Escarène - Nice-Matin

Cet article est long et un peu aride mais si vous voulez des illustration et ou des pièces attachées ou même des revois vers des lectures académiques à propos des sujets périphériques abordés, il suffit de demander.

Dans le cours de cet article vous découvrirez les talents divers d'un claviériste nommé Pierre Bouyer, je lui ai dédié une "volée de bois vert" d'un style dont assurément je possède un secret assez unique quant au "style" imagé...

Je rappelle avant d'aller plus loin que si je ne mentionne pas le cadre de mes aventures organistiques, ni le moindre nom de personne hormis celui du facteur qui a fait la connerie de s'attaquer à votre serviteur c'est que je n'ai pas vocation à interférer avec la politique locale car si je dispose d'une liberté de parole, je suis astreint à une "obligation de réserve" et il n'existe aucun espoir que la gestion du village vienne à s'améliorer, j'y reviendrai. Le problème que j'ai a réglé est étranger à l'église locale et l'affectataire n'a fait aucune objection à l'action judiciaire en cours.

L'actuel affectataire a du reste été victime lui-même de la méchanceté ambiante d'une fraction de la population très portée sur la "cafardise". Il doit en effet arroser son petit carré de légumes derrière le presbytère nuitamment car sinon des riverains surplombant la cure se plaignent en Mairie. Un de ses collègues africains avait déposé un colis contenant un gros radiateur devant son portail sans réaliser qu'il est toujours ouvert et là encore caftage en mairie, c'est tout juste si on n'a pas appelé des démineurs d'office. Ambiance !

Formentelli est ce qu'on appelle un "petit con", il s'est laissé monter la tête par un aubergiste qui gérait le seul hôtel proche susceptible d'héberger les équipes de travailleurs appelés à des missions dans la partie de l'arrière pays concernée.

En temps que "macho" impénitent et prétendu "gaulois" cet aubergiste en est venu à me détester, il ne suffit pas d'avoir attrapé une MSTs durant une carrière de quasi mercenaire en Afrique pour en être avant de s'embourgeoiser en s'être lié à une des deux familles les plus fortunées du patelin... Sa femme qui a gardé le tabac est, dieu merci, un peu plus futée... Passons...

Victime d'une agression dans la sacristie de l'Eglise dédiée à St Pierre et St Paul hier dimanche matin le 6 août

Etait prévu, hier à 17 h 30 le duo de Pierre Bouyer (piano forte) et Nicole Tamesti.

Voir https://pierrebouyer.com/bio

Parenthèse médicale

Ces artistes ont été programmé pour l'année passée mais le claviériste si j'ai bonne mémoire à chopé un Covid. Heureusement la version annuelle du virus chimérique, le Omicron n'est pas méchante, le collègue a donc survecu. J'avais contracté la bestiole en mai de la même année et ça s'est limité à 2 mois de grosse fatigue. Je crois du reste que si je n'avais pas eu sous la main une série de tests, j'aurais pu ne m'apercevoir de rien et n'y voir qu'une accentuation d'une fatigue assez chronique et même de naissance due à une hypothyroïdie que je n'ai découverte qu'à plus de 60 ans car les toubibs sont majoritairement nuls à cet égard. Je profite de l'occasion pour signaler que les normes de la TSH sont fausses qui situent l'hypo au delà de 4,5 unités de TSH alors qu'elle commence clairement autour de 1 et disons 1.5. Enfin si j'ai pu obtenir l'Euthyral, combinaison de T4 et de T3, ça ne saurait valoir les extraits thyroïdiens de porc car il existe 4 hormones thyroïdiennes (dont T1 et T2) qui servent toutes à quelque chose. Et en France on est privé de cette béquille du fait des abus des amaigrisseurs qui prescrivaient mal à propos ce type d'extrait.

Bon enfin, si la paresse de ma thyroïde qui s'est marquée durant l'enfance par une frilosité extrême et un signe de Hertoghe (le tiers externes des sourcils rapés surtout chez les blonds et les roux) on influé sur ma destinée en ne favorisant pas les carrières plus ou moins sportives, je suis un crabe qui ne lâche jamais ceux qu'il vient à "pincer" pour des activités diffamatoires...

Et pour en revenir à l'ambiance du patelin je rappelle que certains jeunes habitants du village sont assez portés à lyncher les étrangers au pays au point d'avoir déchaîné l'entièreté de la presse hexagonale et une partie des médias étrangers. Un record puisqu'une chaîne de télé anglaise s'est déplacée, on y reviendra...

L'agression et son modus opérandi

Dimanche dernier, c'était la fête patronale, je trouve en prenant mon poste les néons restés allumés dans le buffet. Visiblement, le facteur accordeur du Var était venait de passer. La seule clef du buffet étant en Mairie, il suffisait qu'un agent municipal passe et actionne le commutateur. Mais je découvre que le premier si naturel à ripé en sautant de plusieurs tons.

Je fais donc mon rapport à la présidente de l'association municipale organisatrice du cycle en lui demandant de voir avec son compagnon, l'ex d'une de mes profs de clavecin hors conservatoire qui a remis sur pied l'orgue niçois des Dominicains s'il peut intervenir lui-même en présumant qu'il faut démonter l'anche et la replacer correctement avant de réaccorder, ou, si au contraire il faut faire revenir Michel Guyard qui semble avoir opéré dans la précipitation et être parti comme un voleur.

Je profite de l'occasion pour proposer que Pierre Bouyer profite de l'occasion pour me suppléer car, invité à un mariage dont les festivités se sont tenu dans une auberge dédié à la madone (Peillon) je sais que comme je dépends des invités motorisés je m'expose à une nuit assez blanche.

On me répond que non ce ne sera pas possible mais on néglige de m'avertir d'un projet de débarquement prévu à 9 heures pour cause de répétition.

Comme on est 2 organistes, j'arrive à 8 heures et en principe j'ouvre l'édifice à 10 heures pour le pseudo sacristain et le collègue qui vient préparer les chants. Auparavant je dois parcourir 4 km à pinces par un chemin forestier (45 minutes en marchant vite mais ça descends) car le marié, qui est spécialiste des 2 roues motorisés était indisponible depuis plusieurs semaine et mon cheval de feu est resté attaché en son garage. Mais on néglige de me dire qu'on a décidé de m'imposer une répétition de 9 h à 10 h 30 à mon insu de plein gré.

Donc je débarque et je trouve l'affectataire préparant l'auteur avant une prise de service dans le ressort de Laghet. J'entends qu'il libère la portail. L'entrée des "artistes" se fait par la sacristie. Le portail est barré de l'intérieur, je n'ouvre le vantail qu'à 10 heures. Donc, très innocemment, il en est venu à favoriser l'intrusion qui allait survenir.

Il me demande si ça va. Je réponds que non et il sait pourquoi. Il a été prévenu d'une possible défection de de mon désir d'être remplacé si possible. Il me réponds : peu importe l'essentiel est que tu soi debout ! Je lui demande s'il a entendu résonner l'orgue et si donc le facteur serait passé, il me répond : je ne m'intéresse pas à çà ! En fait d'après l'horaire de mes msgs sur Whatmachin, il ne me lit que tard le soir. Bref, le village étant peu gratifiant, il meuble sa solitude en visitant des collègues ou amis comme l'ont fait tout ses prédécesseurs à moins, comme au temps des enregistrements de l'ensemble baroque de Bezzina, il n'ai cuvé un vin qui n'était pas toujours de messe en ne se montrant que pour les offices...

Je suis en train de mettre au point mes pièces et je vois débarquer la présidente et son compagnon et je vois qu'ils se dirigent vers la sacristie que je ne peux refermer derrière moi. Justement si je n'ouvre qu'à 10 heures c'est pour des raisons de sécurité. Je dois attendre que le sacristain ou un collègue soit présent. Ils n'avaient rien à ficher à la sacristie. La Mairie a les clefs de la tribune et du contacteur de la soufflerie.

Une agression préméditée

Pierre Bouyer est accompagné, non seulement de la présidente et de son mec mais également d'un certain Jean Claude. Un individu violent, il parait que ce serait "de famille" qui avait sans doute été recruté comme éventuel "homme de main".

Bref je le connais depuis environ 37 ans. Il a fait partie de la fine équipe "paraliturgique" voué à la défense et à l'illustration du folklore ancien type "fête des limaces" comme décor de la "Fête Dieu". Je dois tout mes problème à une partie de cette "fine équipe" dirigée par un personnage assez "fumeux" que l'on voit sur une photo illustrant un culte barbétique local que j'évoquerai plus loin. Cet individu, un caractériel, facilement "énervable" dès qu'on le contredit fut pompier bénévole, il serait retraité d'un office paramédical, le Maire étant médecin il partage les préventions de ce dernier envers votre serviteur. Du temps du Père Paul S., un curé sportif, motardisé et très original puisqu'inventeur de "mariages sous marins" au lieudit niçois Roba Capeou, ce personnage mi paroissien-mi agent municipal bénévole a insulté notre "patron" de l'époque parce qu'il avait une "femme secrète" et un fils naturel que je n'ai discerné que tardivement et il se trouve surtout que j'ai été affranchi des misères qu'il a subie par une relation que j'ai nouée plus tard avec un personnage assez particulier de qui je détiens beaucoup d'informations dans un domaine assez "géopolitique" pour faire court. Paul S. est chypriote, et il coulerait une retraite des plus amères dans son pays, la frustration aurait nuit gravement à sa silhouette qui n'était pas des plus "haricot vert"...

Un "roman" que je vous conte est intéressant de part tous ses détails

La présidente s'est abstenue de monter à la tribune. J'ai vu filer le couple vers la sacristie où ils n'avaient absolument rien à foutre puisque la Mairie à les clefs d'accès à l'orgue tant externe qu'interne.

J'ai découvert lors de l'agression survenue en la sacristie et en l'absence de témoins qu'une porte de communication entre l'escalier menant aux appartements privés de l'affectataire et au couloir donnant accès à la sacristie a été fermée. Or elle ne l'est JAMAIS et elle peut se fermer de l'intérieur côté sacristie. J'ignore si la clef de la serrure actionnable côté escalier privé est la même que celle des verrous fermant vers l'extérieur et la place Carnot. c'est un point à vérifier mais quand on réfléchi à cette porte, jamais fermée sur laquelle j'ai buté, lors de l'agression, la fermeture ne peut venir que de la présidente et son complice. Je présume qu'elle a prévu un éclat pouvant attirer le prêtre desservant et qu'il s'agissait de l'empêcher d'intervenir !

Obligé de battre en retraité et insulté devant un collègue

Imaginez votre serviteur sommé de "dégager" devant des collègues. Il ne faudrait quand même pas oublier que si je ne donne pas de concerts, je suis un musicologue de réputation internationale et qu'à tout prendre il existe une différence de niveau entre les chercheurs qui laissent à la postérité un ouvrage de référence sur un point de technique subtile (celle des tempéraments inégaux) et les nombreux "saltimbanques" et "comédiens en musique" qui se donne en spectacle dans des cadres somme toute assez frivoles !

Pierre Bouyer s'est plaint de l'accueil, il se prend pour qui ce Mossieur ?

pierre-bouyer-diligence.jpg

Cette photo je l'ai tiré de son site. Nous le voyons se pavaner à l'arrière d'un carrosse d'ancien régime. C'est un piano fortiste autodidacte. Il est très renseigné sur le clavecin et connait l'existence de Geoffroy Dechaume mais vous ne trouverez de sa part aucune audition d'orgue ni de clavecin. Bien sûr n'importe quel claviériste ayant suivi l'enseignement de piano d'un des maître du Conservatoire peut jouer brillamment de l'orgue mais je note ceci :

Pierre Bouyer fut un des tout premiers claviéristes français à se passionner pour le fortepiano, après des études pianistiques “classiques” avec Yvonne Lefébure et Charles Lilamand et la découverte précoce du clavecin grâce à Antoine Geoffroy-Dechaume (ces études comportant un détour par diverses classes du Conservatoire National Supérieur de Paris, dont il est lauréat).

S'il avait été l'élève en clavier de Geoffroy-Dechaume, il l'aurait précisé. En fait il n'a fait que lire les secrets de la musique ancienne et autres ouvrages apparentés. Quant à moi, j'appartiens bien à la "succession apostolique" ainsi ce personnage qui me fait penser à Louis XIV plus qu'à son prédécesseur du "Grand Siècle" en me prenant pour un "petite merde" en se plaignant d'avoir été mal accueilli. Bien sûr on s'est bien gardé de l'avertir qu'il allait être confronté à une "pointure" dans son domaine

Je ne regrette pas d'avoir été trop fatigué pour descendre pour le concert car il m'aurait fallu remonter un stop et çà marche mal dans la région car de toute façons vu la littérature tardive qu'il affectionne, il est impossible de vérifier s'il a pu assimiler l'art du toucher inégal car il n'est vraiment opérationnel qu'à l'orgue et au clavecin domaine qu'en fait il ne pratique pas du tout vu l'absence du moindre enregistrement et surtout bien avant l'époque qu'il affectionne, celle de "Bithovent" et Cie.

Nous verrons que cette invitation témoigne de beaucoup de fatigue de la part de la direction artistique du festival...

Dégagé de force et de quoi s'est plaint Pierre Bouyer

Donc l'ordre m'est intimé de "dégager" séance tenante par, disons un handicapé mental infesté de l'espèce de chauvinisme local anti-français qui se pratique dans le secteur. Je ne serais pas le "maître" en ma tribune et lui qui il est ? Et bien si je suis le "maître" car lorsque l'intrusion s'est produite j'étais dans mon rôle et je ne me suis jamais opposé aux concerts et on verra à ce propos que quand je propose d'en améliorer la gestion on fait la source oreille.

L'affectaire aurait été informé des répétitions avant la messe. Evidemment que c'est faux, ça a été décidé à la dernière minute rien que pour m'emmerder.  Notez que dans sa générosité la présidente avait décidé de libéré la tribune à 10 H 30 nous laissant une demi heure pour assumer la préparation de l'office. Mais il a fallu que le sacristain se gendarme pour les "dégager" à leur tour. Nicole Tamesti m'a demandé à quelle heure finirait la messe. J'ai du répondre qu'en raison de la présence d'un baptême et vue des début selon l'heure africaine du jour, il fallait prévoir une occupation jusqu'à midi 30.

Donc je reprends mon jeu de clefs et l'orgue en vient à tomber aphone dès les premiers accords. Or j'ai prévenu que j'allais couper le contact mais comme l'artiste m'a considéré que comme un amateur méprisable sans même avoir la politesse échanger la moindre civilité, çà lui a coupé le sifflet. Ce à quoi j'ai répondu que si la présidente avait fait son job, elle lui aurait fournir les clefs. je n'allais quand même pas laisser un trousseau contenant des clefs personnelles.

Or on devait découvrir que l'affectataire s'étant fait remplacer par un collègue, ce dernier a mené les choses tambour battant, on a commencé à l'heure et fini à Midi et quart. Donc avant de me faire remonter par un couple de paroissien fidèles qui sont content de ma présence, je fais un crochet par le café de l'Union pour annoncer au duo que la voie est libre. En vain il s'était attablé devant un repas copieux à l'italienne. Il n'y avait donc pas urgence, ils disposaient d'au moins 3 heures pour répéter et l'on aurait pu fermer l'église jusqu'à 17 heures 15. Je suis donc persuadé que c'est la présidente qui a poussé à la répétition du matin, rien que pour me faire chier.

Je fais le service depuis 2015 soit depuis 8 ans. Jamais aucun artiste intervenant n'a exigé de répéter avant la messe et je regrette : l'usage cultuel du bâtiment et de son orgue sont PRIORITAIRE.

Récapitulons !

D'après l'affectataire c'est moi qui aurait du "dégager" les importuns. Ben l'aurais aimé l'y voir !

Nous avons été informés par la bande que pour les deux prochains dimanche les organisateurs on décidé de leur propre chef de réquisitionner l'orgue avant la messe. J'ai prévenu mon patron que si un créneau suffisant ne m'est pas assuré je prendrais mes vacances. Après tout j'y ai bien droit même si étant bénévole cela exclu le versement de "congés payés".

Le moyen de solutionner ce genre de problème, c'est d'imposer dans le contrat des intervenants, la participation à l'office du matin des concerts !

J'ai travaillé avec Marcel Pérès avant qu'il ne monte à Paris et connaisse son heure de gloire. Il a donné un concert dans le cadre de l'organisation visée. On se tutoie, l'ayant trouvé à la tribune en arrivant avant la messe, je lui ai proposé d'intervenir pour les 4 pièces et a accepté avec empressement. c'est un grand improvisateur, il a fait çà les doigts dans le nez et on en a profité pour avertir les paroissiens qu'ils avaient la chance d'avoir un aperçu du concert de l'après midi.

Mais voilà, je n'ai jamais pu faire entrer cette pratique dans les mœurs de la collectivité organisatrice. Je pense jouer correctement la littérature que j'aborde. Un dimanche que j'ai organisé une séance de travail plusieurs touristes m'ont félicité et même applaudit, on m'a demandé si je donnais des concerts. Non ce n'est pas dans mes cordes à cause d'une certaine émotivité que j'ai du apprendre à maîtriser. Dimanche dernier j'étais prêt à rentrer chez moi mais les absents ont toujours tort et finalement çà s'est bien passé. Je remercie donc les perturbateurs pour l'épreuve qui renforce mon auto-confiance mais il ne faudrait pas en faire une habitude.

J'ai donc invité mon "patron" à faire en sorte que l'on décide d'inclure dans le contrat des intervenants une participation à l'office car elle ne présente que des avantages pour tout le monde. Ca me ferait des vacances, plus de la variété pour les paroissiens, plus une pub pour les concerts estivaux. Certes on compte sur les doigts d'une main les paroissiens venant aux concerts de l'après midi et les divers affectataires ont toujours boudé ces manifestation profanes tout simplement parce que le Maire et ses sbires se sont toujours comportés comme en terrain conquis !

Je rappelle que j'ai du signer un contrat avec ce personnage pour obtenir les clefs de tribune car il avait interdit à tous les prêtres de me les donner. Cela s'appelle une ingérence caractériser et cela doit cesser. Je redoute, comme il est appelé à se représenter, qu'il n'en vienne à exiger de l'évêque mon exclusion comme il du réclamer le déplacement du Père Paul suite à son installation sur son siège de "shériff municipal" parce qu'il règne sur une ville très policière. Il y a avait 21 caméras au temps du fameux lynchage qui n'ont servi à rien et on va en doubler le nombre pour faire cracher les resquilleurs qui dépassent le temps de stationnement imparti...

Pourquoi Pierre Bouyer a t-il refusé l'offre qui a été faite dès le jeudi ou le vendredi précédant ?

Ben tout simplement parce qu'il n'est pas vraiment organiste mais Claudine Grisi, la directrice artistique questionnée à ce sujet par la présidente n'a pas du prendre la peine d'en faire la proposition à l'intéressé ou il l'aura refusé alors qu'il est clair qu'il pouvait jouer les 4 pièces requises sans avoir beaucoup à se mettre en peine.

Mais voilà comme vous pouvez le constater, ce personnage mal dégrossi et qui se croit encore sous l'ancien régime et considère ceux qui ne lui font pas de courbettes comme de la valetaille alors que son instrument de prédilection a surtout marqué une rupture et ne fait souche qu'après une révolution terroriste des plus sanglantes se prend pour ce qu'il n'est pas et joue habilement d'une rhétorique publicitaire biaisée pour tenter de se fondre dans un univers baroque auquel il demeure étranger.

Alors dans la mesure où il m'a manqué du minimum de respect qui m'est du je lui dit que s'il n'a pas été content de l'accueil qu'il s'en plaignent aux véritables responsables à savoir d'un ancienne prof d'anglais et que si ce n'est pas suffisant qu'il aille se faire foutre.

Je suis sans doute de lointaine ascendante aristocratique côté anglais car je peux exhiber de deux blasons prestigieux, l'albionique étant ainsi conçu : noir d'écu au chevron herminé couronné de trois anneau d'or. J'ai donc dans mon ascendance des magistrat et des clercs tonsuré d'assez haut niveau, alors le "saltimbanque" auquel j'ai eu affaire et bien je m'emmerde à pied, à cheval, en voiture. Et le laisse les vaisseaux spatiaux aux admirateurs d'Elon Musk fous furieux qui rêvent d'aller coloniser Mars. Si seulement les 80 % de bipèdes ne comprenant rien à la pièce tragique qui se joue sous les yeux ébahis de moins de 20% de relativement initiés ça ferait beaucoup de pollution de tous ordres en mains.

Un directrice artistique qui donne des signes de fatigue

Soit dit en passant l'invitation par ma collègue Grisi de ce duo essentiellement piano fortiste témoigne en effet de beaucoup de fatigue. Je n'ai rien à dire sur le plan artistique et sur la qualité du pianiste et je pense du reste que c'est la violoniste qui était anxieuse mais il faut convenir que le style de prestation n'a vraiment que peu de rapport avec l'esthétique de l'orgue des Grinda.

Cette ancienne prof que j'ai beaucoup appréciée à l'époque où je n'étais pas encore trop éloigné de Cagnes sur Mer où elle a tenu une classe d'orgue nous a fourgué deux éditions des élèves de Saorgin avec la répétition des prestations de deux anciennes camarades qui feraient mieux de prendre leur retraire en tant que concertistes mais si je ne m'abuse le dernier concert à été dédié à un couple de revenants. La violoniste à certes épaté le public mais seul l'ensemble Polhymnia est nouveau.

C'est l'occasion de préciser que j'avais fait passer un CD d'un collègue, savoir Dominique Dantand qui méritait largement de paraître vu l'enregistrement d'un livre d'orgue longtemps inédit, celui de Jean-Baptiste Nôtre qui est un livre français de l'époque qui convient au Grinda mais comme cela venait de moi, ce CD on l'aura oublié dans un coin ou on aura volontairement censuré son auteur. Mais c'est égal, ce collègue a apprécié "mon" instrument lors d'une visite à sa fille qui lassé de la mentalité sudiste a regagné des parages plus froids donc naturellement plus chaleureux, y compris envers les étrangers.

Notez que mon collègue ne s'en est pas formalisé, des propositions de concerts, il n'en manque pas puisqu'il a eu l'occasion de se faire entendre jusqu'en Espagne et il dispose d'un orgue français plus complet que le Grinda local.

Sur un village peu auspicieux

Le village dont on parle, peu auspicieux, il l'est pour des raisons diverses, topographiques, historiques etc...

Sur le plan topographie son "Feng Shui" est calamiteux. C'est une cuvette froide et humide en hiver. La circulation de l'énergie dans le lit de son "fleuve" actuellement des plus chétifs est obstrué par une végétation qu'il faudrait discipliner. Les maisons au Sud "tournent le dos" à ce fleuve alors que l'on pourrait aménager les berges et les rendre attrayantes sans grand frais. Il est barré du côté de son "phénix rouge" (Sud) et son assise est "cassée" côté "Tortue noire" (Nord). Le siège initial du village étant à l'Est et figure actuellement son "dragon vert", et la partie "Tigre blanc" est vectrice des humeurs peccantes venant du Mercantour. ce qui est remarquable c'est que la "cassure" qu'enjambe un viaduc bifurque vers un col où démarre tous les orages et cette direction se trouve pile poil dans une direction que les chinois ont baptisé "porte des démons".

J'avais raconté çà a un curé qui s'est laissé manipuler en 2002 par une camarilla de mes adversaire avant de me limoger. Notez qu'il aurait pu se faire un nom dans le domaine de l'astrologie s'il avait été doué en matière de symbolisme. Mais il a trouvé "diabolique" la "science naturelle" que j'ai apprise dans ses modalités les plus basiques. Ce "patron" que je n'ai servi que quelques mois a failli me causer une chute mortelle depuis la tribune un soir de la veillée de Pâques en raison du fou rire que m'a causé sa thèse selon laquelle les chrétiens se seraient inspiré de "la flamme des Jeux olympiques" pour concevoir le rituel du rallumage du cierge pascal à partir d'un feu de bois externe des plus naturels. Il existe bien un symbolisme du feu comme source de lumière qui est universelle mais il n'existe aucun rapport entre une "grande messe sportive" et une "initiation" censée procurer la "vie éternelle" chose de toute façon incompatible avec la conservation d'une modalité individuelle fut-ce en mode subtil.

Fort heureusement j'ai à présent comme "patron" un clerc tonsuré qui est Bac + 14 et il connaît la cosmologie grecque comportant trois étages sans laquelle on ne peut rien comprendre aux matières spirituelles. Quoique n'étant que Bac - je crois que nous formons un assemblage assez cohérent et il a régularisé spontanément ma situation bancale en me procurant spontanément les clefs qui me manquaient encore. Mais ayant tâté un peu du bouddhisme en version plus ou moins "chamanique", je ne suis pas sans savoir à quel point ce monde est tissé d'impermanence...

Une histoire des plus tourmentées

L'orgue a été construit en 1791. En 1792, des hussards révolutionnaires débarquent et veulent assujettir le pays et rançonnent le habitants. Des "chouans" très spécifiques se lèvent en tant que résistants. Celui auquel on a consacré un culte annuel là où j'exerce mon talent s'est borné à se venger du viol de sa femme.

En 1799, les français sont quasiment maître du pays, le général Pierre Dominique Garnier propose un armistice à destination des "barbets" désirant rentrer au pays. Jospeh André auteur de Nice 1792-1814 a décrit ce général comme un assez sale type, ce n'est pas l'idée qu'on peut s'en faire en lisant sa notice sur Wikipedia.

L'idole de la caste au pouvoir là où je pratique surtout la musique française est un certain Lalin. Tous les indépendantistes y compris lrd occitans avec lequel il n'est relié par rien en ont fait leur emblème. Son effigie orne une monnaie locale de pacotille qui ne sert guère que facultativement pour payer l'entrée de concerts voués à la polyphonie en usage dans le grand sud...

Description de cette image, également commentée ci-après

Ce personnage a libéré ses compagnons dans la forêt du nid d'aigle où je réside. Mais lui a désiré garder le maquis

Or je découvre que le 15 mai 1796, Victor-Amédée III l'ex souverain des niçois a capitulé en signant le traité de Paris et en laissant le Comté de Nice aux Français avant de mourir le 16 octobre 1796.

La partie était perdue dès cette année là pour le barbétisme. Voir apogée et déclin du barbétisme sur Wikipedia. Ce phénonomène allait être éradiqué sous le consulat et l'empire à la demande des habitants.

Lalin a été occis par des proches pour toucher la récompense et ostenté par les français à Nice après avoir été encloué sur la porte de la maison de sa mère. Au grand scandale, des curés et de leur évêque niçois... Sauf que les clercs sont courageux mais jamais téméraires...

"symphonie" collaborationniste

La "symphonie" correspond dans le christianisme orthodoxe en un idéal de collaboration de l'autorité spirituelle (caste des brahmanes) et du pouvoir temporel (caste des guerriers) qui n'a jamais vraiment existé coté latin...

En revanche, cette symphonie s'est incarnée localement et assez provisoirement dans le village où je sévis. En 1806, Napoléon premier du nom est devenu le maître de l'ancien comté de Nice. Il décide que l'on fêtera la "Saint Napoléon" le 15 août, jour de la fête de Marie "mère de Dieu". Gonflé le mec : il faut donc trouver dans me martyrologue un non rappelant le blaze de celui qui venait de se prendre comme une sorte de "nouveau Christ". Certes je lui sais gré d'avoir arrêté cette putain de révolution que fut 1789 et la suite et je suis d'un tempérament assez bonapartiste. Je suis pour les "concordats" intelligents sauf que celui qui a pris forme en 1905 est assez franchement calamiteux parce a consisté, avant l'achat tout récent de notre presse hexagonale par des millions d'€uros de subventions (j'ai vu passé il y a quelques heure le chiffre de 962 millions mais j'ai pu rêver...) a faire de l'Eglise de France, ce qu'on est convenu d'appeler une femme entretenue quand on veut rester poli.

Seulement voilà, elle avait vocation à le devenir au moins en France car en Allemagne il en va bien différemment...

C'est ainsi qu'un curé érudit dont j'ai oublié le  nom a dégoté un nom de martyrs vaguement approchant et que l'affaire a pu être pliée.

Quel rapport avec le patelin où la prétendue élite me fait des misères ?

Ben tout simplement, André Pereygne que j'ai connu comme directeur du Conservatoire (dont j'ai hanté la classe de clavecin tenue par une disciple d'Antoine Geoffroy-Dechaume marié à un lointain descendant d'un certain Guy de Chauliac qui fit ses études de médecine à Toulouse et Montpellier) a raconté dans un supplément de Nice-patin-couffin (Nice-Matin) l'histoire du zèle d'un certain Uberti qui s'est roulé par terre pour écrire au préfet de l'époque qu'il regrettait de n'avoir pu en faire assez vu les finances de son patelin...

Les choses ont donc bien changé puisque le village en question a choisi de revivre le cauchemar des années 1792-1799 et de camper dans un esprit de sédition anti français que, bien entendu, le Maire abandonne momentanément quand les subsides parisiens font son affaire. Je pense évidement au montage d'un "vaccinodrome" et d'un ou deux prêches civil en l'église où je réside à la place d'honneur, du moins selon les données des 4 directions de l'espace. Ben oui l'église a été orientée en 1643 à l'envers, l'orgue étant à l'orient de l'édifice, ce ne peut qu'attirer des emmerdes à son desservant liturgique et ne profiter qu'aux stars plus ou adonnées à des exhibitions plus ou moins égotiques.

L'affaire du "lynchage mortel"

Un lyonnais ayant été soupçonné de vol d'une carte bancaire et de menue monnaie au détriment d'une vieille, elle l'a désignée comme son voleur. Il est possible qu'elle n'aie pas eu la berlue mais on n'a jamais vu, en dehors des quartiers de banlieue les plus pourris des grandes villes, une petite armée de jeunes poursuivre un suspect qu'ils ont lynché sous le viaduc ferroviaire avant de l'abandonner devant le vieux moulin devant l'effigie de (...) Lalin.

J'ai enquêté à l'occasion d'une campagne de photos pour illustrer le Feng Shui du patelin et j'ai fait parler des vieux villageois de souche. Je suis pas curé mais je sais confesser les gens. Cela dit on les désigne comme des "consanguins" à qui ont a reproché une "omerta", en fait seule une poignée d'entre eux on su quelque chose après le 12 octobre et l'immense majorité des occupants d'un village ayant tourné au genre dortoir pour étrangers de passage n'ont rien su avant le 14 décembre quand Nice-Tru-machin s'est emparé de la nouvelle.

La question pertinente est qui a censuré la chose et pourquoi ? La réponse est sans doute identique à la question de savoir comment le Maire s'y est pris pour me faire coller une contredanse pour stationnement interdit le jour des Rameaux, 17 jours après, soit le lendemain de la réception d'une épître lui annonçant que s'il devait continuer sur la voie qui est la sienne, il risque un jour un choc en retour quelconque...

Enfin c'est l’hôpital Pasteur qui a merdé et la famille du lynché à porté plainte pour défaut de soins d'urgence.

Reste à déterminer la source de la violence locale que j'ai moi-même subie hier matin. "Charlie Merdo" en évoquant contre toute vraisemblance un lynchage si banal a évoqué un village de métissés, je cite :

Alors ? Il est vertigineux comment, le racisme, CENSURE ? En vrai, nettement moins qu’à Paris. La population est
beaucoup moins uniformément blanche que nous le font croire les médias nationaux. Je croise toutes sortes de visages
noirs ou à la peau sombre (si vous vous attendiez à ce que j’aborde les gens pour leur demander s’ils sont arabes, il aurait
fallu me payer beaucoup plus cher).

Et plein d’enfants métissés. Personne ne semble les regarder de travers, ces gens, tous
ont l’air tout à fait intégrés à la vie du village. Si l’on regarde quelque chose de travers, c’est plutôt ma propre excessive et
peu naturelle blancheur (il est possible qu’on n’ait pas vu un Irlandais depuis un bail, par ici – j’ai l’impression d’être une
licorne).

Désolé de contredire les propos de l'anglaise qui a écrit ces bêtises. Il est possible qu'il y a fort longtemps des barbaresques aient fait souche localement dont le métier consistaient à razzier la population sur les côtés. Les semblables attirant les semblables, en 1963 on a choisi un lieu excentré pour en faire un camp de harkis. Des gens charmants et très attachants à la première génération mais après avec l'indigénisme montant ça a été moins cool. En temps qu'ex accordeur de l'ensemble baroque, je suis sorti de nuit de l'église pour demander à des filles assez bronzées de baisser d'un ton pour qu'on puisse finir vite le job  avec pour résultat d'avoir de devoir battre en retraite et de nous barricader derrière le lourd vantail.

Mais plein d'enfants métissés, c'est faux ! Le village aurait plutôt tendance à "blanchir" car plusieurs des personnes que j'ai questionnées ont insisté sur le côté dortoir du village. Le village se rajeunirait et une villageoise de souche dont le petit fils s'est extasié devant le Grinda et envisageait d'apprendre l'orgue m'a confirmé que, comme partout ailleurs, les indigènes de souche lointaine sont de plus en plus minoritaires. On y voit plein de jeunes couples attirés par le soleil et l'on se plaint qu'il ne fasse par marcher le commerce local en préférant faire halte à Auchan ou à l'Intermarché de Cantaron en rentrant du turbin. Et j'ai été frappé par l'observation suivante : du temps de mon premier ministère, la place Carnot était plus ou moins le RV des jeunes hors Café de l'Union, or depuis 2015 hormis la clientèle de la terrasse, on ne voit plus le moindre attroupement au delà de cet espace commercial.

A noter que l'enquêtrice de "Charlie Merdo" aurait discerné plein de lesbiennes gravitant autour du café de l'Union où mon patron serait devenu assez populaire puisqu'on le désigne comme l'évêque du patelin. Enfin si l'espèce visée n'est pas rare et se reproduit de préférence par PMA et se trouve être portée par le climat de vengeance tout azimuts qui constitue une sorte de point focal de la crise de notre monde post moderne, je doute que ces nouvelles amazones puissent plastronner en annonçant la couleur. Je cite :

En tout cas, si vous cherchez Jean de Florette, vous ne le trouverez pas ici. XXXXXXX a ses ostéopathes et ses lesbiennes. On ne saurait faire plus « Marais ». C’est juste un endroit où il s’est passé un truc moche. En cela, XXXXXX c’est partout.
Traduit de l’anglais par Myriam Anderson

Un village LGBT en somme : n'importe quoi ! Je n'y viens guère que le dimanche et rarement en semaine mais s'il avait présenté des accents lesbiens ou s'ils comportait des vrais gaulois, et ceux là formaient des "ménages à trois" sans femmes comme l'on rapporté plusieurs historiens antiques, ça se saurait. L'impression que je retire c'est que ce village est assez mort comparé à l'animation d'autrefois.

En guise de conclusion provisoire

La procédure menée en vue de l'obtention du rapport accusatoire de Formentelli et du rapport de contrôle de Michel Colin reprendra après le 7 septembre. La C.A.D.A. ne peut exciper d'un délai supérieur à deux mois pour donner sa réponse ou rester sur une non réponse.

Je rappelle que je suis accusé par Formentelli d'avoir causé 5396 € H.T. de dégâts dans l'instrument en prenant l'initiative d'intervenir pour je ne sais quelles raisons ni exactement comment. C'est stupide car l'église ne détient pas de clef du buffet et cela n'a aucun sens, l'instrument étant à l'époque sous contrat d'entretien bisannuel. Je pense du reste que la manoeuvre visait à se défausser d'un entretien peu rémunérateur car Formentelli n'ambitionne que des grands chantiers.

Il est exclu que je me fasse "enculer" par ce personnage qui n'a fait qu'essayer de se venger d'un article de juillet 2014 qui en réalité ne le mettait pas en cause personnellement mais a dénoncé la magouille d'un de ses "souteneurs", un pharmacien organophile que tout le monde connaît et qui choisi de virer sa vidéo sur l'orgue d'une basilique champenoise qui n'avait conservé que le buffet de l'instrument. Un instrument jugé trop criard par un collègue, la vidéo aurait disparu dans l'heure. Une manoeuvre ayant consisté à jouer de son "charisme" pour persuader deux Dracs de mettre sur la touche le technicien conseil responsable de l'instrument de Saint Guilhelm le Désert soit Roland Galtier et ensuite Michel Colin pour l'orgue que je dessers.

Je constate simplement en ce qui concerne celui que je joue que Formentelli à occulté la montre et le prestant dans les graves jusque Fa1 pour le 8 pieds et Fa2 pour le 4 pieds. Plus des inégalités dont un second Mi naturel récalcitrant et des anches assez inégales.  Maintenant je n'ai jamais été hostile à ce facteur personnellement. J'ai un collègue et ami qui a entendu un enregistrement de St Guilhelm dernière manière et qui en est enchanté. En définitive, c'est l'éthique calamiteuse de Formentelli fils que je condamne et il devrai en répondre. Les dénonciations calomnieuses sont passibles de poursuites pénales et il ne peut invoquer aucune excuse.

Pour en terminer avec l'angle choisi pour aborder le litige, le mauvais génie promoteur de Formentelli fils avait failli me casser al gueule lors de l'entracte de l'inauguration du "biniou" en cause... Comme je me suis présenté à lui, le bec enfariné et que je ne suis pas né de la dernière pluie, que j'avais prévu sa réaction peut-être que j'avais prévu d'immortaliser sa réaction imbécile... Quoiqu'il en soit instrumenter contre moi son idole est l'oeuvre d'un lâche de la pire espèce et ce que j'ai écrit à son propos étant couvert par la prescription de 3 mois, les casseroles que je lui ai accroché au cul tinteront encore pendant longtemps chaque fois qu'il fera un mouvement.

A propos des numérisation frauduleuses de Sonus Paradisi

Je l'avais mis en cause à propose de la numérisation frauduleuse de plusieurs instruments du Sud Ouest par Sonus Paradisi. Comme je l'avais annoncé, la technique consistant à crypter les banques de sons quelqu’en soit le mode a vécu, en ce qui le concerne. Après avoir suffit les pressions de l'éditeur du logiciel se simulation américain Sonus a rétropédalé pour ne se plus conformer qu'a la dernière version IV qui a été crackée.

La dernière version serait la VI mais je ne vois pas où sont les véritables progrès et on laisse ses gadgets additifs aux blaireaux friqués lesquels ont bien le droit d'exister car il faut de tout pour faire un monde...

19/06/2023

Où sont passés les manuscrit d'orgue d'Entrevaux ?

Je m'efforce depuis 2004 d’accéder aux MS d'Entrevaux et j'ai remis en chantier ce projet récemment. Or la Mairie fait la sourde oreille à mes demandes. L'histoire étant complexe j'ai préféré créer mon article sous Word et le publier au format pdf pour des raisons pratique.

Vous pouvez le télécharger en cliquant sur ce lien. A noter que la version connue du MS Delmotte est disponible sur IMSLP. Le lien est dans l'article visé.

Card image cap

Le MS Delmotte et le MS Clermond ont été détenus jusqu'en 2005 par un anglais qui avait posé ses valises à Entrevaux.

Seulement une partie de la musique de ces manuscrits a été restitués.

En 2004, de concert avec le Père Salnitro j'ai oeuvré pour qu'ils soient restitués mais il est possible que Greaves, qui était âgé à l'époque nous ait manigancé un coup fourré des plus perfides.

J'ai le 23 août dernier fait une demande en Mairie d'Entrevaux pour accéder à ces manuscrits ou en avoir des copies. En vain, plusieurs fois, au téléphone, on a attesté de la bonne réception de mon email, on m' a promis de transmettre la requête à qui de droit mais j'attends toujours.

Or il est tout-à-fait possible comme l'annonçait une lettre du 10 janvier 2005 de Greaves que l'anglais se soit abouché avec le notaire le plus proche qui est à Puget-Théniers pour organiser avec cet office notarial la séquestration de ces documents publics. Ce dont je suis certain, c'est qu'un acte a été passé à l'époque par Greaves, la secrétaire me l'a confirmé oralement avant de "paniquer" quand j'ai déclaré que j'allais mentionner le nom de l'officine dans mon articles.

Greaves était en droit d'obtenir un accusé de réception de la remise des document en Mairie et ceux-ci ne pouvaient terminer leur carrière qu'au sein des seules archives départementales de Nice. Or la lettre évoquée ci-dessus fait état de conditions de remise, conditions qui sont abusives. Si donc les MS sont en Mairie tout va bien mais s'ils ont été séquestrés dans l'office d'un notaire ce sont au moins deux personnes qui pourront être poursuivies comme fautives, le Maire de l'époque et son successeur et le notaire s'il s'est avéré complice d'une séquestration de document relevant d'un patrimoine public.

L'article donne tous les détails et il contient liens documentaires dont la restitution de la partie publiée en 1984 par Pierre Gouin sur IMSLP ainsi que les appareils critiques des publication de 1984 et 1998 existantes.

A propos des manuscrits d'Entrevaux...

Card image cap

Ci dessus l'orgue d'Entrevaux qui est encore dans son jus. J'ai un souvenir particulier de cet instrument : alors que je jouais le premier prélude de Lambert-Chaumont il m'a pris par la main, si l'on peut dire et comme imposé un inégalisation très marquée en donnant à cette pièce la résonance exacte qu'elle se doit d'avoir. Je n'en avais jamais eu l'idée à ce point.

Je ne suis pas spécialement doué pour la "psychométrie", j'ai séjourné à au moins deux reprises dans des maisons "hantées" où les fantômes restés locataires m'ont fichu une paix royale mais en cette occasion, j'ai ressenti à quel point il est nécessaire d'avoir sous les doigts l'instrument qui convient pour retrouve la juste inspiration. Hauptwerk aurait changé ma vie si j'avais pu en disposer dans mon enfance mais le choix de tempérament n'y sert pas à grand chose car dans un orgue réelle la contention exercé par le buffet joue un rôle qui ne peut être simulé par l'IA !

Sur les deux manuscrits d'Entrevaux

Il en existe deux, le Ms Delmotte et le Manuscrit Clermont du nom d'un curé de Barjols.

Je ne m'étendrait pas sur la restitution en 2004 du premier, laquelle est mon oeuvre. Je comptais cacher les noms de celui qui l'avait capté mais comme il est mentionné dans la notice de l'excellente publication d'une partie du ms en fac simile, je ne pourrais pas le cacher car j'ai vu qu'il est mentionné qu'il aurait été confié à l'association qu'il avait formé à cette époque alors que selon une sa version directe un curé d'avant le ministère du Père Salnitro, décédé en 2017 le lui aurait donné.

Je rendrais justice à cet homme car on lui doit d'avoir fait briller l'instrument. Et je me rappelle qu'avec le concours du conseil génral, on se débrouillait à l'époque pour affréter un train, celui des Pignes, pour faire en soirée le service de ces concerts aller et retour, Nice/Entrevaux/Nice. Je me rappelle avoir du accorder un des clavecins de la collection Michael Thomas pour l'une de ces soirées. Celui qui fut le détenteur à titre provisoire du manuscrit a laissé un livre en français sur les légendes du secteur qui est probablement très intéressant.

Histoires d'Entrevaux par ROGER GREAVES

Ce livre on peut se le procurer par ce lien.

Je note que la famille parait s'être spécialisée dans l'édition pour particuliers et travaux annexes comme relecture et rewriting éventuels de manuscrits. Voilà bien une activité libérale qui ne nécessite pas de vivre dans l'enfer d'une ville comme Nice !

Voilà ce que j'aurais du faire pour améliorer mes vieux jours mais la concurrence est rude...

Je vais donc prendre des contacts pour tenter d'obtenir la possibilité d'une copie de la totalité de ces pièces afin qu'elles soient entièrement restituées.

J'ai reçu ce matin, la première partie du Ms Clermont qui ne comporte que les,pièces inspirées des opéras de Lully par Ars Musicae, j'ai eu la chance de trouver un exemplaire sur Ebay. La préface due au sus nommé et également à Foussard donne l'inventaire de ce manuscrit. Apparemment, une suite était prévue mais à ma connaissance elle n'est jamais parue, sinon Michel Bernard l'aurait acquise pour sa bibliothèque d'où provient tout ce dont j'ai disposé comme partitions et documentation diverses avant que l'Internet et IMSLP ne viennent à exister.

Si donc une seconde partie a existé, on est prié de vouloir bien m'en informer et éventuellement m'en procurer un scan. L'ouvrage dont je parle étant épuisé et n'étant manifestement destiné à être réédité un jour, il serait parfaitement licite de scanner cette édition et de la diffuser gratuitement mais je laisserai à d'autres le soin de réclamer par courtoisie, les autorisations nécessaires car mon nom a tendance à dégager une odeur de souffre.

Il faut espérer que la publication de ce post, ne va pas faire se dresser des obstacles quant à l'obtention d'une copie des originaux, je verrai, en temps et lieux, s'il y a avait lieu d'observer des signes d'évidente mauvaise volonté...

Je me rappelle que pour l'Inguimbertine de Carpentras, certains manuscrits furent comme une "chasse gardée" au profit d'intérêt particuliers et je me souviens d'avoir vu, ces jours-ci, dans mes archives des notes à ce sujet. Comme pour la B.N., Minkoff avait instrumenté pour avoir l'exclusivité de la publication de fac simile d'assez mauvaise qualité mais vendus très cher. Maintenant, que tout cela relève de la "légende", on pourrait peut être reparler de ce genre de "captation"...

Je sens que je vais me faire encore des tas d'amis...

 

 

13/06/2023

"Dénonciation calomnieuse" de Michel Formentelli : le moment est venu de lui demander des comptes !

  L'orgue est toujours vivant à L'Escarène - Nice-Matin   formentelli_DDM.jpg

MAJ du 7 juillet :Etat de la procédure en cours

J'avais déposé un recours pour excès de pouvoir devant le Tribunal Administratif de Nice pour non communication des pièces réclamées à la Mairie et à la Drac d'Aix.

Je viens de recevoir une ordonnance déclarant mon action irrecevable faute d'avoir actionné préalablement la Commission d'accès aux documents administratifs. J'avais bien pensé à cette commission mais quand vous googuélisez "Cada06" vous tombez sur vous tombez sur la Commission d’accueil des demandeurs d'asile.

J'avais fini par tomber le site national, qui ne comporte pas de n° d'appel fixe mais un pdf avec une longue liste de n°s de portable changeant tous les 3 ou 4 jours. Bref, le passage par ce préliminaire pré contentieux est obligé faute de quoi le juge administratif ne peut se prononcer sans l'avis de cette commission présentée comme indépendante. J'ai donc faire la saisine qui s'imposait. En cas d'échec je renouvellerai le recours pour excès de pouvoir.

Quant à l'action pénale, je pourrais l'entreprendre dès maintenant mais le délai prescription courant jusqu'en 2025, il n'y a pas le feu au lac.J'aviserai après réponde de la CADA. Inutile de se précipiter nous sommes en période de vacances judiciaires.

En effet, la preuve de l'existence d'une dénonciation calomnieuse du seul fait de l'existence de la mise en cause  de la LRAR du 7 août 2019. Comme indiqué dans la présentation des faits relatés ci-dessous, la visite du technicien Conseil n'a pu avoir lieu qu'avant les concerts de l'été 2022 pour maintes raisons. En 2919, j'ai su qu'il n'y avait plus d'argent dans les Caisses de la Drac, que les techniciens conseil se limitaient aux interventions urgentes avançant parfois les frais, je prévoyais qu'il ne se passerait rien avant les élections municipales de 2020.  Malheureusement, c'était sans compter avec un invité imprévu, savoir le fameux coronavirus chimérique et la gestion aberrante qui s'en est suivie avec des confinements qui n'ont servi qu'à emmerder les citoyens et à foutre en l'air une partie de notre économie en attendant l'attentat contre les gazoducs russes pour achever l'industrie européenne...

Pour ce qui concerne Formentelli, d'ici là il risque de lui tomber une tuile quelconque sur la tête qui pourrait éventuellement me permettre une économie procédurale. Je rappelle qu'il aurait livré un mauvais travail du côté de Nuits St Georges et un collègue qui s'est intéressé à la chose m'a cité en exemple des étiquettes de registre collées de travers et à Thonon les Bains pour un instrument non classé aurait été fort négligé. Dans ce dernier cas l'organiste étant diplômé en facture d'orgue on risque d'en entendre parler un jour. Le père Formentelli qui serait devenu sourd comme un pot et la mère munie d'un aspirateur aurait effectué un travail très sommaire pour le compte du fils. J'ai eu ces jours-ci une demande d'aide d'un médecin à la retraite pour une console qui refusait de fonctionner avec Hauptwerk et quand j'ai évoqué mon litige j'ai eu d'autres échos à son propos. Un organiste éminent a vu notre homme engueuler un de ses clients. Qui trop embrasse mal étreint et surtout :

Qui sème le vent récolte la tempête... 

Si donc la facture du mauvais karma que le jeune Formentelli a du accumuler sur sa tête pouvait lui être présentée sous une forme ou une autre et à brève échéance, je dois avouer que j'en serais ravi. Le "karma" est mentionné dans les évangiles sous la forme ci-dessus.

Pour ma part j'ai appliqué la règle suivante : je ne fais jamais aux autres ce que je ne voudrais pas que l'on me fit. J'ignorais jusqu'alors que la formule avait été énoncée par un savant Juif nommé Hillel. Et j'ai eu la surprise récemment d'apprendre qu'un certain Jésus de Nazareth l'aurait inversée et renseignement pris j'en ai trouvé la preuve dans Matthieu 7 : 12 : Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c'est la loi et les prophètes.

Cette inversion pose un sérieux problème comme l'a noté un gnostique nommé John Lamb Lash : en effet si vous payez à quelqu'un des vacances Tahiti, ce n'est pas sûr du tout qu'un autre particulier aura l'idée de vous rendre la pareille fut pour une autre destination de même qualité. Le goût des gens étant assez imprévisible l'inversion positive du commandement de Hillel tend à violer la liberté d'autrui...

Enfin, cette erreur de prescription n'est rien en comparaison de celle ayant consisté à préconiser de tendre l'autre joue lorsqu'on est frappé ou même, pour employer un langage plus actuel, à donner son cul a quelqu'un qui a voulu vous "baiser", de cela il n'en saurait-être question ! Le jeune Formentelli s'est avèré particulièrement gonflé et ça ne saurait lui porter chance !

Résumé d'une méchante histoire de "dénonciation calomnieuse" en guise de vengeance stupide

Peu avant l'été 2919, je constate que le tirant du prestant ne fonctionne plus. Pendant qu'une clavette dans une articulation basse avait sauté, je réclame la clef du buffet en Mairie et découvre que le registre est cassé à ras du sommier de sorte que je ne peux rien faire.

Une réponse présageant un "coup fourré"

Je prends 2 clichés, j'envoie mon rapport en Mairie et au facteur. Ce dernier répond qu'il suffira de 3 heures supplémentaires à son contrat d'entretien bisannuel pour remédier. Dès lors je sais qu'il ment et que je dois m'attendre à un "coup fourré". En effet, 3 heures c'est manifestement insuffisant. Il faut libérer le registre en son centre de la clavette métallique limitant son mouvement de translation, le tirer et le réparer en l'air en opérant un entaille style VVV sur sa section pour recoller la partie terminale comportant une sorte de poignée trouée dans lequel s'insère la tige métallique  actionnant le mouvement de tirage.

La manœuvre annoncé par formentelli n'avait aucun sens et j'ai découvert récemment qu'il avait programmé l'effacement des mails envoyés ce qui est possible avec le compte gmail non professionnel utilisé...

Découverte du "coup fourré" un 8 août 2019

Formentelli est bien passé début juillet mais si j'ai trouvé les anches accordé, il n'a pas touché au registre de prestant. c'est le 8 août, jour de ma fête, que j'apprendrai par la secrétaire de Mairie alors que j'étais de service pour une messe en semaine, ce qui n'arrive pratiquement jamais que je venais d'être accusé par le releveur de 2014 d'avoir causé 5396 € .H.T. de dégâts suite à des interventions inappropriées dans le buffet.

Inutile de préciser que l'intéressé n'a pas choisi la date d'envoi du rapport mensonger par hasard. Mais qu'importe une "dénonciation calomnieuse", est un délit pénal qui ne se prescrit qu'après 6 ans passé la découverte, j'ai donc jusqu'au 8 août 2025 pour agir.

Il faudra attendre l'été 2022 pour que le tirant soit réparé par un facteur varois, Michel Guignard et Michel Colin ne serait passé pour son rapport de visite que près de 3 ans après le dysfonctionnement évoqué.

Une accusation mensongère parfaitement imbécile

Je n'ai pas besoin d'insister sur le fait que l'accusation est plus que bancale. Elle résulte d'une malveillance pure. En effet il n'existe pas de clef du buffet à l'église et l'orgue étant entretenu je n'avais rien à faire dedans. Or en juillet 2014 j'avais, dans un article dénonçant les fraudes auxquelles s'est livré Sonus Paradisi pour numériser sans autorisation plusieurs instruments du patrimoine français signalé la manœuvre ayant consisté, de la part d'un "souteneur" bien connu de Formentelli, à faire en sorte que Roland Galtier soit écarté et remplacé par Decavelle de Toulouse afin que ce dernier autorise la réharmonisation de l'instrument de St Guilhelm par le fils du célèbre Barthélémy. 

Ainsi et d'une part, ce n'était pas le sujet principal de l'article et je me suis contenté de déplorer l'activisme souterrain d'un organomane bien connu.

Or à l'époque je ne savais pas que la même manœuvre avait eu lieu pour le Grinda de l'Escarène tandis que René Saorgin voulait que le relevage soit confié à Cabourdin qui connaissait parfaitement l'instrument pour l'avoir entièrement restauré dans les années 80. Enfin Decavele a refusé de l'engager sous prétexte d'une faillite antérieure. Bref, on sait que celui que les organiste avaient surnommé "Louis XIV" en raison de ses tics assez pompeux avait été rendu très malléable du fait de 2 AVC, le 3ème l'ayant envoyé 6 pieds sous terre une fois ses deux forfaits accomplis...

Ainsi lors du relevage de 2014 quand un dimanche je me suis présenté à la tribune, Formentelli a voulu m'en chasser et alors que je me suis présenté comme le desservant de la fin des années 90 et que je lui ai rappelé l'existence de mon livre sur le "tempérament", il a prétendu n'en avoir jamais entendu parler. Ce qui a fait rire Galtier car c'est par ce dernier que j'ai appris que le jeune Formentelli se présenterait comme un spécialiste de la question...

Une région qui se distingue par un "chauvinisme" local à nul autre pareil

Je suis originaire des Ardennes et ne suis français que d'adoption même si elle remonte probablement à l'époque de la rupture d'Henri VIII avec Rome car la lignée dont je descends est originaire de Stafford en Angleterre où elle portait un blason des plus prestigieux (A l'écu noir et au chevron herminé avec trois anneaux d'or selon Burke). Et si j'apprécie la variété des paysages, et celle de l'éclairage j'étais plus ou moins prédisposé à réagir à l'espèce de "clientélisme" qui a cours dans le secteur.

Ma carrière d'organiste liturgique au clavier d'un des orgues des frères Grinda s'est déroulée en deux temps. Une première fois entre le milieu des années 90 et 2002 année de la première élection du Maire actuel du village en question. Je me suis alors attiré la vindicte de ses supporters car Cabourdin, suite à l'installation d'un projecteur derrière la voix humaine de l'instrument un soir de Noël, m'a demandé de vider le buffet de tout ce qui n'avait rien à y faire et de le fermer à clef. Sauf que Saorgin, qui ne pouvait pas me voir en peinture (du temps de mon passage au Conservatoire il avait cherché à répandre le bruit que j'aurais appartenu à je ne sais quelle secte...), a fait défaire l'occultation de l'Ut naturel du dessus de cornet que j'avais neutralisé pour favoriser le 1er ton et la musique espagnole. Ainsi Cabourdin, s'il était intervenu en 2014 avait prévu un dispositif pour avoir le choix entre la coupure française et l'espagnole. Comme j'avais pris la précaution de me faire nommer par l'affectataire conservateur local à tire bénévole, j'ai remis Saorgin à sa place et par la suite il n'a eu de cesse de me nuire auprès du Maire qui est allé jusqu'à retirer les clefs de tribune aux affectataires successifs avant le relevage de 2014 sous prétexte que jouer l'orgue les dimanche le métrait en péril pour les concerts d'été. Une imbécilité doublée d'un mensonge éhonté car un orgue , à l'instar d'une maison abandonné, dépérit quand on cesse de le faire fonctionner régulièrement.

Un village figé entre 1792 et 1799

Ainsi il règne dans la région et particulièrement dans ce village un chauvinisme assez particulier et le culte annuel d'un "chouan" à la mode niçoise, un "barbet" de peu d'épaisseur spirituelle nommé François Fulconis dit "Lalin", témoigne de la part de l'élite régionaliste locale, d'une mentalité anti française assez séditieuse puisque tout se passe comme si ladite élite était restée coincée dans un temps se situant entre 1792 et 1799.

Soit 7 ans avant l'imposition par Napoléon, premier du nom, de la Saint Napoléon pour le 15 août 1806 qui donna à un certain Uberti, prédécesseur de l'actuel premier magistrat de la collectivité locale propriétaire du Grinda en cause de se distinguer par un excès de zèle auprès du préfet de l'époque. C'est André Peyrègne, ancien directeur du Conservatoire de Nice qui raconte la chose avec une pointe d'humour  assez sensible dans un supplément de Nice Matin que j'ai conservé précieusement avec l'article portant sur le culte annuel que je viens d'évoquer.

Histoire de la reconquête de mon ancienne tribune

En 2003, je perds la jouissance de l'atelier que m'avait loué la ville de Nice pour y exercer une activité en rapport avec la facture, la location et la maintenance de clavecins. Étant désireux de gagner la campagne le seul lieu où j'ai pu atterrir est constitué par une sorte de nid d'aigle dominant la cuvette, et même le "trou" contenant l'église hébergeant l'instrument que je dessers depuis 2015.

En 2014, Michel Formentelli est donc appelé à relever le Grinda. En 2015, je passe donc une audition devant l'affectataire de l'époque, excellent pianiste il m'avertit que l'on a fait son siège (sic) pour qu'il refuse ma candidature mais qu'il a décidé de passer outre.

Il me faudra attendre 2018, et signer un contrat en Mairie pour obtenir les clefs d'accès à la tribune, ce qui constitue de la part du chef de la collectivité locale une violation des droits de l'affectataire. Cette violation a créé une situation fausse de sorte que quand Formentelli a produit son rapport mensonger, au lieu de me convoquer et de requérir mes explication a sauté sur l'occasion pour tenter de me retirer les clefs en pratiquant un véritable chantage : la copie du rapport contre les clefs. Ayant fait de bonne études de droit, il était exclu que je tombe dans le panneau.

Le Grinda de Clans et le Grinda de l'Escarène victime d'une fort étranger répétition d'un dégâts des eaux à l'identique

Je reviens sur le bris du registre du prestant. Rien d'étonnant à cela : au cours de l'hiver 2017, lors d'un orage l'eau a pénétré par la verrière surmontant l'orgue et l'a inondé. Ce qui est singulier c'est que cela s'est produit juste avant qu'on n'inviter un pianiste à donner un concert. Sans même m'en informer. A noter que je n'aurais pas été contre vu que s'agissant de l'accompagnateur d'une chorale municipale qui ne se produit guère que le Dimanche des Rameaux et parfois à la Noël, je lui ai proposé vainement d'occuper ma place plutôt que de taper sur un piano numérique.

L'instrument ayant, à cette occasion eu plusieurs registre coincés par leur dilatation il a fallu une intervention de 4 personnes pendant 3 jours pour débloquer la situation. Il n'est donc pas surprenant qu'un registre ait été fragilisé et ait claqué 2 ans après.

Là où ça ne va plus c'est que Formentelli a convoqué le Maire, à cette occasion pour l'engueuler alors que c'ets lui le fautif car si avant de remonter l'instrument il avait inspecté la verrière, il aurait sans doute constaté à défaut d'herméticité et un risque en rapport...

Or bien avant ce dégâts des eaux, le même s'est produit à Clans lors d'une mémorable tempête qui a causé de très importants dégâts dans les campings côtiers. C'est à l'occasion d'un second passage pour la préparation d'un concert avec un ami que j'ai découvert le maléfice, produit un rapport qui a permis un bon moment après la prise en charge des dégâts et leur réparation m'a t-on dit.

Je ne donne jamais de concert. C'est donc un hasard si à Clans je suis passé au bon moment pour constater le maléfice. A l'Escarène, en 2017, l'hiver la messe avait lieu dans une chapelle latérale où javais installé un instrument numérique. A Clans, on ne se serait peut-être pas encore rendu compte de quelque chose car l'orgue ne servait jamais. Là où j'exerce, il se serait écoulé plusieurs mois avant que l'on ne s'avise d'un sinistre d'autant plus que l'on n'a vu aucune coulure de la voûte ou des parois.

Très étrange cette répétition assez synchrone du même phénomène quand on sait les emmerdements qu'ont connu les Grinda avec ces deux instruments, celui que je ,oue chaque dimanche n'ayant pas été entièrement payé sous prétexte que, sur réquisition, les Grinda ont du livrer une guillotine pour Nice juste après avoir livré l'instrument tandis qu'à Clans on aurait voulu qu'ils le reprennent. C'est à un mémoire d'un Mgr Ghirardi de Clans que l'on doit la connaissance de ce à quoi je viens de faire allusion. Mémoire à chercher sur le Net...

Je ne serais donc pas étonné qu'il arrive un malheur à celui des instruments qui est le plus apprécié si l'on persistait à me nuire en tant que desservant comme on l'a fait jusqu'alors.

La vidéo des inégalités du Grinda

Voici la preuve d'une malfaçon datant du relevage de 2014, la montre ne commence à donner qu'au premier Fa naturel et le prestant au second, il s'ensuit qu'une octave et demi des fonds est à moitié sourde avec en plus des inégalités variable dans toute la zone concernée. ce que je viens de pointer procède d'un parti pris sans exemple historique et la raison de cette option me demeure un mystère. Il faudra bien que le responsable s'en explique un jour.

Il suffit d'écouter... Vous découvrirez que le fils Formentelli a été mal inspiré en voulant me coller sur le dos sa foutue "dénonciation calomnieuse". Elle se retournera d'une façon ou d'une autre contre lui.

Et il va bien falloir solutionner le problème. Je pourrais du reste consacrer une partie des dommages et intérêts que je compte réclamer à Formentelli au financement de la solution de cette carence mais encore faudrait-il que Michel Colin ait pointé ce que j'ai pointé. J'ai du me montrer désagréable envers ce dernier en lui faisant remarquer qu'en tant qu'expert agréé par la Cour d'Appel d'Aix bien que non spécialisé en orgue, je me considère comme son égal. Là encore il aurait du me communiquer le contenu du rapport et me demander des explications.

 

11/12/2022

Mieux et plus utile qu'une vidéo d'un concert de Noël...

Mieux et plus utile qu'une vidéo d'un concert de Noël voici un film qu'il faut absolument voir et faire circuler

died-suddenly24ug-1024x576.jpg

https://www.covidhub.ch/morts-subitement/

28/10/2021

Le "Tempérament Musical" est disponible à Paris à la Librairie Monnier, 55 rue de Rome !

Tempérament Musical.jpg

J'ai fait tirer une centaine d'exemplaire de mon livre par l'imprimerie Maury, il y a un moment.

Il n'est plus possible de se procurer ce livre sur Amazon, pour une raison que j'ignore mon compte est devenu inactif.

Vous pouvez passez par la boutique... ou plus simplement m'écrire à partir de ce blog étant précisé que le prix ayant été rabaissé pour l'occasion à 45 € + port.

Vous pouvez trouver également ce livre sur Rakuten.

Enfin si vous êtes sur Paris ou en région parisienne, ce livre se trouve de nouveau disponible à la Librairie Monnier, 55 rue de Rome, Paris 8ème.

Il se peut qu'il en reste également 2 ou 3 exemplaires à la librairie Musicale Internationale de Marseille.

 

 

 

 

28/07/2021

Mega scandale à la sauce hexagonale : après la libération de l'incendiaire de la cathédrale de Nantes, le meurtre d'un prêtre...

nantes-grand-orgue-aneanti.jpg   rwandais-titre.jpg

Mise à jour du 3/10/2021

Le problème de droit que j'ai soulevé a été résolu sauf que la lassitude aidant j'ai du mal à tenir ce blog à jour.

L'incendiaire (encore présumé quoique...) a été libéré parce que la détention préventive serait limitée à une durée fixe, c'est du moins ce que l'on a prétendu. Sauf que je viens de lire ceci sur le Net :

Quelle est la durée de la détention préventive ? La durée légale de la détention prévention est de 15 jours, à compter du jour où l'ordonne de mise en détention préventive est rendue. À l'expiration de ce délai de 15 jours, la Chambre du conseil peut décider de prolonger la détention préventive de mois en mois, et ce aussi longtemps que l'intérêt public l'exige.

Le problème de l'opportunité de la mise en liberté sous condition reste donc entier. Quoique juriste, n'étend pas spécialisé dans le droit pénal je m'abstiendrai de me casser la tête (voir les dents) sur cette énigme.

Voici le couronnement d'une justice complètement à la ramasse !

La question n'est pas de savoir pourquoi l'incendiaire n'a pas été expulsé mais pourquoi il a été libéré. On parle également d'un "présumé" incendiaire or il parait bien établi qu'il est bien l'auteur du sinistre.

J'ajouterai qu'on fait mine de s'apitoyer sur le sort du prêtre tué : pour ma part, qu'il s'agisse de la victime ou encore de la cléricature de la cathédrale de Nantes je vois là un extraordinaire manque de discernement. Très intéressé dans le cas de Nantes. La "charité", en contexte catholique ressemble fort à du masochisme...

Rappelons qu'au temps antiques les meurtriers et les incendiaires étaient punis de mort. La suppression de la peine capitale est une calamité, qu'on laisse moisir de tels individus soit en prison soit en hôpital psychiatrique est totalement immoral et ça nous coûte cher, sans parler des possibilités de récidive.

Notons que l'année 2021 aura constitué un sommet dans la sinistrose : en plus de la gestion catastrophique et non moins scandaleuse de l'épidémie de Covid-19 et ses variations sur un thème chinois, on aura eu une accumulation de catastrophes climatiques qui bien évidemment ne sont pas du ni au CO2 ni à un "réchauffement climatique" d'origine anthropologique et ce qui vient d'arriver en France constitue un sommet en attendant pire. Il ne manque plus guère que des incendies à la turque ou à la grecque pour parachever le tableau à moins que le destin nous réserve bien pire ! Décidément celui qu'on a élu en 2017 ne nous aura apporté que de la scoumoune !

Voir : https://ripostelaique.com/assassinat-dun-pretre-par-un-cl...

===========================================

https://ripostelaique.com/scandale-lincendiaire-de-nantes...

Si vous êtes blanc et si vous jetez de la graisse de porc dans ou sur une mosquée, sans même craquer une allumette, vous savez ce qui vous attend : vous risquez perpète.

Faut-il rappeler que ce type aurait du être ramené dans son pays à défaut de titre de séjour mais l'église catholique l'a exploité en échange du clos et sans doute du couvert et voilà le résultat.

On ne l'a même pas interné en psychiatrie, non il a suffit qu'il invoque une possession momentané et une perte de discernement et le tour est joué...

A propos ça ne vous rappelle rien ? En l’occurrence la perte subite de discernement n'avait pas été causée par un "démon" mais par une simple fumette... Je pense à l'affaire Halimi...

Nul doute que l'atmosphère était plus saine quand la peine de mort était encore en vigueur. L'abolition de toute responsabilité en cas de supposée perte de discernement est un scandale. Autrement dit l'abolition de la loi du talion avec les réparations en argent est une catastrophe, il n'y a rien de plus immoral que cette déviance dont on connait la provenance.

Évidemment il y a toujours des "vendus" de service pour justifier les scandales judicaires par des arguties. La vérité est que je ne peux pas croire un seul instant à une perte complète de discernement et surtout comment des tiers, les experts en l’occurrence, pourraient en juger ?

dans un autre ordre de folie, il faut dire qu'en France, avec la fausse crise sanitaire et l'institution d'un passe visant la contrainte vaccinale formellement interdites par l'article L1121-1 du code de santé publique l'interdisant pour toute substance surtout encore en expérimentation, on a franchi un cap avec notamment la menace de priver les soignants réfractaires de salaires et bientôt tous les professionnels en contact avec du public. C'est la cata tout simplement parce que l'on a découragé voire interdit toute possibilité de traitement précoce, or il en existe, et de cela on en a des preuve avec notamment la réduction du variant indien par l'ivermectine  en une certaine province du sous continent proche de l'Asie.

Or l'on sait que le variant delta ne donne que des gros rhume et pourrait servir d'excellent vaccin pour procurer une immunité naturelle bien supérieure à celle des vaccins poisons qui circulent. Voir en particulier le blog du Dr Maudrux.de nombreux articles très intéressants sur la fausse pandémie.

La France est donc devenue une véritable dictature bananière. Bien évidemment quand le Conseil Constitutionnel est dirigé par un type qui a échappé à la Cour de Justice de la République dans l'affaire du sang contaminé, faut s'attendre à de véritables "MIRACLES" en matière d'ILLEGALITE, surtout après le pèlerinage à Lourdes d'un président athée et de sa (censuré) teinte en rose bonbon. Comme quoi Lourdes est bien un centre d'imposture mariale où un djinn femelle, façon "dame blanche" de très vieille souche a trouvé à parasiter psychiquement des dévots crédules pour continuer de se sustenter. En termes clairs, cette phénoménologie ne relève pas de la spiritualité mais d'une sorte de vampirisme psychique. Il s'agit certes d'un "phénomène naturel" tandis que l'on sait que le culte de "Notre Dame de la Salette" (Fallavaux, le val du mensonge) résulte de la pieuse pantomine d'une royaliste exhaltée est une pure imposture humaine.

A moins que le Ciel ne se décide à confondre par quelque tour inouï l'élite des saloperies minoritaires qui ont voté le dernier texte annoncé le 12 juillet. Le douze, sachez le est avec le 16, toujours un chiffre fatidique ! Mais ça m'étonnerait qu'il fasse un geste ! Impossible d'accorder sa foi à l'Eglise catholique quand on voit comment le recteur du centre prétendu marial s'est prêté à la comédie présidentielle en le faisant recevoir par une figurante déguisée en Bernadette Soubirous. C'est vraiment d'une niaiserie à se chier dessus !

Que ce soit l'attitude de la cléricature nantaise ou de celle que je viens d'évoquer, çà donne envie de gerber !

A noter que j'avais pris contact avec l'organiste titulaire de l'instrument parti en fumée pour avoir quelques précisions de première main. Je lui ai envoyé mon livre en remerciements croyez vous qu'il ait eu la politesse d'accuser réception. Non çà l'aurait écorché, alors qu'il aille se faire foutre par un sénégalais de préférence, je crains que ce soit tout ce qu'il mérite.

La repentance dans l'Eglise catholique est une catastrophe en une époque où l'évêque de Rome préconise que par prétendue solidarité les chrétiens de fasse injecter des doses de pseudos vaccins tout en préconisant l'accueil des migrants quand la plupart rêvent de nous planter un couteau dans le dos avec l'espoir de nous imposer à terme la version la plus terroriste de leur religion. Ce sont là deux deux fautes impardonnables.

Bien évidemment, je n'ai jamais cru à l'infaillibilité papale (avec ou sans Définimus) une pure invention de Vatican I et je ne vais à l'église jouer de l'orgue que pour avoir une motivation pour continuer à cultiver et si possible développer mon talent.

Troisième cagade abominable de François, premier du nom : on vient d'apprendre qu'il a résolu d'évincer définitivement le rite latin de Saint Pie V après que Benoit XVI ait trouvé un juste équilibre en mettant un terme à un véritable schisme...

Enfin, cerise sur le gâteau, on apprend qu'un procès va se tenir à propos d'une sombre affaire immobilière portant sur les conditions d'acquisition d'un immeuble de luxe dans le quartier londonien de Chelea. Cela plus l'histoire d'un autre immeuble, romain celui-là qui sert d'hôtel à des prélats de passage et héberge en sous sol un sauna fréquenté par des sodomites, c'est du joli. Qui peut encore croire que Rome est encore une ville sacrée alors que le Vatican est assurément un véritable pandémonium comme le démontre le fameux livre d'un certain Frédéric Martel intitulé Sodoma.

Mais enfin, si, avant d’atterrir (pile poil en pleine affaire de Roswell) dans un pays qui ressemble de plus en plus à un asile de dingues dirigé par les pires d'entre eux, on m'avait laissé proposé un choix d'instruments, j'aurais préféré le luth au roi des instrument qui, je le rappelle, est un dérivé de l'instrument du satyre Marsyas ! Soit dit en passant çà explique peut-être pourquoi l'Eglise catholique a abrité tant de scandales de "pédophilie". Enfin dieu merci, au moins suis totalement immunisé contre ce qui est surtout à mes yeux un sommet insurpassable dans la débilité mentale !

Cela dit je n'aspire aucunement à me "réincarner", et si la conscience perdure post-mortem je me contenterai d'une loge relativement confortable pour assister de loin à la fin de la comédie qui se joue sous nos yeux ébahis. Même en misant sur la possibilité de vivre encore de 5 à 15 ans ou plus, je doute d'en atteindre le terme...

Fort heureusement, j'ai goûté au bouddhisme qui, à bien des égards, m'apparait infiniment supérieur aux monothéismes qui n'ont guère engendré, par corruption, que les pires totalitarismes.A propos dites moi où le confinement a t-il sévi ? Et bien il a été imposé précisément dans les trois pays où l'Inquisition a été la plus florissante et croyez-vous que ce soit un hasard ? Nullement je vous l'assure mais justifier la thèse nous entraînerait fort loin....

Cela dit, ce sont les "néo-bouddhistes" qui sont infréquentables et il existe une sorte de lien entre l'incendie d'une certaine cathédrale et celui d'un centre nommé Karma Ling. Ce lien c'est encore l'exploitation des pauvres types par l'un ou l'autre de ces "gourous" qu'engendrent les religions pourrissantes. Les mêmes causes produisant les mêmes effets ce qui est regrettable c'est qu'il y a toujours des illusionnés pour cracher au bassinet afin de reconstruire les divers Dysneland en mode religieux quand un ancien abusé saccage ce genre de décor plus ou moins factice. Bref, l'analogie me semble des plus frappantes à condition de n'avoir pas les yeux embués de merde...

Notons que dans le cas de Notre-Dame de Paris, ce n'est ni l'effet d'un mégot ou d'un court-circuit ou encore d'un attentat. L'incendie volontaire ne fait aucun doute et l'on peut deviner quel était l'objectif poursuivi. D'une certaine manière c'est raté : la flèche sera reconstruite à l'identique, su moins si, au dernier moment, les voûtes ne s'écroulent pas ce qui constituerait la fin la plu morale que l'on puisse imaginer. Bien sûr l'enquête est pour ainsi dire enterrée par des tonnes de gravats et de surcroit "plombée" par une bonne dose de pollution.

Quant à l'idéal de bodhisattva c'est assurémentune chose magnifique mais il faut dire qu'en France particulièrement, c'est mission impossible car les citoyens sont tombés bien bas dans la servilité et ce n'est qu'un début. En clair, merci j'ai déjà donné, pas d'autre solution que de rendre sont tablier tellement nos contemporains sont détraqués à tous égards ! Mais quant à se taire devant l'accumulation des impostures il n'en saurait être question. Que je sache les "saintes colères" sont encore permises pourvu que cela n'arrive pas trop souvent !

19/09/2020

Incendies de cathédrale : le sermon de Campagnol TV

Rien à ajouter c'est on ne peut plus clair !

27/07/2020

Incendie de Nantes : c'était bien une vengeance !

GO.JPG

J'ai raté ma prédiction basée sur la dématérialisation du tableau de Flandrin intitulé Saint Clair guérissant les aveugles. J'ai pris pour du bon pain la fausse nouvelle apparue dans quelques articles, à savoir que l'on n'aurait pas découvert de traces d'hydrocarbures. En revanche, j'ai sans doute été le seul commentateur à vraiment déglinguer la thèse d'un triple d'un triple accident électrique.

On découvre que la procureur et la police ont manœuvré de façon très habile pour se donner le temps d'accumuler des charges suffisantes. Il se trouve que j'ai traité cette méchante affaire ailleurs et ma première conclusion était que c'était soit l'oeuvre d'un musicien soit celle du réfugié lequel désespéré de n'avoir pas été soutenu avait crisé pour finir par brûler ce qu'il avait adoré

Il est à prévoir que l'incendiaire sera interné

De toutes façons 10 ans de prison et 150 000 € d'amende pour un type complètement insolvable, c'est une plaisanterie. Je reste partisan de la peine de mort surtout pour les incendiaires. Irresponsable, je ne sais pas mais il est clair que ce type n'était pas net.

Ailleurs et dans un tout autre contexte que la musique, j'avais même prévu qu'on allait se débrouiller pour sans doute le déclarer irresponsable et, très probablement l'interner dans un hôpital psychiatrique.Tout cela je pourrais le prouver mais c'est égal.

Et c'est bien vers ce quoi on s'achemine.

J'ajoute que l'insistance sur la présomption d'innocence et le manège de l'avocat invitant les catholiques à faire preuve de miséricorde et quantité d'autres détails, notamment des contradictions du côté du clergé, témoignaient d'un gêne sensible.

Enfin et surtout de danger encouru de la part des associations prétendument antiracistes m'avait conduit à tout retirer par prudence.

Quelles conclusions doit-on tirer de cette assez sinistre affaire ?

Absence de discernement de la hiérarchie

La plus évidente est que l'ensemble du clergé a perdu toute espèce de discernement. L'a t-il seulement jamais possédé ? Je dois dire qu'en cette matière, même du côté de ce citoyens dont on a fait des "saints" je n'ai jamais rien vu de vraiment remarquable. Certains il est vrai, en matière de "morale" ont tendu à relativiser les choses, notamment en matière d'amour, j'entends sous ses formes vulgaire. Mais il s'agit de ce que j'appelle un "minimum syndical", car lorsqu'on cesse d'être prisonnier des formes religieuses ou traditionnelles (qui sont purement culturelles) on trouve cela franchement dérisoire !

Exploitation des bénévoles

Et oui, le réfugié était certes logé et nourri par des franciscains mais pas le moindre salaire de misère. C'est tout simplement HONTEUX ! Inutile de m'étendre.

ce que je préconise c'est que l'Etat s'abstienne de participer au financement de la reconstruction d'un instrument. Au fidèles catholique à payer, voir à demander des comptes à la hiérarchie.

Quelque part, ce qui est arrivé est un "juste retour des choses"

Pas besoin de dessin, vous m'avez fort bien compris ! Je suis navré pour Michel Bourcier, ses collègues et les amateurs de musique d'orgue  mais oui, c'est bien un juste retour des choses. Le seul problème c'est que ça ne servira pas de leçon aux catholiques.

Que l'on répare la cathédrale, par respect pour ceux qui l'on construite c'est normal. Mais que l'on remplace l'orgue, je ne suis pas d'accord, on ne remplace pas un tel monument historique. Si le clergé de la cathédrale veut un nouvel orgue qu'il se démerde pour faire des quêtes, ce n'est pas aux citoyens, croyants et surtout athées, de payer les pots cassés. On ne peut pas foutre en taule les gens pour absence de discernement, en revanche on pourrait les punir en ne réparant pas certaines conséquences de leurs "boulettes". J'ajoute qu'il existe une solution économique c'est le système Hauptwerk, la seule chose coûteuse dans un pareil bâtiment c'est la sono !

Plus très frais le catholicisme...

Le poisson pourrit par la tête et côté catholique, je n'hésite pas à dire que l'on est en présence d'un cadavre assez nauséabond. Je ne parle pas des affaires de "pédophilie", cela fait 2 millénaires que ça dure. On devrait s'être habitué. En fait je sais que dans les familles bourgeoises et pas que, à la limite, on préféraient savoir le fils dans le lit d'un curé plutôt que traînant les estaminets car il risquait au moins d'y apprendre un minimum de civilités et éventuellement un peu de latin. Le moment venu, au sein des familles les plus huppées, on faisait dépuceler l'héritier en le confiant à une professionnelle des plus présentable afin, le cas échéant, de le remettre dans la bonne voie.

Que des curés soient "homos" ça ne me choque pas mais c'est interdit. La Genèse nous enseigne que Eve fut l'interlocutrice privilégiée d'un serpent. Il est donc tout-à-fait normal d'être attiré par des adolescents largement pubères. On parle à tort et à travers de "pédophilie" quand très souvent il s'agit en fait de pédérastie...

Je trouve du reste fort étrange qu'avec la publicité que l'on fait autour des abus sexuels des différents personnels enseignants, il se trouve encore des enfants pour n'être pas capables de s'y soustraire. C'était compréhensible, disons avant mai 68 pour faire simple. Encore que nos parents nous disaient : faites gaffe aux adultes trop gentils avec les enfants et on n'avait pas besoin de dessin...

Ce qui m'intéresse c'est l'orthodoxie en matière spirituelle, la MERDE remonte loin, elle commence avec l'instrumentation du christianisme par un certain Constantin dont on n'est pas sur qu'il ait été baptisé à l'article de la mort. Cela dit elle a vraiment commencé à croître et embellir au temps des pépinnides : c'est la France qui a fait la papauté telle que nous la connaissons, on peut donc dire que c'est la Rome vaticane qui est la "fille aînée de l'Eglise. Je renvoie les gens que cela intéresse à un livre signé Geneviève Beduneau intitulé Mystère et merveilles de l'histoire de France.

J'avoue que j'ai beaucoup de mal à concevoir de l'admiration envers les clercs patentés de la hiérarchie. J'en sais beaucoup plus qu'eux dans quantité de domaines, notamment en matière ecclésiologie. Il se trouve en effet, que je fais partie des gens qui ont été invités à faire leurs observations, avant publication, sur le livre de Mgr Michel Laroche intitulé La papauté orthodoxe, ouvrage dirigé contre le patriarcat de Constantinople.  Lequel patriarcat est devenu un repaire de guignols sous influence car objet de pression du gouvernement turc. C'était travailler à l'entre de la Turquie dans l'Europe ou dégager. Le pariarcat avait envisage au moins deux solutions à se pisser de rire dessus...

Je tiens a préciser que si les milieux orientaux sont encore plus ou moins respirables, comme l'était encore relativement le catholicisme avant le XIIIème, toute forme religieuse, toute forme traditionnelle à caractère initiatique, présente nécessairement des limites. En ce qui le religion romaine, il convient de souligner que l'aristotélisme (relativement neutre) a dominé jusqu'à la Renaissance qui a infusé le platonisme. Lequel est un poison insidieux et finalement très violent de part son caractère excessivement idéaliste et assez franchement dualiste.

Il existe deux peuples qui se sont recommandés comme fils du Ciel : les chinois et les hébreux. Il va de soi que je préfère les premiers tandis que quant on me parle du second. Parmi eux, un certain Jésus est apparu comme un véritable "extra terrestre". Quant aux problèmes que j'évoque je suggère à mes lecteurs de lire attentivement certains ouvrages d'un certains Laurent Guyénot. Ce n'est qu'assez tardivement que le christianisme est devenu doloriste. Je pense en particulier au phénomène des "stigmatisations" qui repose sur une volonté de co-rédemption qui n'a pas lieu d'être. Je tiens ce mélange d'orgueil et de masochisme pour quelque chose d'assez franchement démoniaque.

La rencontre avec la tradition chinoise m'a probablement évité de me flinguer en raison de son réalisme non duel. Le bouddhisme m'a sans doute largement désintoxiqué sauf que je tiens le néo-bouddhisme occidental pour une immonde cochonnerie. Les lecteurs en quête de lumière sur ces questions sont invités à se tourner en particulier vers un auteur nommé Laurent Guyénot.

Les religions sont une chose : tout ce qui a un commencement doit avoir forcément une fin. Leurs ministres en sont une autre. En tant qu'organiste ce sont des paroissiens et surtout des "bonne femmes" qui ont contribué a me pourrir la vie. Il arrive en effet très souvent qu'elles exercent un chantage sur les curés quant l'organiste a une tête qui ne leur revient pas. Je pense en particulier à un certain Paul de Metairy, lequel, après une carrière sur le Cavaillé d'Avignon, qui fut quasiment une sorte de lit de roses, a connu les pires humiliations...

Je trouve que, dans certains cas, le métier d'organiste peut s'apparenter à celui d'un charmeur de serpent(e)s a sonnettes. Si je dois à toutes fins renaître, je choisirai le luth. Je n'exclus pas une persistance de la conscience après la mort, à défaut de paradis j'espère avoir mérité au moins une loge confortable avec air conditionné et rafraîchissement à gogo pour voir la suite de la très sinistre pièce qui se joue depuis des siècles.

Je regrette de ne pouvoir m'étendre plus longuement sur ce que j'ai évoqué. Hélas au moins 99% de nos contemporains sont à peu près complètement bouchés sur les questions que je tiens pour essentielles. A cause d'une approche excessivement sentimentale des choses. C'est insoluble !

22/07/2020

L’incendie de la cathédrale de Nantes : "mystère et boules de gomme"

nantes.jpg

Ou plutôt boules de feu, sauf que même la foudre n'aurait pas pu provoquer ce triple sinistre...

MAJ 22/07 à 20H21 : Le Préfet du département vient d'annoncer que les installations électriques avaient été  contrôlées juste avant une réunion de "plan sécurité" survenue en octobre dernier. Si l'on voulait nous faire gober la thèse du "triple accident électrique" il va falloir s'accrocher. Je ne lis que des conneries à ce propos.

Dommage qu'un certain Cyril Charles soit devenu introuvable : cet ingénieur a fait breveter un dispositif miniature susceptible de détecter les points chauds dans les boitiers de prises et les interrupteurs et ainsi de faire claquer le disjoncteur. Il s'est heurté à une véritable conspiration alors que l'invention aurait pu faire faire des économies phénoménales aux compagnies d'assurance et sauver d'innombrables vies humaines.

Il serait intéressant de pouvoir s'intéresser à cet inventeur et à le questionner sur le problème qui se pose.

J'avais eu l'occasion d'échanger au sujet des "harmoniques" pouvant être suscitées par le Linky, avec pour effet d'aggraver le phénomène de chauffe pouvant  résulter d'un défaut de serrage ou de l'oxydation éventuelle de toute espèces de connexions autre que les soudures  à l'intérieur d'un circuit électrique domestique ou industriel.

Il y a quelque chose qui me chiffonne dans cette méchante histoire de Nantes. On nous prépare à des semaines voir des mois d'attente quant à la détermination des causes du triple incendie.

La première question qui se pose est celle-ci : mis à part des hydrocarbures comment pourrait-on allumer un incendie volontaire à distance ? C'est assez enfantin : la formule de la thermite découverte en 1893 est sur le Net. Les composants s'y trouvent facilement.

Il suffit d'une carte électronique de domotique servant d'interrupteur que l'on active à distance par portable (carte prépayée), une petite batterie au lithium le moment venu fait rougir une résistance appliquée à un ruban de magnésium qui booste le feu à la charge de thermite et c'est parti... On pouvait, au RdC, planquer les 2 bombinettes assez aisément sauf qu'à la tribune c'est plus délicat. Y accède t-on de l'intérieur ou de l'extérieur?

J'ai des raisons de penser que c'est la solution qui aura été adoptée pour Notre Dame. Il faut se rappeler que l'application que l'on a faite d'un gel sous haute pression contre les champignons sur toute le charpente sise sous la flèche a constitué une opération assez suspecte. En effet l'entreprise l'avait jugée inutile et le gel lui a été fourni, j'aimerais bien en avoir un échantillon, on aurait peut être des surprises en le soumettant à une flamme...

La température atteinte par la combustion de la thermite est de 2204,4°, le résultat escompté est garanti.

Je ne sais pas ce qu'on pourrait retrouver, des traces d'aluminium, des composants électroniques plus ou moins calcinés? A Nantes peut-être vu que la relative exiguïté du champ en bas mais à Paris je doute ?

A Notre Dame, il y a eu 2 départs de feu au moins et une grosse explosion derrière la rosace côté Sud, le chêne en cramant n'explose pas de façon aussi violente jusqu'à projeter du bois calciné de l'autre coté de la Seine et quant à l'explosion on la voit sur une vidéo passée dans une émission de télé.

Le phénomène se trouve au tout début de la vidéo.

Il y a sans doute d'autres solutions de mise à feu mais je les ignore, je ne suis ni pyromane ni terroriste mais étant gosse j'ai fait des expériences de chimie et je me suis amusé à fabriquer des petites fusées.

=========================

Post original :

Une affaire entourée d’une fumée très opaque

Je crains que le triple sinistre dont on parle à propos de la cathédrale de Nantes survenu dans la nuit du samedi 18 juillet dernier, soit fort loin d’être éclairci… Si tant est qu’il le soit un jour…

En effet, un détail hautement symbolique m’a subitement frappé… On ne peut pas fréquenter les églises en tant qu’organiste sans être intéressé aux « signes »…

Un présage fort significatif

Parmi les dégâts occasionnés le feu, le précieux tableau représentant Saint Clair guérissant les aveugles du à Hippolyte Flandrin a été entièrement volatilisé…

flandrin-3.jpg

Cela laisse présager que soit parce que l’on aura mal regardé, ou plus encore parce que l'on ne voudrait pas voir, on risque, comme pour Notre Dame de Paris, de ne jamais connaître le fin mot de l’histoire. Un an et presque 3 mois se sont écoulés sans que l’on ait daigné nous informer des résultats des analyses qui doivent être terminées depuis bien longtemps…

La seule bonne nouvelle est que, vu le temps perdu, le patron de l’Elysée a décidé que l’on reconstruirait la flèche parisienne à l’identique. Exit les projets ahurissants d’un architecte complètement piqué qui avait imaginé de raser le toit et de transformer le dessus de Notre-Dame en jardin suspendu !

Si donc il a existé une combinaison visant une opération d'architecture visant des profits pécuniaires énormes, notre très cher timonier lui aura, peut-être sans y prendre garde, tranché le cou...

Ce qui reste du tableau de Flandrin

On discerne au dessus de l’armoire électrique qui a brûlé les traces marquant l’occupation de l’œuvre partie en fumée.

Arrêtons-nous un instant : si incendiaires il y a eu, on dirait qu’ils ont voulu faire un pied de nez aux enquêteurs en leur disant : cherchez toujours vous ne trouverez jamais !

Quoiqu'il en soit, on ne peut prier Saint Clair pour qu'il nous fasse voir plus clair.

De deux choses l'une, ou ce sont des connards désireux de se procurer des sensations fortes qui ont fait le coup, et un diable qui s'est servi d'eux comme d'instrument a voulu laisser un "signe" ou ce pourrait être d'une opération d'un "service" quelconque (étranger bien sûr) comme c'est le cas, très probablement, à Notre Dame et dans ce dernier cas, le "signe" aurait été prémédité.

Il est à noter qu'il y aurait eu dans le passé un ou deux départs de feu sur la tribune de l'orgue. D'après ce que j'ai compris de ce qui m'est revenu aux oreilles, des imbéciles se seraient lancés un défi comme de se faire cuire des brochettes sur cette tribune... J'exagère à peine...

Déja deux prédictions réussies

Vous notez que j'ai fait déjà deux prédictions réussies. La dernière consiste à avoir annoncé, avant que l'on n'ai parlé du coronavirus que l'année du rat allait probablement nous apporter une nouvelle peste et que le rat étant volontiers manieur d'argent cela confirmait la possibilité d'une méga crise financière pour 2020. Hypothèse confirmé par l'existence d'un cycle de 150 ans qui marque les grandes catastrophes nationale en partant de la mort de St Louis.

On aboutit ainsi en 1720 avec l'explosion du système de Law et la foire d'empoigne de la rue Quincampoix, 150 ans plus tard à 1870 et enfin en 2020 avec les annonces de pandémies et de crash financier qui circule depuis un moment déjà de sorte que deux indices confirmaient l'imminence de la chose une fois croisés.

Le triple accident électrique relève d'une impossibilité technique

On semble s'acheminer vers un triple accident électrique. Et on raconte n'importe quoi à ce sujet sur Sputnik notamment, que, par exemple des courants de fuite (vers la terre) aurait surchargé le circuit interne de la cathédrale. Cela ne tient pas debout : même à supposer qu'une partie de l'installation soit vétuste, dans ce cas de figure, le disjoncteur claque et ça s'arrête. Là où je demeure, les orages, en montagne, sont impressionnants, j'en ai vu en même temps qu'un chute de neige en hiver. Bref, l'église a été foudroyée plusieurs fois. J'ai un modem qui a brillé et la machine à laver à été touché. Impossible de la faire tourner les mini disjoncteur et la section sautait. J'ai donc enlevé la fiche de terre dans la prise et la machine remarche.

Je ne suis pas expert en électricité, j'ai été inscrit en "musique/ facture instrumentale". Simplement j'ai eu un père professionnel en la matière et j'ai été formé depuis mon plus jeune âge (13 ans) dans le domaine, je suis en relation avec un collègue qui possède le bagage scientifique adéquat : l'histoire d'un triple accident électrique l'a fait exploser de rire !  Même la foudre tombant sur la cathédrale n'aurait pas pu provoquer cela.

Une cloche du carillon a tinté en pleine nuit, c'est un effet qui peut marquer l'heure approchante du sinistre...

Pas de traces d'effraction en extérieur, pas de traces de combustible genre hydrocarbures. Si c'est bien le cas (parce que je doute à priori de tout vu mon expérience de nombreuses affaires foireuses vécues ou ayant fait l'objet d'enquêtes de ma part) la sophistication de la chose implique d'envisager quelque chose d'assez machiavélique. Notez que comme pour Notre Dame de Paris, l'hypothèse d'une intervention de services venus d'ailleurs n'est pas a rejeter.

Cela dit le risque est, si on parle trop, de se voir discrédité par une accusation à base de "théorie du complot" si on insistait sur la thèse d'une manigance occulte quelconque.

Le problème est que dans ce domaine des légions de crétins, ne connaissant rien à rien, font de l'ombre à ceux qui s'efforcent d'investiguer sérieusement. Il faut pour cela disposer de plusieurs casquettes tant sur le plan scientifique, historique, géopolitique. Je ne parle pas du domaine de ce que l'on appelle "occultisme" et dans ce domaine l'atmosphère est pourri par une thèse à base d’illuminati (plus ou moins reptiliens). La science des signes est chose sérieuse sauf que les curés ont perdu tout discernement dans ce domaine. Par exemple cela a conduit, à Albi, à installer l'autel sous l'orgue, sauf que la cathédrale n'ayant pas été conçue par des hérétiques on en est arrivé à avoir, comme tableau de fond une fresque du jugement dernier.

Je m'excuse mais tous ces curés crétins, une majorité, ignore visiblement que si on appelle la direction dans laquelle se couche le soleil, occident c'est parce le soleil y tombe et semble mourir. Ce renversement de la direction dans laquelle pointe l'autel est non seulement une hérésie mais aussi et surtout une parfaite incongruité. La seule alternative eut été de le poser devant la clôture du chœur puisqu'on est requis de ne rien faire à l'insu des fidèles. Mais cette connerie s'explique malheureusement par la volonté de l’Eglise de faire peser en permanence sur sa clientèle la menace de l'enfer. Si enfer il y a je crains que peu de curés en réchappent !

La thèse d'une vengeance d'un organiste

Dans les textes postés avant cet article et retirés depuis, j'ai envisagé cette thèse car dans le cas d'un attentat anti chrétien on se serait attaqué à des symboles religieux pas à des orgues. 

La possibilité d'une vengeance d'un organiste ayant été éconduit brutalement tend à présenter un caractère d'évidence dans une église de seconde ou de dernière zone où la détente est loin de régner. Dans une cathédrale c'est un peu différent, on a, en principe, les moyens de trier sur le volets les intervenants et d'éliminer les candidats trop caractériels. Néanmoins, on ne peut pas exclure une thèse de cet ordre car, il faut le répéter, si incendie volontaire il y a, et j'en suis persuadé tout converge vers deux instruments exceptionnels. Certes le G.O. n'est plus dans son jus originel mais en revanche l'orgue de chœur est le plus grand de France et il constitue un témoin exceptionnel de la facture électro-magnétique d'origine (fin XIXème).

Je ne crois pas au triple accident et l'incendie de l'armoire électrique m'apparait comme une diversion.

Tout converge en faveur d'une sombre "machination"

Quelque chose m'avait frappé : à savoir que l'on aurait profité de la nuit suivant la fermeture de l'édifice par le bénévole qui se trouve être un réfugié politique africain. Or, il se trouve qu'il avait crisé à cause d'un refus de visa venant de la Préfecture durant le semaine précédant le sinistre.

Ceci ajouté à l'absence apparente de traces d'effraction tend à me convaincre qu'il faudrait envisager la possibilité, dans le cas où ce serait l’œuvre d'une "agence", de l'existence d'un "oeil" ou d'une oreille dans la place pour choisir le bon moment.

Tenant l'hypothèse d'un triple accident électrique pour indémontrable, je conclus pour l'instant qu'il n'est pas possible de trancher entre une machination politique éventuellement venue d'ailleurs et une vengeance d'initiative locale dont le motif pourrait remonter à plusieurs années !

Jamais deux sans trois !

Si l'on en croit une maxime populaire, il faut s'attendre à un troisième incendie de cathédrale.

Là encore la maxime nécessite le recours à la symbolique : la dualité nécessite un troisième terme pour être résolue.

S'il se trouve que cette nouvelle prédiction se concrétise, je vais sans doute passer pour une sorte de sorcier. On risque de se tenir à distance respectueuse de votre serviteur et vu la circulation en cours d'un méchant virus (?) cette éventualité ne me déplairait outre mesure.

Et quant aux "virus", il en est qui n'ont que deux "spikes" (2 jambes et pas de tête) et qui ne font pas attention où ils mettent les pieds lorsqu'ils paraissent s'être laissé instrumenter par un certain apothicaire (et un médecin devenu Maire de son patelin) pour essayer d'empoisonner un organiste innocent.   

=====

Méchant virus ? Une thèse m'a été communiquée avec des liens vers des études sur Pubmed qui indique que les signes cliniques de l'attaque coronavirale coïncideraient avec ceux d'une carence en zinc. La carence a été remarquée chez 50% de personnes âgées. Or la chloroquine et l'azithromycine seraient des "ionophores" du zinc. Comme la quercétine...

Le sinistre dont on parle m'a empêché de vérifier ce que je viens d'évoquer et notre grand druide Raoult Panoramix n'a pas l'air d'avoir fait le lien entre la recette chinoise qu'il a importée et l'oligoélément cité. Si vous voulez vous renforcer en zinc ne prenez pas l'Effizinc, il contient du dioxyde de titane qui est une grosse saloperie (interdite dans l'alimentation mais conservée dans les médicaments), optez pour les "granions" d'un labo monégasque, et prenez leur sélénium.

Je n'ai pas le dosage de ce type de granions en tête mais il me semble excessif pour une prise journalière sur le long. Un ami a fait une réaction de type Sulfur qu'il a fallu antidoter. Mais rien de grave. La vitamine D3 est également capitale, et ce que propose le Vidal n'est pas adéquat. Voir une supplémentation économique, il faut la commander aux USA et la prendre à l'année au moins à raison de 5000 UI/j., sans parler de la vitamine C à acheter dans un labo d’œnologie au kilo.

Notez que l'on crache sur les compléments alimentaire, la médecine traditionnelle chinoise, on dérembourse l'homéopathie comme non scientifique mais il y a une heure à peine, je viens d'enlever une sciatique avec 3 granules en 5/10 minutes chrono, la dame, une propriétaire voisine a crié au miracle. Cela dit c'est un grand classique qui est dans tous les bons manuels...

15/01/2020

Les voeux de circonstance : mieux vaut tard que jamais !

Photo du jour.jpg

Mise à jour de 13 h08

Résultat de recherche d'images pour "tarragone"

J'apprends à l'instant, en consultant le fil de Google actualité, que ce matin une explosion d'une usine pétrochimique s'est produite à Tarragone au petit matin... Cela fait le 3 ou 4ème sinistre de ce type après Lubrizol, c'est me semble très significatif ne jamais oublier la synchronicité comme principe de relation a-causale...

Je peux vous jurer que je n'ai pas profité de l'occasion pour tenter de vous impressionner. Je me lève tard, je commence par relever mes "bals" (nombreuses), à répondre au courrier, à promener un chien et ce n'est souvent qu'en soirée que je parcourt au pas de course un ou deux fils d'actualités mondiales et hexagonale. 

Quand on parle du loup... Il risque de donner plus ou moins signe de vie....

============================

Ici commence la première version du post

M'étant lancé dans le feu de l'action à propos d'Hauptwerk, j'ai tout bêtement oublié de vous présenter mes voeux. Des souhaits de santé et de contentements divers aussi sincères que très probablement inefficaces vu ce qui se profile à l'horizon. Surtout depuis qu'un ancien banquier a pris les leviers de commande de notre pauvre France.

J'avais envie de répondre à la lectrice qui m'a envoyée l'image : même pas en rêve ! Nos concitoyens n'ont pas encore compris qu'il faudrait interdire le F.N. (sa mutation) non pour son "racisme" prétendu mais parce qu'il  est destiné à servir de chausse-trappe ! Il n'existe qu'une voie de salut ! Voter Asselineau et se tirer de l'Europe.

Un cartomancien (Yann le Grall voyance) a cependant annoncé un échec de sa réforme des retraites, et ce en tirant des figures dont tout ce que je peux seulement dire c'est qu'elle sont assez parlantes. Il ne s'agit pas d'un "voyant" mais d'un simple interprète. Affligé de tendances "mystiques" qui m'incite à sourire, à mon avis si tant est que le visage du Christ puisse apparaître quelque part, il n'irait pas se nicher sur les fissures d'un conduit de cheminée dans un grenier assez peu hospitalier. Son tirage pour l'année est inquiétant mais demeure une énigme.

Je ne suis pas addict à ce type de présage mais je regarde par curiosité. Sauf que cette année le niveau m'a paru excessivement nul. J'observe qu'un astrologue de mes amis a décidé de prendre sa retraite qui tenait un journal intéressant soit disant pour "raisons personnelles".

Don de prédiction ou intuition assez banale

Pour ma part, j'avais prédit, en deux endroits différents, et sur la simple constatation d'une fréquence d'incendies et d'explosions remarquables apparues en synchronisme avec la montée des Gilets jaunes que l'année 2019 allait être particulièrement chaude, avec un accompagnement à l'international. Et je pense que ce n'est pas terminé...

Je connais toutes les techniques divinatoires, je les ai testée, mais l'observation des "signes" associé au flair, suffit pour dégager les tendances. L'agitation la nuit du nouvel an est un baromètre. J'ai assisté à une bonne dizaine de feux d'artifice d'amateurs depuis une sorte de promontoire, je ne saurais calculer le montant du fric qui a été balancé par les fenêtres mais le chiffre doit être assez impressionnant...

Bon courage !

17:02 Publié dans Off topic | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Hauptwerk 5 suite et fin ( ??)

http://voxusorgans.com/sites/default/files/styles/large/public/HauptwerkBox-Large-L_1.png?itok=OBem6iKx

Je crois avoir fait le tour de l'histoire d'Hauptwerk V et ce n'a point été sans mal. Il restera à éventuellement revoir l'article précédant et à développer la rubrique comportant les informations nécessaires à la confection d'une console maison. J'avais créé un site spécial (avec des miroirs) pour signaler l'existence d'un dossier gratuit. Mais c'est à peine si je reçois une demande par 3 mois. Enfin pour l'instant je vais prendre un peu de repos. Je serais curieux de pouvoir évaluer le degré de popularité de la simulation parmi les confrères jeunes ou vieux. J'ai maintenant le nom et l'adresse des profs de Conservatoire mais je n'ai pas celle des d'organistes liturgiques, mais un sondage du côté des Conservatoires risque de déboucher sur un résultat décevant.

Compte-rendu d’une prise de tête !

Une fois de plus je n'ai pas pu faire court mais l'intérêt et la curiosité envers ce sujet nouveau me garantit un certain niveau de patience. Si ce n'était pas encore assez clair vous pouvez questionner. Vous pouvez également m'insulter si ce que j'ai écris vous chagrinait, sauf que ça risque de glisser...

J’arrive me semble t-il à des éclaircissements décisif après m’être assez longuement pris la tête ! Je n’avais pas pris garde au fait que Gérard Lefranc a bien précisé que H5 vide les anciennes clefs qui deviennent ainsi inutilisables.

J’ai du un peu « barioler » ce post et je compte reprendre le précédant en ne gardant que ce qui ne fait pas double emploi avec celui-ci

Voici mes conclusions, sans doute définitive, elles sont un peu brutales mais on fait ce qu’on peut et il me tarde de changer de sujet.

Résumé de la situation

  1. Milan Audio risquait de ne plus pouvoir vendre son logiciel d’émulation des banques à cause de la mise en circulation de craquages de 2 versions 4. successives, il fallait donc absolument sortir une version 5.
  2. Il fallait également procurer aux éditeurs le moyen de reprendre la main sur leur banque cryptée en mode de « niveau 1 ».
  3. Il fallait également mettre la pression sur les éditeurs pour les inciter a systématiquement crypter en mode de « niveau 2  nouvelle manière » (nouveau dongle IL.OK) pour contraindre un maximum d’utilisateurs à acheter la version 5 du logiciel d’exploitation.
  4. Pour tenter d’atteindre ces objectifs, il fallait d’une part :
    • Trouver une astuce pour rendre les dongles d’ancien style inutilisables en les vidant de leur contenu de façon à ce que ceusses[1]qui ont disposent de banques cryptées en mode commun ne puissent plus les émuler.
    • Il fallait transférer la gestion des licences de type 2 aux éditeurs. En effet les éditeurs ne souhaitaient plus avoir à payer la redevance à Milan Audio pour chaque envoi de licence à chaque acheteur d’une banque cryptée « niveau 2 » (cas de l’ajout de licence particulière dans le dongle).
    • Mais surtout si Milan n’avait pas changé la donne, ces éditeurs se seraient exposés à se retrouver, du jour au lendemain, le cul par terre et le bec dans l’eau en cas de disparition de Milan Audio !
    • Il fallait donc pouvoir centraliser toutes les protections sur un nouveau dongle IL.OK coûtant une cinquantaine d’€uros.

Rappel des 2 techniques de cryptage

Le « niveau 1 » ou « mode commun » nécessite seulement la possession d’un dongle d’ancien style :

Exemple : un dongle correspondant à une version 3 de HW appliqué à une version 4 craquée émule tous les fichiers cryptée selon le « mode commun » (Extension en *.hbw. En revanche, la version 4 craquée ne peut lire que les fichiers non cryptés (extension en *.wav).

Le « niveau 2 » ou « mode individuel » correspond aux banques qui nécessitaient l’ajout, dans l’ancien dongle, d’une licence particulière et la nécessité d’attendre plusieurs jours de recevoir ce complément de Milan Audio était assez lourdingue.

Réfléchissez bien si vous désirez passer à la version 5

Comme exemple de ces banques cryptées en « mode commun » je peux citer Freiberg et je ne connais pas la liste complète, pas plus que je ne connais celle des banques ayant été déplombées et mise en clair. Je n’ai connaissance que de l’existence de 3 cas, il doit en exister bien davantage.

Toujours est-il que si vous venez à mettre en contact votre ancien dongle avec une version HW5 pour transférer vos éventuelles licences en « mode individuel » dans un dongle IL.OK, vous ne pourrez plus lire les banques en « mode commun » et cet ancien dongle vous pourrez le jeter à la poubelle.

Beaucoup d’organistes faute de réflexion se sont fait « baiser » à leur insu de plein gré !

Ils ont été prévenus, c’est un fait, mais comme on a entouré les modes de cryptage d’un certain « flou artistique » et surtout qu’une majorité de musiciens se servent de l’informatique sans posséder toutes les notions requises pour comprendre comment elle fonctionne, il en est qui ont eu des surprises.

Précision sur mes propres compétences pour éviter tout malentendu

J'applique une règle d'éthique : je ne fais pas aux autres ce que je n'aimerais pas que l'on me fit !

J’ai 35 ans de pratique de l'informatique, je ne connais que le langage du DOS (obsolète quoique...) et des notions limités des autres langues numériques. Je connais grosso modo le schéma des méthodes à mettre en œuvre pour ou déplomber un logiciel (désassemblage, modification, réassemblage, tests et parfois on recommence) ou pour émuler un dongle en mode logiciel. C’est beaucoup plus compliqué mais c’est faisable sauf que pour des raisons inconnues, ce dont on parle n’a pas fonctionné chez des collègues qui m’en ont parlé.

Je sais analyser un ODF, le modifier, créer des tuyaux, en remplacer certains etc… Mais j’arrive à un âge où ce genre de modif me fait royalement chier ! En plus l'informatique est un des royaumes les plus performants pour ce qu'il en est s'en chier à cause de l'obsolescence programmée.

Je vais devoir passer à Windows 10, çà ne coûte pas cher mais je m'attends à des surprises. Je n'oublie jamais que le mieux est souvent l'ennemi du bien !

L’informatique une source d’emmerdements assez « performante »

Et c’est toute l’informatique qui m’emmerde que ce soit à cause du manque d’ergonomie des usines à gaz que l’on fabrique, des bogues (je suis un très bon bêta-testeur car je les attire en masse…), bogues qui existent en 2 catégories soit les « bogues naturels » et (aussi) des bogues plutôt préternaturels.

Je précise que l’électronique utilise des cristaux et met en œuvre de micro-courants et que ce genre de camelote est très sensible à certaines influences psychiques.

Au niveau le plus banal, il y a les gens qui lorsqu’ils s’énervent font exploser les ampoules rien qu’en touchant un interrupteur font exploser les ampoules où dans le cas d’un circuit électronique le grille. Cela m'est arrive 2 pour des ampoules ou une fois pour l'interface d'une imprimante. Par chance c'est la liaison // qui a pété et il m'est resté la liaison "série"...

Rassurez-vous j'ai acquis les techniques minimales pour éventuellement me décharger de ce genre d'énergie "perverse" et éventuellement la "recycler" à bon escient. Je ne parle pas de "sorcellerie"... Mais sans aller jusque là il faut savoir que tout groupe humain est appelé à former un "égrégore", soit un "milieu psychique collectif" qui peut présenter plus ou moins de "résistance". Passons...

Résumé

Les banques non cryptés en version 4 sont valides sur toutes versions 4 ou 5.

Vous perdez la jouissance de vos banques en « mode commun » et si vous fourrez votre ancien dongle dans le « piège » que constitue à cet égard la version H5 (ne serait-ce que pour ne payer que la mise à jour), vous risquez de le regretter.

Je vous conseille plutôt de payer le prix fort et de demander aux éditeurs qui vous on vendu les banques cryptées de vous fournir les licences IL.OK !

En d’autres termes, votre vieux dongle peut faire des heureux soit en tant que cadeau à des organistes désargentés. Je suis prêt à en racheter une paire à un prix raisonnable pour encourager des jeunes musiciens méritants.

Je précise que si j’ai fait il y a longtemps environ 3 consoles pour des tiers, je ne dispose pas du moyen de transport adéquat pour quérir des vieilles consoles analogiques ou des pédaliers et autres éléments et assurer la livraison du produit fini.

Tout comme le faisait l’ancien dongle pour les versions 3 ou 4 de HW, le nouveau dongle iL.OK peut émuler, de la même manière, autant de console qu’on en souhaite.

Le dongle, quel qu’en soit le type mettez le au bout d’un petit câble USB et protégez le en confectionnant autour un petit étui en carton, il est fragile. J’ai failli casser le mien en le baladant entre l’église et mon poste de travail perso. On risque moins de l’oublier.

Il n’existe plus de version gratuite alors qu’avec la version 4, sans dongle, on pouvait émuler gracieusement une petite banque en polyphonie limitée.

La version Lite est vraiment très très Lite. Et elle n’est offerte que sous forme d’abonnement.

Le tarif par abonnement est d’un coût prohibitif et, si j’ai bien compris, l’ordinateur doit être relié à Internet. Dans une église il vous faudra donc une bonne connection partagée avec votre portable.

Utilisation d’une version 4 craquée : les risques

En matière de protection intellectuelle, la copie pour l'usage privée du copiste ne joue que pour les œuvres littéraires et artistiques et en particulier les livres et les partitions. Il est à noter que les timbres sur les photocopies dans les Conservatoires donnent lieu à des abus.

Voir cet article

C’est à cause d’un enfoiré nommé Jacques Lang, que l’exception évoquée ne s’applique pas au domaine logiciel. C’est évidemment très discutable…

Il faut savoir que les suspicions de contrefaçon peuvent donner lieu à des perquisitions ou des contrôles aléatoires dans les entreprises pour les logiciels contrefaits.

Transposé dans notre domaine, un risque existe dans une église où auraient lieu des concerts fréquents attirant du monde, si on employait une version craquée du logiciel assortie de banques également craquées.

En ce qui concerne les particuliers, le risque n’est pas totalement inexistant.

Il ne pourrait toucher que des organistes en vue, s’ils venaient à diffuser, surtout contre espèces sonnantes et trébuchantes, des banques censées être sous propriété intellectuelle. Dans le cas des banques d’orgue français, ça aurait peu de chance de marcher devant le juge car toutes ou presque ont été numérisées en fraude.

J'ajoute qu'à partir du moment où un éditeur renonce à exploiter une version de logiciel, la 3 ou la 4 en l’occurrence, il ne peut guère empêcher quiconque de décider de se satisfaire d'une ancienne version ancienne, fut-elle craquée.

L’avenir du piratage

Il n’y aurait rien d’étonnant à ce qu’une version craquée de la 5 apparaissent à plus ou moins brève échéance…

Si ce devait être le cas je peux vous assurer que je ne courrai pas après !

Pour ce qui concerne les banques cryptées pour HW5, il est tout à fait possible d’imaginer que le nouveau dongle puisse être contourné.

Ce n'est aucunement pour des raisons de plus grande sécurité que l'on a opté pour le système iL.ok mais pour avoir une occasion de neutraliser les anciens dongles.

C'est tout à fait légal mais c'est assez fort peu élégant !

Quant au piratage il faut que le jeu en vaille la chandelle, or ce n'est plus le cas !

A mon avis le simple fait qu’il faille passer par Ebay pour vendre et par Paypal pour se faire payer fait que la parution de la moindre annonce donnera lieu à une plainte dans les 12 ou 24 heures suivantes. N’importe quel petit développeur est capable de concocter un petit logiciel de questionnement de Google susceptible de délivrer des alertes par mail ou autrement… C'est l'assurance à la moindre alerte devoir le fric bloqué au seul bénéfice de Paypal.

Par dessus le marché la France est un des pays les plus fliqués au monde. Si je remplissais certaines conditions (don des langues) j'irais vivre plus à l'Est.

Il faudra attendre quelques mois pour juger des effets du « nouveau paradigme » mais les banques en version 4 ont encore une longue vie devant elles…

Ma philosophie

Les questions que je suis en train d'évoquer sont "tabou" à cause de l'influence du moralisme américain, d'où une tendance des forums à s'en tenir à ce seul aspect.

Je prévois que le temps n'est pas très éloigné où le fait de répandre des incitations à la réflexion et donc à l'économie pourra être poursuivi pour entrave aux interêts manifestement souverain des marchands.

Si on me donne une banque quelconque, je la prends et je l’archive à toutes fins utiles. Je l’installe assez rarement et la désinstalle souvent aussi sec. Je ne pourrais donner que des banques en clair qui tournent depuis fort longtemps. Je ne vends rien.

J’ai été parmi les pionniers à promouvoir la simulation. De la part d’un éditeur quelconque, l’attitude intelligente consiste à offrir la version du logiciel en cours, on court-circuite ainsi tout risque de critique par trop pertinente. Même chose pour les banques mais je n’ai jamais rien réclamé car je désire rester absolument libre. Tester une banque et produire un rapport impartial, ça prend du temps et le plus souvent ça ne sert à rien.

Les uns et les autres n’en on fait qu’à leur tête. J’ai donné des indications à plusieurs reprises sur les caractéristiques des « standard » à adopter, ne serait que du point de vue purement ergonomique. Les informaticiens sont des gens souvent arrogants parce qu’imbu d’un pouvoir qui n’est pas à la portée du particulier et les résultats sont l'avenant. Hauptwerk marche très bien sauf qu'on m'a confirmé qu'il peut se produire des craquements sans que l'on sache pourquoi.

Si on sollicite une banque d’un éditeur, on ne peut guère que se limiter à en annoncer la sortie sans être trop regardant. Suivez mon regard… Chacun son tempérament ! La personne à laquelle je pense rend de signalés services à la collectivité par sa connaissance très intime du logiciel dont on parle. Elle m’a éclairé à au moins 4 ou 5 reprises si ce n’est plus…

Que penser de la version 5 ?

Son principal intérêt réside dans la réverbération apportée aux banques trop sèches et dans la modération des banques trop réverbérantes.

Elle permet d’émuler 1024 canaux, imaginez le volume occupé par 1024 amplis et autant de paires d’enceintes… A Notre Dame de Paris, il faudrait de toute évidence virer le buffet existant et sa tuyauterie… Mais enfin qui peut le plus peut le moins.

Ma console est située dans une petite pièce de 10 m2 où j’ai du loger un bureau et son ordi dédié internet la totalité de murs libres étant recouverts d’un rayonnage supportant des dossiers, des livres et des partitions je n’encours pas le risque d’être induit en tentation de seulement utiliser 6 canaux.

Je dis et répète ceci : si vous débutez et voulez accepter aux banques V5, payez plein pot et le cas échéant préservez votre ancien dongle.

Le risque de faillite côté Milan Audio

Ne vous leurrez pas, si Milan Audio a consenti a abandonner la gestion de licences particulière, c'est parce que les éditeurs ont fait pression étant conscient qu'en cas de disparition de l'éditeur du logiciel exploitant la banque ça allait être la fin des haricots pour eux !

Si les banques en V5 à prix raisonnables deviennent inaccessibles, la version correspondante du logiciel restera dans les rayons de son développeur. A plus fortes raisons, si une version craquée sort et c’est pratiquement inévitable. Elle a cependant contre elle la disparition de certains médias de diffusion et en particulier tout ce qui relève du P2P (fichier torrent). Enfin la plupart des organistes se sentent honteux de pouvoir être soupçonné d'avoir triché et ça c'est caractéristique d'une certaine hypocrisie laquelle est amplifiée par la pression du mercantilisme et du consumérisme à l'américaine. Un "crac" de V5 a peu de chances de faire grand mal. Parce qu'avec la pression évoqué tout le monde devient très méfiant.

Toute peine mérite salaire mais il faut quand on vend quelque chose garder le sens des proportions.

Le succès de la nouvelle version de HW dépend de la vitalité de l’espèce dite des « blaireaux friqués » et de leur appétit pour les grandes banque V5 et ils est certes insatiable. Assez peu prolixe en France, l'espèce est sans doute assez dominante Outre Atlantique. Tout dépendra de l’évolution des prix.

Zurek n’a pas du faire de bonnes affaires ces derniers temps car Groningen se vend dans les 800 €. En « version blaireau friqué » (surround).

J’ai l’assurance que la plupart des éditeurs, surtout Augustine (qui s'est vu offrir une version développeur de HW5), continueront à faire des versions 4, voir des doubles versions. Soit une 4 en clair + une 5 cryptée, soit 2 versions 5, une basique et une « premium » avec une très grande différence de prix.

Encore faudrait-il s’entendre sur les caractéristiques du « basique » et du « premium » et à ce propos j’observe que l’on patauge dans la semoule !

Pour une version basique, les prix devraient aller de 30 à 150 € suivant l’importance des instruments. Par contre, à l’instar de ces vieux médecins qui faisaient payer plus cher les très riches pour éventuellement soigner gratuitement les plus pauvres, je trouve légitime de réclamer jusqu’à 1000 et plus pour certains instrument de prestige.

Ne participant à aucun forum, je n’ai aucune chance d’être entendu et je n’ai aucune envie de faire des efforts de communication. Je suggèrerai simplement aux lecteurs susceptibles d’apprécier mon analyse de la faire circuler.

Il faut convenir qu’il résulte de la situation que je viens de décrire un ajout joli bordel ! Je sais que le slave a déplombé une banque d’Inspired Acoustic dans laquelle il n’y a pas que les mixtures qui sont fausses…

Tout à mal commencé par un système de cryptage boiteux, savoir le « mode commun » qui visait uniquement à empêcher l’émulation de ces banques par des logiciel concurrents du type My Organ ou Grand Orgue. Il n’est pas interdit de gagner beaucoup d’argent si c’est honnêtement, en trouvant le moyen de concilier des intérêts très opposés.

Il est cependant encore possible de rattraper la sauce

Tout ce dont je viens de parler m’a saoulé pendant des années. J’en suis resté à ma version 3,3 et j’en suis très content. Je compte en rester là !

Sauf que si Trump continue a déconner avec l’Iran, on va avoir d’autres soucis a assez brève échéance. Pour ma part, j’ai appris l’économie, je connais toutes les plantes sauvages comestibles, j’ai deux petits carrés de jardin, je consomme peu de « médocs » et je leur préfère les remèdes naturels.

Pour ce qui vous concerne, chacun peut voir midi à sa porte et personne n’est obligé d’adhérer à mes analyses.

Vœux –bis repetita

Je vous renouvelle mes vœux, à part la santé, je souhaite aux uns et aux autres d’être visité par la « Saint Esprit », il s’agit d’une instance que l’on peut qualifier de « supra nationale » et que ce soit en matière de « cuisine spirituelle » il n’en est aucune qui soit « universelle », la « cuisine romaine », je la trouve excessivement prétentieuse et trop arrogante, j’y collabore pour ce qu’il en est des « épices » qui vont avec mais je peut bien dire que c’est par pure charité. Je sers à ma façon dans un « restaurant catholique », où l’on ne sert que du pain azyme et où le vin est réservé au seul « cuisinier », parce que c’est un des rares endroits où on peut en faire profiter le prochain. Mes préférences étant en faveur de la cuisine chinoise, mais il est bien connu que les « chinois » sont très sensibles à une certaine qualité de politesse.

Ceuses qui n’aiment pas ce qu’ils considèrent comme des « chinoiseries » faute d’une certaines subtilités peuvent se désabonner, on ne les retiendra pas !

Gardons le moral

Enfin n’allez pas vous imaginer, que je souffrirai de dépression. L'humour et le sens de la dérision aident beaucoup à vivre. Je me contente de peu, je n'ai nul besoin de villa hollywoodienne nantie d'une piscine olympique, je nage comme un fer à repasser. 

A vrai dire il m’arrive assez souvent d’exploser de rire même s’il se passe des choses assez tragiques…

La dernière fois où j’ai été MDR, c’est en recevant la nouvelle suivante : aux Etats-Unis le féminisme hard est en train serait en train d’inventer un nouveau type de viol. Le viol par un regard trop pénétrant… Ici chez nous on en est au déni du « devoir conjugal » (pourtant inscrit dans le code civil), et ce au profit du « viol dans le mariage ». Une fois de plus je remercie le Ciel de m’avoir fait comme je suis.

Et  je note en passant que si, en France, on vient de battre le recors des adoptions animales sans doute 60 000 bestioles si on compte les associations et pas seulement la SPA, ce qui doit fait 30 000 chats placés c'est qu’à peu d’exceptions près, les bipèdes sont de plus en plus infréquentables. Tous sexes confondus, et il y en a au moins 3 si on tient compte de la vogue transgenre. Or l’opération de « réassignation » (sic) est remboursée par les Assurances Maladie. Enfin dans certaines conditions… Passe encore pour Jonas Ben Ahmed de Plus belle la vie, une fille transformée en garçon. Il est très réussi mais je préfère ne pas demander à aller l'inspecter sous le niveau de la ceinture. On n'a toujours pas vu paraître le dossier photo qu'il avait promis à ses fans.

Je serais tenté de conclure en disant rira bien qui rira le dernier sauf que je n’ai aucune chance de gagner ce challenge, je compte néanmoins survivre 10 à 15 ans et je présume au moins pour continuer a rendre la monnaie de leur pièce à ceux qui nous prennent pour des dindons...

======

[1] - Peu d’organistes ont du faire la différence entre les 2 modes, rares sont ceux qui font de l’informatique depuis 35 ans et qui l’on exercé à titre professionnel. Du reste la communication de Zurek nécessite sur ce point une connaissance claire de l’existence de ses deux modes pour pouvoir pirater intentionnellement. Plusieurs acheteurs se sont carrément fait « baiser » en croyant acheter des banques en « mode commun » qui ont reçu des banques en « mode particulier ».

07/01/2020

Hauptwerk version V est né, mais quoi de vraiment neuf ?

index.jpg  Résultat de recherche d'images pour "système hauptwerk"

Mise à jour du 8 janvier 2020 : je suis amené, après avoir revisité le site de Gérard Lefranc et après avoir découvert le site de "Orgues en France" à compléter et rewriter en partie ce post du fait de nouvelles informations. Pour éviter à chacun une relecture complète, j'ai mis en bleu les passages nouveaux ou modifiés.

La sortie de HW V est l'occasion de faire un point au sujet de la simulation d'orgue à tuyaux. On peut me questionner sur les points de détails non abordés, je réponds toujours immédiatement et ces questions pourraient être l'occasion d'ajouter de nouveaux liens à ma rubrique concernant la fabrication d'une console maison.

Quelques remarques sur ces textes

Le Petit manuel simplifié est une excellente introduction à Hauptwerk. En contrepartie, vous pouvez oublier Hauptwerk facile qui ne méritait pas d'être traduit.  C'est le plus souvent beaucoup de bla-bla-bla pour rien. Par exemple pour la rubrique des éditeurs de banques de sons, l'auteur aurait pu fournir une liste avec les urls. Même chose pour les fournisseurs de matériel Midi, les fabricants de consoles, de claviers etc... Certes de telles listes encourraient le risque de n'être jamais exhaustives mais il suffisait d'actualiser le document régulièrement. Enfin et surtout, comparé au petit manuel simplifié Hauptwerk facile n'est absolument pas pertinent. Notez que pour la rubrique des "gourous d'Hauptwerk", il suffisait de donner l'url du forum américain + 2 lignes de commentaire.

J'aurais grand envie de reprendre le plan de ce topo et de mettre sur ce squelette une chair plus appétissante avec des illustrations. Mais j'en ai marre de travailler pour le roi de Prusse et de chanter dans le désert. Ce serait une excellente occasion de mettre à jour mes connaissances, information et expérience dans le domaine. Je dois rappeler que j'ai été parmi les premiers à promouvoir la simulation d'orgue et à former un groupe privé très actif dans ce domaine. Enfin vu le peu de demande concernant la documentation existante (moins d'un mail par mois), je me demande s'il vaut la peine de se fatiguer...

HV V : pas grand chose de vraiment nouveau à dire vrai !

L'annonce d'une version V du logiciel est apparue au voisinage de Noël et a été effective fin décembre début janvier.

La notice de présentation d'HW V listée ci-dessus m'a permis de voir d'un peu plus près de dont il s'agit. Cela n'a pas changé mon regard et mes conclusions mais en revanche il en est résulté un peu plus de clarté.

Pour commencer, il me faut souligner qu'il est très malaisé de distinguer, dans la vingtaine de pages de cette "présentation", ce qui est vraiment propre à la nouvelle version et donc nouveau dans la version V ! C'est-à-dire, quantitativement, peu de chose !

Une présentation trompeuse !

Il est d'usage, chez les éditeurs sérieux et honnêtes de séparer en deux colonnes les fonctions anciennes des nouvelles.

"Multi canalité" et "multi adressage" : est-ce bien nécessaire ?

Un exemple page 4, il est pratiquement impossible de distinguer ce que HW5 propose en plus en matière d'adressage multi-canaux ou de mixage audio et en matière d'harmonisation?

Il s'agit là de fonctions qui n'intéressent guère que les "blaireaux friqués", espèce internationale mais particulièrement prolifique au sein de la sphère "culturelle" (façon de parler...) américaine et bien sûr américanophile... Ces fonctions réclament non seulement des cartes sons multicanaux mais également des amplis de même acabit, sans parler des enceintes, un poste des plus coûteux. Or je préconise (vu la relative impécuniosité de beaucoup d'étudiants et d'organistes confirmés...) de commencer avec un excellent casque stéréo.

Dans ces conditions j'ai été amené, pour ma part, à systématiquement neutraliser la partie "surround" des banques (jeux marqués "rear") car ils prennent de la mémoire pour rien si on n'est pas en mesure de matérialiser le ou les canaux correspondants bien que je dispose de 32 G de RAM !

J'en viens du reste à me demander assez subitement, il est vrai, si c'est utile d'activer les fonctions du type "max réalism" quand on n'a que des claviers fonctionnant sur le mode on/off donc sans la moindre gradation de célérité d'attaque !

Il est à noter que si les claviers Fatar possèdent cette faculté, chaque clavier exige alors 2 connecteurs de 2x8 broches sur la carte Midi. Bref, je ne connais personne qui se soit payé ce luxe bien qu'il ne soit pas ce qu'il y aurait de plus coûteux...

Les apports réels de la version V

Gérard Lefranc a résumé les apports de cette version en ces termes. J'ia souligné les points importants et ajouté des commentaires en rouge

  • Utilisation d'un nouveau système de protection des banques de sons sous licence, que MDA a sous-traité à la société iLok. Cela implique une inscription (gratuite) chez iLok et l'achat d'un dongle iLok.
  • Lors de l'installation d'Hauptwerk V l'ancien dongle sera effacé et deviendra inutilisable. La licence Hauptwerk sera automatiquement transférée dans le dongle iLok mais il faudra demander aux éditeurs le transfert de leurs licences achetées car cela ne se fera pas automatiquement.

En d'autres termes, la compatibilité verticale des banques fonctionnant en version 4 n'est pas assurée. Les anciennes licences inscrites dans l'ancien dongle seront effacées : alors comment pourra t-on justifier de les avoir acquises afin d'obtenir (gracieusement) la version sous il.ok? Ca t-il falloir mettre une rallonge pour obtenir la version V compatible de ces banques.

D'après Gérard Lefranc, les éditeurs se seraient plaint à propos de l'ancien système de protection. Attendu qu'il était fiable et crackable seulement seulement par des hackers experts comme il s'en trouve dans des académies poutiniennes, je me demande à quoi rime ce changement de méthode. L'ancienne méthode nécessitait l'attribution de n° de répertoire par Milan-Audio ainsi que la fourniture du complément de licence à incorporer dans la clef par l'éditeur du logiciel. C'était un système assez lourd tant pour les éditeurs que pour leurs clients. Faut-il en déduire que les éditeurs aspiraient à être libérés de cette sujétion et qu'un moyen aurait été trouvé de leur permettre de gérer de façon totalement indépendante leur système de protection ?

C'est une hypothèse assez plausible car ce sont les acheteurs des banques qui devront mettre à jour leur clef sur le site de il.ok ! Avec nécessité de créer un compte sur le site de sorte que ce sont probablement les créateurs de banques qui verseront les clefs à chaque compte client d'une clef.

  • Toutes les banques de sons cryptées, même celles sans licence, devront être adaptées par les éditeurs pour pouvoir être ouvertes par Hauptwerk V.

Même celles sans licences ? A vérifier, auquel cas ce serait franchement DISSUASIF !

  • Disparition de la version d'Évaluation gratuite, et de son fameux triangle. Il n'est plus proposé que deux versions payantes: Lite et Avancée.
  • La version Avancée  peut être soit achetée, soit accessible par abonnement (mensuel ou annuel) avec mises à jours automatiques pour toute la durée de l'abonnement. La version Lite n'est proposée que par abonnement.
  • Ce système d'abonnement est assez contraignant car il nécessite une connexion permanente à internet. Il s'avère également assez rapidement plus couteux qu'un achat. Il sera toutefois possible, après ouverture d'un compte iLok, d'installer la version Lite qui fonctionnera en mode Évaluation, sans aucune restriction ni son de triangle  pendant 14 jours avant de nécessiter un achat ou un abonnement pour pouvoir continuer à fonctionner.

Cette évolution est conforme à la tendance générale qui tend à limiter l'utilisation des nouveaux logiciel à des licences annuelles. C'est ainsi que la version pros d'Acrobat pour les pdfs revient à environ 215 € par an... Donc dans une église, il vous faudra pouvoir partager une connexion Internet avec un portable qui soit parfaitement fonctionnelle. Ce qui n'est pas le cas avec Free dans certains secteurs...

  • Ajout d'un puissant système de réverbération artificielle.
  • Ajout d'une table mixage dont l'utilisation  est assez semblable à celle d'une table de mixage de studio.
  • Augmentation de la polyphonie (pour la version Avancée uniquement).
  • Dans les deux versions, aucune limitation de mémoire pour le chargement d'une banque de sons (à part la quantité de mémoire vive embarquée dans votre ordinateur)

    La réverbération à convolution et la table de mixage n'ont d'intérêt que si on dispose de la possibilité de matérialiser tous les canaux disponibles ce qui, on l'a dit plus haut, nécessite des investissements financiers considérables, investissements qui, répétons le, ne peuvent guère motiver que des blaireaux friqués ou des stars à la  Olivier Latry et consorts...

Incidents techniques entre la version V et Windauble 10.

Il est à noter que dès le 8 janvier des échecs ont été notés à propos de cette nouvelle version.

Windaube 10 pouvant devenir instable !

Les "gourous" de Hauptwerk contraints d'essuyer les plâtres à leurs frais

La patron de Milan-Audio n'a même pas eu la courtoisie de procurer gracieusement une version bêta à quelques fans, ce qui dénote un esprit assez franchement mesquin. Ce personnage n'est qu'un petit organiste américain aux dents longues qui a rêvé de s'emplir les poches à bon compte. Je conseille aux collègues qui voudraient franchir le pas de bien réfléchir avant de sauter dans l'inconnu.

Il est urgent non pas d'attendre mais de renoncer !

On notera, à ce propos, que Augustine, qui s'en tient à la version IV pour ses banques, et qu'il à proposé pour la "réverb" une solution ue je n'ai pas testée. Vos avis à ce propos me seraient utiles...

A qui profite l'innovation ?

A Milan-Audio, l'éditeur du logiciel qui va gagner au moins 199 € par mis à jour des version IV mais si les utilisateurs de cette version daignaient réfléchir un tant soit peu, ils verraient que l'intérêt est bien mince puisque, si j'en crois les dires de Gérard Lefranc toutes les banques en version IV seraient devenues inopérantes. 

Du côté des éditeurs tels que Sonus Paradisi, l'intérêt me semble beaucoup plus douteux. Les utilisateurs licenciés de banques cryptées n'ont aucun intérêt à passer à la version V du logiciel qui ne peut que leur compliquer la vie du fait de l'effacement du dongle originel et des licences particulières qu'il pouvait contenir. Il semble que Zurek ait tablé sur l'attrait, au demeurant discutable de la nouvelle version de logiciel pour relancer l'intérêt des banques qui ne seront plus disponibles qu'en version compatible HW V. Et le calcul me paraît tiré par les cheveux pour la bonne raison que les blaireaux friqués qui se sont jetés depuis longtemps sur ces banques ne sont pas dingues au point de lui repayer une rallonge plus ou moins substantielle !

Je note que le coût de la dernière banque atteint presque 900 € en version surround. De la folie ! Pour avoir à ce point gonflé le prix cela veut dire que les clients (j'allais dire les "couillons") se font rare...

Quant aux amateurs de l'espèce critique et parcimonieuse dont je fais partie je doute que...

Le "divin enfant" de Milan Audio n'est pas encore né ! 

Bref, en dépit d'une quasi synchronicité de l'apparition de HW V avec la fête chrétienne et la période des étrennes, on ne peut pas chanter à ce propos, il est né le divin enfant !

Et les fêtes en question sont devenues tellement mercantiles qu'on ne saurait vouloir nous dorer la pilule à propos de ce qui peut sortir en cette occasion que j'ai décidé depuis plusieurs années de ne pas les marquer ne serait-ce que par un changement d'ordinaire. Et le foie gras qui a été vendu était pourri car gorgé de flotte. Je n'ia donc rien perdu, au contraire...

La question du "piratage"

Je rappelle que Sonus Paradisi en particulier à pillé, toujours en fraude, une bonne partie du patrimoine organistique français en privatisant des instruments qui sont entretenus avec les deniers publics. Le cryptage n'aurait été chose légitime que si ces banques avaient été constituée moyennant un contrôle et une surveillance des techniciens conseil en charge des instruments historiques. Et ce moyennant un prix de vente très raisonnable et suffisamment abordable pour n'inciter personne à la resquille.

Pour les conditions de numérisation, j'ai découvert une prescription à cet égard qui arrive un peu tard. Je l'évoquerai plus loin à propos de la découverte du site "Orgues en France"

Rappel des niveaux de cryptage

Pour éviter que les banques ne soient utilisables sur un logiciel gratuit tel que "Grand Orgue" (ex My Organ) les fichiers sont ont été cryptés selon 2 niveaux. Le premier nécessite le dongle USB basique du logiciel comme c'est le cas pour Freiberg de Sonus.

Il est à noter qu'une clef de version Hauptwerk 3.3 continue, à cet égard, de fonctionner avec une version 4 (crackée) pour ce type de protection de premier niveau.

Le problème est que pour certaines banques, il y a nécessité de compléter le dongle par une licence individuelle, c'est Milan Audio qui doit fournir la séquence de MAJ. C'est ce que j'appelle le cryptage de second 2.

Non seulement ça prend plusieurs jours pour obtenir ce sésame mais je suis hostile à cette pratique car il faut fournir le contenu original de la clef. Ce qui constitue à mes yeux une servitude et une surveillance intolérable.

Mais évidemment c'est bien dans l'air du temps puisque je viens de découvrir que le gouvernement français vient de faire passer en catimini un dispositif judiciaire qui va lui permettre d'enregistrer tous les déplacements des citoyens français tant en bus, qu'en train et en avion.

https://www.egaliteetreconciliation.fr/Vos-deplacements-e...

Je précise que je ne suis pas un admirateur de Soral, il a du reste pompé un article apparu sur un média catholique 4 jours avant...

Concernant la possibilité d'un second niveau de cryptage, chez Sonus cette modalité n'a jamais été indiquée clairement et je connais des clients qui se sont fait couillonner en pensant qu'il s'agissait de cryptage de niveau 1. Car bien évidemment je dois être le seul à avoir utilisé les termes adéquats pour définir ces niveaux.

Les anciens moyens de "piratage"

1 - Copie logicielle du dongle

Des petits malins se sont amusés à revendre sur Ebay des copies de banques non cryptées et se sont fait carrément virer de la plateforme.

Même chose pour un slave qui a réalisé une copie logicielle du dongle en libérant plusieurs banques.

On installe un logiciel qui simule le dongle et on injecte dans la base de registre là ou les clefs correspondant à la ou les banques.

Précision : d'après les informations qui me sont parvenues, des collègues ont dépensé une somme de plus ou moins 1000 € pour n'arriver à rien. Ca à marché sur certains ordis et pas sur d'autres sans que personne soit parvenu à discerner la cause de l'échec !

Cet intervenant a été lui aussi éliminé après une traque sur Ebay....

2 - Conversion des fichiers sons en wav classiques

Un autre procédé de piratage a consisté à traduire les fichiers sons cryptés en wav classiques.

Soit on a édité chaque son, soit plusieurs centaines ou milliers de fichiers, on les a bouclés et on a remonté la banque. Une transformation "artisanale" n'est guère pensable vu le nombre considérable de fichiers à traiter.

Il est plus vraisemblable que la clef de cryptage ayant été trouvée, on a traité automatiquement les fichiers en série en changeant automatiquement l'extension et en effectuant, dans le XML, la modif des extensions devenues fautives par un "cherche et remplace" généralisé.

A propos de la version V

Comme je l'ai indiquée, je n'en vois pas l'intérêt et je pense que les éditeurs raisonnables (Augustine étant à citer en exemple) s'en tiendront à la dernière version IV pour laquelle deux cracks ont circulé.

Il est très problable qu'un crack de la version V sortira prochainement sauf qu'il risque de ne présenter aucun intérêt vu que le système de cryptage a évolué avec nécessité de passer par un site tiers : IL.OK. A ce propos je souhaiterais qu'un expert daigne m'éclairer sur le fonctionnement de ce système.

Les limites au "piratage"

Autrefois, c'est-à-dire il y a plusieurs années, il suffisait de lancer une recherche avec Qbitorrent avec sur "hauptwerk" comme mot clef. On trouvait de suite les banques non cryptées en circulation. Apparement, tout ce qui reposait sur le P2P ne fonctionne plus

Les sites diffusant des fichiers fichiers de contrefaçons (genre Megaupload) ont ont été progressivement éradiqués.

Il ne reste que l'équivalent du "téléphone arabe", soit les relations directes de particulier à particulier pour permettre des échanges. Une possibilité très aléatoire car si en France la "resquille" fait partie de la culture locale, la "convivialité" entre organistes ou musiciens baroques reste excessivement limitée. Dès que j'ai quitté la classe de clavecin et que je n'ai pu été en contact avec la société de musique ancienne locale quant elle est passée entre de nouvelles mains, j'ai perdu pratiquement tous mes contacts. Ensuite j'ai réuni une douzaine de collègues autour de la découverte des procédés de simulation et je n'ai plus de contact, fort espacés, qu'avec un seul d'entr'eux.

A quoi rime le nouveau système de protection ?

Une question demeure donc en suspens : à quoi rime le changement de modalité de protection des banques. Quels sont ses avantages réels pour les éditeurs et surtout les inconvénients pour les utilisateurs des banques. Un point semble être acquis, à savoir que chaque éditeur semble pouvoir maîtriser la protection de ses propres banques (licence manager). Mais je ne vois pas comment ils vont pouvoir se passer de l'attribution de n° de répertoires réservés à chaque banque nouvelle.

ILOK.JPG

Il ne me déplairait pas d'apprendre que Milan-Audio aura fini par se tirer une balle dans les pieds en compliquant ainsi les choses ! A moins que la "culture américaine" étant devenue dominante, l'espèce des "blaireaux friqués" soit devenue invasive. Je raisonne évidemment en citoyen "tempéré" mais tout indique que l’Âme du monde est devenue la proie d'un franche hystérie relevant bien de la psychiatrie.

Interêt d'un d'enquête sur l'audience de l'orgue en France

Il serait intéressant de pouvoir mener une enquête auprès des classes de Conservatoires dédiées à l'orgue (et au clavecin) avec date de création, nombre d'élèves par années, nombre des prix obtenu, avec ratio garçons/filles avec évaluation des moyens de travail dont disposent les élèves et surtout à la maison. Etc, etc...

Je dispose de vieux fichiers compilés au début du siècle et je vois qu'un site baptisé "Orgues en France" qui semble être apparu dès 2016.

Voir https://www.orgue-en-france.org/

J'ai retenu plusieurs pages :

Quels remarques sur ces textes :

  1. J'ai compté 261 classes d'orgue, évidemment d'importance et de rayonnement variable mais cela contredit les dires d'un ami qui m'a affirmé que des classes auraient été fermées du fait notamment d'un anti-cléricalisme qui ferait que l'orgue ne serait plus en odeur de sainteté à France Musique.
  2. Le texte sur les conditions de numérisation présente des côtés "lourdingues" : si on doit exiger la présence du facteur, il n'y a pas lieu d'exiger une assurance de la part du numérisateur exploitant, en revanche si c'est un étranger, il serait prudent d'exiger le versement d'une caution substancielle afin de s'assurer que les exigences des contrôleur de qualité seront respectées avant commercialisation.
  3. L'article sur la traction proportionnelle est assez clair mais à mon avis trop long. Il met en évidence la possibilité de reproduire exactement les modalités de traction mécanique mais sans les sensations physique de décollement de la soupape qui caractérisent les meilleurs orgues baroques en l'absence de "flexion" excessive. A ce propos, Quoirin qui fut jusqu'alors un "intégriste" assez sectaire des modalités anciennes, en est venu à militer pour que l'on considère la sensation comme un "trait culturel" dont on devrait pouvoir se passer. Je suis désolé car si la traction proportionnelle est un progrès, l'impossibilité actuelle d'une variation de la résistance également "proportionnelle" au nombre de jeux tirés + les éventuels accouplements fait de la chose une évolution assez bâtarde. Mais cela n'a pas d'importance sur des instruments comme celui de Notre Dame de Paris où en dépit de la richesse de la palette dans ses modalités individuelles on ne s'accouple pas à ce genre de mastodonde pour une musique réclamant la subtilité d'une mécanique de clavecin.  

Bref, je comprends à présent comment il peut se faire qu'un Quoirin soit celui qui a fourni à Notre Dame la console hollywoodienne qu'on lui connaît. Une ambition plus ou moins démesurée conduit forcément à des reniements et les "traîtres" ont un génie particulier pour trouver les mots susceptibles de faire passer des vessies pour des lanternes. C'est encore l'histoire de ces polluant indésirables des lessives que l'on présente sur les paquet comme ne pouvant être que des apports superflus à Dame nature.

Le pillage des instruments français

Je peux me féliciter d'avoir porté un coup d'arrêt à ce pillage : les banques projetées par Sonus (dont Saint Guilelhm) sont restées en rade saut St Pons de Thommières restée en rade pendant environ 4 ans.

J'ai chargée la démo comprenant la totalité du clavier de GO, démo qui ne m'a pas franchement emballé. J'ai trouvé le plein jeu assez peu charnu. Cela dit je fonctionne avec  un vieux casque AKG qui n'est peut-être pas ce que l'on fait de mieux. J'ai tenté l'essai de 2 autres casques dont un Phillips qui n'ont pas survécu à l'expérience. A ce propos si vous avez expérimenté un ou plusieurs casques pas trop onéreux j'aimerais avoir des avis.

Aux dernières nouvelles, les gens du ministère aurait déclaré que le fait de protéger nos instruments contre des numérisations non autorisées pratiquées à l'insu des techniciens conseils et parfois avec la complicité des organistes ne serait pas évident. Ce n'est pas la thèse que soutient implicitement le texte visé plus haut qui semble avoir été inspiré par ma thèse d'une "image sonore" appartenant au facteur s'il est contemporain et à défaut au propriétaire de l'instrument. 

Je ne partage pas cet avis d'une impossibilité de restreindre toute copie sonore et je constate qu'en France, on s'est, depuis assez longtemps fait une spécialité du bradage du patrimoine national, à commencer par les fleurons les plus prestigieux de sa version industrielle, tendance qui ne pouvait que s'accentuer après qu'un président ait fait un stage chez des banquiers à l'écu rouge... Le patrimoine organistique français ayant été détourné par ruse, il n'y a pas de faute à se passer des banques ayant fait l'objet du pillage évoqué. Pour les banques étrangères, la gestion du patrimoine historique et ecclésial fonctionnant sur d'autres bases, les cas peuvent être différents.

Cela dit on dispose à présent de suffisamment de banques de qualité soient gratuites, soit que les éditeurs aient renoncé à les faire évoluer au point de ne plus s'en soucier pour ne pas se sentir obligé de se ruiner à collectionner toutes les nouveautés parues et à paraître !

Des ODFS peu pratiques et peu clairs

Je suis d'autant moins enclin à dépenser de l'argent pour de nouvelles banques que les ODFS ne sont que très rarement satisfaisants. La plupart des consoles sont illisibles sauf quand on a prix la précaution d'organiser les tirages de jeux dans un cadre graphique clair et par sommiers. Souvent les bons ODFs viennent de tiers et ne sont pas le fait des éditeurs. Enfin les extensions sont peu rationnelles et si les clients ont donné des avis, il est assez clairs que les éditeurs souvent se sont torchés le cul avec...

La fabrication d'une console maison

La difficulté ne réside pas dans le maniement des logiciels mais dans la nécessité de disposer d'une console Midi.

Le système Hauptwerk n'a d'intérêt que si l'on s'abstient de dépenser une fortune soit plusieurs milliers d'Euros pour la console. Cette option n'est valide que pour des organistes ayant un minimum de notion d'informatique (et du Midi) afin, en cas de panne ou d'incident, d'être à même de s'auto-dépanner.

Pour les organistes réfractaires à l'informatique, au langage midi et surtout au maniement du fer à souder, une solution consiste à acheter une console d'orgue numérique d'occasion et d'en utiliser la sortie Midi out en injectant ce qui sort de la carte son dans l'ampli de cette console. La seule limite est que pour utiliser les tirants de jeux et les boutons, il faut, à l'aide d'un logiciel adéquat éteindre les son natifs de ce numérium. Cela dit, cette solution n'est pas franchement gratuite et j'ai une préférence pour des solutions nettement plus économiques.

Il existe des solutions simples : soit récupérer des claviers d'un orgue analogique et les midifier (ce qui suppose le câblage des contacts par matrices de 8 pour les plus vieilles) ou acheter des claviers Fatar.

Construire le meuble ne présente pas de difficulté insurmontable, il suffit d'avoir un plan et de faire couper les panneaux dans du médium d'épaisseurs adéquates et de les assembler (clouage et collage, ou tenons et mortaises) avant de peindre.

Commander les claviers à l'usine italienne nécessite un n° de TVA et l'affrètement d'un transporteur qui peut, à partir de la France, s'avérer très onéreux. Je me suis débrouillé avec un transporteur de Vintimille qui peut réexpédier en France au meilleur pric, cela dit Fatar semble peu disposé à répondre pour des petites commandes.

Il existe alors une alternative qui est de commander les claviers à un revendeur.

Voici une liste de liens pour diverses fournitures

Je déconseille la solution consistant à avoir des tirants pour chaque jeux : vu la diversité des configurations des nombreuses banques, ça risque d'être compliqué. Je conseille la solution consistant à poser 8 boutons en dessous du premier clavier (1 vert pour l'annulation, 5 blanc et un rouge pour le tutti ou Grand Jeu) avec en plus un bouton rotatif comportant 8 positions afin d'exploiter la totalité des possibilité d'un connecteur.

Pour les circuits Midi

https://www.midiboutique.com/MIDI-Encoders

Eléments divers dont claviers

https://www.shop.gino-midi.nl/product-categorie/klavieren...

Attention, ce site ne propose pas de contacts de rechanges, il faut les demander impérativement car il est fréquent que les contacts carbonés lâchent.

Attention également au fait que le modèle de clavier le moins cher, plie au centre et nécessite le renfort d'une cornière métallique. Le modèle suivant n'a pas cet inconvénient et un dispositif natif est prévu pour supporter jusqu'à 5 claviers :

Dans le cas contraire il faut monter chaque clavier dans un encadrement bois en U confectionné avec des tasseaux rabotés (7x3 ou 2,5 cm).

Cette boutique ne propose pas de pédalier Midi mais dispose de toutes sortes de pièces intéressantes dont des aimants perforés qui se vissent très pratique notamment pour équiper un pédalier de récupération purement mécanique.

Pédaliers

On peut parfois trouver de vieux padaliers mécaniques en s'adressant à des facteurs d'orgue. Sinon j'ai trouvé ce site italien qui semblent présenter les propositions les + économiques (- de 900 € au lieu de 1000 à 1500 € le + souvent).

http://www.pedamidikit.org/

Nombreux modèles avec diverses options.

Si vous cherchez d'autres articles contactez-moi j'ajouterai les liens nécessaires à ce post.

Le site de Gérard Lefranc

Je vous rappelle que l'on trouve de très nombreuses informations techniques sur le système Hauptwerk et les banques de sons chez Gérard Lefranc qui a traduit le manuel du logiciel.

http://g.lefranc.pagesperso-orange.fr/WANADOO.WEB/orgues/...

Voir également les 2 pages attenantes, la troisième étant un relevé, sans doute incomplet, des banques plus ou moins gratuites.

Ces 3 pages correspondent à plus de 200 pages à imprimer selon la typographie choisie (avec Print Friendly PDF). la majeure partie est occupée par des estimations de nombreuses banques existantes. Faute de titre intermédiaires portant sur l'orgue évoqué, non seulement on a du mal à se repérer dans le texte mais on ne fait pas bien la relation avec la photo de l'instrument. Le principal intérêt de ce site réside dans la partie initiale de la page linkée ci-dessus qui comprend une évocation des systèmes de simulation concurrents de Haupwerk. L'auteur évoque les étapes de la construction de sa propre console, ce qui permet aux amateurs de pouvoir éprouver leur propre motivation. Encore une fois, tout cela manque de division sous forme de titre en gras.

Inventaire des banques

Pour l'inventaire des banques existantes il n'existe rien qui soit exhaustif et si quelqu'un veut se charger d'un inventaire à jour, je le publierai volontiers, voici, en attendant mieux, un site assez complet avec un classement assez rationnel pour s'y retrouver.

https://www.pcorgan.com/SampleSetsEN.html

MyOrgan devenu "Grand Orgue"

Voir https://sourceforge.net/projects/ourorgan/

Je n'ai pas suivi l'évolution de ce logiciel gratuit et je ne sais pas où il en est sauf que la version 3 ne reconnait plus les ODFs exploités par les versions antérieures, ODFs basées sur le format Hauptwerk 1. Mais d'après mon expérience on pouvait installer sur son ordi plusieurs versions du logiciel et activer celle compatible en mettant l'alias de la banque en contact avec celui de la version adéquate. En revanche, pour Hauptwerk, il n'est possible que d'installer une seule version de sorte qu'on ne peut pas avoir la 4 et la 5 sur le même computer. Raison pour laquelle, je considère qu'opter pour la V est une pure connerie ! A moins d'avoir 2 consoles ce qui nécessite, pour commencer, de pouvoir occuper une maison ou un appartement très vaste.

Enfin "Grand orgue" fonctionne très correctement. J'ai trouvé les évolutions mal conçues du point de vue ergonomique et surtout mal documentées pour ce qui concerne des options comme le changement de diapason, de tempérament, les combinaisons et j'en passe. J'ai tenté, en vain, d'exercer une influence positive sur le développement de ce soft par l'intermédiaire d'un développeur français mais la chose étant majoritairement entre les mains de bénévoles anglophones voire américains, je me suis heurté à un mur. Il ne comprendront jamais qu'il faut obligatoirement s'inspirer de la physionomie des commandes existantes sur un instrument réel de sorte que l'organiste n'a pas à devoir traduire ses désirs selon les modalités plus ou moins abstraites sur la base desquelles fonctionnent les informaticiens.

Pour les versions étendues des banques il aurait fallu s'entendre sur les ajouts impératifs (modalités d'accouplements jugées indispensables, nombre des boutons de combinaisons etc...). On peut certes pallier à presque tout dans Hauptwerk mais c'est au prix d'un rajout de bandes de commandes qui finissent par réduire l'image même de la console à un gros timbre poste.

14/11/2019

Sur "Face de Bouc" : un organiste sectaire déclare la guerre au système Hauptwerk and Co

Groupe orgue.JPG

Cliquer sur l'image pour vous rendre sur ce groupe public.

Quand un organiste, "personna non grata" au sein des églises, se mêle de défendre unilatéralement les orgues à tuyaux...

Je ne fréquente pas "face de Bouc". Ces réseaux sociaux sont assez franchement débiles et l'on y pratique la censure de manière systématique. Que quelqu'un s'avise de contredire et on le vire ! Bref on lui coupe systématiquement la parole. Fort curieusement, le patron de ce groupe est un organiste, certes de très grand talent, mais qui s'est brouillé avec l'église avant de se reconvertir dans l'hôtellerie privée de luxe. Il a donc juré en avoir terminé avec sa carrière musicale. Et voilà qu'il a décidé de déclarer la guerre aux instruments à base numérique.

Une manière comme une autre de continuer à exister. Il faut espérer qu'une fois qu'il aura rodé sa maison d'hôte il renouera avec sa profession d'antan ! Les représentant de l'Ecole de Geoffroy-Dechaume ne sont pas si nombreux et tous les élèves de Huguette Grémy-Chaulliac n'ont pas bénéficié de ce "plus". Je pense à un certain Scott Ross qui m'a franchement déçu quand je l'ai vu jouer des pièces des virginalistes en un certain Musée Chéret !

J'avais qualifié, dans un post, l'inventeur du groupe de "gosse de riche" et il s'en était offusqué. On peut poser le problème autrement comme l'a fait mon autre collègue belge, je cite :

Mais dans quel monde vivez-vous ?

Oui parmi les organistes, il y a les (fausses) élites (plus ou moins friquées) liégeoises ou parisiennes peut importe et (...) Le "Gilets jaunes"...

Au final, l'ami Paul suggère à notre confrère de créer un groupe pour défendre les motos contre les trottinettes électriques. Très bien vu !

Un manifeste dérisoire !

C'est ainsi qu'on lui doit, ce groupe anti Allen et anti Hauptwerk ! J'ai intercalé mes remarques en bleu dans le cours de ce "manifeste" !

L'orgue à tuyaux, le Roi des Instruments, est menacé par les instruments numériques tels qu'Allen ou Hauptwerk.

Là où ces substituts de nos belles orgues devaient exclusivement faire partie de la sphère privée - pour par exemple s'entrainer à la maison - on constate de plus en plus d'organistes enregistrer des oeuvres du répertoire sur ces machines numériques et les diffuser sur les réseaux sociaux, youtube, etc.
 
Tout les organistes n'ont pas le privilège de pouvoir enregistrer sur un instrument réel, enfin sur youtube ou ailleurs on ne manque pas d'enregistrements sur de vrais orgues ! Ou est le problème ?

Nous constatons aussi que de plus en plus d'organistes défendent l'utilisation de ces instruments numériques pour les écoles de musique, conservatoires et parfois même dans les églises, à la place des orgues à tuyaux qu'on préfère ne pas restaurer et sauver d'une mort certaine.
 
Dans tous les cas de figure,  mieux vaut disposer d'un simulateur d'orgue à tuyaux que rien du tout !
Il faudrait prouver que là où il existe un instrument à tuyaux, il est voué à une "mort certaine" !

Le groupe "Pour la défense de l'orgue à tuyaux menacé par Allen et Hauptwerk" est destiné à rassembler ceux et celles qui défendent l'orgue à tuyaux, cet instrument de musique formidable façonné depuis des siècles par des artisans extraordinaires. Nous pourrons ici discuter et partager expériences et informations et travailler ensemble à la valorisation de ce patrimoine culturel exceptionnel et de sa musique aussi.
 
J'appelle cela "voler au secours de la victoire" ! Là où il existe un instrument de qualité, il est en principe l'objet d'attention.

Il est temps de se lever ensemble et de freiner la prolifération de ces "Aliens" de la musique qui ne servent pas la cause que nous défendons. Défendons ensemble le métier d'organiste et celui tout aussi génial des facteurs d'orgue.
 
On peut se demander, si, derrière cette "croisade" stupidissime, il n'y aurait pas un dessein plus ou moins inconscient de limiter l'accès à l'instrument par des jeunes qui risques de faire concurrence aux grands artistes patentés et objet de tous les honneurs ! En effet, je suis frappé, par le nombre de "petits génies" qui apparaissent sur le marché. Il se pourrait que ce phénomène relève d'une certaine (...) métempsycose de fin de cycle...

En acceptant d'intégrer ce groupe, vous manifesterez clairement votre amour pour l'orgue à tuyaux.
 
Et surtout vous devez vous engager à chanter en choeur avec le "chef", sinon on vous foutra dehors, comme cela a été le cas d'un confrère belge du "patron", Paul de Métairy ! Voir sa réponse ci-jointe en fin de post !

Extraits de l'intervention qui a valu au collègue son exclusion

Je ne suis pas ce qui se passe sur "Face de Bouc", j'ai été informé par le collègue de ce dont on parle. J'ia mis en gras les passage importants à mes yeux.

Ayant été invité par un groupe prônant la défense des orgues à tuyaux contre les orgues virtuels, j'avais trouvé cela un peu extrême, comme ceux qui me reprochent d'acheter mes souliers en supermarché.

C'est aussi un peu facile d'être dépensier avec l'argent des autres, notamment l'argent de nos impôts (quel particulier a jamais offert à une paroisse de village un orgue à tuyaux de 100 jeux ?).

Dans un recoin du buffet du Cavaillé-Coll (43 jeux) de St Symphorien d'Avignon, j'ai trouvé une inscription de l'époque, au crayon : “payé avec l'argent des pauvres”…

M'imaginant bêtement que c'était un groupe où on pouvait discuter et échanger, j'avais rédigé le texte ci-dessous et mis sur leur page. Mal m'en a pris ! Il a été aussitôt retiré et j'ai été sèchement informé (par un administrateur anonyme, hou le vilain…) que je n'avais rien à faire dans ce groupe. Comme disait l'Autre : “si j'ai mal parlé, dis-moi en quoi, et si je n'ai pas mal parlé, pourquoi me frappes-tu ?”…

Voici le texte, je vous laisse juge de savoir si j'ai tort ou si je suis dans l'erreur, comme on dit… Mais, par objectivité, écoutez (au casque) les extraits musicaux…

Orgues virtuels, une monstruosité à éradiquer ?

Dans un « monde parfait », chaque église de village aurait un orgue à tuyaux comme à St Eustache et un organiste lauréat de Chartres… Dans un « monde parfait », chacun porterait des vêtements “de marque” ; comme nous ne sommes pas dans un tel monde, faut-il pour autant condamner ceux qui portent des vêtements de supermarché mais rendant le même service?

Il est évidemment très noble de vouloir restaurer à grands frais (d'argent public) des orgues à tuyaux. Avec des résultats mitigés quand on regarde le service rendu par des instruments souvent très limités.

En France, où, contrairement à la Belgique et l'Allemagne, les organistes ne sont pas rémunérés, on se contente d'installer aux claviers quelqu'un dont la sœur a une copine qui a… failli faire du piano !

On y met, par exemple, un saxophoniste qui ne sait pas lire la clef de Fa, un autre qui s'abstient d'accompagner l'Alléluia du Jubilé à cause des 4 bémols, un autre qui ne sait jouer que les accords de Do, Fa et Sol majeurs, même pour les mélodies en mi bémol… Avec pour résultat que les paroisses n'ont aucune envie de dépenser un sou pour remplacer le vieil harmonium vérolé et exténué, ou le traditionnel orgue Farfisa à 2 demi-claviers décalés, fourgué jadis en  quantités industrielles aux paroisses par des vendeurs hilares…

Il ne faut pas oublier non plus la souffrance de l'organiste diplômé, réduit à jouer sur un positif à tuyaux de 4 jeux comme à Lodelinsart, juste bon à accompagner les chants.

Commentaire : J'exerce dans une église comportant un orgue historique. L'hiver, à partir de la Toussaint on change de quartier et on s'installe dans une chapelle latérale où il existe une sorte de Farfisa. Je n'ai pas les moyens d'offrir le moindre orgue à tuyaux alors j'y ai recyclé mon premier instrument Hauptwerk de travail. Je vais le porter à 3 claviers et il offrira plus de possibilités que l'instrument historique qui continuera de sonner à la belle saison. Où est le problème ? J'ai prévu d'ajouter un clavier amovible à l'instrument réel mais je prévoit qu'on va me faire chier !

Quant Zbigniew Kruczek est venu jouer la suite gothique de Boëllmann à l'orgue de Ham-sur-Heure, avec juste une trompette 8' à la pédale, c'était un exploit, mais le résultat n'était pas à la hauteur de l'œuvre.

Après que la pianiste ait détruit par son jeu tout en force l'orgue de Beaucaire (Gard), on l'a reconstruit à coups de millions de francs (et on a obligé la pianiste à suivre quelques cours d'orgue…) ; après le concert d'inauguration par André Isoir, celui a lâché : “plus jamais”, étant donné l'obligation d'être un forçat des halles pour enfoncer la moindre touche. Et le public, venu pour entendre “ronfler l'orgue” était déçu la faiblesse du tutti.

A Tarascon, l'orgue de 1604 a de belles sonorités, mais des claviers déséquilibrés : une pléthore de jeux au GO et très peu au Positif, et juste une flûte 8 à la pédale, donc assez frustrant pour l'organiste, limité dans son répertoire.

A Bourg St Andéol (Ardèche), la mairie a accepté de dépenser des fortunes pour remettre en service les Grandes Orgues… de 17 jeux, comptant attirer des artistes renommés dans de vastes séries de concerts. Les dits organistes se sont enfuis à toute allure, renonçant à meubler une heure de concert avec sans cesse les mêmes sonorités lassantes autant pour eux que pour le public ; on a ensuite essayé orgue + trompette, ou clarinette, ou soprano, ou… guitare (!) sans davantage de succès, et finalement l'orgue ne sert plus qu'à accompagner les chants, “aidé” par un clarinettiste, voire remplacé par lui vu le manque de motivation des organistes à être limités par un tel instrument…

Commentaire : il est clair que le patron du groupe n'a guère eu accès qu'à des instruments prestigieux. Il n'est donc pas conscient de ce qu'ont a endurer des organistes plus ordinaires. Parlons un peu du respect maniaque de l'historicité : Saorgin qui était, par certains côtés un assez sale type m'a fait toute une histoire à propos d'un magnifique cornet commençant à l'Ut naturel du médium. D'accord avec le facteur de l'ai condamné en glissant des petits bouts de papier sous le pied des tuyaux indésirables pour favoriser  le premier ton dans les pièces de musique espagnole. Il a ordonné à un tiers, un grossier personnage de remettre les choses en état et le malotru à désaccordé plusieurs tuyaux. Or l'affectataire m'avait nommé "conservateur à titre bénévole". Saorgin n'était pas chez lui, il a empiété sur mes responsabilités, je l'ai remis à sa place et il en a été profondément choqué car personne ne lui avait jamais tenu tête et çà a été la guerre et son influence pernicieuse perdure post-mortem. Le monde de l'orgue est hélas rempli de toute sorte de tarés qui n'ont pas le sens des proportions !

La mode du “tout baroque” a produit aussi bien des ravages. J'ai travaillé 12 ans avec un facteur d'orgue, et si vous saviez combien de jeux de Voix Céleste j'ai été contraint de recouper en deux pour en faire des flûtes 4 ! A présent, on commence à regretter le massacre de ces jeux ondulants qui avaient leur charme.

A notre époque, on a bien le droit de souhaiter jouer de la musique romantique : Reger, Vierne, Franck, Widor, etc., ce qui n'est pas possible sur des instruments baroques limités. Même Bach, qui rêvait de fonds et anches de 32', n'a jamais eu l'instrument qu'il souhaitait.

Il faut aussi admettre que les organistes lambda, même très doués, n'ont aucune chance d'accès, même en rêve, à des grands instruments parisiens, ni à ceux de Passau ou de Liverpool, et encore moins d'y faire des enregistrements.

Et voilà maintenant, qu'ayant trouvé un moyen très efficace, on le leur reproche !

Les défauts des orgues analogiques, basés sur 12 oscillateurs, c'est que toutes les notes étaient d'une justesse parfaite, artificielle. Les orgues numériques, eux, partaient de véritables tuyaux d'orgue enregistrés, mais parfois seulement un ou deux par octave, avec répartition numérique pour l'intervalle ; il manquait aussi la puissance suffisante pour une église.

Il y avait aussi la limitation dans le choix des jeux ; c'était Chromhorne ou Clarinette, Voix Céleste ou Unda Maris, Tierce ou Larigot, Hautbois ou Voix Humaine, etc. Quasiment aucun n'avait de batterie d'anches 16, 8, 4 aux 3 claviers. Dans les orgues à tuyaux, ce n'est pas très courant non plus en Belgique, sauf à l'église St Basile à Couillet, dans une église désaffectée à cause des galeries de mine ; ne faudrait-il pas s'occuper de sauver cet orgue au lieu de vitupérer contre les orgues virtuels ?

Quand je suis arrivé à St Marcel d'Ardèche, le problème du choix d'un instrument s'est posé. Attention, il ne faut pas se méprendre : ce village de 2.000 habitants a un glorieux passé ; il y a toujours le vaste château renaissance du cardinal de Brinon, conseiller de Louis XV, ambassadeur en Turquie, toujours habité par sa famille ; pas moins de deux papes (!) sont venus à St Marcel, au 9e et au 19e siècle, et même deux canonisations y ont été prononcées : St Agricol et St Sylvestre ! Combien de grandes villes peuvent en dire autant ?

Donc, pour la grande église de St Marcel, il fallait un instrument à la hauteur, que je devais financer moi-même, toutes les ressources de la paroisse et de la mairie passant à réparer la toiture. Il y avait juste dans un coin une épave d'harmonium tombant en morceaux, et le traditionnel Farfisa relégué dans un appentis.

J'ai comparé les prix et possibilités des orgues d'occasion à tuyaux, et les orgues numériques. Il n'y avait pas photo… J'ai donc, dans un premier temps acquis pour 13.000 € un orgue numérique avec fonds et anches de 32', et une sono de 500 W avec enceintes Raveland. Le résultat était très correct.

Mais il me manquait toujours certains jeux, y compris pour du Couperin.

Finalement, après des péripéties dont je vous passe le détail, je me suis tourné vers un orgue virtuel, que j'ai confectionné sur mesure, à mon goût. Je me suis procuré les meilleurs jeux des meilleurs orgues d'Europe et ailleurs, et j'ai passé plusieurs mois, comme un facteur d'orgue, à accorder et harmoniser le timbre de tous ces jeux, parfois note par note. J'avais enfin tous les jeux que je voulais (134), y compris des batteries d'anches résolument différentes, à chaque clavier, ainsi que des jeux plus rares : septième, neuvième, le brillant terzet, bourdon 32 sur tout le récit, trompette 32 sur tout le grand orgue, fonds et anches de 64' au pédalier. Ajoutez à cela une sono de 3.000 W réels (pas des PMPO !) et de grosses enceintes, le résultat est bluffant.

Ecoutez par exemple le final de la Pièce Héroïque de Franck (avec des écouteurs descendant à 8 Hz), sur https://youtu.be/kR_Lwy4M5dI ; le trait de pédale montant, avec des 64' est complètement différent des sons trop aigus pour un pédalier qu'on entend d'habitude ; je crois que cela n'aurait pas déplu à Franck…

Quelques mixtures dans une pièce d'orgue de Beethoven : https://youtu.be/dEMUeyrXfvc.

Neuvième, clarinette, et contrebourdon 32 à la fin : https://youtu.be/lzBeRQF5Dro.

Fort ou doux, dans du Satie : https://www.youtube.com/watch?v=9lccwkBRkvM.

Le 4e clavier est composé de jeux enregistrés avec chacun leur trémolo propre. Voyez dans du Bach : http://youtu.be/sw4DigRTDxs.

Voyez aussi dans BWV 721 ; rare alternance entre Voix Céleste et Unda Maris dans le Reger qui suit : https://youtu.be/sCZl7yJk8-E.

Cerise sur le gâteau : la sonate au clair de lune, jouée à son tempo correct, pour une fois, avec mélodie nettement mise en relief : https://youtu.be/P4UV_bNbqcY.

Attention : YouTube exècre les basses de 64' !

Vous trouvez vraiment tout cela moche et que cela aurait mieux donné sur un petit orgue à tuyaux ? Pas si sûr…

Cet orgue m'a coûté 12.000 €. Mais imaginez les sommes dépensées à parcourir les orgues d'Europe et ailleurs, pour chaque orgue engager un facteur pour démonter les jeux qui m'intéressaient, en prendre toutes les mesures, les replacer, réaccorder, et cela 96 fois !! Puis, trouver un facteur pour refaire ces 9.000 tuyaux à l'identique (sans passer par Laukhuff), avec du vieil étain, du vieux bois, dont les fonds et anches de 64' (!), avec buffet, soufflerie, sommiers, console, en proportion, et y passer 6 à 10 ans ! Désolé, je n'avais pas l'argent ! Ni le temps vu que j'ai déjà un pied dans la tombe !

Mais j'ai obtenu exactement le même résultat, comme on peut l'entendre dans les pièces citées, désolé ! Et je n'aurai pas à dépenser d'autres fortunes pour 2 accords par an d'un orgue de 134 jeux…

Mais s'il y a un Bill Gates parmi vous qui accepte d'offrir à St Marcel d'Ardèche le même orgue, mais à tuyaux, pas de problème !

Une "croisade" aussi débile que stérile

Il faut convenir qu'il existe d'autre urgences que de pourvoir les églises d'orgues à tuyaux. Dans un post précédant j'ai fait allusion à une campagne démagogique qui tend à multiplier les chantiers de restauration d'instruments. Je serais fort curieux d'avoir la liste de ces chantiers dont certains seraient assez pharaoniques.

A ma connaissance, il y a seulement quelques années, tous les instruments présentant un intérêt historique avaient été secourus. Il y a une dizaine d'années, j'ai pu consacrer une tournée de visites des instruments de Champagne-Ardennes que j'ai connus plus ou moins négligés durant les années 70. Tous, à ma connaissance, ont été relevés ces dernières années.

Là où il n'existe pas d'orgue, ou seulement un instrument médiocre, c'est aux communautés paroissiales à se démerder. Comme elles ont rarement les moyens de se payer un orgue à tuyaux d'une importance suffisante, c'est une chance d'avoir à notre disposition des systèmes utilisant des banques de son très réalistes. Ce que je condamne c'est l'acquisition de consoles numériques vendues parfois plusieurs milliers d'€uros quand, avec un peu d'astuce, on peut s'en tirer pour beaucoup moins

Mais tout dépend du contexte ! Une cathédrale comme celle de Valladolid peut se permettre d'opter pour un All(i)en hollywoodien !

Mais attention dans ce cas à la durée de vie limitée des composants électroniques ! Raison pour laquelle, je préconise, quand c'est possible les "solutions maisons". Un organiste qui recourt à un système comme Hauptwerk se doit de pouvoir concevoir son instrument, le construire et le gérer.

Organiste une vocation franchement "inégalitaire" !

Il est clair que si Hauptwerk était apparu dans les années 60/70, cela aurait changé ma vie. J'aurais pu commencer l'étude de l'instrument plutôt et je n'aurais pas été tributaire du bon vouloir des curés pour accéder à un instrument. Notons également que pour pouvoir fréquenter un Conservatoire, il faut non seulement être citadin mais habiter une ville où existe une classe d'orgue, or elle était très rares à l'époque où j'ai fait mes études. Je ne parle pas du programme qui, à l'instar de celui des médecins consiste à marcher sur la tête. On commence, pour les toubibs, à leur farcir la tête de statistiques, l'instrument de toutes les manipulations. Quant aux organistes on leur farci la tête d'interdits harmoniques avant de les lâcher en tant qu'improvisateurs au lieu de commencer par leur apprendre la basse chiffrée, puis les "diminutions" pour le "remplissage" entre les accords etc...

Quant à la question de savoir où et quand il est préférable d'opter pour un simulateur, c'est d'abord une question de fric et donc de budget disponible.
 
Enfin quand on ne dispose que d'un seul clavier "historique", je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas le compléter par un clavier numérique amovible installé dans un bâti que l'on accrocherait au clavier mécanique sans la moindre vis. Je constate que c'est tout de même emmerdant de ne jamais pouvoir jouer un véritable récit ou un dialogue lorsqu'on n'a guère qu'une sorte de positif.  Que le recours à cette sorte de "prothèse" soit exclu en concert, soit ! Mais 1 seul clavier du 1er janvier au 31 décembre, cela finit par devenir fort ennuyeux.

Faut-il créer un groupe concurrent en faveur des "simulateurs" ?

Les amateurs de simulation ont leur forums et c'est suffisant. D'autre part, il serait à craindre qu'on ne parle que de Hauptwerk alors qu'il existe un système concurrent qui est gratuit. Le problème posé par le logiciel américain et qu'il entraine, en France notamment, le piratage et la confiscation de certains instruments au profit de simples particuliers tous étrangers. C'est le Ministère des Affaire Culturelles qui devrait s'assurer l'exclusivité des numérisations d'instruments et les encourager. Mais l'on est loin du compte...

Pour finir la réponse de Paul de Métairy à Serge Schoonbroodt

Je me suis permis de souligner certains passages, c'est que les gens sont pressés, il faut "accrocher" leur attention !

Bonjour Serge,

J'ai vu sur le site de votre groupe la mention : "le Sieur que j'ai viré", c'est donc bien vous qui m'avez exclu de ce groupe, alors que je ne faisais que rappeler une chose évidente : tout le monde : écoles de musique, paroisses, n'a pas les finances pour acheter un orgue à tuyaux.

A part le conservatoire de Bruxelles, combien d'académies de musique belges ont les moyens pour un orgue à tuyaux ? Lorsque Claude-Robert Roland enseignait l'orgue à Auvelais, c'était sur le bel orgue de l'église St Victor ; plus tard, à Binche, ce fut aussi sur l'orgue de l'église ; puis, quand il a été nommé à Montignies le Tilleul, il n'y a plus eu de cours d'orgue car il n'y avait pas d'orgue dans l'église, et un orgue analogique coûtait 70.000 FB à l'époque, trop pour les finances de la paroisse ou de l'académie de musique.

Combien de communes moyennes belges, ou de villages, n'ont et n'auront jamais les moyens pour un orgue à tuyaux ? Ni même pour un orgue numérique ? Allez donc faire un tour à Somzée ou Thy-le Baudhuin...

En France, c'est pire, suite à la séparation de l'Eglise et de l'Etat (sauf en Alsace-Lorraine) : ce sont les mairies qui sont décisionnaires en la matière et propriétaires des orgues antérieurs à 1905, et comme l'anticléricalisme règne en maître...!

A Givet, le Cavaillé-Coll de l'église Notre-Dame et le Schijven de St Hilaire étaient inutilisés car totalement faux, et la mairie refusait de payer un facteur d'orgue pour les accorder, surtout que leurs tarifs étaient 10 fois celui de facteurs belges, et la paroisse en a été réduite à acheter à crédit deux petits orgues électroniques premier prix à un seul clavier.

Rappelez-vous que les paroisses françaises vivent de la mendicité, d'une collecte annuelle (le denier du culte), qui ne leur permet même pas d'assurer un chauffage correct en hiver ; alors, acheter un orgue à tuyaux ! Si vous passez la frontière, allez donc à Landrichamps, l'église n'avait même pas d'électricité ! La messe de minuit se faisait à la bougie, sur l'harmonium que j'avais passé l'après-midi à rafistoler, et j'avais de chaque côté de moi un enfant de choeur avec une bougie pour éclairer mes partitions ! Allez donc dire au maire de cette commune de 35 habitants qu'il doit acheter un orgue à tuyaux...

Quand j'ai été nommé (sur concours !) à Avignon, sur le plus grand orgue du Vaucluse, un Cavaillé-Coll de 43 jeux, à St Symphorien, il n'avait plus été accordé depuis 20 ans, et j'ai passé une semaine à le faire ; j'ai aussi mis en service le jeu d'Unda Maris, jamais connecté aux claviers. Puis, les autres paroisses (St Agricol et St Didier) m'ont requis pour accorder leurs orgues aussi. Une ville comme Avignon ! Mais qui ne se préoccupait que de la cathédrale...

Vous n'avez pas idée du nombre d'harmoniums que j'ai réparés pour des paroisses qui ne pouvaient même pas s'offrir un Farfisa à crédit...

Et la position de votre groupe est de dire froidement à tous ces gens-la : "un orgue à tuyaux ou rien !". Est-ce bien correct de dénigrer et culpabiliser des paroisses modestes ou pauvres, qui ne présentent aucune menace pour les orgues à tuyaux puisqu'elles n'auraient jamais pu en acheter ? Si une famille, faute de moyens pour aller au restaurant se rabat sur un McDo, allez-vous aussi leur dire qu'il vaudrait mieux qu'ils restent sans manger ? Si quelqu'un n'ayant pas les moyens pour acheter une moto haut de gamme, se rabat sur un scooter ou une trottinette électrique, allez-vous aussi l'enjoindre de plutôt aller à pied ?

Vous savez, je crois, ce que c'est que d'être victime d'ostracisme ; alors pourquoi faire pareil envers des gens pauvres, des paroisses, des académies de musique et des mairies sans moyens ?

Savez-vous que, en France, des dizaines d'églises sont rasées par les mairies n'ayant plus les ressources de les maintenir debout ? A St Marcel d'Ardèche, pour réparer le toit de l'église, on organise depuis des années des lotos, un repas "sangliers" (pauvres bêtes), etc. ; allez donc leur parler de virer mon orgue virtuel et d'installer un orgue à tuyaux !
 
Mais dans quel monde vivez-vous ??

Je ne sais si vous avez connu l'organiste, compositeur et chef d'orchestre belge Maurice Guillaume ; lui, il ne traitait pas les pauvres avec dédain, et il ne trouvait pas indigne de lui d'aller donner un concert sur un orgue Dereux à l'église de l'Abbaye d'Aulne, y compris le 3e choral de Franck !

L'organiste de la cathédrale de Viviers (Ardèche) vient (venait...) une fois par mois assurer la messe sur le minuscule orgue Ahlborn à un clavier sans pédalier de l'église du Teil, sans se draper dans sa dignité offusquée.
 
Suite au tremblement de terre, le plafond de l'église s'est effondré (sur le dit orgue...), et ensuite une partie de la voûte ; le haut du clocher est disloqué (voir photo) ; il y a des fissures partout dans le bâtiment et même dans le sol ; il est probable que l'église ne puisse être sauvée.
 
Quand la paroisse aura trouvé un morceau de grange en remplacement provisoire, allez-vous venir dire au maire (qui doit faire face à 800 maisons inhabitables et 30 écroulées) qu'il lui est interdit (ainsi qu'à la paroisse) d'acheter autre chose qu'un orgue à tuyaux pour ce local sous peine de s'attirer les foudres de votre groupe ?!

Mais il est un point où je vous donne raison : ma place n'est pas dans un groupe qui se gausse des gens modestes.
 
Il ne vous reste plus qu'à créer un autre groupe : "pour la défense des motos contre les trottinettes électriques"...

Avec une certaine déception vous concernant, hélas...

Paul de Métairy

 

04/11/2019

Exemple de tracas "ordinaires" auxquels les organistes peuvent être affrontés...

Voici le témoignage d'un collègue dont vous trouverez l'original à cette adresse:

https://www.facebook.com/paul.demetairy.9/posts/407193499...

J'ai écrit dans un de mes posts que les ennuis viennent d'abord de laïcs. Ceux-ci peuvent exercer des pressions innommables sur les curés.

Exemple de tracas "perso"

Les manœuvres auxquelles j'ai du faire face ont présenté un caractère nettement plus sournois. On était allé jusqu'à neutraliser le régulateur de la soufflerie pour faire réagir le nouveau curé attendu que quand ma suppléante à plaqué son premier accord les soufflets se sont mis à plat. On avait déplacé les poids les traces étaient visible dans la poussière. c'était lors de mon premier ministère qui a pris fin en 2002.

Je dois ces emmerdements aux supporters du Maire actuel qui ont obtenu le déplacement du premier patron que j'ai eu. Et parce que nous étions en très bon termes. Il fallait me liquider également quitte à ce que le biniou devienne complètement muet. L'instrument a du charme mais il est loin de tout et personne ne va s'emmerder à faire 50 km chaque dimanche gratis pro Deo...

Les charmants paroissiens qui voulaient la tête du curé de l'époque ont été jusqu'à pendre une soutane armée d'un balai à un réverbère proche de l'église. Ce curé avait une préférence pour l'ancien Maire, pas du tout catholique. A l'époque un fille du pays était élève du Conservatoire, elle jouait pour les Fêtes mais quand elle s'est trouvé un amoureux, il n' plus été question d'orgue, elle avait du reste quitté le secteur.

Organiste liturgique : toujours autant méprisé par les "petits chefs"...

J'ai surligné les passages les plus ahurissants.

Fin 2016, à St Marcel d'Ardèche, j'ai assisté aux funérailles du garagiste Mr Sicco. Il appréciait beaucoup l'orgue et notamment mes CDs. C'était dommage qu'à ses obsèques il n'y avait pas d'orgue, car pas d'instrument dans l'église.

En janvier 2017, j'ai pris contact avec le Père Moïse, curé de Bourg St Andéol, et j'ai proposé d'acheter un grand orgue numérique à 13.000 €, 3 claviers, avec fonds et anches de 32', pour mettre à disposition dans l'église de St Marcel, et j'y assurerais les deux messes mensuelles ; après mon décès (qui ne saurait tarder vu mes 77 ans…), l'orgue appartiendrait à la paroisse. J'avais ajouté une sonorisation, en rapport avec le volume de l'église, et le résultat était très apprécié des paroissiens et aussi du Père Moïse.

En avril dernier, le Père Moïse, devant les absences répétées des organistes de Bourg St Andéol, m'a contacté pour me proposer d'y assurer les messes lorsque je n'en avais pas à St Marcel.

Auparavant, il fallait que j'essaie le modeste orgue à tuyaux de Bourg (17 jeux). J'ai en effet 4 doigts handicapés. Je me suis cassé successivement les deux petits doigts, sans les faire soigner, laissant la nature faire son œuvre, avec le résultat que ces doigts sont trop courts et que j'ai du mal à jouer une octave ; suite à une chute, le majeur gauche ne peut plus plier et se coince entre les touches noires ; l'annulaire droit a une articulation gonflée et douloureuse.

Un sacristain et un guitariste complètement tarés !

L'intertitre est de mon cru...

Le Père Moïse a demandé au sacristain de me montrer l'orgue ; il a accepté de très mauvaise grâce, exigeant une autorisation de la mairie (?). L'essai de l'orgue a confirmé que les claviers étaient trop durs vu mon handicap, et le sacristain m'interdisait l'accès en l'absence d'autorisation communale que je ne recevrais évidemment jamais. Ça commençait bien !

J'ai alors proposé au Père Moïse d'acheter à mes frais un orgue de chœur + sono, ce qu'il a accepté. Un nouveau problème a surgi : le clarinettiste Albert. Jadis, j'avais eu de gros problèmes avec un guitariste de Bourg qui avait mal vécu l'arrivée d'un organiste ; il avait même affiché ma photo à l'Aumônerie et y faisait lancer des fléchettes par les jeunes… Lors des messes de fêtes il exigeait que seule sa guitare soit autorisée, ce qui était cocasse quand il la lâchait pour diriger l'assemblée…

Pour le 900e anniversaire du martyre de St Andéol, je n'ai même pas été invité à la préparation. A quelques jours de la cérémonie, ils se sont quand même rendu compte que la longue procession d'entrée, avec l'évêque, tous les prêtres, diacres, religieuses du diocèse, avec des accords de guitare, c'était ridicule, et de même pour la procession de sortie ; j'ai été contacté en catastrophe et tout s'est finalement fait à l'orgue. Mais en fin de compte j'ai été contraint d'abandonner mon rôle d'organiste.

Je n'avais nulle envie de revivre ces problèmes avec le clarinettiste. Lors d'une rencontre à la maison paroissiale, je lui ai carrément posé la question, et il m'a (faussement…) assuré que lorsqu'il y avait l'orgue pour les chants, il ne jouait pas. S'il m'avait dit le contraire, je me serais enfui à toutes jambes.

J'ai donc acheté un grand orgue, à Paris, celui d'une professeur d'orgue, décédée, et j'ai commandé le matériel de sonorisation. En tout, avec le transport, il y en avait pour 7.000 €.

Comme il fallait un endroit pour entreposer la sono, le Père Moïse était d'accord pour le local annexe à la sacristie, et il a demandé au sacristain de faire un double de la clef, que je pouvais récupérer le dimanche suivant. Quand je suis venu, le dimanche avant la messe, le sacristain a refusé de me donner la clef, prétextant qu'il y en avait déjà trop en circulation ; il a fallu l'intervention du Père Moïse pour qu'il la sorte de sa poche et me la remette…

Ce même dimanche, j'ai pu réaliser que le clarinettiste “accompagnait” l'orgue, et qu'il m'avait donc bel et bien menti…

Le 16 mai, un camion de 19 tonnes, venant de Paris, apportait les 3 palettes avec l'orgue. Quand les transporteurs ont voulu le mettre à l'endroit décidé de commun accord avec le Père Moïse, le sacristain a rempli l'église de ses hurlements, car c'était l'endroit où il prétendait mettre un encensoir ; c'était lui qui se revendiquait « en charge de l'église », et pas le Père Moïse, et il me promettait “1.000 représailles” (sic). Il fallait voir la tête des Parisiens ! On a donc mis l'orgue plus loin, mais à un endroit où, vu sa taille (2 m 20), on ne voyait rien du chœur.

Le surlendemain, 18 mai, j'ai demandé au Père Moïse de s'asseoir sur le banc de l'orgue, et il a constaté qu'on ne voyait rien, et qu'il fallait mettre l'orgue à l'endroit initialement prévu. J'en ai été quitte à faire appel à des déménageurs de Pierrelatte, à mes frais, + achat de patins et poignées pour faciliter les choses. On a procédé à l'opération le mercredi 29 mai, en présence du Père Moïse, et du sacristain qui n'a pas dit un mot, se réservant, hélas, pour plus tard…

Afin de définir le rôle de chacun, le Père Moïse a fait une réunion le mercredi 5 juin, avec animateurs, organistes et clarinettiste. Hélas, on m'a attribué d'office la messe du 4e dimanche du mois, malgré mes gestes désespérés pour demander qu'on étudie d'abord le rôle de la clarinette, possible en solo à la communion, mais inutile pour accompagner les chants, l'orgue et l'organiste étant bien suffisants ; imagine-t-on quelqu'un s'amenant avec sa truelle pour “aider” une entreprise de maçonnerie construisant une maison ? Ce serait ressenti comme très vexant. J'ai quand même interpellé l'intéressé, à la dernière minute, mais sans obtenir de réponse claire.

Je comprends que le Père Moïse veuille « ménager la chèvre et le choux », mais ça n'empêche pas la chèvre de manger le chou, ni le chou d'étouffer la chèvre !

L'après-midi de la Pentecôte, où j'étais certain qu'il n'y aurait pas d'office, je suis venu faire les derniers réglages avec la sono. Je suis tombé sur le sacristain qui s'est à nouveau emporté, jurant de faire évacuer l'orgue par la mairie à la déchetterie, ou d'en jeter les morceaux sur le parvis. Il prétendait aussi avoir reçu plein de SMS à Lourdes, de personnes exigeant le départ de l'orgue sinon elles ne viendraient plus à la messe. Cela valait bien la peine d'aller à Lourdes si c'est pour revenir rempli de haine.

Il m'a dit que pour accéder au petit meuble pour les burettes, il était obligé de contourner l'orgue au lieu d'aller tout droit, ce qui le mettait en fureur… Il clamait qu'il refusait qu'on fasse le moindre concert sur cet orgue, et il refusait même que j'y répète… J'ai signalé cela par e-mail au Père Moïse, qui m'a répondu “Merci pour toutes ces informations”, sans plus.

Je me suis dit qu'il fallait que j'arrête d'essayer de faire boire un âne qui n'a pas soif. J'ai informé le Père Moïse qu'il ne restait plus qu'à revendre l'orgue, à perte. Il m'a répondu : “Nous aurions dû en parler auparavant”, et je lui ai fait savoir que cela ne servait à rien, que c'est avec le sacristain et le clarinettiste qu'il aurait fallu parler.

Finalement, devant les menaces du sacristain de dégradations ou de destruction de l'orgue, je n'ai pas voulu attendre qu'il soit vendu, et j'ai payé 420 € à des déménageurs pour le transporter à l'église de St Marcel d'Ardèche.

J'ai ajouté un 4e clavier et j'ai porté l'orgue à 134 jeux, dont fonds et anches de 32' et 64'. Voir et entendre sur https://vimeo.com/349420122. Orgue disponible pour concerts ; liste des jeux sur demande.

 

Sans commentaire ! Si ce n'est que mes emmerdements actuels ont commencé quand la chorale (managée par la femme du Maire) intervient. Heureusement, elle ne débarque que 2 ou 3 fois par an et j'ai résolu d'en profiter pour prendre un congé.

03/11/2019

Le sort des organistes n'est pas brillant sauf (...) en Belgique et en Allemagne...

L-homme-qui-jouait-de-l-orgue.jpg

Toutes mes excuses pour l'intro qui risque d'être un peu longue. Vous pouvez la sauter allégrement et y revenir après...

En général, la vie d'organiste c'est pas le Pérou !

La version initiale de ce post avait été motivée par un incident survenu entre votre serviteur et un collègue à cause d'un article datant de mai dernier. Ce dernier m'avait mis en cause sa page de "Face de Bouc".  Il s'agit d'un musicien qui a mis fin à une brillante carrière pour, en quelque sorte, se reconvertir dans l'hôtellerie.

Excédé par la très cléricale homophobie d'un certain Mgr Léonard, un festival qu'il avait créé quelque part dans le "Nouveau monde" ayant été sabordé, il a décidé que l'Eglise catholique lui cassait trop les couilles, il s'est donc fait "débaptiser" et préfère la compagnie des "bikers" à celle des grenouilles de bénitier. Ce que je comprends fort bien...

L'excès de naïveté n'est point un péché

Cela dit, quand on se à une presse généralement anti-clérical (qui n'attendait que ce genre de "scoop"), on doit s'attendre à des commentaires. Ceux que j'ai publié étaient seulement assez moqueurs mais pas du tout hostiles et je réalise qu'il y à l'origine de tout cela une bonne dose de naïveté. Enfin chat échaudé craint l'eau froide... Ce qu'il faut noter c'est que les "homos" nés après Mai 68 ont cru un peu trop vite que c'était arrivé... Un vieux routier peut avoir du mal a réaliser cela...

Quoiqu'il en soit, un organiste qui déciderait de se marier très officiellement avec un copain, doit s'attendre à des réactions forcément plus moins déplaisantes de la part de ses éventuels employeurs.

Proposition bibliographique

J'ai conservé la partie bibliographique du post du 25 mai dernier en en changeant le titre. Les gays sont quasi dominants chez les clavecinistes mais pas très nombreux parmi les organistes. Néanmoins, je propose à toute personne s'intéressant à la question évoquée, un choix de lectures montrant que la hantise de l'homosexualité, en milieu chrétien est assez tardive en dépit du fait que tout a commencé par un "caca nerveux" d'un certain Paul. Personnage dont la déclaration a de quoi surprendre...

Cela dit, si une partie des églises chrétiennes a pratiqué des bénédictions très officielles de couples de même sexe, je ne pense pas qu'il soit forcément souhaitable de restaurer ce genre de pratique. Et je sui enclin a rire quand je vois des prêtres libéraux qui voudraient sanctifier des amitiés viriles se demander comment faire en ne sachant point sur quel pied danser...

Je constate que toute espèce de militantisme, dans ce domaine, est voué plus produire des effets indésirables de sorte que, dans le meilleur des cas on ne fait qu'aggraver la situation fausse dont les "homos", sont victimes de longue date.  A l'époque où ils se contentait de "pratiquer" dans la discrétion, on les traitait de "honteuses". Tandis que la visibilité, et surtout avec les différentes incarnations de "mariage pour tous", n'a fait  que provoquer un sursaut et une recrudescence d'agressions homophobiques...

Force est de constater que les sociétés dites "païennes" d'avant l'apparition du christianisme surtout constantinien, étaient infiniment plus cohérentes à l'égard de ce dont il vient d'être question que ce que le monde moderne a enfanté à cet égard à partir du XIIIème siècle.

Un "homo" ne peut être que comme écartelé en risquant de se plus ou moins fracasser entre Charybde et Scylla... A moins d'être complètement athée ou assez franchement agnostique et d'envisager la vie d'une manière purement consumériste, ce qui évidemment m'est absolument impossible.

Quant aux joyeusetés du métier d'organiste qui sont le sujet de cet article, je ne parlerai pas ici des bisbilles plus ou moins ordinaires du métier mais de la question plus fondamentale des divergences de statuts juridiques et de leurs conséquences notamment socio-pécunaires.

Quelques mots sur mon propre statut et mes motivations comme organiste

Cela me semble utile pour comprendre ma vision des choses.

J'ai commencé le piano à 14 ans, avec une prof particulière élève d'Yves Nat, c'est un peu tard. Ensuite interruption. J'ai repris l'orgue dans la classe de Muzerelle. J'ai été bloqué 1 ans et demi plus tard car on s'est avisé que je n'étais pas inscrit en solfège. Impossible de prendre le train en marche, le niveau étant trop dur même en élémentaire. J'ai du renoncer. Le sachant, on peut comprendre pourquoi je conchie le genre de pédagogie qui sévit dans les Conservatoire français car, pour l'enseignement de l'orgue en particulier, on marche sur la tête et même on fait tout à l'envers !

Je décide alors de gagner le Sud en 1979. Il y eu plusieurs raisons à cette "migration". Il s'agissait d'abord de couper les ponts avec un personnage fort problématique et assez "porte poisse" au bénéfice duquel j'avais organisé un colloque hébergé dans un amphi d'une certain Faculté des Sciences. Et il s'est passé quelque chose à Saint Maximin. J'avais posé comme condition à l'organisateur d'un autre colloque qu'il obtienne le feu vert de Pierre Bardon pour que je puisse donner une audition durant cette rencontre.

Contre toute attente, le titulaire a accepté. Les choses se sont bien passées mais à la fin il m'a dit ceci au bas de la tribune : normalement c'est à moi de présenter mon instrument, je ne sais pas pourquoi j'ai accepté mais bon vous vous en êtes bien tiré. Je m'étais pourtant juré de ne plus céder les claviers depuis qu'un confrère m'a planté lors d'une sortie sous prétexte de la dureté des claviers...

Il ne savait pas mais moi je savais : j'étais conscient d'avoir pratiqué ce que l'on appelait autrefois une ordalie. J'ai toujours été attiré par le Sud : je suis né à proximité d'un pont de chemin de fer posé sur un ligne filant en direction du Midi et je suis né durant une canicule mémorable...

J'abrège : il se trouve que juste après une prédiction m'a été faite m'indiquant que pour pouvoir refaire de la musique, il me fallait trouver le moyen de m'installer dans la grande métropole sudiste. Cette prédiction ainsi qu'une autre touchant à des choses d'un caractère moins profane, ce sont réalisées. En effet, cette métropole a comporté une Société de musique ancienne très active et une classe de clavecin unique en son genre... Celle d'Huguette-Grémy Chaulliac qui a perpétué le retour aux sources d'un certain Geoffroy-Dechaume rénovateur d'une véritable technique ancienne...

Trop marqué par les heures d'attente lors des examens de Conservatoire, avec le "trac" que cela implique, je n'ai jamais eu la moindre envie d'avoir a subir le stress des concerts.

Une simple discipline pour m'inciter continuer la pratique de mon instrument

Je me suis donc rabattu sur le métier d'organiste liturgique bien que l'ambiance du catholicisme ne me convienne guère. Je me suis souvent dit qu'au lieu d'être été fasciné par les instruments à clavier, il aurait mieux valu que je tombe amoureux d'un luth et que j'apprenne à chanter...

Enfin cela se passe à la campagne où je retrouve des choses de mon enfance.

J'ai donc appris à juguler le "trac" et à jouer librement et je garde ce job, d'abord pour m'obliger à continuer de travailler mon instrument. Je n'ai pas demandé à être payé car je veux être libre. J'ai le beau rôle : je n'ai que les 4 pièces traditionnelles à jouer tandis que lors de la première expérience je participais aux répétitions et j'avais parfois à accompagner.

J'ai compensé l'impossibilité de faire une carrière de concertiste dans les meilleurs conditions en produisant un ouvrage de musicologie qui fait référence à n'a strictement aucune chance d'être "détrôné". On ne trouvera guère que des exemples de "tempérament" qui ont pu m'échapper mais qui confirmeront les caractéristiques de différents principes "nationaux" que j'ai mis en évidence... 

Mes autres hobbys

Mis à part la musique, je m'intéresse à quantité de choses. Il n'y a guère que la plomberie et (...) les moteurs à explosion qui me rebutent. Je m'intéresse à l'histoire ancienne, aux causes cachées des événements actuels sans tomber dans les ornières délirantes d'une certaine théorie du complot, surtout avec illuminatis et reptiliens à la clef. Je suis surtout connu pour avoir joué un rôle de "trouble-fête" dans un certain milieu intellectuel qui s'est constitué autour d'un écrivain français converti à l'Islam dans les années 1910, avant qu'il ne soit abandonné en Egypte et décide d'y faire souche. A ce propos j'ai traduit une petite partie de l'oeuvre d'un chercheur canadien spécialiste des Nabatéens qui a tendu à démontrer que la Mecque n'était pas à la Mecque mais très probablement à Pétra.

Dans ce domaine, j'ai créé dans les années 90 du siècle passé une mailing-list réunissant la fine fleur du milieu intellectuel évoqué et nous avons eu parmi les intervenants une "taupe" qui avait ses entrées dans les archives du KGB. Le personnage auquel je pense aurait été un des conseillers occultes d'un certain Président de la Fédération de Russie. Le rapport auquel je fais allusion concerne un personnage qui est à l'origine de la création d'une certaine loge triadique qui fit beaucoup causer à l'époque.

Il se trouve que c'est le fait d'avoir pris des risques considérables dans certains domaines qui fait que j'évite d'étaler mon nom partout sur le Net. J'ai subi assez régulièrement des attaques diffamatoires auprès desquelles une récente "lettre ouverte" m'apparaît comme un aimable enfantillage.

De la dégradation d'Internet

Force est de constater que si j'ai été l'ordonnateur d'échanges documentaires fort intéressants dans certaines domaines, d'années en année j'ai vu tout cela s’essouffler progressivement et être remplacée par l'agitation stérile et assez parfaitement dérisoire des "réseaux sociaux".

A propos de "Face de Bouc" and Co

J'ai plusieurs comptes sur ce réseau. J'utilise ces inscriptions pour, le cas échéant, aller voir ce qui se passe quand on me signale quelque chose. Je ne nourris pas ces comptes et je n'intervient jamais sur une page de "Face de Bouc" car dès qu'on dit une chose désagréable on vous efface et on vous bloque.

La façon dont fonctionne ce genre de machins est franchement débile et les gens qui s'exhibent dans ce genre d'endroit, souvent ne réalisent pas à quel point ils se dévoilent et sont parfois ridicules.

J'éprouve beaucoup de sympathie pour les Gilets Jaunes. J'avais cependant prédit que le mouvement serait un fiasco. Tout ce qui arrive a été programmé de longue date. L'arrivée de migrants a été anticipée au moins depuis le début de ce siècle. Vous pouvez également vous attendre à un durcissement des conditions d'exercice des infirmiers et infirmières à domicile. l'anéantissement de ce type de personnel médical libéral est programmée car la France est le seul pays d'Europe qui rembourse ce genre de prestation.

"Psychotages", frustrations and co

Concernant l'ambiance qui règne sur le Net et dans le monde contemporain, il faut surtout déplorer des "psychotages" engendrée par l'imposture phénoménale que son les théories freudiennes. Si vous critiquez quelqu'un : c'est que vous êtes jaloux, donc frustré et forcément ignoble. Ou que vous avez eu une mère indigne... On ne peut que hausser les épaules...

Voyons à présent le sujet propre à cet article !

Le sort des organistes francophones est-il si lamentable qu'on le dit ?

Je ne parlerai que de ce que je connais et j'invite par la même occasion les confrères éventuellement non francophones, à compléter éventuellement ou à modérer mon propos.

Le statut (excellent) des organistes belges et allemands

Comme en Allemagne, l'Eglise belge est sous statut concordataire. Tous les employés d'église, depuis les femmes de ménage jusqu'aux organistes sont payés par les communes. La fabrique de chaque église déclare le nombre d'heures mensuelles occupant chaque salarié et ceux-ci sont mensualisés avec paiement des congés payés. Il existe un barème officiel.

Télécharger le barème.

Ce barème est très décent puisque pour un chantre organiste, en 2016, le salaire horaire était de presque 100 €uros.

Petite parenthèse : je comprends fort bien que pour un musicien qui disposerait d'une fortune personnelle ou d'un patrimoine susceptible, par son exploitation, de le faire vivre confortablement, que le job d'organiste liturgique puisse être une contrainte excessive... Dans ce cas, l'ambiance générale du catholicisme plutôt homophobe, peut constituer un excellent prétexte pour s'en affranchir. Pour ma part, ce que je lui reproche c'est d'être excessivement infantilisante... Mais bon, si  on prend de la distance, pour un célibataire endurci ça peut être un moyen de garder le contact avec la réalité. J'adore les enfants quand ils sont encore innocents et malicieux car la vérité toute crue sort souvent de leur bouche. Les enfants oui mais chez les autres. Quant aux ados, au moment de la puberté, ils sont souvent insupportables et je les fuis. Les jeunes ne reviennent intéressant qu'après avoir bien dépassé la vingtaine. Ils peuvent être sympas, très marrants sauf que je constate que je ne trouve pas de sujets de conversation vraiment commun.

La différence entre la Belgique et l'Allemagne c'est que de l'autre côté du Rhin, ce ne sont pas les communes mais l'Etat qui paient les organistes. Il existe également un système d'imposition apparenté à l'ancienne dîme qui demande à chaque contribuable d'opter pour telle ou telle religion et à défaut de contribuer à l'écologie et au développement durable !

Le résultat de tout ceci est que les orgues des moindres campagnes belges sont pourvues d'organiste de talent et qu'en Allemagne on trouve souvent de magnifiques orgues a 3 claviers dans des villages assez modestes.

Le statut des organistes italiens

Je n'ai pas d'information à ce sujet, il faut que je me renseigne auprès d'un collègue qui fut élève de Saorgin.

Je suppose que ce sont les paroisses qui paient les organistes et qu'ils sont mieux lotis qu'en France dans la mesure où les communautés catholiques sont sans doute restés plus vivantes.

En France, la permission de Vatican II en faveur des langues vernaculaires pour l'ordinaire de la Messe a été une véritable catastrophe ! L’Église de France s'est montrée particulièrement perméable à ce que, pour résumer, je qualifierai de "gauchisme". 

Le statut des organistes français : franchement calamiteux !

Je suppose que le régime des organistes de Notre-Dame de Paris s'apparentait à celui des organistes belges mais à la charge principalement de ladite paroisse qui était une des plus riches de France.

Je ne connais pas les salaires où les honoraires versés dans les autres cathédrales, il est sans doute assez modeste et les titulaires s'en tirent que parce qu'ils ont généralement un job à côté. Ils sont souvent professeurs dans un Conservatoire et ils bénéficient d'un casuel qui leur permet pour les "extras", des honoraires plus libres. Enfin l'intérêt de l'instrument dont il possèdent l'exclusivité leur permet de s'accommoder de la modicité des honoraires de messe. Ils peuvent du reste se faire suppléer par leurs meilleurs élèves.

En revanche, dans les églises plus modestes et à la campagne, c'est un métier de crève la faim !

La chasse aux articles du "Casuel"

Dans les grands centres citadins, un ou deux organistes font la course au casuel et se disputent mariages et enterrements. Une vraie vie de forçat avec le stress et les "saloperies" entre confrères que cela peut éventuellement occasionner. Voir à ce sujet le témoignage d'un organiste francilien dans le livre représenté ci-dessus.

Ce livre, je le trouve assez frustrant, ce qu'il conviendrait de publier c'est un ensemble de témoignages d'organistes plus ou moins retraités à propos du genre de "saloperies" qu'ils ont du affronter soit de la part de curés tyranniques, soit plus généralement de sacristains et surtout du genre de paroissiennes qui s'agglutinent autour des curés pour, par désœuvrement, faire la pluie et le beau temps dans la paroisse.

Un certain Paul de Métairy et votre serviteur ont des choses à raconter à ce sujet.

En ce qui me concerne cela a été fait. J'ai négligé d'entrer dans certains détails concernant la malfaisance de certaines femmes tout simplement parce qu'avec le temps j'ai appris à déjouer les manœuvres dont elles sont parfois capables et j'ai fini par m'en foutre !

Je précise que la malfaisance que j'évoque n'a strictement rien à voir, en ce qui me concerne, avec des "mauvaises mœurs": je n'ai comme compagnon qu'un petit chat noir qui est une véritable crème. Je me voit mal vivre avec un "bipède" quelconque dans un assez minuscule F2 envahi par les livres et les dossiers et où la cuisine ressemble plus au préparatoire d'un apothicaire, voire au labo d'un alchimiste qu'à une cuisine à l'américaine.    

Tout cela pour dire que je suis ravi de prendre des vacances lorsqu'à l'occasion d'une fête une chorale ou même un confrère voudrait briller à ma place. Comme je l'ai déjà dit, je ne vois dans ce "job" qu'une excellente occasion de continuer à entretenir ma technique voire à l'améliorer. Je dois avouer que je m'ennuie durant les offices, j'ai fréquenté longtemps le catéchisme, je connais les textes presque par coeur et les sermons sont très rarement palpitants, et même ça n'arrive même jamais ! 

Quelques mots sur la fameuse "charte des organistes"

Cette foutaise a été concocté jadis par une vieille fille assez tyrannique, et un syndiqué non représentatif. La vieille fille est héritière d'un célèbre facteur d'orgue alsacien qui aurait voulu la donner en mariage à un repreneur éventuel. L'histoire me rappelle la fuite d'un certain Jean Sébastien quand il a entr'aperçu la fille dudit Buxtehude de sorte que la co-signataire de la "charte" a fini par plus ou moins entrer en religion. Il y a quelques années elle avait la haute main sur une association s'occupant d'enseignement de l'harmonie au clavier. Signe particulier, elle a été accusée de plagiat par l'organiste allemand qui lui a enseigné sa méthode. Un certain Harald Vogel...

L'enseignement de l'harmonie au clavier

La participation sporadique à des stages n'est pas suffisante pour acquérir la maîtrise de cette discipline. Je ne connais qu'un seul conservatoire où ce type d'enseignement a été inscrit au programme. L'enseignant est un homme sympathique, mais ce qu'il m'importe de souligner c'est qu'il ne m'a pas paru suivre la bonne méthode. Comme chez Chauliac, la référence à des règles harmoniques dont l'invention est tardive et postérieure à la pratique très empirique de la basse chiffrée s'est avérée déroutante.

La bonne méthode, dérivée de cette pratique basique dans l'ancienne pédagogie organistique, est donc venue d'Allemagne, sauf qu'en contexte catholique on ne pratique pas l'art consistant à harmoniser un choral sur la base d'un chiffrage sous la basse.

Les cantiques assez souvent purement ineptes que l'on nous presse d'accompagner, non seulement ne sont ni faits ni à faire car ils s'apparentent plus ou moins à de la psalmodie mal mesurée mais en outre on nous colle un chiffrage d'accord de guitare !

J'ai du lors de mon premier ministère, prendre le temps de regraver les chants les plus usités en cherchant les meilleures basses possibles en me fiant à la fameuse "règle de l'octave" d'autrefois. Cela prend un temps fou. Par la suite est paru un assez bon manuel d'accompagnement à 3 voix mais je n'étais plus en service. A présent, je suis déchargé de la tâche ingrate des accompagnements. Si le collègue de choeur est absent et bien les fidèles chantent a capella. Comme entretemps le nombre moyen des pèlerins dominicaux a singulièrement fondu, ils font ce qu'ils peuvent et comme on s'abstient de me solliciter j'en suis fort aise.

Je précise, pour le cas où un des paroissiens que je croise le dimanche tomberait sur cet article que l'on s'en tient à des cantiques populaires que j'ai connu dans mon enfance avec l'increvable Chez nous soyez reine avant la sortie. C'est supportable. Enfin notez que l'on a fait pire que les "gélinoteries"...

La charte des organistes et l’obsession de la rémunération

A mon humble avis, cette obsession est tout-à-fait inadéquate. Il est beaucoup plus important d'être bien reçu que d'être payé. Où l'orgue est intéressant par son esthétique et l'on s'accommode du bénévolat dès lors qu'on nous remet un jeu de clefs personnel et la possibilité d'accéder à l'instrument hors office pour le travail ou simplement le plaisir ou alors mieux vaudrait profiter des dimanches pour faire un peu de sport et, par exemple, partir en randonnée lorsque le pays s'y prête...

Les organistes qui ne peuvent officier que dans une église aux moyens modestes, n'ont pas l'air de comprendre que le fait d'exiger une rémunération et une connerie car en cas d'incompatibilité d'humeur, ceux qui paient peuvent manifester des exigences disproportionnées pour se débarrasser de l'importun.

Un régime salarial insultant

Ce que j'ai trouvé ahurissant, c'est que la "charte" prétend imposer aux paroisses le salariat et interdire les "honoraires", soit un statut libéral qui impose à l'intervenant d'assumer la comptabilité de ses charges. La raison invoquée est que l'organiste n'est pas là pour intervenir selon sa propre fantaisie et qu'il doit s'imposer certaines règles stylistiques en relation avec le temps liturgique et les divers moment de l'office.

C'est d'autant plus méprisant qu'il est évident qu'un organiste qui connait son métier, à plus fortes raisons s'il n'est pas un improvisateur, puise automatiquement dans un répertoire de pièces classiques plus ou moins passe partout !

Dans la paroisse où j'exerce, on me demande de ne pas jouer trop fort durant l'Offertoire et à la communion. Je m'y conforme d'autant plus volontiers que mes ressources instrumentales sont limitées. Il était d'usage de jouer les Offertoires façon fanfare sur les Grands Jeux. J'utilise le plein jeu pour l'entrée et le grand jeu pour la sortie. Pour les pièces intermédiaires la montre ou le bourdon sont si beaux que je m'en contente et me borne à jouer un duo ou un trio comme pièces intermédiaires. Je ne peux même pas utiliser un dessus de cornet dans la musique espagnole, il commence à l'Ut diatonique et Saorgin m'a emmerdé à l'époque où je m'étais accordé avec le facteur pour le neutraliser.

Ainsi, le fait d'avoir voulu imposer par la "charte" comme régime le salariat est stupidissime à plus d'un titre !

D'abord parce que ça témoigne d'un autoritarisme et d'une méfiance mal placée. Les improvisateurs sont assez rares. En France il faut s'être tapé tout le cursus de clavier jusqu'en supérieur, plus l'harmonie, le contrepoint et la fugue, soit des disciplines "stérilisantes", pour, enfin, entrer dans une classe d'impro ! Bien sûr que les choses tendent à changer avec la redécouverte de l'harmonie au clavier. Sauf que je présume que les "sorties de routes" de l'ancien programme pédagogique dépendent encore d'initiatives personnelles plutôt exceptionnelles...

J'ajoute que les paroisses modestes ne peuvent que répugner à tenir certain comptes imposant le paiement de charges sociales. Or il se trouve qu'un statut fiscal relativement pratique existe, celui de la micro entreprise. On devrait donc laisser les organistes se débrouiller avec le Fisc et les services sociaux comme le font ceux qui donnent régulièrement des concerts.

Les joies du "casuel" côté mariages

Pour ma part, ne réclamant rien, je suis bien aise de n'avoir aucun souci de rémunération.

Jusqu'alors le casuel, depuis 2015, s'est limité à un seul enterrement et à un mariage. Les enterrements je pourrais fort bien m'en accommoder, ce sont des choses plus sérieuses que les mariages qui souvent tournent à l'aigre plus ou moins rapidement.

Je suis allergique aux mariages quelqu'en soit la teneur ! Je me soupçonne d'avoir été moine dans une vie antérieure. Peut-être même au Tibet... 

Mariages ? Que des mauvais souvenirs !

Pour en revenir aux mariages religieux, au total j'ai du en faire 3 ou 4 dans toute ma carrière. Je garde un très mauvais souvenir du premier. J'ai du passer du temps pour présenter un programme à l'approbation de la maîtresse de cérémonie. Les mariés sont arrivés dans une voiture de location somptueuse et on m'a gratifié du tarif d'époque : 25 balles. La plupart des confrères sont ravis, en ces occasions de faire monter les prix et de réclamer jusqu'à 300 €. Pour ma part, ce genre de  trop mondanité me gave au plus haut point et je préfère que l'on m'épargne la participation à ce genre de comédie à l'américaine.

Enfin, il faut parfois jouer des marches des fiançailles ou nuptiales prétendument romantiques. Je m'y suis essayé. La dernière fois et ça s'est très bien passé et ça m'a valu un franc succès plus un supplément d'honoraires.

Cela ne m'empêche pas de prier assez régulièrement pour que ce genre de chose se reproduise le moins souvent possible.

Il faut dire qu'alors que je vivais en Champagne-Ardennes j'ai été saturé de mariages en tant que photographe. J'étais spécialisé dans les reportages en campagne avec présentation des clichés quand les mariés et le public est bien éméchés et comme ces mariages attiraient pas mal de famille belge, je revenais avec des commandes juteuses. L'enfer c'est quand il fallait faire retraite au labos et tirer les épreuves et poster tout ce labeur dans 36 directions différentes. J'ai eu un mal de chien a terminer les épreuves du mariage de mon propre frangin.

Fort heureusement, deux occasions en or m'ont permis me spécialiser dans la photo d'architecture pour le Ministère de la rue de Valois au temps d'un certain Maurice Druon puis pour la plaquette d'un architecte prix de Rome à qui l'on doit le nouveau Conservatoire remplaçant une certaine villa Paradisio... Ouf !

Le statut des orgues historiques en France

Je suis juriste de formation. J'ai dans ma bibliothèque le fascicule du J.O. donnant toutes les règles de droit régissant les rapport entre les Eglises et l'Etat français.

ce dont on parle est, d'une certaine manière, une catastrophe à tous égards. En ce sens que l'affectataire étant seul maître après Dieu de l'usage de l'instrument de sorte qu'il peut interdire les concerts sans que l'on puisse protester. En effet, l'orgue est considéré comme mobilier liturgique par destination. Hormis la conservation des binious historiques, les finances publiques ne peuvent pas servir à l'édification d'un orgue moderne, à moins que sa construction ne soit régie par une convention prévoyant que sa fonction principale sera d'ordre pédagogique.

A ma connaissance, il n'existe en France qu'un cas de ce genre et j'ai oublié le nom de la ville où c'est arrivé.

Personnellement, ça ne me dérange que les curés puissent interdire les concerts puisque j'ai décidé de n'en point donner. Le succès des concerts d'orgues comparé au remplissage médiocre des églises le dimanche est sujet à susciter des conflits entre les organistes et les affectataires. Ce qui est étrange c'est que quoique n'ayant point le tempérament d'une "star" au point de mépriser cette catégorie de citoyens, j'ai quand même été assimilé à cette portion de l'humanité assez souvent caractérielle... les gens qui fréquente les églises ou les administrent ne brillent guère par ce charisme qu'on appelle le discernement des esprits.

Marbella_Church_of_the_Incarnation_Organ.jpg

consola.jpg

Des concerts, j'ai du en donner 4 en tout est pour tout. Un en Espagne à Marbella (console ci-dessus photo Michaël Reckling) en remerciement pour avoir pu accéder à l'orgue lors d'un séjour de vacances, un à Saint Max, et deux là où j'exerce, l'un pour des amateurs fortunés de vieilles demeures, l'autre au bénéficie d'une certain Academia. Et à ce propos j'ai découvert récemment le compte-rendu de la visite de ces historiens locaux d'où il ressort que l'instrument aura été joué par un fantôme...

La consécration du "titulariat" dans la "charte"

Le système du titulariat est mal vue à juste titre car cela revient en pratique à une séquestration de l'instrument au profit d'un seul et de ses élèves et qui plus est des seuls "chouchous" qui daignent le flatter avec plus ou moins d'insistance.

Comment sortir de cette impasse ?

La solution est à mon sens assez simple, c'est de mettre les orgues sous le même genre de régime que les cloches pour les sonneries civiles et de nommer, non pas un "titulaire", mais un conservateur local à titre , le cas échant, bénévole. Soit une personne chargée de veiller à la sécurité de l'instrument et de gérer les entrées et les sorties des usagers.

Pour bien faire, il faudrait que les collectivités locales reprennent le contrôle complet des églises construites avant 1905 et réservent des jours interdits d'offices pour l'usage pédagogique. Bref, se démerder pour que le personnel religieux comprenne bien que dans la mesure où on assure la survie des lieux de culte historiques et qu'on ne leur fait même pas payer le moindre loyer et bien ils ne sont pas vraiment chez eux et se doivent de se comporter comme le devraient des bénéficiaires de notre sacro sainte République laïque.

Ce que je viens de dire va faire hurler mais il est clair qu'il faut réclamer le plus pour obtenir le moins. Quoiqu'il en soit la sort des orgues historiques français est archi bancal !

Sur un projet récurrent de réformer la loi de 1905

Mais comme on est gouverné par une belle collection de spécimens où brillent des tarés, on parle de réformer la loi de 1905 pour pouvoir exercer un contrôle sur le fonctionnement des mosquées.

Ce serait évidemment la dernière CONNERIE à ne jamais faire car si on décidait de pouvoir consacrer une part des deniers publics à la construction de mosquées, les officialités catholiques ne manqueraient pas de réclamer la réciprocité alors que si le dernier du culte concourt à la faillite de certaines paroisses, c'est d'abord parce qu'une série de scandales à déniaisé une majorité de catholiques qui ne veulent plus s'en laisser conter au point d'avoir décidé de déserter.

J'ajoute qu'il n'est pas nécessaire de participer à ce financement. Les maires qui courtisent les muslins et aussi les islamistes leur brade des terrains à vil prix... Et le fric arrive en masse de l'étranger...

Sur le concordat des départements recouvrés

La séparation de l'Eglise est de l'Etat n'existe guère que sur le papier. Le système qui prévaut en France, en mettant les monuments religieux historique à la charge de tous les citoyens, y compris les athées et les agnostiques à des effets très inégalitaires. Les communautés orthodoxes, à défaut d'être natives, sur le sol hexagonal sont désavantagées, voire discriminées.

Le seul système valide est finalement celui du concordat. Régime qui perdure dans les départements recouvrés d'Alsace Lorraine.

Soit dit en passant, j'ai eu à prendre conscience de l'existence d'un régime de droit privé à propos d'une facture d'imprimerie pour un travail qui ne m'avait pas donné satisfaction. J'ai été pressé de payer par le biais d'une procédure extrêmement arbitraire dont on s'est inspiré pour créer chez nous un système de recouvrement simplifié. J'ai du faire venir en urgence, par le prêt-inter bibliothèque, un ouvrage non officiel de procédure locale et trouvé une feinte afin de priver le créancier de tout recours ultérieur. Sa facture, il l'a eu dans le troufignon pour parler poliment, et je me suis bien éclaté. Notez que c'était une toute petite facture... Je garde donc une assez mauvais souvenir du particularisme local en question car lorsque cela vous tombe dessus sans crier gare, c'est extrêmement énervant.

Néanmoins, cela m'a donné l'occasion, en tant que juriste, de faire la différence entre les régimes de droit latin, de droitgermanique et finalement anglo-saxon et je suis arrivé à la conclusion qu'en matière procédurale tout est plus ou moins pourri au royaume de France, ce qui m'a donné l'occasion de publier un assez long article différenciantles régimes accusatoire des régimes inquisitoire. Or, chez nous, le régime inquisitoire en matière pénale est une survivance de la sacro-sainte inquisition ecclésiale (dont on connaît les abominations du côté albigeois...). Une immonde saloperie empruntée à la partie du droit romain s'appliquant seulement aux esclaves.

Symboliquement, c'est d'une luminosité aveuglante quand à la façon dont l’Église catholique envisage ses fidèles !

De ce point de vue la connivence en faveur des prêtres abuseurs, comparé à la diabolisation des "homos" est finalement, ce qu'il faut bien appeler un "détail de l'histoire" ! Ce qui me désole c'est que les victimes ne sachent point remonter aux "fondamentaux" lorsqu'il s'agit d'intenter un procès à la secte romaine.

Sur les abus dans certaines églises parisiennes

Dans l'une des paroisses des beaux quartiers de Paris, il est interdit à l'organiste, une ancienne élève de Chapuis, de donner le moindre concert. On a bien sûr cherché à la remplacer par un organiste plus docile et à la solde des curés mais c'est banal.

Elle est privée de casuel car la paroisse est riche, très riche au point de dispatcher les enterrements et les mariages sur diverses paroisses pauvres... Elle ne consent à accepter que des grands mariages et des enterrements de gens huppés. Normal le quartier est un quartier très bling bling qui héberge un café dit "de Flore" qui fut jadis un rendez-vous littéraire où les "pédés culturés" ne dédaignaient pas d'y paraître...

D'une manière générale, on ne favorise pas les concerts d'orgue, en revanche on loue volontiers les églises comme salles de concerts pour des ensembles instrumentaux étrangers souvent composés d'étudiants plus ou moins virtuoses empruntés à des des pays de l'Est que les maquignons qui les exploitaient payaient au lance-pierre en négligeant bien sur de payer les charges sociales dues en France. Les inspecteurs du travail ont fini par mettre le nez dans ce trafic. Néanmoins, ce système de location perdure, toujours au détriment des organistes car il faut bien dire que ça rapporte plus que les concerts d'orgue.

Évidemment, tous ces déséquilibres ne sont pas près de finir...

Peu importe en ce qui me concerne, je m'y suis accoutumé. Je pense avoir proposé là une analyse qui devraient faire tilt dans l'esprit des collègues qui daignent me lire...