19/12/2014

Un claviorganum chez Sonus Paradisi

claviorganum_clavecin-orgue.jpgUne banque de claviorganum vient de paraître chez Sonus :

http://www.sonusparadisi.cz/en/organs/early-and-small-ins...

Cette banque est assez sympathique mais si la partie clavecin est pourvu d'une résonance naturelle, la partie orgue est très sèche, or à ma connaissance malgré sa sophistication Hauptwerk IV ne permet pas d'ajouter de la réverb et sur Grand Orgue les ajouts de reverbrération à convolution sont dégueulasses...

Dommage car il aurait pu s'agir d'une banque idéale pour jouer des Noëls.

Ecoutez particulièrement les impros de Frédéric Deschamps qui semble être devenu titulaire du Moucherel de la cathédrale d'Albi. Deschamps est venu jouer à Nice l'orgue italien de la providence. Il parait qu'il est très timide au point de ne pas regarder le public en face mais sitôt devant l'instrument il se déchaîne. Mais à l'orgue je le trouve assez invertébré, il joue trop vite sans respirer. Un orgue c'est un instrument à vent : il faut lui laisser le temps de souffler, on doit entre des inspiration et des expirations. c'est dans les pièces lentes ou de mouvement modéré qu'on peut juger d'un toucher correct. Sauter d'un clavier à l'autre c'est spectaculaire en vidéo mais en bas l'auditeur ne voit rien et a la respiration coupée, il ne peut pas suivre, il étouffe littéralement !

Au clavecin, Deschamps passe beaucoup mieux mais je suis quand même frustré, je ne sens pas assez le balancement avec les appuis sur les temps forts. Pourrait beaucoup mieux faire ! J'avais remarqué ces problèmes de rythme sur un instrument espagnol mais je ne retrouve plus les vidéos.

Quand on vient de l'école de Antoine Geoffroy Dechaume par Huguette Grémy-Chauliac, on devient très difficile. Cette musique doit absolument danser, bonté divine sinon en s'ennuie à mourir! Mon dieu que ce monde présent est archi coincé !! Beaucoup de musicos ont un manche à balais planté dans le cul qui leur ressort par le gosier ! Ils feraient bien d'aller faire un stage chez les jazzmens... La musique au kilomètre je supporte plus ! 

Cela me rappelle un souvenir : j'avais loué mon clavecin pour un festival sur la côte ce devait être à Cagnes. Une femme qui avait fait des études de claviers classique et était mariée avec un pianiste de jazz très connu dont j'ai oublié le nom était à l'affiche. Qu'est-ce qu'on s'est fait chier ! Puis à la fin le musicien en question se met au clavier : là miracle ! C'était pas du Bach ni du Couperin mais quelle poésie dans cette improvisation ! Le silence s'est fait instantanément...  Enfin l'instrument vivait ! Le public a fait la différence. Je me souviens qu'en livrant l'instrument à l'appartement où résidait le couple j'ai pris peur en voyant la femme jouer...

Que ne faut-il pas faire pour gagner sa croûte ! Etre à la retraite et n'avoir pas à faire bonne figure en de si tristes circonstances, être libéré de toute cette "diplomatie" quel privilège ! On n'est pas payé cher mais il est permis de soulager sa conscience et surtout son humeur et c'est mieux que de devoir ronger son frein en tenant sa langue !

A propos de l'actualité de fin d'année

Pourquoi faut-il que les éditeurs s'ingénient à toujours faire des choses à moitié ratées. Vraiment ce qui domine dans ce monde c'est l'orgueil et l'incompétence. Je maudis les informaticiens dont la plupart ne font que de la merde. Hier j'ai du régler le diapason de la partie pédalier virtuel d'un orgue de salon que j'ai "complété" et qui vient d'être réaccordé par Formentelli : impossible, avec Control A, d'englober la totalité des jeux avant de faire le réglage. Si j'avais tenu le crétin qui est responsable de la programmation de cette connerie, je lui aurai écrabouillé la tête sur le mur.

Bref, l'informatique est une plaie qui vous fait piquer des crises car on est impuissant devant la malfaisance de cette profession au demeurant passablement corrompue : en tant que chef d'entreprise si vous voulez foutre à la porte un technicien incompétent ,il est capable d'avoir goupillé un virus pour finalement détruire l'entreprise. Une grand entreprise américain a péri et le salopard qui l'a flingué est toujours en liberté. Pour ma part je lui aurais mis un "contrat" aux trousses. Bref, il faudrait rétablir la peine de mot rien que pour mettre cette profession au pas, encore faudrait-il pouvoir trouver des experts indépendants capables d'agir pour le bien commun.

Vivement que les fêtes soient terminées, Noël et le nouvel an c'est la fête des marchands, pour ma part je ferais plutôt le voeu que tous ces profiteurs qui nous harcèlent de leur pub crèvent. J'enrage d'être empoisonné par tous ces caddies entre lesquels il faut slalomer pour faire quelques courses. Il faudrait d'urgence établir des lignes jaunes et des sens de circulation dans les allées ! Quelle merde que toute cette humanité de parasites et de pollueurs qui "pansent" avant de penser...

Enfin, après l'aveu d'un séminariste qui a révélé que les clercs se serre les couilles, c'est le FN qui fait la une avec le prétendu "outing" d'un dénommé Florian Philippot. Je suis désolé y a pas de "outing", tout le monde savait qu'il est "pédé", il suffisait de s'intéresser au pourquoi du retrait de la Marine vis-à-vis de la manif anti loi Taubira. C'était de notoriété publique et il n'a pas démenti. Bref son on connait pas le nom de son copain et personne ne se soucie de savoir qui baise qui dans cette histoire, ce que l'on relate s'est passé sur la place publique, je me demande où est l'atteinte à la "vie privée". Il n'y en a pas si j'étais juge je le condamnerait au dépens ! L'histoire serait marrante et aurait permis de terminer l'année sur un éclat de rire si la majorité des français n'était pas aussi irrémédiablement cons !

En effet dites vous bien que s'il y a unanimité politique à propos de cette affaire c'est qu'ils ont tous peur que l'on s'occupe de leur fesses mais à présent que les "homos" on obtenu à raison du "mariage pour tous" l'égalité avec les gens d'en face, il est tout à fait normal qu'on sachent vers quel côté de l'humanité penchent les sentiments des gens qui nous dirige. La "promotion canapé" n'est pas réservé aux gens qui préfèrent les femmes, je pourrais citer une administration et un milieu qui a à voir avec la musique, de clavecin en particulier, milieu vérolé par quelques "pédés" qui ont fait souche en cooptant des copains de leur bord.

Tout ce petit monde, pas très compétent sur le plan technique, se tient. Résultat telle claveciniste n'a pas accès à certains instruments pour enregistrer ! Je trouve çà absolument scandaleux et insupportables ! Maudite soit cette clique ! je lui souhaite un jour de tomber sur un bec ! Qu'on se le dise !!!!!!!!!!!!!!!! Je suis d'accord avec l'ex Procureur Montgolfier, les gens qui appartiennent à la Franc-maçonnerie que ce soit celle du GO ou de la GLNF ou encore d'une "maçonnerie" nettement plus particulière devrait être tenu de déclarer leur appartenance ! 

Mes voeux pour 2015

Voeux de malheurs et de perdition pour tous ces dirigeants qui à longueurs d'années se paient notre tête et se goinfrent de salaires de salaires mirobolants sur le dos du pauvre peuple !

Enfin avec ce qui se prépare pour 2015 en matière d'aggravation de la crise économique n'est sans doute pas triste, on risque d'avoir d'autres soucis et ceux qui dorment ou ne pensent qu'à remplir leur chariot dans les grandes surfaces tels de véritable somnambules pour baffrer et se saouler la gueule risquent d'avoir à se réveiller brutalement.... Si c'est le cas je ne les plaindrai pas... Mais nous sommes hélas tous dans le même bateau et il part à la dérive mais c'est pas à cause de la loi Taubira, personne n'est obligé d'en faire usage. C'est donc d'une certaine manière un plus !

Enfin sans tomber dans le "communautarisme", le FN aurait pu faire preuve d'intelligence mais je constate une fois de plus que nous avons l'extrême droite la plus stupide et la plus indécrottable du monde. Entre son prétendu "lobby gay" et les vieilles bourriques de ce parti aucune différence, qu'il crève, que crève l'UMP et le prétendu socialisme hollandais. Qu'ils crèvent tous autant qu'ils sont, voilà mes voeux pour les "fêtes" et pour 2015 ! 

Je n'ai pas 80 ans mais je viens d'apprendre à l'instant qu'à partir de cet âge les mutuelles doublent carrément le prix des cotisations, c'est pas ça qui pouvait me procurer de la bonne humeur...

13/11/2014

Miracle à Lourdes ! On y apprend que les curés, nos patrons "se serrent les couilles", qui l'eut cru ?

J'ai reçu un lien vers cette vidéo d'un copain organiste qui a le chic pour dégoter des trucs marrants. En plus ça datait de 3 heures. Sait pas comment il fait !

Ca vaut le "lape suce" de Rachida Dati qui prenait l'inflation pour de la fellation...

La scène se passe à Lourdes dans la basilique St Pie X mais cela concernerait plutôt les séminaristes... Mais les bonnes habitudes étant aussi vivaces que les mauvaises... Si c'est un futur prêtre je crains que sa carrière ne soit compromise mais on pourrait aussi le promouvoir et employer son talent et l'entregent que l'on devine comme futur aumônier national des "cathogays". Il n'a pas une vilaine tête et pourrait ramener bien des brebis égarées dans le droit chemin de vertu....

http://www.linfo.re/magazine/insolite/655831-le-lapsus-ge...

J'ai tenu a vérifier l'authenticité de l'extrait, voici l'émission complète :

http://www.lejourduseigneur.com/Replay/Dimanche-dernier

Chose extraordinaire je voulais garder une copie de cette "boulette" historique dans son contexte mais DownloaHelper de Firefox marche pour toutes les vidéos mais pas avec l'original ci-dessus. On a du bloquer mais il est trop tard ou alors un petit malin a pu trouver une parade. Enfin on n'a pas censuré le passage en coupant le mot malheureux.

Une chose me choquera toujours dans les messes modernes à savoir que les gens prennent l'hostie dans la main et bouffe çà comme s'il s'agissait d'une pastille Pulmoll au lieu d'ouvrir le bec en s'agenouillant, ce qui me semblerait la moindre des politesses... Autres temps autres mœurs... Notez que n'importe quel bouddhiste même laïc se prosterne en entrant dans une pagode mais les Occidentaux sont trop imbus de leur personne pour en faire autant dans leurs églises...

Un lapsus révélateur

On dirait que le journaliste (manifestement d'un genre assez guilleret) attendait cette "boulette" avec délectation qui fait un peu désordre après les homélies portant sur les "lois inique de la République" : "Mariage pour tous" et Cie... Il est vrai que j'eusse préféré que l'on concocta une "union civile" à la mode anglaise plutôt que cette parodie grand guignolesque mais bon il y a des choses plus importantes à s'occuper : la confiscation de la création monétaire au bénéfice des banquiers depuis 1973, la menace de l'Islam du fait de la porosité de la fausse démocratie démagogique ambiante et j'en passe... L'excitation féministe indécente des "tribades" et aux "Carolines" en folie qui sont les véritables gagnantes de l'innovation et le reste..

Les lois iniques de la République

Ce qui m'étonne un peu, c'est qu'une bonne partie de la hiérarchie catholique n'ait pas encore digéré le PACS qui est avant tout un contrat de solidarité et on met ce que l'on veut dedans, on pourrait même se pacser sans vivre l'un sur l'autre et pour des raisons purement économiques. Enfin il existe un ancêtre au PACS, cela s'appelait contrat d'affrèrement, il était passé devant notaire et il servait à adopter une personne de même sexe ou de sexe différent, un enfant etc... La première mouture du Pacs s'en était inspirée sans le savoir qui n'a pas vu le jour et aurait permis de gérer les indivisions. Enfin ce contrat n'est tombée en désuétude en France qu'à la fin de l'Ancien régime. On a la mémoire courte.

Les français ont la mémoire courte

Voir : http://georgesvercin.wordpress.com/2012/11/18/laffreremen...

Je ne ferai pas de commentaires sur cette page, ça sort de nos préoccupations et je mentionnerai simplement que le livre de Boswell est assez problématique dans la mesure où c'est un véritable fouillis, en revanche celui qui a précédé démontre l'existence avant le XIVème siècle d'une tolérance et ce qui arrive aujourd'hui n'est que le choc en retour d'une répression excessive engendrant forcément des excès plus ou moins caricaturaux.

Rites secrets

Enfin ce Nicolas doit avoir été "attouché" par un genre de "sacrement" assez particulier n'ayant rien à voir avec la Confirmation mais ne semble pas en avoir gardé un mauvais souvenir. Tant mieux pour lui ! Bref cela a été une grave erreur que de renoncer vers la même époque à l'ordination des hommes mariés (seule canonique, le mariage des prêtres ne l'ayant jamais été). Quand je pense que l'on serait tenu en confession d'aller raconter des histoires d'en dessous de la ceinture à des hommes à qui ont a imposé les règles propres au clergé régulier, si ce n'est pas les "enduire en tentation" et au fond tenter le diable, je veux bien être pendu...

Les "pontifes" font aussi des "boulettes"

A ce propos, notre nouveau pontife romain me semble être en train de berlurer les fidèles en laissant entendre la possibilité d'un retour à la tradition ou alors il ne connait pas son droit canonique. Trois facteurs s'y opposent : le premier est économique, le second est disciplinaire (que des femmes de curés aient voient au chapitre et les évêques auront du souci à se faire...), le troisième réside dans l'obligation de la messe quotidienne. Or une règle de pureté rituelle imposait aux prêtres mariés de s'abstenir de répandre leur semence dans la nuit précédant l'office et elle était tirée de la pratique des Lévites. Cela n'a rien de particulier dans beaucoup de religions on retrouve ce genre de commandement: les moines bouddhistes par exemple fabriquent toutes sortes de "gris gris", les utilisateurs doivent les enlever le temps d'une activité sexuelle quelconque.

Cela dit je ne suis pas sûr qu'il suffirait de revenir à la pratique ancienne pour bannir l'homosexualité dans les rangs des prêtres. Elle était assez fréquente tout simplement parce que le fait de ne pas se sentir attiré par les femmes avait toutes les chances de passer pour un indice de vocation. Il faut quand même rappeler que dans la Genèse Eve est présentée comme l'interlocutrice privilégiée du serpent édénique ! Il est donc assez naturel de penser qu'un commerce avec un garçon est moins "sale", en plus mis à part les risques sanitaires, on ne risque pas d’événements "heureux"... 

Préoccupations majeures

Les choses se passent comme si l'Eglise n'avait comme souci que le divorce et l'homosexualité. Cela dit ce sont des groupuscules à l'intérieur de l'Eglise qui se sont agités en faveur de la "Manif pour tous". La plupart des catholiques ont d'autres soucis et j'ai eu des surprises en questionnant des responsables très actifs dans leurs paroisses. Les curés ne disent pas ce qu'ils pensent parce qu'ils sont tenus à l'obéissance mais j'ai des raisons de penser que les plus sensés se bornent à prêcher, en confession, la modération en toutes choses...

Maintenant je me demande ce qui se passerait si au lieu de s'appesantir sur certaines évolutions, ils rappelaient que la Bible enseigne que la femme doit être soumise à l'homme. Comme beaucoup d'églises surtout en ruralité ne vivent que de la dévotion et du soutien de quelques paroissiennes, elles risquerait peut être de déserter si l'on mettait l'accent sur l'anomalie que constitue le féminisme qui tend à devenir très agressif et s'insinue partout grâce à la mixité.

Je note qu'en une ville que je ne citerai pas, il s'agissait de Pierrelatte, un curé a été mis en demeure de chasser son organiste parce que des femmes appartenant à une vieille famille provençale ne le trouvaient pas assez viril. Et l'évêque a suivi en motivant bêtement le licenciement selon la requête des paroissiennes, d'où procès gagné devant les Prudh'ommes. Or cet homme je le connais bien, il n'est pas "homo", il souffre depuis son enfance d'un handicap physique. Mais il est vrai que les artistes étant des êtres sensibles, ils sont toujours suspects à moins de traîner derrière eux une ribambelle de gosses. Mais peut-on être un grand artiste avec une telle charge qui ne laisse guère d'instant de répit pour la recherche et la méditation ?

Enfin question subsidiaire : est-ce que les prêtres eux-mêmes sont toujours "virils", ne serait-ce qu'intellectuellement parlant puisqu'ils n'ont pas la possibilité de le montrer concrètement ? 

Soyons tolérants et tout ira bien

J'ai eu un curé comme patron qui avait une "femme cachée", comme je ne vivais pas sur place, je ne l'ai su qu'à la fin, mais je n'ai pas eu à m'en plaindre. Avec son successeur qui s'est bêtement laissé manipuler ça a été moins drôle. On est prêt à tolérer bien des choses, sauf les atteintes sur mineurs, mais il faut arrêter avec le "faites ce que je dis et pas ce que je fais !"

Pour ma part mon seul souci est de faire de la musique potable en tant qu'organiste, il est absolument nécessaire de rehausser le caractère sacral des offices si l'on veut que les fidèles reviennent. Evidemment, ce n'est pas suffisant mais le reste ne dépend pas de nous autres. Je retente actuellement une expérience dans ce sens et j'espère qu'elle pourra se poursuivre. Les fidèles font la différence quand l'office commence par un grand plein jeu et se termine par un grand Jeu ou un Dialogue sur les anches. Ils ont plus de coeur à changer leur propre partie. Je pense pour ma part qu'il faudra revenir au latin car que l'on se rende en Bretagne ou en Italie faut s'accrocher aux branches pour suivre. La participation des fidèles qui est un souci tardif demeure un problème car il faut faire avec une avalanche de chants dont le rythme de la prosodie et les mélodies sont parfois quasiment inchantables même pour des "pros". Il reste pourtant dans le fond existant des cantiques qui tiennent de bout et facilement chantables en raison de leurs rythmes naturels. Mais en ce qui me concerne je fais ce que je peux avec ce que l'on me donne. Il n'est pas question de devenir "maître de chapelle", je n'aspire pas à diriger quoique ce soit ou qui que ce soit ! Il me faut déjà passer pas mal de temps à lire et déchiffrer beaucoup de musique pour trouver des pièces compatibles avec les ressources instrumentales disponibles. Mais cela fournit une motivation à toujours progresser. 

Enfin les "boulettes" ont le mérite de détendre l'atmosphère et l'esprit malicieux des français raffole de ce genre de "dérapage" comique. La vérité tend naturellement à se faire connaître par tous les moyens. Soyons indulgents. Question ce Nicolas va t-il se faire tirer les oreilles ? On aurait surtout aimer voir la tête de ses supérieurs... L'humour semble se raréfier au fer et à mesure que l'on monte dans la hiérarchie. Prions pour que cesse cet excès de "gravité" !

11/09/2014

Mise en sommeil du blog

Duccio_maesta_detail4.jpgSauf nécessité impérieuse, je ne compte pas publier de nouvelles notes. Comme j'ai du l'expliquer à propos du pillage des instruments français personne n'a daigné se gendarmer. Personne ne m'a aidé, j'ai du dire qu'une personnalité locale apparentée à la DRAC a négligé de répondre à un mail. Personne ne veut se mouiller et les gens qui pourraient faire quelque chose se déclarent incompétents. Les techniciens conseils ont été avertis, Thierry Semenoux a prévenu ses confrères mais on les contourne. Il est vrai qu'ils ne sont pas les propriétaires et que la plupart s'en foutent en voyant pas plus loin que le bout de leurs nez..

Donc puisqu'il en est ainsi je souhaite à Zureck en particulier un gros accident s'il vient à continuer le pillage. Pas un accident mortel, un gros accident matériel juste ce qu'il faut pour lui donner une leçon et avoir à l'esprit que la justice immanente existe !

Et pour le reste je fais comme Ponce Pilate, je me lave les mains de tout cela !

J'ai laissé l'exemple du dénommé Nay pour montrer que les curés ne sont pas toujours les fautifs dans l'histoire et que certains collègues s'ingénient a rendre la profession impopulaire, ce qui m'a permis au passage d'exprimer mon opinion sur des "problèmes de société" que l'on adore compliquer et j'ose espérer que l'on conviendra que mes positions à ce sujet sont loin d'être subversives.

Je dois dire que les derniers événement politiques font partie des événements qui m'ont profondément déprimé. Je ne m'occupe pas des problèmes des femmes car je constate qu'elles savent parfaitement se débrouiller seulse et tendent à prendre des positions excessivement dominantes. J'en ai eu encore un petit exemple ce matin qui m'aurait fait sursauter si je n'étais pas habitué de longue date à certaines immixtions.

Enfin si nous sommes gouvernés par une bande d'escrocs et de crétins, je vais tenter de me refaire une pinte de bon sang en lisant le livre d'une "semi première dame" nommé Valérie au sujet de l'espèce d'ectoplasme qui risque de survivre jusqu'en 2017. Mais il parait que la presse a publié le meilleur et que le pavé est truffé de fautes grossières parce qu'il aurait été imprimé en Allemagne mais le manuscrit devait être loin d'être nickel...

J'essaie de compenser la médiocrité des temps par un mélange d'humour anglais et d'ironie à la française mais c'est dur car l'ambiance est excessivement pesante ! Et on ne voit aps la fin de la crise, il est probable que cela ne fait que commencer...

26/08/2014

A propos du nouvel orgue de la cathédrale de Monaco

Orgue_de_Monaco_21.jpgIl y a déjà plus d'un an que le Boisseau de la cathédrale de Monaco a été viré et je ne sais ce qu'il est devenu...

Un ami m'avait prévenu que je serais estomaqué en voyant et en entendant le nouvel instrument.

Sur l'esthétique de ce monstre un ami m'écrit ceci : on se croirait dans une boîte de nuit ou sous un rideau douche..... c'est moche ! Nous sommes tous deux des mauvaises langues certes mais je dois saluer la pertinence de ces deux comparaisons au demeurant très et même excessivement perfides pour bien des raisons que des lecteurs doués de l'esprit de finesse découvriront sans trop de peine. Il n'est rien qui puisse arriver par hasard...

Je n'ai pas trouvé de photo qui rende vraiment palpable le phénomène mais je n'invente rien.

Enfin je note quand même que depuis l'année dernière on a déprogrammé les changements de couleur pour une nuance céleste quasi exclusive mais il n'empêche que cela reste d'assez mauvais goût.

Pour ce qui concerne l'harmonisation d'une puissance outrancière, cela reste froid. On a l'impression que les jeux de détail en particulier (cromorne, voix humaine etc...) on été amplifiés par une sonorisation, c'est vraiment très très surprenant et finalement complètement dépourvu de finesse. Je ne trouve cet instrument sympathique que lorsque la boîte du récit est entièrement fermée sur les fonds. Quant aux tutti il sont assourdissants. Notez que c'est bien ainsi la musique que l'on joue sur ce biniou ayant tendance à m'ensuquer, cela a au moins le mérite de vous réveiller en sursaut quand on vient à piquer du nez. Il est possible que la plupart des organistes aggravent la situation en recourant à des registrations trop chargées mais quand même !

Je serais curieux de l'effet que cela fait quand on est à la console mais tout bien réfléchi je crois que je n'aurais aucun plaisir à jouer cet instrument que je trouve excessivement "froid". Aller à Monaco sans voiture est une expédition compliquée. Il me faut monter à l'Observatoire par un vallon dit de l'Oli en cheval à deux roues par une piste assez dangereuses et avec un ami descendre jusqu'à la basse corniche à pinces, attendre un bus bondé en plein cagniard.

Et Monaco c'est une autre planète, ça change les idées, cela un côté très provincial et en même temps excessivement "bling bling". A présent que je ne suis plus fournisseur de clavecins de louage pour la Salle Garnier, je peux me permettre quelques impertinences et dire que c'est à mes yeux une principauté d'opérette. Elle regorge de policiers fort bien payés. Au moins ce n'est pas le coupe gorge dans lequel j'ai vécu, savoir le vieux Nice dont la saleté, le bruit et la violence nocturne n'ont fait qu'empirer. IL y a belle lurette que les rues ne sont plus lavées deux fois par jour (pour la climatisation en été grâce à un dispositif ingénieux, une verrière avec ouvertures latérales, au sommet des cages d'escalier) et la nuit de gros rats déambulent dans les ruelles.

Le rocher à quand même son charme mais je ne vois guère aux concerts de la cathédrale de personnes de connaissance avec qui l'on puisse s'enquérir des dernière nouvelles de la "planète orgue". Beaucoup d'étrangers et des russes en particulier et si on a soif le moindre rafraîchissement coûte une fortune.

Enfin que le titulaire me pardonne, il a pour lui la courtoisie et le savoir vivre qui fait tant défaut au malotru que j'ai épinglé dans un autre post mais j'ai tout de même eu la surprise d'apprendre qu'au court de l'enregistrement du BWV 532, il se serait fâché avec les montées de la tonalité de ré majeur. Enfin personne n'est parfait et si j'ai quelques fois des problèmes avec les "fusées" mais c'est parce que je ne sais pas toujours sur quel pied danser entre doigtés modernes et doigtés anciens tandis que Vernet ne semble pratiquer que des doigtés classiques et très sécurisés.

Les grands virtuoses sont courageux mais pas téméraires : Huguette Grémy-Chaulliac qui fut ma très vénérée "maîtresse de clavecin" nous éblouissait en classe avec les doigtés des virginalistes mais je ne l'ai jamais vu pratiquer ce genre d'exercice en public. Il faut convenir que tirer les doigts avec des 2-3, 2-3 c'est non seulement très casse gueule mais ça peut être générateur de tendinites. En revanche j'ai vu une Diana Petech pratiquer les très curieux doigtés ascendants de l'école italienne (des 3 qui passe par dessus le 4) du moins avant qu'une très méchante affection imunologique ne l'ait complètement immobilisée.

petechMais il semble qu'elle ait surmonté cette épreuve car je viens de découvrir qu'elle est devenue enseignante de Zen et parait être en pleine forme, ce qui est une bonne nouvelle à laquelle je ne m'attendais pas.

http://www.editfiume.com/lavoce/cultura/2153-si-riscopre-...

http://www.diberardinocarlo.it/welcome/index.php/meditazi...

Banques de sons nouvelles

claviorganum.jpgUn collègue nancéen, Dominique Dantand me signale l'apparition des trois banques, dont un claviorganum. C'est gratuit mais pour deux d'entre elles il faut montrer patte blanche !

http://www.casacota.cat/perl?num=1404985795

Je n'ai pas encore eu le temps de les tester. Je ne sais pas ce que vaut le clavecin Zell qui a inspiré la facture d'un Klinkhamer dont j'ai utilisé les "kits" autrefois. 

Mon ex clavecin qui est à Saint Pétersbourg est tout-à-fait représentatif de cette facture du nord de l'Allemagne. Une facture avec laquelle j'ai eu un peu de mal à me familiariser à cause de mon goût français. Mais j'ai fini par reconnaître qu'elle constitue une synthèse équilibrée entre la facture flamande et la facture italienne. un excellent produit européen tous terrains.... J'espère que la numérisation n'est pas trop sèche, ce qui est souvent le cas pour ce type d'instrument à clavier... 

Le point sur Hauptwerk IV, la simulation d'orgue et les banques cryptées

H4.jpgUne erreur de manip m'a fait perdre certaines notes sur le sujet dont un bon nombre étaient répétitives.

Je signale à toutes fins utiles qu'une nouvelle version IV de Hauptwerk a été postée par Milan Audio en date du 15 août qui fait que le crack qui circule ayant pour effet de supprimer la clochette invitant à alimenter le tiroir caisse de l'éditeur américain n'est plus opérationnel. Il suffit pour contourner le problème de recourir à l'ancienne version IV. Les éléments nécessaires traînent sur Internet et les gens futés savent comment les trouver.

Concernant le logiciel américain il est parfaitement justifié d'en contourner l'achat autant que possible dans la mesure où l'impérialisme américain qui a présidé à cette entreprise commerciale avait pour dessin de priver MyOrgan/GrandOrgue de banques par le biais d'une incitation au cryptage.

Je rappelle que Milan Audio a contraint Zureck (Sonus Paradisi) à adopter le cryptage et ce dernier l'a justifié par une sorte de "référendum" bidon et il fallait s'attendre à ce que les blaireaux friqués, qui sont désireux de frimer en faisant étalage d'un luxe stérile, s'expriment en majorité pour le cryptage. Tant que Sonus s'est abstenu de crypter, on pouvait fermer les yeux sur le pillage des orgues français, à présent cela n'est plus possible !

Si je ne craignais pas de passer mon temps à faire des copies je distribuerais les banques que j'ai acquises, et cela tout à fait gracieusement mais j'ai autre chose à faire. Et puis pendant les copies l'ordinateur rame et je supporte pas ! A présent que chacun se débrouille !

En ce qui concerne les banques "nouvelles manière" avec quantité de relâchements et tutti quanti, je condamne cette évolution démente qui réclame des ordinateurs de compétition et je doute que l'investissement nécessaire soit à proportion du gain obtenu...

Je rappelle également que le fait de dépenser des dizaines de milliers d'Euros pour l'acquisition d'une console hollywoodienne est une aberration ! Le système Windows quelque soit son grade (XP 64 ou version ultérieure) n'est pas conçu pour faire de la musique, c'est un système qui restera instable ad vitam eternam.

En d'autres termes la simulation d'orgue n'a d'intérêt que si l'on est capable de faire sa console soi-même et si l'on est en mesure de dépanner le système en cas d'avaries. J'ajoute qu'il n'est pas à la portée de tout le monde de purger les différentes version de "Défenestron" de toutes les saloperies qui l'encombrent et le fond ramer à plus ou moins brève échéance parce que ce saloperie s'auto-pollue en permanence.

Si les professionnels de l'hébergement internautique refusent de fournir des prestations basées sur le système de Micromerde c'est qu'il est tellement merdique qu'il faut le relancer au moins une fois par 24 heures. On ne peut faire de la bonne micro-informatique que sur une base Linux. Les macs sont des ordinateurs pour les "bobos". Mais des tas de crétins, jeunes ou vieux, complètement ignares en informatique sont prêts à nier ce qui est évidence pour un professionnel. Et j'en suis un, je me suis occupé d'un service universitaire pendant 7 ans et j'avais une bonne trentaine de machines à maintenir.

Je ne vais pas me gendarmer éternellement pour lutter contre le pillage des orgues de notre patrimoine. Je constate que personne ne veut se mobiliser pour mettre de l'ordre et qu'un collègue qui devait me tuyauter sur les méandres de l'administration française afin de mettre au point la stratégie à mettre en oeuvre alors je renonce. J'ai contacté en vain une organiste dont le mari est acteur d'une Drac. Pas la moindre réponse. 

Mais en revanche je souhaite de tout coeur à Zureck et à ses complices français d'avoir un "accident" s'ils persistent dans leur dessins de pillage éhonté. Oh pas un accident mortel, un gros accident matériel (que par exemple Zureck plante sa foutue caravane et qu'elle soit hors d'usage) avec la peur de sa vie et cela suffira. Mais comme je suis charitable je donne le conseil à ceux à qui cela pourrait arriver je pisser de suite après le choc, cela plus un remède homéopathique bien choisi (ou une séance d'acupuncture par une personne qualifiée, chose rare...) peut éviter des suites fâcheuses en terme de santé, une jaunisse étant des moindres. Ce sont là des voeux parfaitement et moralement légitimes. Quand la justice humaine s'est faite la malle, il faut tenter d'actionner la justice immanente

J'ai constaté à deux ou trois reprises que c'est efficace, le dernier à m'avoir chié dans les bottes et qui faisait le taxi au noir s'est "mangé" un chantier sur l'autoroute. Le doute est permis quant à l'origine du maléfice, "mauvais oeil" ou abus du pastis ? je ne sais trop mais l'individu auquel je pense possède des possibilités d'encaissement assez stupéfiantes et je l'ai connu assez net le matin au réveil. Enfin qu'importe, je ne souhaite pas passer pour "sorcier" mais parfois ça m'arrangerait bien. Il faut dire que les apparences sont contre moi : j'ai été adopté par un beau chat noir qui me suit partout et je vois encore des gamins et des gamines qui pensent que ce genre d'animal porterait malheur...

Nous avons été gouvernés par des escrocs (affaire Bygmalion) et à présent nous le sommes par des crétins finis dont j'avais mésestimé le génie destructeur. La fausse droite et la fausse gauche ont collaboré à rendre les riches encore plus riches et les pauvres encore plus pauvres. Deux ministres qui avaient rués dans les brancards viennent d'être démissionné par un "matador" connu pour son rictus méchant. Que ce dernier saute et le présent locataire de l'Elysée, ne pourra guère trouver le salut que dans la fuite. Et là on peut être à peu près sûr que la Marine emportera le morceau. Cela risque encore de n'être que de la "marine marchande" mais que faire ? Si ça se fait, je peux vous prédire sans risque d'erreur ce qui va se passer : les américains qui travaillent à l'agitation des banlieues hexagonale susciteront une "révolution arabe" sur notre sol  mais peut-être faudra t-il en arriver là pour que les français qui sont des "veaux" se réveille quoique je doute que ce puisse être le cas.

Je ne manque pas de vomir que l'impérialisme américain mais je n'oublie pas une chose, à savoir qu'il existe quand même des américains qui sont de grands admirateurs de la culture française et une américaine qui a encore assez d'argent pour rafler les clavecin paraissant en salle des vente. Je pense à un Pisaurensis que j'ai pu toucher jadis...

Dans le domaine de l'entreprise, les patrons français ont recours aux méthodes de pression américaines pour booster la productivité mais la différence réside dans le fait que si on presse partout à outrance le citron, en France on n'obtient jamais les promotions que l'on peut obtenir aux USA. Maintenant, ça ne coûte pas grand chose outre Atlantique car la richesse de cette partie du nouveau monde est constituée de monnaie de singe et la course en avant que cela implique exige d'étendre le marché à l'Europe (qui est une création américaine) afin d'échapper à la banqueroute qui guette la réserve fédérale.

Si nos gouvernants étaient intelligents ils s'allieraient à la Russie, avec la Chine, l'Inde et bientôt la Turquie ainsi que des voisins de l'oncle Sam comme le Brésil et j'en passe. Soit dit en passant je vous suggère pour vous distraire des mesquineries "baroques" en étudiant la doctrine d'un certain Chauprade et je remercie Poutine de nous avoir évité un engagement en Syrie qui eut été synonyme de troisième guerre mondiale. Enfin si les services secrets faisaient correctement leur boulot ils iraient flinguer sur place les djihadistes d'origine française avant qu'il n'aient l'occasion de revenir foutre le bordel chez nous ! 

En conclusion, et pour en revenir à notre propos initial, la solution de la simulation n'est viable et cohérente que moyennant le recours à un sens correct des propositions sinon il vaut mieux investir dans un orgue à tuyau fut-il modeste ! Pensez aussi au budget sonorisation dans une grande église : la simulation n'est concevable que dans un édifice relativement modeste. A Cassis c'est une monstruosité et ça a coûté un pognon fou pour pas grand chose !

Vous allez me trouver bien amer, ce n'est pas le cas, je suis simplement lassé par le niveau exponentiel de la connerie ambiante et le manque de discernement généralisé mais je suis sûr d'une chose, ce que j'énonce fera son chemin et en discutant avec des gens encore assez "normaux", je vois de plus en plus d'interlocuteurs se rallier à mes vues. Malheureusement, une fausse conception de l'amour chez les chrétiens nous a outrageusement fragilisés devant toutes sortes d'agressions et il existe bien une menace islamique. A ce propos j'ai du mal de croire qu'il puisse exister un "islam modéré" : la guerre est inscrite dans les gênes de cette religion qui progresse. J'ai vu un ami, prête de la lignée Ngo Din Thuc (ancien archevêque catholique de Hué) passer par divers patriarcats orthodoxes finir par se rallier à une branche du soufisme turc. Et cela après m'avoir fourni toutes sortes d'informations tendant à prouver que l'Islam serait une "diablerie". J'ai un neveu qui s'est fait raccourcir la peau du bicou pour l'amour d'une marocaine. Mais voilà, on oppose un islam "ésotérique" à un islam "exotérique", seulement voilà il y un hic : les hypothèses de "redressement" de l'Occident élaborées par un célèbre français mort au Caire après s'y être remarié avec une descendante du "prophète" on toutes foiré. Le monde occidental s'enfonce dans un mondialisme anarchique. La seule chose prévisible c'est une banqueroute plus ou moins généralisée.

Pour clore cette digression, il faut souligner qu'un certain Louis Massignon est à l'origine du renversement "islamophile" observé depuis quelques décennies. Si vous creusez vous découvrir que ce n'est pas tant un mystique chiite qui l'a fasciné mais le fait que les arabes sont généralement assez bien montés... Cela a commencé par un idylle avec un espagnol et ça s'est terminé avec un délire autour de l'histoire de Sodome avec messe de réparation cautionnée par le cardinal Daniélou qui pensait sauver son frère. Une histoire complètement dingue de masochisme chrétien. Bref, les "pédés honteux" dans le style de ce personnage font un mal considérable à la religion et à la société. Ce qui est extraordinaire c'est que les gens ne veulent pas voir que Massignon relevait avant tout non pas de la mystique mais de la psychiatrie.   

Le Saint Esprit souffle où il veut ou plutôt où il le peut et on ne semble pas très réceptif du côté de l'hiérarchie. Enfin si les curés prenaient conscience du potentiel sensible que représente la musique d'orgue au lieu de voir dans les organistes des intrus, peut-être qu'il y aurait un peu plus de monde dans les églises. Mais il faudrait sans doute aussi renouveler les discours. Un jeune abbé à qui j'ai dit ceci : vous avez un pelé et deux tondus à chacun de vous office, peut être que s'il y avait un organiste et des cantiques potables, ça changerait un peu ! Que croyez vous qu'il me répondit ? La musique c'est pour la gloire de Dieu. Donc les fidèles on s'en tape ! Ce à quoi je répondis : la gloire de Dieu a bon dos mais n'oubliez jamais qu'on n'attrape pas des mouches avec du vinaigre. Le même abbé s'est fait unanimement détester. Il existe dans certains paroisses une tradition consistant en une procession avec bénédiction pour la fête patronale. Et bien d'après cet individu : c'est nul ! Il est vrai que c'est assez superficiel car l'église ne joue plus le moindre rôle social. Dans les villages dortoirs ne vont à l'office que des vieilles chèvres qui ont déjà un pied dans la tombe et fort peu de jeunes, mais à qui la faute ? 

A propos d'interdits portant sur les concerts, un curé polonais en charge d'une paroisse insulaire vient de se mettre à dos tous les corses qui sont outrés d'avoir vu "blackboulé" une demande en faveur de chants polyphoniques traditionnels dont la plupart appartiennent au patrimoine religieux. J'ai bien des raisons de penser que ce mauvais coucheur a du souci à se faire... Enfin il faut se poser la question de savoir pourquoi il faut recourir à l'importation de curés africains et polonais pour maintenir en bien des endroits un semblant de vie paroissiale. Je ne suis pas raciste mais il importerait de se poser la question du pourquoi du tarissement des vocations occidentales. Certains clercs rêvent en pensant que c'est le célibat qui constitue un obstacle et qu'il faudrait permettre le mariage avant l'ordination. Ils rêvent pour des tas de raisons et il suffira de rappeler que le retour à cette tradition ne verra jamais le jour pour deux raisons : l'une est économique, l'autre est disciplinaire. A savoir que s'il faut compter avec les femmes des curés, les évêques ont bien du souci à se faire et je donnerai comme point de comparaison la montée aux créneau de femmes de gendarme mécontentes du logement dans certaines casernes, l'histoire se passant à Menton...

Pour ce qui concerne les relations des organistes avec les curés, il me faut espérer que celui avec lequel je suis en relation sera assez intelligent pour accepter l'offre qui lui a été faite.

 

Renaissance du Grinda de l'Escarène

PHOTOORGUE.jpg

MAJ du 10 septembre 2014

L'instrument a été "ressuscité", il est devenu éclatant y compris l'orgue l'église est pleine à craquer.

Je ne l'ai pas encore entendu ni joué dans une église vide. Mais d'ores et déjà au moins deux organistes ont déclaré qu'il aurait été "dénaturé". Je ne partage pas cet avis. Le plein jeu de 6 rangs ne sonnait pas, alors que celui de Villefranche qui n'a que 4 rangs est rayonnant en comparaison. L'instrument a donc été "relevé" non pas encore restauré car la tuyauterie d'origine tombera en poussière d'ici 15 ans si on ne fait rien de plus. Maintenant quand à dépenser de l'argent, il faudrait que l'instrument serve en dehors des grandes occasions où Mister Saorgin vient parfois le toucher. Le moins que l'on puisse dire est que ce n'est pas encore gagné, le "phénomène" qui pourrait rehausser le teneur des offices n'est pas en odeur de sainteté dans le secteur. Un secteur (la "vallée rouge") connue pour une mentalité assez "toxique" à tel point que les gens bien se cachent. Et tout le monde il en prend pour son grade. Un curé portant soutane devient ipso facto "intégriste" c'est quand même un peu court comme jugement. Bien faire et laisser braire ! Encore que je pense que les ânes d'autrefois étaient plus sympathiques que certain(e)s citoyen(ne)s...  

Mis à part la présence d'huiles locales sous haute surveillance gendarmesque et le triomphe d'Olivier Vernet, il se trouve que mon cher collègue Frédéric Munoz a failli causer un scandale. Ayant découvert sa présence après le concert au voisinage du stand de "rince-gueule" je me suis présenté à lui.

J'ai été stupéfait de sa réaction, un diable lui serait apparu qu'il n'aurait pas sauté plus haut, il s'est littéralement enfui en me criant des injures, en me tutoyant et en me menaçant de me casser la gueule. Comme quoi la musique n'adoucit plus les mœurs...

L'incident n'est pas passé mais comme personne n'a compris à qui cela s'adressait, on s'est demandé quelle mouche l'a piqué. Je rappelle que je condamne son rôle néfaste dans le pillage des orgues français par un parasite tchèque nommé Zureck qui crypte ses banques de sons après avoir usé de ruse pour accéder à certains instruments. Ce n'est ni Cabourdin, ni le technicien conseil qui lui a permis de mettre en boîte "Saint Max". Encore heureux que celui là n'ait pas été crypté...

Concernant les instruments que Munoz a livré au prédateur étranger, j'ai oui dire par Formentelli lorsque nous avons fait connaissance à la tribune un dimanche précédant que ce Monsieur ne serait pas satisfait de la numérisation faite à Saint Guilhelm par Zureck. Dans ces conditions, il n'est pas impossible que la banque ne sorte jamais.

Munoz aurait pu profiter de l'occasion pour s'expliquer. Peut-être que s'il s'y était pris autrement j'aurais fini par adoucir la charge. Je comprends qu'il ait été ulcéré par le résultat de l'enquête faite à son propos et au sujet de Chalaux avec lequel il a eu partie lié et cela a du ouvrir le yeux de pas mal de gens. Et encore n'ai je pas tout dit... Il ne faut pas que ce M. s'imagine que parce qu'il est propriétaire ou co-propriétaire de la plus grosse pharmacie de Montpellier, on devrait se sentir tenu de ramper devant lui. Enfin puisqu'il n'a pas le mal de gagner beaucoup d'argent, il pourrait faire cadeau de ses prestations dominicales aux bonnes sœurs de Saint Guilhelm... 

Je rappelle à toutes fins utiles qu'en tant que musicologue, j'ai produit une oeuvre reconnue au niveau international qui n'a que le défaut de n'avoir pu être traduite en anglais. Kenneth Gilbert qui avait été chargé de pressentir des traducteurs m'a écrit que tous avait déclarait forfait en raison du style caractérisé par différents niveaux de lecture, soit parfois un caractère allusif et très crypté... Je sais, cela énerve en raison de l'acculturation dominante mais des gens très simples s'y retrouvent preuve que mon langage n'est pas si "ésotérique" qu'il y parait. Cela prouve au moins que le français est une langue subtile bien supérieure à l'anglais de mes lointains ancêtres qui ont du être chassés par je ne sais quelle de religion. Mais bon j'ai dans mes "ancêtres" un évêque qui a failli devenir archevêque de Strasbourg sous la Restauration. J'ai donc des "lettres" y compris en matière de religion et l'on n'a qu'à bien se tenir. 

Je suis donc apte à jouer dans la cour des grands et l'on devra me respecter de gré ou de force et je ne demande pas la lune. A bons entendeurs salut ! 

L'organiste de Nay, un triste sire...

Nay.jpgMAJ du 26/08/2014

Je vous convie à visiter cette page avant de lire la suite qui n'est pas piquée des hannetons :

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2013/10/21/l-organi...

Titulaire de l'orgue depuis plus de deux ans, Antoine Giovanini (35 ans) a vu son contrat de bénévolat rompu par l'abbé Pierre Haramburu dans une lettre du 19 août dernier. Le curé de la paroisse reproche à l'organiste "des dérives inacceptables de (sa) conduite" sans préciser les "motifs graves et répétés" qui justifient cette résiliation.

On sait seulement que le curé a traité son organiste de "drogué" et lui a envoyé les gendarmes pour une perquisition. C'est grave ! Ont-ils seulement agi avec en main une commission rogatoire? J'en doute ! Un juge n'aurait pas été assez bête pour délivrer pareil mandat sans s'être rencardé avant d'agir. Alors si les gendarmes sont aux ordres des curés, où va t-on?

Reste à déterminer en quoi consistaient les mystérieuses "dérives inacceptables" et "non motivées".

Le jeune homme reconnaît bien un langage parfois fleuri et s'être laissé aller à quelque insulte à consonance homophobe à l'encontre d'un apprenti diacre lors d'une empoignade à propos de matériels de l'église. Pas de quoi fouetter un chanoine, selon ses amis.

Parenthèse : les homophobes sont des cons et des frustrés

Ce Nay devrait parfaire sa culture historique. Sur les tendances historiques des clercs à préférer les garçons aux femmes voir John Boswell, Christianisme, tolérance sociale et homosexualité. Ce livre venant d'un historien militant (qui a du reste été fauché par la nouvelle peste) contient des sottises mais pour qui sait faire le tri, il s'y ytouvr des informations intéressantes, notamment à propos des points de vue d'un Saint Anselm de Rielvaux sur les "amitiés particulières" si florissantes dans les noviciats monastiques puis dans les écoles privées depuis le XVIIème siècle. Je cite de mémoire, je n'ai plus le bouquin. Par manque de place je dois régulièrement faire des purges : (ces choses là) doivent être tolérées (entre adolescents) tant qu'il ne s'y glisse aucune frivolité. Cette dernière formule d'un style très ecclésiastique m'avait frappé voici une dizaine d'années.

C'est ce personnage qui le premier à proposé en exemple l'amour de Jésus pour Saint Jean comme modèle de "gay sainteté". Cela ne s'invente pas ! A noter que le même historien a révélé l'existence d'union de même sexe qui ont été bénies par un rituel chrétien ressemblant à s'y méprendre au mariage. Que n'a t-on pas inventé comme histoire à dormir debout pour expliquer le phénomène alors qu'il est clair que les ecclésiastiques de l'époque avait été assez fins psychologues pour donner un os à ranger à ceux qui étaient enclins à pratiquer une "monosexualité" de type homo. A noter également que si cette innovation (qui n'a connu aucun précédant dans l'antiquité qu'elle soit grecque ou romaine hormis des parodies délibérées) a eu peu de succès côté occidental (la dernière manifestation a été pointée par Montaigne à propos d'une histoire romaine de prêtres portugais s'étant mariés à la messe mais cela s'est très mal terminé...). Elle aurait perduré côté oriental au moins jusqu'au XIXème siècle.

Mais je m'empresse d'ajouter que l'on se serait bien passé du "mariage pour tous" à la Taubira. A ce propos il est regrettable que l'on ait négligé d'imiter mes lointains ancêtres anglais qui ont torché une "union civile" en deux temps trois mouvements sans révolutionner le pays. Mais en France, on est spécialiste des affrontements dualistes et très violents les résultats dans tous les domaines sont catastrophiques! Un ami a écrit à Herbé Mariton pour lui demander s'il saurait "détricoter" l'embrouillamini si sa clique revenait au pouvoir. La réponse se fait attendre...

Enfin il faut tout de même avoir les yeux en face des trous : au sein d'une religion qui présente Eve comme ayant été l'interlocutrice privilégiée d'un certain serpent édénique, il est pour ainsi dire normal d'être pour le moins assez misogyne, voir d'opter pour des mesures de d'apartheid quand le mariage tourne au casse pipe pour les hommes et que des bataillons de "gouines" dominent au sein de l'idéologie LGBT que pour ma part je vomis tripes et boyaux.

Pour ce qui concerne Nay, voilà sans doute le fond du problème : un apprenti diacre aurait été soupçonné par le musicien d'être un peu "pédé" sur les bords ! C'est "son problème" : transgresser l'interdit en se servant de la menace de l'enfer comme d'un aphrodisiaque relève à mon avis d'une pathologie quelque peu morbide. Je ne vois que deux solution l'abstinence ou la fuite.

Quoiqu'il en soit les "homophobes" sont avant tout des frustrés et des jaloux qu'il aurait fallu piquer à la naissance.

Expérience personnelle

Etant l'objet de soupçons à cause de mon célibat et de ma qualité d'écrivain et d'artiste, je constate que les machos hétéros qui ont encore le feu quelque part, sont incapables de faire la part de l'âge et des aspirations à une vie paisible qu'implique l'acquisition d'une réelle maturité. C'est un cas typique de projections mal placées et ça devient fatiguant.

Dans une région où les "mange merde" sont dominants au point que les gens équilibrés, cultivés sont contraints de se cacher et de devenir taiseux, l'ambiance à cet égard devient excessivement pesante. Je sais de quoi il retourne car un frustré haineux j'en ai un sous mes fenêtres. Soit dit en passant il s'agit d'un tavernier qui a eu l'honneur d'héberger Michel Formentelli et son équipe durant quelques semaines et qui a probablement essayé de me "pourrir" à ses yeux. Le jour de mon anniversaire (il ne l'a pas fait exprès, c'est le Diable en personne qui lui a soufflé la chose) alors que le célèbre facteur déjeunait, étant complètement ensuqué par des nuits fort courtes en raison de ses "heures sup", il lui a crié dans le dos : tiens voilà ta copine qui se radine ! Ambiance ! Il se trouve que j'avais un travail à proposer à F., un orgue de salon à accorder à quelques kilomètres.

Le réparateur de l'Escarène a du passer la nuit de samedi à dimanche dans le secteur mais je ne l'ai pas vu reparaître, il a du trouver un hôtel ailleurs et j'ose espérer que mon charmant vis-à-vis aura perdu un client pour le cas où ce facteur serait appelé à une restauration complète du biniou local. Le confort de la literie, les doubles vitrages, la "clim" et la Wi-Fi ça fait pas tout ! Je me demande comment on peut oser tutoyer à ce point un client de marque.

La population niçoise étant "mélangée" de longue et parfois de fraîche date, ce qui explique la présence de côté "marchand de tapis" d'une partie du commerce local), il y a des semi barbaresques qui ne doutent de rien et celui là tend à faire l'unanimité contre lui. Les clients du cru viennent surtout pour sa femme qui est nettement plus stylée. Elle est gentille mais elle a ses limites : lorsque l'avant dernier occupant de l'Elysée a été sacré démocratiquement, je l'ai vue de ma fenêtre en extase devant l'étrange lucarne comme si la Vierge Marie étant apparue ! Mais depuis lors la dévotion se serait changée en rejet en faveur d'une option dite populiste qui m'a valu mainte fois d'être traité de "parasite" car j'ai été au chômage dans la dernière ligne droite avant retraite. En somme j'ai bénéficié d'un traitement dévolu à un"arabe du Nord"...

Si la patronne de celui qui me fit pas mal de confidences venait à me lire qu'elle me pardonne la malice de mes propos car si elle pouvait convaincre sa moitié masculine de cesser de penser à son voisin, ça serait mieux pour tout le monde. A ce propos, j'ai déjà fait savoir que la haine quand elle perdure à ce point (une décennie) n'est que de l'amour rentré de sorte que je laisse le soin à mes chers lecteurs de déterminer qui serait le "pédé" de nous deux !

Il est vrai qu'il y a onze ans, à défaut d'avoir été très "intimes", un courant de sympathie nous a réuni tel point que mon voisin m'a fait quelques confidences en me déclarant qu'il enviait ma liberté qui est somme toute assez relative... J'ai observé qu'ici quand un mec estime qu'on lui a manqué, il s'ensuit une véritable guerre ce que j’interprète comme relevant d'une réaction de type plus féminin que masculin. Dans la moitié nord d'où je viens, on s'engueule, éventuellement on se tape un peu dessus mais on aspire aussitôt à se réconcilier autour d'une chope de bière car le froid rapproche les gens tandis que le soleil leur donne le goût du paraître. Et ici la prescription ça n'existe pas, c'est la vendetta à perpétuité !

Je vous le dis car si vous voulez vous installer dans le Sud Est et particulièrement au delà du Var, n'hésitez pas à solliciter un description complète du caractère local et de ses causes car j'ai vu bien des gens fuir cette région où les "ficanasseries" constituent un divertissement et un sport local très apprécié...        

Pour en revenir à mon sujet, il ne fait aucune doute que Nay cet organiste "mal embouché", un comble, ne peut être qu'un sacré "c......" ! Je note du reste que la première version de ce post a valu à son auteur et à un collègue, un chapelet d'injures et des appels anonymes dans le cas du collègue qui par solidarité mal informée lui avait tendu la perche .

Je ne souhaite à Nay pas d'aller se faire f... car il pourrait y prendre goût et ne le mérite pas mais si le Diable pouvait l'emporter ça assainirait un peur l'air ambiant. Ce n'est pas un mauvais organiste, on a le droit d'avoir son caractère, mais il est des limites à ne pas dépasser. Je reviendrai sur ce problème d'éducation à propos de Frédéric Munoz que j'ai croisé à la sortie de l'inauguration du Grinda de l'Escarène et qui a fait un esclandre après que je me fusse présenté à lui. Je l'ai vu faire un bon et fuir en m'assénant des imprécations ordurières avec menace de voie de fait indignes d'un bourgeois soucieux de conserver son rang. Il aurait cherché à ce que je lui en repasse un couche qu'il n'aurait pas agi autrement.

L'organiste de Nay, un triste sire

Les "organomélomanes" sont prêts à faire l'impasse sur les règles élémentaires du savoir vivre de sorte qu'il déplorent la vacance du poste. Les organistes c'est pas ce qui manque, 18 élèves à Nice dans la classe de Vernet, on a donc largement le choix partout sur place. Son éviction n'est donc pas une grosse perte

============

Il y a quand même un problème d'autorité entre curés et organiste. L'autorité et la subordination qui en découle sont une chose, l'autoritarisme une autre qui se discerne en filigrane dans la fameuse Charte des organistes. Elle interdit d'employer des organistes en tant que profession libérale. Ils doivent être salariés ! Je n'hésite pas à affirmer que c'est complètement stupide. En effet : quelque soit le régime juridique adopté quand aux relations entre un client et son fournisseur, il est clair que ce client est roi ! Stupide est l'inerdit du statut libéral car devoir s'astreindre à éditer des bulletins de salaires implique de la paperasserie et des charges. Alors qu'un intervenant œuvrant sous un statut libéral prend sur lui de se mettre en règle avec les lois sociales. Quand au client, telle ou telle paroisse en l’occurrence, avec une note d'honoraires, la comptabilité s'en trouve simplifiée avec seulement deux colonnes recettes et dépenses.

D'où la question suivante : comment peut-on penser que dans un cadre "libéral", l'intervenant serait autorisé à faire tout ce qui lui passe par la tête ? C'est encore le piège des mots comme avec l'histoire du "mariage pour tous" ! Mais enfin si l'on a tenu à imposer le salariat, c'est bien l'indice d'un souci de marquer et même d'imprimer de façon assez sournoise la relation de dépendance. Je discerne assez souvent de la part de certains curés une "mentalité d'ancien régime". Que devient la confiance réciproque dans un tel cadre, or il est clair qu'il ne peut pas exister de rapport harmonieux si, au départ la confiance ne règne pas ! S'il veulent remplir un peu leurs églises il faut qeu certains curés arrêtent de se tirer des balles dans le pied !

Enfin pour ma part, dans la mesure où je refuse d'être payé afin de conserver ma liberté, je dois dire que cette directive ne me concerne pas quoiqu'elle m'ait fait une très fâcheuse impression. Il faut savoir qu'elle a été concoctée par deux organistes qui ne représentent qu'eux-mêmes, Suzie Schwenkedel (une espèce de "nonne" en civil assez tyrannique...) qui avait surtout les intérêts de l'ANFOL en vue pour les stages d'harmonie au clavier et un syndicaliste parisien dont j'ai oublié le nom...

17/07/2014

Recherche le CD des chants notés pour l'assemblée

Chants notés.jpgCe CD comprenant des accompagnements simples existe depuis quelques années. Et au moment où je décide de me procurer cette édition annoncée depuis plus de 15 ans il m'aura fallu ramer deux heures sur Internet pour apprendre en fin de compte qu'il est épuisé chez l'éditeur, en l’occurrence Bayard. Cela n'empêche par un site dédié à la liturgie catholique de continuer à publier un bon de commande. Quant aux procure locales, elle ne savent même pas que l'article a existé.

Puisque l'éditeur n'est pas foutu de le rééditer (peut-être que ça ne rapportait pas assez de fric et qu'il ne pouvait pas se "gaver" comme il le fait avec des tas d'éditions papier de "musiques" plus ou moins ineptes, je prie ceux qui posséderaient cet "oiseau rare" de bien vouloir m'en faire une copie ou de s'activer pour en emprunter un exemplaire dans leur entourage.

Un grand merci d'avance, je compte en effet reprendre du service et je n'ai pas envie de passer du temps à devoir écrire mes accompagnements car bien évidemment au lieu de donner une basse chiffrée selon les principes anciens les plus rationnels, on ne nous fourgue des accompagnements plus ou moins pianistiques et très mal foutus ou des chiffrage pour ces maudites guitares dont je n'ai rien à cirer ! A ce propos j'attends toujours que l'on m'indique les moyens rationnels de trouver une basse cohérente d'après ce genre de système. Soit dit en passant, j'ai cherché dans les traiter anciens un semblant de méthode pour, à partir d'un chant, trouver une basse et bien force et de constater que ça n'existe pas!

Organ Builder, un nouvel logiciel de création d'ODF pour "Grand Orgue"

OrganBuilder.pngL'auteur de ce logiciel  (Vincent Forman) vient de m'annoncer la parution de la version 1.00 avec fichier d'aide :

Ça y est, j'ai mis en ligne une première version:  http://mydisk.com/forman/webpage/OrganBuilder.html Il y a un fichier d'aide, le programme est traduit en français et en anglais, avec une version portable et une version installable.

Je ne l'ai pas essayé encore mais il m'a paru très clair.

Fausse manoeuvre...

Ayant entrepris d'alléger ce blog de notes devenues redondantes sur Hauptwerk IV et les banques de sons, il se trouve qu'à la suite d'allers et retours entre le texte de chaque note et les index (listes) chronologiques desdites notes, certaines d'entre elles se sont retrouvées cochées involontairement par erreur en plus de celles qui étaient réellement candidates à la suppression de sorte qu'elles ont disparu dans la foulée.

De la malfaisance des informaticiens 

Une fois de plus, on se trouve piégé à son insu par l'incompétence des informaticiens et la malfaisance qui en résulte. S'il ne tenait qu'à moi, je ferai un hécatombe de cette sale race car, à de rarissimes exceptions près, ils ont l'arrogance de se croire géniaux quoique n'étant que rarement capables de produire une parfaite ergonomie. Et il n'est que de voir à quoi ressemble l'espèce d'usine à gaz baptisée Hauptwerk IV pour le constater...

Je ne vous parle pas de cette saloperie immonde qu'est le code html : vous vous retrouvez avec des différences de taille de caractère sans savoir pourquoi et il faut corriger à la main dans ce fatras qu'est ce code au risque de se crever les yeux !

Mise à jour de la page sur l'organiste de Nay

J'en profite pour signaler que j'ai mise à jour la note sur l'organiste de Nay. Là encore, on découvrira que le personnage était loin d'être intéressant car en ce qui concerne son litige avec son curé, il s'avère que les torts étaient assez largement partagés. Mais il y a bien un problème récurrent entre les organistes et leurs employeurs et je me suis efforcé d'en donner une analyse aussi objective que possible en ne citant pas de noms.

Sauvegarde imparfaite

Par chance j'avais une page encore ouverte avec les dernières notes parues et je l'ai sauvegardée. Je n'en ai pu reconstituer a peu près correctement qu'une partie. D'autre notes referons surface plus tard, pour l'instant je sature. Ecrire des articles et les corriger avec des outils aussi mal ficelés cela devient une souffrance surtout avec les connexions de plus en plus pourries de Free ! Un coup le téléphone marche mais pas Internet ou c'est Internet et pas le téléphone, enfin il arrive des moments où ça déconne complètement. Nous vivons dans une société de l'escroquerie permanente. Enfin on ne va pas me dire que c'est moi qui suis incompétent : je pratique l'informatique depuis 30 ans et j'ai tenu pendant 7 ans un service au sein d'une université alors je connais le métier !

La dernière razzia de Sonus Paradisi

logo.jpgCette synthèse annule et remplace les notes précédentes devenues redondantes.

Il manque manifestement une figure de rapace pour couronner le logo de cette société.

Lorsque j'ai découvert le pillage de St Omer j'ignorais qu'il s'était agi d'un simple hors d’œuvres. Je suis allé de découvertes en découvertes si tant est que quelque chose puisse encore me surprendre. Mon tempérament consistant à régler les choses sur l'heure, je n'ai pas eu la patience d'entreprendre une enquête minutieuse de tout noter et d'attendre de pouvoir faire une synthèse car il m'a fallu du temps pour découvrir qu'on est en face d'une véritable razzia. Il en résulte des longueurs, le moment est venu de résumer sinon les lecteurs risques de se lasser.

13 décembre 2013 : L'orgue monumental de St Omer est accordé pour la Noël. J'apprendrai plus tard qu'une demande de numérisation avait été adressée à l'association qui régit les concerts autour de cet orgue, que le président s'étant déclaré incompétent trois ans plus tôt avait renvoyé la demande à la Mairie, la ville étant propriétaire de l'instrument s'agissant d'une cathédrale qui n'est plus en fonction.

15 décembre 2013 : j'apprends par Laurent Chalaux qu'un projet de numérisation a été concocté par lui, son compère Frédéric Munoz avec la bénédiction de Formentelli qui vise St Pons de Thommières, un autre Micot et St Guilhem du Désert. On m'annonce que l'on exigera des "compensations". Lesquelles ? Mystère!  En fait il allait s'agir de "compensations personnelles" ou si vous préférez de "commissions en nature" (licences gratuites, matériel informatique, que sais-je ?).

Ce que j'ignorais ce 15 décembre et que j'allais découvrir en juin de l'année suivante, c'est qu'à cette date St Omer était probablement en cours de captage. Pour éviter d'avoir à payer l'accord et de manière à n'alerter ni le facteur ni le technicien conseil, Sonus s'est débrouillé pour profiter du contrat d'entretien. Tout colle, il fallait bien 5 à 6 mois pour confectionner la banque.

Question : Est-ce que MM. Munoz et Chalaux ignorait ce qui était en train de se faire à St Omer ? J'en doute sérieusement. Tout indique qu'il existait un plan bien arrêté et que tout a marché comme sur des roulettes. Sauf que Chalaux a vendu la mèche et que j'ai fait du tintouin dans le blog. Réalisant qu'il aurait mieux fait de se taire, Mister Chalaux a rompu des relations épisodiques qui durent depuis 2007. Je me suis illusionné en pensant que vu le tapage que j'avais fait on allait quand même prendre des précautions et exiger un minimum de retours en faveur des organistes et étudiants français. Notez que j'avais alerté le Maire de St Guilhem. J'ai proposé un scénario avec des conditions d'usage. On s'est foutu de ma g.... en faisant semblant d'y adhérer plus ou moins mais tout était déjà programmé.

Arrive juin 2014, tout le monde découvre le pillage de St Omer, le titulaire et ses collègues sont écœurés lorsqu'ils apprennent de ma bouche qu'ils ont été trompé et que l'opération est à sens unique. La Mairie n'a rien vu venir. L'autorisation a été donnée mais existe t-il un contrat avec contrepartie. Les élus ont changé : se mobiliseront-ils pour retrouver le dossier ? L'avenir nous le dira. J'annonce qu'une fois de plus la France a perdu une bataille contre des parasites comme on en fait tant dans les pays de l'Est mais on a bien du rire en pensant à ce que je n'allais pas tarder à découvrir.

Un moment plus tard, je téléphone à Roland Galtier le technicien conseil. C'est toujours un peu délicat quand on est un simple particulier même si l'on est connu comme étant l'auteur d'un ouvrage que tous les spécialistes de l'orgue à commencer par les facteurs connaissent. C'est alors que j'apprends que l'orgue de St Pons de Thommières a été numérisé dans le dos du technicien conseil en charge de l'instrument. On a fait appel à un certain Berger qui n'a pas le droit de toucher à l'instrument pour l'accord. Je passe sur les risques pour l'instrument, cet intervenant s'est-il borné accorder seulement les anches ? A t-il réaccordé jeu par jeu les fonds et le plein jeu, ce qui ne se fait pas car un plein jeu ou une cymbale accordé sans les fonds va sonner différemment avec, c'est question de baisse de pression.

J'apprends alors que Chalaux a fait carrière comme organiste à Notre Dame des Tables, un centre marial, que lors de la fermeture de l'église pour raison de sécurité (des travaux étaient en cours), le sacristain avec la complicité du curé de l'époque a pillé l'église. Le Recteur, le Père Michel Bertès m'a confirmé qu'un inventaire de 7 pages a été dressé à l'initiative de la municipalité. Des calices en or de toute beauté, la lustrerie, des ornements sacerdotaux, des tableaux, retables ont disparu. 

Le curé en question aurait été simplement déplacé, j'avais cru comprendre que quelqu'un, le sacristain, aurait fait de la taule mais cela ne m'a pas été confirmé. En revanche j'ai appris que le moteur de la soufflerie de l'orgue de Notre Dame étant poussif, Chalaux qui avait été organiste à Sète aurait piqué le moteur neuf qui se trouvait à son ancien poste pour le remonter à Montpellier. C'est une des malversations qui ayant suscité un conflit entre les deux Maires concernés à déterminé la municipalité de Montpellier et l'évêque, Mgr Thomazeau, à obtenir l'exclusion de Chalaux. Et c'est donc le Père Bertès devenu recteur qui a signifié, sur ordre, à l'ex titulaire, de décamper. Il s'en est suivi une procédure au terme de laquelle Chalaux n'a pas obtenu gain de cause. Il prétendait qu'on était en train de lui enlever son gagne pain mais il a été pris à son propre piège : quoique donnant des leçons en veux tu en voilà, il n'avait rien déclaré au Fisc...

Je passe sur les lettres anonymes d'insultes, une histoire de bénédiction d'un autre orgue, l'officiant ayant menacé de ne pas bénir l'instrument si c'est Chalaux qui devait l'occuper... 

On m'informe que les travaux de restauration ordonnancé par le trio sur l'orgue sont contestables qu'un tiers de l'instrument est devenu muet. Et aujourd'hui j'apprends sous la plume de Chalaux en personne que le sacristain aurait été un élève du dernier Puget et donc facteur à ses heures. Il y avait bien un atelier de facture à la tribune et des interventions plus ou moins orthodoxe d'un certain Bancells lui sont reprochées.

Je me demandais alors comment Chalaux avait pu financer les travaux qu'ils se vantait en 2012, dans une vidéo publié par Munoz d'avoir mené à bien sans subventions et je crois deviner l'explication. Le produit de la vente des objets volés dans le sanctuaire (et je rappelle que la liste fait 7 pages !) pourrait bien avoir servi pour partie à une pseudo restauration... Enfin qu'importe...

Le sacristain que Chalaux m'a présenté comme un ange incarné est mort peu après que Chalaux se soit fait jeter par le nouveau curé lors de la réouverture du sanctuaire. J'ai du mal comprendre l'histoire de la "taule". Personne ne semble avoir été incarcéré alors j'avais pensé que c'est le remords qui avait tué le sacristain. Et bien pas du tout ! Il s'agissait d'un ivrogne invétéré qui est décédé d'une cirrhose du foie. On a retrouvé un tas de cadavres (bouteilles de Champagne vides) dans le clocher du sanctuaire. La fine équipe fêtait le 14 juillet avec forces libations sur une terrasse de l'édifice !

Pour en finir avec Chalaux, après son éviction il s'est recasé à l'abbaye de Sylvacane mais le Père Gouzes en a eu vite assez et a du se débarrasser du personnage à son tour. 

Je ne savais rien sur Frédéric Munoz. Etant très intuitif ce que j'ai vu de ce personnage m'avait laissé une assez mauvaise impression par son excès d'aisance. J'avais discerné dans son visage une certaine dureté. Il n'a visiblement peur de rien. Cependant on me l'a décrit comme étant un pur "affectif" et à supposer qu'il ait tendance à planer au dessus des contingences, ce qui m'étonnerait de la part d'un pharmacien, mes interventions en décembre dernier, aurait du l'inciter à la plus élémentaire prudence. Et à présent que j'ai découvert son site (http://www.fredericmunoz.org/) je peux mettre des faits derrière l'espèce de répulsion diffuse qu'il m'inspirait. Il aura du reste fallu tout cette histoire pour que je me décide à chercher son curriculum. Je n'ai plus de contacts réguliers avec les milieux baroques depuis que j'ai fermé mon atelier de clavecin.

Né dans une famille de pharmaciens d'origine espagnole doublé de musiciens, il a bénéficié des conditions les plus favorables pour dès son plus jeune âge étudier la musique et l'orgue particulièrement dans conditions idéales disposant de très confortables moyens financiers pour voyager et se produire aux 4 coins de l'Europe. Si ce n'est pas un crime de disposer d'une fortune et d'avoir été une sorte de "golden boy", c'est un délit d’aliéner des biens publics en vue d'en tirer un avantage strictement personnel et il lui faudra sans doute un jour rendre des comptes, ou à défaut la justice immanente pourrait le conduire au bord de la fameuse roche tarpéienne... 

Mais c'est, pour la musique baroque, un bon organiste et je l'avais pris pour un "pro". Il m'a fallu apprendre qu'il a des intérêts dans ce qui serait la plus grosse pharmacie de Montpellier pour prendre la mesure des moyens dont dispose ce personnage. Ses disques il les a enregistrés à compte d'auteur et il a ce genre de personnage impressionne et n'a sûrement pas eu besoin de graisser des pattes pour convaincre des journalistes et des critiques de lui faire la réclame.

Il s'agit donc pour résumé d'un notable bourré de fric. Cela ne l'empêche pas d'exiger de se faire payer par les religieuses qui ont la main sur l'église contenant l'orgue de Saint Guilhem et comme il semble vendre ses services assez chers, elles ont du renoncer à la musique pendant les dimanches de l'hiver. Ainsi, non content d'avoir la jouissance d'un orgue prestigieux, il lui faut encore se faire rémunérer plus ou moins grassement. Et j'apprends qu'il cumule plusieurs poste puisqu'il est en même temps organiste du Temple d'Alès un orgue d'esthétique saxonne qui a fait partie du lot et ceci près que s'agissant d'un orgue qui est une propriété privée, nous n'avons rien à dire à ce sujet. J'ai pris contact avec le responsable pour savoir si une diffusion gratuite a été prévue en faveur des organistique. A supposer que ce soit le cas, cela ne changerait rien à celui des orgues classés qui sont propriété collective de tous les citoyens français. 

J'ai téléphoné au Maire de Saint Guilhem qui m'a confirmé n'avoir donné qu'un accord verbal qu'il est prêt à matérialiser par écrit. Or il n'a rien contrôlé du tout et il n'y a pas de contrat et donc aucune close de retour à propos de la numérisation. J'ai donc averti ce M. qu'il risquait d'être poursuivi pour faux et usage de faux en écritures publiques et/ou complicité d'abus de bien public. Vu l’âpreté de Munoz au gain, il est clair qu'il n'a pas combiné la razzia que je dénonce de façon purement gratuite...

Pour éviter que ce Maire ne soit tenté de commettre une erreur qui m'obligerait à le faire convoquer devant le Tribunal Administratif pour commencer, j'ai pris langue avec la Présidente de l'association des Amis de Saint Guilhem afin de l'inciter à prendre conscience de la gravité de la situation en pesant de toutes ses forces pour que l'on décide de remédier et je dirai comment plus loin. 

Comment ai-je appris que St Guilhem avait été mis en boîte puisque c'est votre serviteur qui en a informé M. Galtier ? Ce détail je l'ai appris en appelant Michel Ribault à Saint Pons qui m'a révélé qu'un "pack" avait été fait, les trois orgues avaient été capturés entre deux tours des dernières élections municipales donc avant le 30 mars et sans la moindre formalité. Ensuite j'apprends que pour pouvoir engagé Formentelli à Saint Guilhem, Munoz aurait manoeuvré en écartant Galtier parce qu'il aurait imposé le respect de la loi en lançant un appel d'offre. On parle d'une inspection de la Drac. Munoz aurait choisi Decavele (alias Louis XIV) parce qu'en raison de son âge et de ses deux AVC, il aurait été plus malléable. 

La situation me semble assez limpide. Chalaux est à présent "archi grillé", il y a longtemps que j'aurais du le savoir. Il nie être partie prenante dans l'histoire et n'avoir eu qu'une "idée" mais ses propres écrits disent le contraire. Il se dit très malade (myasthénie) ayant frôlé la mort. Malade ou pas malade, même si c'est de l'histoire ancienne et que les faits sont probablement prescrits, il est cependant nécessaire que le milieu organistique sache quel genre de phénomène on peut y rencontrer afin que l'on se décide enfin à faire les choses dans les règles.

Chalaux tire le diable par la queue et un de ses moyens d'existence consiste à emprunter des banques de son à un avocat amateur d'orgue et à revendre des copies en les proposant à moitié prix. S'il est concevable de s'échanger entre particuliers désargentés ce genre de chose dans la mesure où toutes ces numérisations ont toujours été faites à l'insu des propriétaires, des facteurs, des techniciens conseils et des DRAC, un tel commerce dépasse les bornes et Chalaux en collaborant aux manigances de Munoz s'est une fois de plus, tiré une balle dans le pied !  

Il reste donc à "solutionner" le cas de Munoz qui est devenu un personnage terriblement malfaisant puisqu'il est bien responsable d'un truandage qui fait que trois beaux instruments de notre patrimoine ont été vendus par lui à un parasite tchèque sans qu'il n'en résulte la moindre contrepartie pour la communauté organistique. Le cas de St Omer est un peu différent mais s'il existerait un contrat on ignore ce qu'il contient, et de toutes façons, il est donc révisable car il y a eu tromperie puisque l'on a argué d'un avantage pédagogique.

Je ne peux pas croire que Munoz ait agi de façon désintéressée puisque je dispose d'aveux de la part de Chalaux qui mentionne des "contreparties" et j'ai fini par comprendre qu'elles n'ont jamais concerné que le trio. Mais en y réfléchissant bien il est possible que Chalaux, en m'informant du projet, ait signé là sa disgrâce auprès de Munoz en vendant la mèche à un personnage connu pour être un empêcheur de tourner en rond. Il n'est donc pas sûr qu'au final mon informateur aura retiré un bénéfice de toute cette combinaison maffieuse.

Comment rattraper la mayonnaise ?

Mettons les choses au net. Les Maires ont au mieux donné un accord verbal mais n'ont pas pris la précaution de faire signer un contrat comportant des contreparties. En fait l'accord est inexistant. Si Machetel le Maire de Saint Guilhem tient sa promesse de confirmer l'accord verbal par écrit au bénéfice de Munoz, étant informé de l'aliénation, il s'en rendrait complice s'exposant ainsi à deux chefs d'accusation, d'une part un faux en écriture et complicité de ladite aliénation et cela peut aller très loin d'autant plus que la première étape peut se dérouler devant le Tribunal Administratif qui cassera forcément l'acte administratif. Ensuite on peut aller au pénal.

Normalement l'organiste devrait être limogé et en tout état de cause au moins blâmé publiquement. Le problème est qu'il est un acteur important de l'animation organistique du secteur. Je comprends fort bien qu'on ne veuille pas s'en passer. Mais alors dans ce cas, il faut que Munoz et les Maires se gendarment pour exiger la mise à disposition d'une banque basique de qualité téléchargeable gratuitement en échange de la permission de commercialiser des banques sophistiquées.

Pour ce faire il faut que les ayant droit signifient à Zureck une interdiction de commercialisation des banques non parues et obtiennent un engagement aux conditions indiquées, à défaut de quoi il faudra requérir un jugement pour vol de l'image sonore de l'orgue et faire cueillir la fine équipe de Zureck à la frontière lors d'un prochain transport en France, en lançant un mandat d'arrêt. Il est difficile bien sûr d'obtenir un mandat international mais la publicité du jugement suffira à décourager toute récidive.

C'est le seul moyen équitable que l'on puisse trouver afin de pouvoir fermer les yeux sur la question du profit personnel tiré par ceux qui ont mené l'affaire. Si on obtient une contrepartie accessible à tous, l'éditeur a le droit de faire des cadeaux à partir du moment où l'opération est régulière.

J'ose espérer que les Maires en cause vont réaliser qu'ils ont fait une "boulette" gravissime et qu'ils ne peuvent plus laisser les organistes agir comme bon leur semble et doivent se rapprocher des techniciens conseils et des DRACs pour être conseillés correctement.  

Au point où nous en sommes, je pense qu'il serait sage d'interdire toute nouvelle numérisation d'un orgue connu pour son prestige. Il existe assez de banques des différentes esthétiques pour satisfaire tous les goûts et puisque les orgues français ont été pillés au mépris de toute espèce de code de bonne conduite, je tiens à la disposition de ceux qui en feront la demande convenablement motivée (étudiants, écoles de musique) d'une copie des banques françaises qui n'avaient pas encore été cryptées à la condition de me fournir un disque dur et de régler menus frais de copie et de port car ça prend beaucoup de temps (contrôle des CRC32 et MD5). Je ne tiens donc pas à être assailli... 

Rêve ou réalité ?

Après la reconstitution de la viole a clavier de Léonard de Vinci, instrument réel mu par commande informatique ou pure virtualité ? Étonnant et inquiétant à la fois...

Dominique Lacaud et ses banques de sons merdiques !

Oloron.jpgUn note datée du 31 janvier 2014 a fait l'objet d'une protestation de l'intéressé.

La banque jadis consacrée au Cavaillé Coll d'Oloron dont le titulaire est Jeff Ouilhon est une fumisterie. Lacaud n'a jamais mis les pieds dans cette ville et n'a donc pas pu numériser cet orgue. En plus la composition qu'il en donnait était fausse. L'intéressé prétendait avoir supprimé cette banque le 27 décembre alors qu'elle été enlevée sous la pression conjointe du titulaire et de votre serviteurs après le 31 juillet. En réalité elle n'a disparu qu'à moitié. Mon collègue vient de me signaler qu'on trouve encore un install.exe quelque part sur l'ancien site.

D'autre part il est exact que Lacaud a été soupçonné d'avoir "emprunté" des échantillons qui ne sont pas de lui mais je n'ai pas jugé utile d'enquêter sur cet aspect de la question.

Je maintiens ce que j'ai dit et je m'en tiens à l'essentiel : les banques proposées par cet auteur sont merdiques car de très mauvaises qualité. Elles sont gratuites certes mais je ne vois pas l'intérêt de multiplier ce genre de prestations qui ne sont que des reconstitutions virtuelles car les échantillons n'ont pas été réalisés sur les orgues dont il s'agit, leur provenance demeurant est inconnue. 

On peut se passer de ce genre de bricolages, il existe assez de banques de sons gratuites de qualité sans encombrer son "ordi" de ces cochonneries ! D'autre part je n'apprécie guère que le personnage ait fait intervenir un webmestre qui n'est autre que lui-même pour me menacer ! Avec moi, les tentatives d'intimidation ont plutôt tendance à produire des effets contraires à ceux qui sont recherchés. Qu'on se le dise !

11/12/2013

La "viola organistica" de Léonard de Vinci c'est incarnée...

L'instrument réalisé et présenté récemment par un pianiste polonais n'est pas à proprement parler une "première mondiale" mais cette initiative laisse augurer une relative multiplication de cet instrument.  

viola.jpgIl faut noter en effet qu'il a eu des précédents, à commencer par un exemplaire conservé au Musée instrumental de Bruxelles qui lui vient de la cathédrale de Tolède où il était resté en service assez longtemps.

Un japonais avait construit également un prototype assez fruste et limité en étendue.

L'instrument polonais ayant le mérite d'être tout à fait abouti et les instruments postérieurs à celui de Fra Raymondo Truchado daté de 1625 ne sont en fait que des sortes de copies car pour l'interprétation du manuscrit le terrain avait été passablement défriché.

Praetorius a publié l'image d'un Geigenwerk qui, la direction mise à part, n'est pas différent de l'exemplaire actuel dont on parle. Le constructeur polonais a du reste reproduit la pédale d'activation des cylindres tournants. Voir http://bachtrack.com/nov-2013-da-vinci-viola-organista

geigenwerk.jpg Leonardo3-EdoardoZanon-LeonardoDaVinci-Claviviola-Clavi-Viola-Organista-strumentiMusicali-prototipo.jpgIl existe une autre reconstitution inspirée de Léonard de Vinci :

http://it.wikipedia.org/wiki/Clavi-viola

18/05/2013

La seconde vie de mon clavecin Khlinkhamer

Clavecin.jpgJ'ai mis un terme à mes activités de facteur de clavecin en 2003 car la ville de Nice ayant repris le local commercial qu'elle m'avait alloué par un bail précaire (pour n'en rien faire, la fenêtre en a été murée bien que minue de barreaux ???) j'ai été bien aise de mettre fin aux soucis que m'avaient occasionnés cette activité particulièrement ingrate.

Cet instrument bien rodée pendant plusieurs années a bourlingué, il a même accompagné Pavarotti à la salle Garnier à Monte Carlo. Ce n'est pas ce qu'il afait de mieux, je revois toujours le personnage durant sa répétition suant le cou entouré d'une grande serviette de bain s'époumonant à chanter une aria baroque qui ne lui allait pas du tout. Cet instrument était plus à sa place avec l'ensemble de Jordi Savall, bref il a servi à de nombreux concerts de prestige et est même passé à France Musique à deux ou trois occasions.

Revenu à l'orgue mon premier instrument, j'ai donc résolu de m'en séparer après lui avoir refait une laque et des filets digne de lui car jusqu'alors sa robe était assez minable de près puisqu'il servait surtout dans des fosses d'orchestre. Les papiers flamands sont fait de simple photocopies sur une carte imitation parchemin, le tout recouvert d'un vernis à la gomme laque d'un bien meilleur effet que le papier que l'on vend fort cher...

L'instrument est arrivé à l'atelier en 1986 sous la forme d'une caisse nue, à corder. Il restait à percer le sommier, placer les registre, terminer les claviers (placage, finition, équilibrage), place les sautereaux (modifiés) et harmoniser. En fait le plus difficile car pour un ébéniste la caisse et la table ce n'est pas ce qu'il y a de plus difficile à faire quand on est bien outillé en machine. Il faut seulement savoir amincir la table et en écrouir les fibres aux endroits stratégiques. Je me souviens qu'une demi journée passé chez Alain Anselm et quelques échanges téléphonique m'ont permis d'obtenir la réponse à des questions restées en suspens. Enfin la taille des becs réclame une assez long exercise, il ne faut surtout pas les gratter.

Il a été acquis par Georgy Blagodatov claveciniste de Saint Péterbourg pour son ensemble Prattica terza. Il a voyagé au péril de sa vie dans une toute petite voiture mais est arrivé à bon port. A présent il joue sous les doigts et en compagnie des meilleurs interprêtes. Voici quelques unes de ses performances :

C'est le contrapunctus 14 de l'art de la fugue de j'inbcontournable J.S. Bach...

Vladimir Radchenko. Deux sonates pour clavecin Galuppi

Dommage qu'il ne soit pas parfaitement accordé dans l'aigu, les unissons ne sont pas parfaits,  ...

Vous trouverez les autres vidéos sur la chaîne de Dmitri Vologdin. cette chaîne est fort intéressante pour la musique baroque et on y voit du Molière en français avec la diction d'époque.

J'ai listé ci-après les liens correspondants :

Sonata Prima "La Bernabea" op. IV

И. С. Бах — Бранденбургский концерт №2

И. С. Бах — Бранденбургский концерт №3

Dommage que la prise de son soit assez mauvaise.... Et l'entourage bruyant... Comme au temps de la royauté française et l'on se souvient des affronts faits à Mozart par les dames qu'ils était censé divertir...

La suite avec la même interprête :

http://www.youtube.com/watch?v=dy_Ml87xo3k&list=UUpw_...

http://www.youtube.com/watch?v=7FDyyrmy4SQ&list=UUpw_...

Chez pas ce sont des partitas de Biber... La suite :

http://www.youtube.com/watch?v=IHj59V_logk&list=UUpw_...

http://www.youtube.com/watch?v=vV7UAIgl32U&list=UUpw_...

http://www.youtube.com/watch?v=yxWA3fGlo4s&list=UUpw_...

 

EARLYMUSIC 2009: Paolo Pandolfo & Maria Uspenskaya - J. S. Bach - Sonata

EARLYMUSIC 2009: Paolo Pandolfo & Maria Uspenskaya - M. Marais

2009 c'est l'année où il quitta le comté de Nice pour sa nouvelle patrie, je n'aurais pas pu rêver meilleure suite que cette nouvelle vie dans les plus prestigieux palais, églises et salles de concerts.

Quelques enregistrements de l'auteur de ce blog...

Mpouzon49.jpgJe n'ai pas conservé d'enregistrement de clavecin. D'une part le clavecin est un instrument très difficile à enregistrer et l'acoustique de l'atelier n'était pas le lieu idéal pour cela. Ensuite il faut dire que je ne connais rien de plus déprimant que d'enregistrer car on se trouve toujours des défauts.

A l'orgue, avec le système Hauptwerk, c'est nettement plus aisé car c'est du "direct to disk" et l'on n'a pas à se soucier des bruits parasites. J'ai des banques de clavecin, mais elles sont toujours plus décevantes que les banques de sons d'orgue qui font vraiment illusion. Les claviers d'orgues ne descendent pas assez bas ce qui limite à certaines pièces.

Enfin, on a absolument besoin du toucher mécanique d'un vrai clavecin alors que le toucher des bons claviers midi n'est pas du tout gênant pour un orgue tant la plupart des orgues sont mal réglés avec beaucoup de flexion. Je ne parle pas des machines Barker des orgues romantiques, pour un claveciniste c'est l'horreur absolue...

La photo ci-dessus a été prise il y a quelques années à l'abbatiale de Mouzon.C'est un orgue de Christophe Moucherel (comme celui d'Albi et de Cintegabelle) antiérement refait par Formentelli. Je dois à la vérité de dire que venant de St Michel en Thiérache où les anches sont d'époque mon co-équipier et moi-même avons été un peu déçu par les anches un peu "mates". Cela tiendrait paraît-il à la coupure des pavillons qui ne doivent être ni trop court ni trop long... Formentelli est l'auteur d'unpseudo Dom Bedos qui a été numérisé et qui paraît excellent.

Les enregistrements ci-après sont en mp3 ça implique une perte mais il ets impossible de charger des fichiers de plus de 2 mégas sur Free. Bref, ils emmerdent !

Musique du XVIème siècle

* Cette pièce de clavecin ou pour une régale réclame impérativement la technique et les doigtés anciens du type 3-2,3-2 etc... avec un poignet haut. Elle n'est éxécutable que sur un clavier très léger avec peu d'enfoncement. Elle est interprêtée ici sur l'orgue vénitien de Callido qui comporte des jeux coupés avec la Corneta te le Tromboncini à la m.d.. On a tout intérêt à ne s'occuper que de la régularité du rythme de la m.g. en laissant courir la droite. On a évidemment tendance toujours à faire l'inverse. C'est valable pour toute musique mais surtout pour les dances.

Musique anglaise

musique italienne - Andra Antico - Frottole

Musique française : Henri Dumont

Musique française : Jacques Boyvin

Autres versions :

Musique française : Nicolas de Grigny 

Musique allemande

04/11/2009

Générateur d'ODF pour MyOrgan

mod.jpg

Voyez le nouveau site et son manuel en pdf

http://fr.hauptwerk.free.fr 

Je signale l'existence d'un logiciel permettant la génération d'ODF pour MyOrgan ou Grand Orgue. Il ne coûte que 12 Euros et se trouve sur :

http://www.themysticorgan.com/

Une fois décompressé, copier les éléments du programme dans le répertoire contenant les séries d'échantillons de la banque concernée en reproduisant une architecture de répertoire identique à celle contenant les fichiers de démo du programme.

Lancer le programme, les jeux disponibles dans la banque sont listés à gauche. Vous pouvez les disposer et les renommer à votre guise. Idem pour les tirasses et les accouplements pour lequels je vous conseille d'adopter des intitulés tels POS/GO ou REC/GO en ne suivant pas les propositions du logiciel conçu en anglais.

Je regrette seulement que l'auteur ne se soit pas borné à une trentaine de combinaisons générales en offrant des combinaisons par claviers qui à mon sens sont inutiles mais cet agencement pourrait être corrigé aisément. Vous n'êtes pas obligé de programmer dans le détail chaque combinaison car vous pourrez les modifier sous MyOrgan. En revanche si vous repassez par le logiciel pour modifier l'ODF vous perdrez cette programmation.

Ce logiciel est limité quand au nombre de boutons mais dans la mesure où il servira a améliorer les ODFS originaux de banque de petites dimensions pour lequelles l'éditeur n'a pas proposé de boutons de combinaisons, ce n'est pas gênant. A noter que ce logiciel permet d'assigner à chaque jeu un degré d'intensité variable et donc d'agir sur les équilibres. Il est donc conseillé lorsqu'on décidera de refaire un ODF d'éditer le fichier texte et de reprendre les équilibres adoptés par l'éditeur quitte à les modifier dans un second temps.

09/10/2009

Nouveaux DVDs de PDFs (ORGUE - CLAVECIN)

pdf.jpgLa crise aidant les partitions papier se vendent très mal. Raison pour laquelle j'ai décidé de publier sous forme de pdfs les archives dont nous disposons. Sont disponibles les nouveaux DVDs suivants :

1) CLAVECIN - ORGUES - Fac simile d'ouvrages gravés dont une bonne partie de l'Ecole française

2) ORGUE - HARMONIUM (nombreuses anthologies de pièces assez faciles + BATTMANN et LEFEBURE-WELY)

3) PATRIMOINE ET MEMOIRE DE L'ORGUE - Les 6 volumes sont maintenant disponibles sur CD.

En préparation :

DVD - ORGUE ROMANTIQUE

Soit des milliers de pages de musique à un prix défiant toute concurrence dont une bonne partie sont introuvables sur les sites gratuits...

Rendez-vous pour le détail du contenu sur http://musicreprints.free.fr/Boutique/

Cliquer en haut à gauche, dans le vert, sur "Collections sur DVD" et sur "Patrinoine et Mémoire de l'Orgue".

15:58 Publié dans Boutique | Lien permanent | Commentaires (0)

21/03/2009

Le logiciel Berlioz (gravure musicale) est devenu gratuit !

Berlioz_.gifLe logiciel de gravure intitulé Berlioz est téléchargeable gratuitement.

Voir http://www.berlioz.tm.fr/prix.html

Il existe en 2 versions Mac et PC, la première étant la plus évoluée. Son auteur, Dominique Montel, chercher des volontaire pour un portage de la version Mac sous Windows.

Souhaitons lui de réussir car c'est le seul logiciel au monde à avoir été conçu selon la logique d'un graveur traditionnel. Malheureusement, les "usines à gaz" que sont Finale et à présent Sibelius l'ont tué, ce qui explique que son concepteur ait jeté l'éponge. Ses déboires (Berlioz n'étant utilisé que par de rares éditeurs tels le Centre de Musique Baroque de Versailles) le caractère de l'auteur avait fini par s'en ressentir ce qui ne pouvait guère arranger les choses.

Ceci démontre une fois de plus qu'il ne suffit pas de concevoir un produit intelligent pour l'imposer car le succès d'un logiciel de traitement de texte comme de gravure dépend des possibilités d'échanges de fichiers. Cela signifie que si des millions d'imbéciles ont opté pour le logiciel le plus mal foutu, celui qui veut se mettre à la gravure se trouve obligé de suivre le mouvement sauf cas particuliers. En l'occurence seuls les éditeurs qui ont encore à leur service des graveurs en interne peuvent se permettre de déroger...

Malheureusement et en ce qui me concerne, je crains d'avoir renoncé pour toujours à la gravure car les partitions que l'on peut éditer ne se vendent plus et beaucoup sont devenues gratuites. Néanmoins, je signale la chose et ne peut qu'encourager ceux qui voudraient graver leurs partitions à opter pour Berlioz.

 

09/11/2007

L'énigme du mesurage de Louis Couperin (pièces d'orgue)

4429b8bb192869e81c4f33b78da8796c.jpgLe volume des pièces d'orgue du manuscrit Oldham poublié par l'Oiseau Lyre monégasque contient des pièces qui incitent à se gratter la tête. Pour de multiples raisons d'abord parce que ces pièces ne ressemble pas aux pièces de clavecin du même auteur. Il n'est donc pas étonnant qu'on ait élevé des doutes sur la paternité de l'une ou l'autre série en avançant la thèse qu'elles pourraient bien être de deux Couperin différents.

Il y a bien un problème car les pièces d'orgue dont on parle ne ressemblent à rien de connu. Elles sont certes assez françaises par certains côtés mais aucun autre organiste n'a écrit quelque chose qui s'en rapprocherait.

On s'est posé la question de savoir pourquoi le smesures de Couperin sont souvent inégales. Il y a deux réponses possibles: où bien il s'agit d'un barrage approximatif car on sort d'une époque qui méconnaissait les barres de mesures où ces inégalités ont une signification et l'on doit en tenir compte dans l'interprétation. Mais très franchement, je n'y crois guère car après avoir cherché et cela fait au moins 3 ans que je me pose des questions je n'ai pas trouvé de réponse certaine.

J'ai questionné une élève de Chapuis avec qui j'ai pris quelques leçons durant un été. Ca m'a énormément aidé pour les articulations et bien qu'elle ne m'ait point donné de directive magistrale, j'ai pu établir une liste de principies qui déterminent les bonnes articulations. Quant à la question posée on m'a répondu qu'il y aurait dans certains cas 2 interprétations possibles. Une lente et une rapide...

Prenons un exemple précis : la Fantaisie n° 24 p. 38. Le thème apparaît à nu sur 2 mesures contenant 4 blanches. On est donc tenté de compter à la brève (notre blanche) mais à partir de la 3ème mesure on n'a plus que 4 noires par messures et ça coïnce. Si la brève est l'unité de tactus, c'est la croche qui est inégalisée et non la double. Non seulement les barres exédentaires, dans cette perspective, gênent la lecture mais je me demande si c'est vraiment possible d'inégaliser les croches et de considérer les doubles comme purement ornementales. Ca l'est sans doute mais àa n'est pas aisé pour diverses raisons, e tparticulièrement quand des croches sont superposées à des doubles.  En revanche, si on décide de compter à la noire çà marche très bien. La seule difficulté concerne l'intonation du thème car il faut faire le rapprot entre la pulsation des petites mesure et l'énonciation (qui paraît trop lente) du thème dans les 2 mesures initiales.

Je ne sais pas comment les interprêtes ont résolu ce problème et je n'ai même pas écouté en entier la version de David Moroney car elle me barbe littéralement. Du reste j'ai appris que lorsqu'il a donné l'intégrale en concert à St Michel en Thiérache beaucoup de m'élomanes qui étaient venus de Paris sont sortis avant la fin...

On doit à la vérité de dire qu'indépendamment du genre d'énigme que je viens de mentionner, et qui est réelle pour quelques pièces, cette musique est très dense et assez sombre. La rendre intéressante pour l'auditeur est réellement une performance et je connais beaucoup de d'organistes qui se refusent à la jouer car ils trouvent cette musique "chiante". Or elle est très inventive, du moins elle l'était pour l'époque. Quand je dis qu'elle est assez "sombre", il faut comprendre que le XVII ème a baigné dans un climat de "jansénisme" et que cela a provoqué un excès de gravité. Je constate pour ma part qu'il est des moments où je ne peux pas jouer cette musique, elle aggrave mes tendances mélancoliques. Ce n'est pas un problème de technique, je l'ai travaillée tout un été avec une élève de Chapuis qui m'a apporté énormément mais il m'a fallu du temps pour l'assimiler...  Au siècle suivant, complet renversement de plus en plus "frivole". Je suis d'accord avec certains musiciens lorsqu'ils disent que Mozart c'est de la merde en dentelles... Il y a quelques œuvres exceptionnelles mais la musique dite "galante" est ce que je déteste le plus. C'est l'époque où des "femmes savantes" tenaient salon, rien de plus vain et de plus vil que ce "cirque" où des mâles empanachés faisaient la cour à ces bonnes femmes qui se prenaient pour des stars. Cela dit ce "détraquement" a commencé au XII et XIIIème siècle avec l'invention de l'amour courtois qui préparait le lointain l'avènement des amazones et des "gouines" revanchardes à la Caroline Fourest, des connes au langage vulgaire, bref les femmes "normales" c'est-à-dire qui s'assument sans se sentir obligées de singer la "virilité" sont une espèce en voie de disparition. Enfin passons... 

Une des pièces les plus difficiles est sans doute la Fantaisie des duretez. Je la maîtrise parfaitement du point de vue technique sans le concours du pédalier (beaucoup de positions chez Louis Couperin sont très écartées et parfois impossible à toucher sans le pédalier ce qui pose le problème de savoir où il est cohérent de s'en servir...). Ce n'est point que son chromatisme en mésotonique soit choquant mais il est difficile d'arriver à la fin des 2 pages sans caler en route. Il m'a fallu beaucoup de recul pour l'assimiler, la dominer et la jouer d'une seule traite sans être saisi par l'ennui.

Pour en finir avec le genre de l'énigme de mesurage. Je propose de considérer la Fantaisie n° 27. On a 4 blanches par mesure du début à la fin. La croche est inéglisée sans nul doute. Et si on y réfléchit bien en récrivant cette pièce à raison d'une noire au lieu d'une croche par battement, on se retrouve exactement dna sle cas de figure de la fantaisie n° 24, à savoir que si l'éinégalisation des double spouvait paraître un peut "chinoise", voire artificelle, la comparaison des deux cas de figure montre que c'est probablement la solution la plus naturelle. En vérité je ne crois guère à l'existence de 36 solutions pour une même pièce et je demande à entendre la  pièce n° 24 pensée avec des croches inégales. Il est des organistes très habiles.

Si ce genre de rubrique intéresse, voici les corrections qu'il faut apporter à la rytmique des thèmes de la Fugue n° 11 p. 16. J'ai noté une faute manifeste dans le ms qui n'a pas été corrigée (seconde page, 1er système, mesure 3 ré do do ré mi au lieu de ré do ré mi fa qui n'a aucun sens...).

En fait il y a peu de chose à dire et voici le secret pou bien éxécuter cette pièce à savoir que le thème lorsqu'il apparait sous la forme ré do ré mi dans toutes ses transpositions doit être franchement inégalisé ce qui implique un subtil décalage d ela première note de cette figure par rapport aux voies qui l'enserrent.

Pour la première mesure d'introduction, le fa de fa mi fa sol est une formule dasns laquelle le premier fa n'est pas une croche mais bien une double inégalisée. Donc quand on arrive à l'entrée de Sib sol Sib la c'est le même cas de figure. Le premier Si b est doublement décalé par rapport au ré de la voix inférieure parce qu'il est une double et de plus elle est inégalisée. A dire vrai le thème tel qu'il est écrit est un non sens. Et le principe énoncé doit être appliqué à toute la pièce. C'est alors qu'elle prend un tour bien différent car telle qu'elle est écrite elle est complètement brouillée... j'aoute que la confirmation de ma thèse d'une écriture négligée se trouve dans la pièce elle-même puisque dans la suite la note initiale du thème ou de ses imitations est une double...

Je peux fournir les pages en pdf à ceux qui n'ont pas l'édition et veulent se pencher sur ces cas de figure. Il suffit de les demander...

18/06/2007

Relations avec les bibliothèques

medium_bibli.jpgLa recherche d'originaux dans les bibliothèques françaises du moins se heurte à toutes sortes d'embûches. Voici quelques cas de figure :

Bibliothèque nationale : si les choses n'ont pas changé, il faut justifier de recherches pour entrer au département de la musique donc d'appuis. Après il y a le coût des copies et les restrictions et complications traditionnelles opposées avec plus ou moins de bonne foi . A noter que j'ai signalé à sa direction un cas d'abus de numérisation présente sur Gallica et j'attends toujours un simple accusé de réception. J'ai téléphoné un jour vers 16 heures 30 avant d'envoyer un mail. La standardiste n'a même pas pu me passer le service juridique. Elle a pédalé dans la choucroute. Finalement on m'a passé le dépôt légal qui s'est surtout préoccupé de savoir si j'ai bien déposé mes éditions. or je connais bien ma législation et on n'est pas tenu à un dépôt quand on tire à la demande et qu'on n'a aucun stock. Dont je déposerai sous le régime du "don" et selon mon bon plaisir car je considère la plupart des bibliothèque de France comme de véritables cimetières. Certes les sépultures sont soignées et les reliques bien entretenus mais leur aura spirituelle ne risquent pas d'atteindre et de convertir les foules. Dans ces conditions... Pour ce qu'il en est du coup de fil, j'ai fini par toucher un magazinier très sympathique qui faisait des heures supplémentaires non payées (et non défiscalisées). Il ne devait plus être très jeune car il m'a indiqué tous les contacts utiles avec leur numéros directs. Mais je n'ai pas insisté. A quoi bon ! 

Fonds musicaux squattés occultement par des particuliers ou institutions : ce cas est celui d'une célèbre bibliothèque provençale fondée par un évêque. La partie du fonds qui nous intéresse n'a pas été inventoriée, du moins officiellement. Il existe un fichier manuel auquel les visiteurs n'ont pas accès. Les tentatives menées par une association officielle afin d'en publier le catalogue semblent s'être heurtées à un mur bien qu'elle se soit entourée des conseils d'un avocat.  Il fut une époque où l'on pouvait consulter librement tel manuscrit de Bach entre des écoliers lisant des Tintins. Mais cette heureuse époque est révolue. Deux conservateurs ont suivi. Une vielle demoiselle avec qui j'ai eu d'excellents rapports parce qu'à l'époque je ne m'intéressais pas encore à certains domaines réservés. deux musicologues locaux s'étaient arrangés avec elle pour avoir l'exclusivité d'une partie du fonds et il n'en est pas sorti grand chose car le reprinter qui s'était arrogé l'exploitation sans partage du fonds lyrique n'a pas tenu ses promesses à l'égard des souscripteurs. En fait la situation est bloquée il ne paraîtra rien de nouveau de ce côté car le principal acteur de la firme se trouve 6 pieds sous terre et sa veuve et sa fille vivent confortablement du catalogue existant. Un nouveau conservateur est en place mais d'après certaines rumeurs qui sont à confirmer la gestion du fonds en question aurait été délégué à une association de droit privé quasi parisienne. Donc on en est toujours au même point et une lettre recommandé posant diverses questions est demeurée sans réponse. Fort heureusement par le passé plusieurs collègues ont pu photocopier de nombreux ouvrages ce qui pour l'instant me dispense de déclencher une offensive judicaire en bonne et due forme. J'ajoute que l'évolution d ela jurisprudence sur l'article 544, si elle a des inconvénients fait bien mon affaire puisqu'elle va permettre d'exploiter l'image d'ouvrages appartenant à des fonds publics sans que le propriétaire de l'original ne puisse invoquer un trouble. Bien au contraire ces fonds sont dans l'incapacité de faire servir leurs richesses au bien commun ! Dans ces conditions il faut s'attendre un jour ou l'autre à quelques surprises...

Fonds musicaux difficilement accessibles fautes de crédit de fonctionnement : Un cas typique est celui de la Bibliothèque humaniste de Sélestat qui détient le fonds Voegli. Le peu de personnel disponible est occupé par l'accueil. Le répertorisation informatique du catalogue manuel est en rade. On y affecte de temps en temps un stagiaire et ça n'avance pas. Résultat il faut aller sur place pour connaitre la composition du fonds. Heureusement, c'est l'un des rares endroits où l'on consent à faire encore des photocopies. J'ai proposé en échange de photocopie de la partie "partitions de claviers" de créer le fichier. J'attends...

Refus de photocopies, imposition de photos numériques et droits exhorbitants : La tendance est à proposer en lieu et place des photocopies des photos numériques. Cela évite le risque d'abimer le document. C'est plus rapide et ça coûte sensiblement moins cher. Mais voilà ! Il y a un hic insurmontable !! Les appareils numériques ne font pas de clichés au trait mais uniquement de la couleur qu'on peut réduire à des niveaux de gris d'où impossibilité d'éliminer le fond d'où comme conséquence mauvaise lisibilité et consommation excessive de toner à l'impression !!! Mais ce n'est pas tout, la profondeur de champ est très limitée. Soit les parties situées sur les bosses du papier sont nettes et les parties en creux floues, soit l'inverse. En plus on photographie au flash frontal et le résultat est une surexposition centrale avec des bords de pages plus sombres. Par dessus le marché dès qu'il est quesiton de reproduction on prétend imposer un droit de 30 euros par page reproduite ! Soit beaucoup plus que la BN qui facture 41 euros avec réduction de 90% en dessous d'un certain tirage. Un cas typique à cet égard est celui de la BM de Saint Brieuc qui détient des oeuvres de Charles Collin. L'un des conservateurs est parfaitement conscient de ce que j'avance et s'il ne tenait qu'à lui il me ferait mes photocopies car il a reçu l'assurance de disposer de plusieurs exemplaires de reprints. Mais vil a au dessus de lui, c'est-à-dire au sein de l'administration municipale je ne sais quel technocrate routinier et rigide qui s'imagine sans doute être un fonctionnaire de l'ancienne administration soviétique imbu de planification aveugle... Sans doute faudra t-il dégoter le nom de cet ..... et lui rentrer dans le lard pour l'amener à la raison. Pour l'instant j'ai trouvé de bonne raisons de n'en rien faire car j'ai pu trouver par mes propres moyens les deux ouvrages du compositeurs qui m'intéressent mais un jour qui ne sera pas fait comme un autre je risque de piquer une Sainte Colère et ce jour là ça fera mal et même très très mal ! ceci est donc un avertissement sans frais !

Il y a sans doute d'autres cas typiques et je compléterai cette note à l'occasion. En attendant j'invite tous ceux qui éprouvent des difficultés d'accès à certains fonds à se rapprocher de votre serviteur et je leur fournirai le cas échéant la méthode et les arguments pour faire sauter les blocages. Malheureusement, De Gaulle n'avait pas tort en affirmant que les français sont des veaux et ceux qui détiennent une parcelle de pouvoir le savent mieux que personne. Mais il arrive que les veaux se transforment en taureaux furieux et quand ça charge ces bêtes là, ça peut faire des dégâts.

 

17/06/2007

Propriété intellectuelle - actualisation

medium_justice_1_.2.jpgL'article consacré aux questions de droit de propriété intellectuelle en relation avec la musique et spécialement l'édition musicale est dans sa forme quasiment définitive. Voir directement sur le site

http://musicreprints.free.fr/propriete_intellectuelle.html

 

 

 

medium_tribunal.jpgProtéger son travail lorsqu'il comporte une partie servile (comme de simple scans) est devenu une gageure. C'est ainsi que j'ai découvert qu'un individu à qui j'avais vendu un CD en a proposé des copies sur Princeminister. pris sur le fait il a nié la faute sous prétexte que le CD comprenait des oeuvres du domaine public.

A propos de l'article 544 : Cet incident m'a déterminé a tirer au clair certaine thèse fondée sur le droit à l'image dérivé de l'article 544 du Code Civil sur la propriété ordinaire. Entretenant de bonnes relations avec les Editions Leduc chez qui j'aurai pu publier mon livre sur le tempérament si j'avais été moins pressé, j'ai ainsi obtenu les coordonnées de Maître Jean Castelain qui est un des actuels spécialistes en propriété intellectuelle sur la place de Paris.

Me fondant sur la pratique des musées et bibliothèques qui sont censer justifier la perception de droits pour l'exploitation d'images d'oeuvres conservés dans leurs fonds (gravures, manuscrits, oeuvres picturales, partitions musicales) quand bien même elles seraient tombées dans le domaine public, j'avais imaginé d'en appliquer le principe à une collection de numérisations ainsi qu'au reprints. 

Quand je dis "censer justifier" cela veut dire qu'il s'agit d'une déduction complètement extérieure car les discussions qu'ont peut avoir avec certains conservateurs démontrent qu'ils appliquent une routine en confondant le principe évoqué avec un droit d'auteur comme on a pu le voir sur le site de Gallica.

les droits dérivés de l'article 544 permettent en particulier au Musées de protéger la commercialisation de reproductions de tableaux sous diverses formes. Dans ces conditions, lorsque je fais un scan, cette numérisaiton m'est particulière et je peux prouver aisément au pixel près que j'en suis bien l'auteur. Ce travail m'appartient et personne n'est en droit de se l'approprier.

Dérive doctrinale de la Cour de Cassation : Il m'a été répondu en substance que si ma thèse fut, à une certaine époque justifiée, l'évolution de la jurisprudence a tendu à restreindre la protection de l'image d'un bien par un tiers aux seuls cas ou cette utilisation cause un "trouble anormal" au propriétaire du bien. Ce trouble s'appréciant sur le modèle des troubles dits de voisinages (assemblée pleinière du 7 mais 2004). En conséquence l'utilisation commerciale de l'image du bien d'autrui n'est plus condamnée systématiquement par principe instituant je cite : une présomption d'absence de préjudice subi par le propriétaire du bien représenté.

Cette évolution, ainsi que je l'ai noté dans le projet de refonte de mon article sur la propriété intellectuelle, constitue, de mon point de vue, une sorte de perversion et d'extension abusive de la fameuse présomption d'innocence dont on parle en matière pénale. Elle n'est point sans me rappeller l'apparition, dans le fameux catéchisme de l'Eglise Catholique de récente mouture, d'une théorie de la destination universelle des biens. Théorie qui n'est rien d'autre que du "crypto-marxisme". On a insinué pour l'occasion qu'elle viendrait des Pères de l'Eglise, ce qui est un double mensonge car la dénomination n'existe nulle part dans la patristique. En outre, si une notion ancienne qui parait lui ressembler existe bien quelque part, il faut la chercher non point dans la tradition chrétienne mais dans la morale romaine. Il s'agit en fait du concept de "bien public" impliquant dans la perspective en cause le recherche d'une certaine économie. Les attributs du droit de propriété à la romaine que sont l'usus, le fructus et l'abus constituent en fait une extrapolation assez tardive qui s'est cristallée au XVIIème siècle et a été absolutisée au XIXème sous la restauration. Et c'est bien au troisième attribut (qui n'était guère concevable dans l'esprit de la Rome historique) que la jurisprudence contemporaine entend s'opposer mais elle s'y est fort mal prise comme à l'accoutumée...

Effets positifs des dérives perverses : Toutefois, cette évolution quoique fautive par certains côtés présente des conséquences fort intéressantes en ce sens qu'une bibliothèque ou un Musée ne pourra plus guère poursuivre un lecteur qui, ayant obtenu une copie d'un ouvrage du domaine public, le reproduirait contre espèce sonnantes et trébuchantes. Comme il est aisé de prouver qu'on ne peut faire fortune par ce moyen (sauf à s'appeler M. et Cie...), un juge pourra toujours considérer que loin de porter tort au propriétaire de l'ouvrage puisqu'il se trouve en général incapable de faire frustifier son fonds, une telle pratique est à encourager puisqu'elle permettrait à certains de ces ouvrages de retrouver une audience.

La théorie du parasitage et ses limites : Si l'article 544 ne peut guère être invoqué que d'une manière théorie et historique, l'article 1382 permet de poursuivre pour cause de parasitisme et de concurrence déloyale les personnes indélicates qui en s'emparant du labeur d'autrui en tireraient un bénéfice. Ceci a pour conséquence que si même un ouvrage est dans le domaine public, si son éditeur d'origine continue de l'exploiter, la moindre des corrections consiste à s'abstenir de le gêner. A moins que profitant d'une exclusivité de fait, il ne vend l'ouvrage à un prix prohibitif. En fait ce sont là des règles pratiques que tout individu foncièrement honnête peut élaborer empiriquement sans avoir à consulter les codes.

De la myopie des "nouveaux juristes": Ce qui est scandaleux en l'occurence c'est que le tapage fait autour des problème de propriété intellectuelle soit parvenu à faire complètement oublier des limites qu'une simple décence impose. or l'individu qui m'a parasité sur Priceminister prétend être un juriste. En fait ce garçon est d'une parfaite bonne foi à ceci prêt que la mentalité ambiante qui règne est tellement et si foncièrement corrompue d'une sorte de vice public qu'on en arrive, chez les juristes, à voir apparaître une parfaite myopie intellectuelle confiant au crime organisé.

Il faut regretter que l'article 1382 n'implique aucune conséquence pénale. Il est donc difficile d'envisager des ripostes susceptible de moraliser les abus. La théorie du parasitisme est donc limitée raison pour laquelle la solution consisterait à présenter les numérisations de partitions anciennes sous la forme de base de données afin de bénéficier recours au pénal. Cela suppose une mise en forme spécifique du produit qui nécessite de gros moyens. Mais même dans ce cas je ne suis pas sûr que cela puisse être une proteciton efficace. La protection s'applique aux éléments constituant la base de données encore faut-il pouvoir prouver qu'elle en dérive.

Quoiqu'il en soit, à partir du moyen où les abus peuvent survenir en n'importe quel endroit de la planète, il devient impossible de les réfréner.

Si l'on tire les conséquences ultimes de ce qui précède, on s'aperçoit que seule une grosse firme interrnationale pourrait mener à bien le projet initial de Musicreprints qui était de constituer un corpus de la musique de clavier du domaine public. Mais cela n'arrivera pas car les moyens à mettre en oeuvre pour que le produit soit exhaustifs sont disproportionnés avec les retombées qu'on peut en attendre. L'exploitation supra-nationale de la répertorisation des fonds musicaux publics et privés (RISM) semble infiniment plus juteuse, une partie du travail de répertorisation étant assumée locale par des deniers publics de façon directe ou indirecte.  

Parade pratique : Le vente de partitions numérisées n'est plus guère praticable et il y a saturation. Les prix chutent et les vendeurs se recopient mutuellement des compilations ou je retrouve des fichiers qui étaient sur mon site (avec ou sans mention d'origine). Je me suis donc limité aux Archives des Maîtres de l'Orgue accompagnée de plusieurs intégrales vendues à un prix dérisoire.

Le marquage des pdfs ne constitue pas une sécurité absolue. Il ne devient un obstacle que lorsqu'il faut enlever plusieurs mentions sur des centaines de pages. Les jeunes qui compilent leurs larcins sur des sites plus ou moins spécialisés ne sont pas assez désintéressés pour nettoyer des gros fichiers avant remise en circulation. Mais l'opération de marquage, en dépit de l'existence de logiciels spécialisés est une opération manuelle très lourde impliquant du reste des limites au détriment de la qualité d'impression.

C'est la raison pour laquelle, nous nous sommes rabattus sur l'édition papier traditionnelle en dépit des limites (paginaiton limitée, frais d'expédition). Les opérations de redressement de simages scannées impliquant de travailler sur des fichiers convertis en niveaux de gris pour éviter les perte de substance des lignes des systèmes, il en résulte à l'impression un léger tramage qui non seulement individualise l'édition engendre lors d'un scannage ultérieur une perte sensible de qualité puisque l'image se trouve être vidée des demi teintes...

Je regrette d'avoir du renoncer à communiquer des fichiers numérisés sauf cas exceptionnels et au final je ne suis pas fâché d'avoir trouvé le moyen de jouer un bon tour à ces parasites qui compilent sur leurs sites avec ou sans infraction des fichiers plus ou moins miteux qu'on trouve un peu partout. Au moins ils ne seront pas tentés de scanner ce que nous éditons car pour les raisons susdites, il n'en résulterait que de la cochonnerie au plan graphique. Ce qui m'amuse c'est d'être parvenu à se résultat sans le vouloir puisque c'est l'amélioration des numérisations qui était principalement visée.

Est-il besoin d'ajouter que si on trouve bien des choses sur la Toile nous avons tout de même une bonne longueur d'avance quand aux ouvrages que nous sommes seuls à pouvoir proposer. Quand à ceux que nous avons pu récupérer nous les avons améliorés et souvent complétés... Qu'on se le dise !