Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2019

Célibat des prêtres, place des femmes: les chiffons rouges d'un synode sur l'Amazonie...

amazonie.jpg

Puisqu'il a été question, dans des précédents post d'une question de moeurs qui fait encore problème, voici un sujet religieux qui constitue une belle occasion de mettre les pendules à l'heure dans ce même domaine et, puisque votre serviteur se trouve être un assez fin connaisseur des traditions religieuses, et de la chrétienne en particulier, c'est l'occasion ou jamais de clarifier certaines choses. C'est absolument nécessaire quand on a vu un prélat confondre le "mariage des prêtres" (non canonique) avec l'ordination d'hommes mariés.

Voir pour commencer cet article dont j'ai emprunté la photo.

Le retour à l'ordination d'hommes préalablement mariés serait une excellente chose

Oui sauf que si ce fut la tradition et qu'elle reste la règle au sein de l'orthodoxie, il existe des obstacles dont il faut avoir consciente.

C'est au concile d'Elvire (305 ou 306) que, pour la première fois, on a voulu imposer l'abstinence sexuelle aux prêtres séculiers. c'est-à-dire aux prêtres en relation directe avec les fidèles contrairement aux moines du clergé dit "régulier" car soumis à une règle plus ou moins draconienne.

Sauf que ce "météore" a mis plusieurs siècles pour s'incarner.

C'est en 1139, que l'on met les bouchées doubles, le second concile de Latran énonce par une nouvelle loi que seuls les célibataires peuvent devenir prêtres. Et le concile de Trente en 1545 valide. Et condamne ! «Celui qui dit que l'état conjugal est préférable à l'état de virginité et de célibat, qu'il soit anathème».

Si ma mémoire est bonne c'est à la même époque et dans les mêmes condition que le mariage chrétien a été formulé. Auparavant, les curés se bornaient a bénir la couche des futurs époux et les fiançailles quoique rituel purement profane étaient pour ainsi dire "sacrées".

L'obligation du célibat n'a fait que susciter des illusions chez certains "sodomites"

Au moyen âge on ne peut pas parler d'homosexuels. Le terme date du XIXème. "Pédé" ne convient pas davantage.

Cela dit il faut nuancer ! Chaque famille huppée se devait de fournir un fils à l'Eglise. Nécessité faisant loi, certains se sont "convertis" avec plus ou moins de réticence. Toujours est-il que plus tard, passé le moyen-âge soit à l'époque où l'église a du tabler essentiellement sur des vocations, il est clair que beaucoup d'hommes se sentant élus se sont abusés. Constant leur peu d'intérêt envers les femmes, ils se sont abusés et au contact d'un milieu exclusivement masculin et de la relative promiscuité des séminaires, ont souvent découvert leur véritable nature.

Toutefois en lisant Sodoma le livre de Martel, je me suis rendu compte qu'à une époque plus récente, beaucoup de jeunes de bonne famille ont vu dans le célibat ecclésiastique un moyen d'échapper à des mariages plus ou moins arrangés et ils ne fait plus aucun doute qu'un certain nombre ont vu là un bonne occasion d'assumer des penchants dont ils étaient plus ou moins conscients. Cela dit cela n'en a pas fait pour autant des "pédophiles"... Je rappelle que dans ce domaine on a tendance, dès qu'il est question de mineurs à parler à tort et à travers de "pédophilie", terme qui ne convient que pour des garçons franchement impubères. Dès qu'on sort de ce cadre il s'agit en fait de "pédérastie" et l'on retombe empiriquement sur le modèle grec et en réalité un modèle qui a toujours été en honneur dans les castes guerrières. Voir les dires des historiens antiques à propos de nos ancêtres les Gaulois.

Cela dit est pour simplifier, je suis tout-à-fait d'accord avec un certain cardinal pour dire que c'est bien un problème d'homosexualité. Du moins majoritairement, il y a certes des curés qui aiment les "petites filles" mais c'est plus rare... Le seul problème est qu'il existe un interdit positif...

Serait-ce une hérésie que d'ordonner à nouveau des hommes mariés ?

Il n'y a guère que des prélats qui veulent camper sur le statu quo parce qu'il préfère la compagnie des jeunes hommes à celle de femmes qui peuvent s'insurger.

Les églises orthodoxes insistent pour que leurs prêtres séculiers prennent femmes avant l'ordination. Ce n'est pas une obligation absolue mais c'est vivement conseillé pour des raisons qui sont aisées à comprendre. On ne va pas aller se confesser à propos d'histoires de cul à des hommes qui, sur ce plan, doivent faire ceinture. De sorte qu'il est absolument interdit à des moines de confesser des laïques.

Il est clair que, si du côté romain, on avait conservé la pratique qui prévaut côté oriental, on n'aurait vu surgir les nombreux scandales à base d'abus sexuel  que l'on sait pour la simple raison que les "gays" éventuels n'auraient eu que le choix d'une voie purement monastique, où moyennant la clôture qui caractérise cet état, des dérapages n'eussent point été en situation de faire tâche. A ce propos, il faut encore s'en remettre à John Boswell et à son livre intitulé Christianisme tolérance sociale et homosexualité.

Les obstacles envers un retour à la pratique d'ordination d'hommes mariés

Le premier obstacle est une question de "pureté rituelle", soit une règle dérivée de celles imposée aux Lévites. A savoir, l'abstinence imposée dans la nuit précédant, côté chrétien, le saint sacrifice. Ce qui veut dire qu'à partir du moment où l'on déciderait de revenir à l'ancienne norme, il serait exclus d'imposer une messe quotidienne ! cela dit, je ,ne pense pas que cela puisse poser de véritable problème.

En revanche, il existe un obstacle dirimant et il est purement économique. Les fidèles se devraient de faire vivre non pas un homme mais sa famille, comme chez les protestants. Or vu l'état de faillite du denier du culte, il ne faut pas trop rêver. du moins sous nos latitudes tempérées. En Amazonie et dans le Tiers Monde, c'est tout à fait différent : il existe un sens communautaire qui permet d'assumer le coût de la chose.

Dernier obstacle et sans doute le plus considérable : si les prêtres séculiers viennent à prendre femmes avant d'être ordonnés, et bien les évêques n'auront plus la loi. Plus question de les occuper par une entreprise de "réunionite aiguë" comme il est de coutume.

Quant à l'objection selon laquelle un homme marié serait moins disponible qu'un célibataire, elle ne tient pas la route ! Comment font les médecins ? Je n'en connais aucun qui soit célibataire. Cela doit bien exister mais c'est assez rare !

Ce que craint l'arrière garde "intégriste"

Elle craint évidement la "contagion" mais c'est assez franchement dérisoire car il ne faut tout de même pas oublier que lorsque le Vatican intègre à son propre personnel des prêtres mariés avant d'avoir été ordonné, il leur conserve leur statut. Simplement la limite est qu'au sein de l'orthodoxie, un prêtre venant à être consacré évêque doit requérir l'autorisation de sa femme et cette dernière doit accepter d'entrer dans un couvent.

Le cirque auquel on assiste à propos d'un certain synode est chose dérisoire et ne passionne les foules que parce qu'on néglige de leur rappeler certains faits d'histoire.

Mon lectorat étant composé essentiellement d'organistes, cette mise au point à des chances d'être utile. Et je pense, pour ma part, que beaucoup de fidèles verraient d'un bon oeil le retour à la pratique des origines. Mais il faut le répéter, il existe plusieurs obstacles que je tiens pour insurmontables.

Que va décider le pape François ? Personnellement, je m'en moque, ce n'est pas mon affaire.

Quant à la liturgie, il faut raison garder, l'ancienne avait un peu trop le goût de l'opium et la nouvelle fait sauver les gens. Je laisse à chacun le soin de décider quant au fait de savoir si la situation actuelle n'est point par certains côtés, plus saine à condition de continuer à se poser certaines questions. Sauf que les vraies questions on les évite...

16/04/2019

Sinistre "synchronicité" : Le calvaire de Notre Dame a commencé le 1er jour de la semaine sainte...

notre dame de Paris.jpg

Notre-Dame de Paris est décapitée, l'édifice a perdu son toit, et personne ne peut croire que ceci serait le résultats d'un court-circuit.

Le major Nicole, trompettiste militaire (qu'un certain nombre de collègues organistes connaissent bien...) a repris la thèse d'un incendie aidé par le recours à de la thermite. Je ne vois pas le moyen de considérer cette thèse comme délirante car le déclenchement rapide et la fulgurance du départ de l'incendie sont choses suspectes. En revanche, les menaces de Putsch fulminées par le major sont ridicules et le personnage n'est pas crédible. Je le soupçonne du reste de s'être un peu "gonflé" pour la circonstances. Disons qu'il a un peu pété les plombs...

Quant à la santé du gros œuvre, il faudra attendre 4 mois vois un an pour être fixé et le ministre de la culture s'inquiète de ce que la fondation de France ait mis fin à sa collecte de dons tandis qu'un certains nombre de candidat ayant promis des subventions se sont récusés. Il n'est pas impossible en effet que l'estimation actuelle des travaux ait été sous estimée.

Enfin, on ne peut nier que cet incendie soit tombé à pic pour tenter sauver le candidats Macron qui devait s'exprimer ce soir là. Sans parler de l'existence de projets immobiliers faramineux pour l'ile de la Cité avec précisément des modifications envisagées pour la célèbre cathédrale.

Je ne parle pas des coïncidences ésotériques, trop nombreuses et trop flagrantes, voire kabbalistiques, pour n'avoir pas été calculées.

L'orgue mythique de Notre-Dame est sauvé

Enfin l'orgue de Notre-Dame est sauvé, rien n'a fondu, il est empoussiéré mais pas une goutte d'eau.

Notre cher camarade Serge Schoonbroodt est tout retourné. Ca lui rappelle les petits copains de la maîtrise, il a publié la photo représentant une partie du groupe pendant les funérailles de Mitterrand et visiblement ce n'est pas l'office en l'honneur de ce précurseur de Néron-Macron qui l'émeut. Pas difficile de deviner ce qui a provoqué ce flash back : je présume que si j'allais fureter dans sa bibliothèque j'y trouverai, plus ou moins caché derrière des partoches quelques œuvres remarquables d'un certain Roger et de son compère Montherlant, à moins que ses goûts n'aient évolué vers une littérature fantasmatique un peu moins angélique.

Caché ? En fait pas du tout ! Je savais, cela remonte à plusieurs années, qu'il avait été "outé" en tant qu'étant "homo" à propos d'un concert que j'avais situé dans le midi alors que cela concerne un festival organisé en Amérique du Sud. La nouveauté c'est que je viens d'apprendre en allant sur le compte "Face de Bouc" de Musicreprints qu'il a fait son "coming out" depuis un moment déjà, des posts venant de lui étant apparus sur mon "mur". Comme je ne vais sur ce réseau que toutes les morts d'évêque, voir d'archevêque, je n'étais pas du tout au courant qu'il était devenu militant de la cause au point de s'être fait débaptisée.

Je découvre ainsi qu'il appelle les 3 ans passés au sein de la maîtrise Notre-Dame sa "période bleue". La couleur n'est pas indifférente, c'est celle traditionnelle de la Vierge Marie mais c'est aussi celle que l'on attribue aux garçons : voir les codes concernant les dragées distribuées lors des baptêmes.

Je consacrerai un post à ce "coming out" car c'est l'occasion d'évoquer diverses questions d'actualité.

Le calvaire et la passion de Notre Dame commencent seulement...

Je ne goûte que modérément le catholicisme ses pompes et ses oeuvres quoique organiste titulaire d'une petite merveille française. Cependant la découverte du drame, après presque 48 heures de stationnement sur mon ordi pour boucler un travail important dont je voulais absolument terminer m'a consterné.

J'ai hurlé avant de sangloter... J'avais oeuvré tant de temps sans ressentir un atome de fatigue en ne prenant que le temps de boire et de pisser mais après avoir regardé quelque image j'ai halluciné...

Remis de cette émotion après une nuit de sommeil, je me dis que notre Néron national doit se frotter secrètement les mains. Il ne peut pas mettre ça sur le dos des "Gilles et John" mais en se présentant comme sauveur de "Nitre Dame" ça va au moins lui permettre de faire diversion.

Notez que c'est arrivé opportunément une paire d'heures avant le briefing prévu...

J'ai fait ailleurs une lecture ésotérique de l'horreur :  lundi 15 : le diable, mardi 16 tour foudroyée : un jour d'avance, mais bon l'instigateur est un grand stratège, il lui a fallu bousculer un peu le calendrier occulte...

Enfin les "gris gris" de l'archevêque de Paris distribués la veille sont manifestement inefficaces. On savait qu'ils protégeaient de tout sauf de la connerie mais à présent on est fixé sur leur efficacité quand à protéger du feu céleste et des incendies.

Pardonnez mon humour noir de circonstance.

Les tradis et leur émule vont bientôt nous dire que la fille aîné de l'Eglise a été frappée parce qu'elle a voté le "mariage pour tous". J'attends la suite car ce n'est peut-être même pas l'apothéose d'une série de sinistres remarquables qui promettaient dès le début de 2019 une année chaude et particulièrement explosive. Du reste, la série continue...

J'eusse préféré que l'accident arriva rue de Rivoli avec extraction des successeurs de la Pompadour par hélitreuillage (en mondiovision) mais au point où nous en sommes je ne suis pas sûr que l'on ait encore tout vu...

 
 
 

13/11/2014

Miracle à Lourdes ! On y apprend que les curés, nos patrons "se serrent les couilles", qui l'eut cru ?

J'ai reçu un lien vers cette vidéo d'un copain organiste qui a le chic pour dégoter des trucs marrants. En plus ça datait de 3 heures. Sait pas comment il fait !

Ca vaut le "lape suce" de Rachida Dati qui prenait l'inflation pour de la fellation...

La scène se passe à Lourdes dans la basilique St Pie X mais cela concernerait plutôt les séminaristes... Mais les bonnes habitudes étant aussi vivaces que les mauvaises... Si c'est un futur prêtre je crains que sa carrière ne soit compromise mais on pourrait aussi le promouvoir et employer son talent et l'entregent que l'on devine comme futur aumônier national des "cathogays". Il n'a pas une vilaine tête et pourrait ramener bien des brebis égarées dans le droit chemin de vertu....

http://www.linfo.re/magazine/insolite/655831-le-lapsus-ge...

J'ai tenu a vérifier l'authenticité de l'extrait, voici l'émission complète :

http://www.lejourduseigneur.com/Replay/Dimanche-dernier

Chose extraordinaire je voulais garder une copie de cette "boulette" historique dans son contexte mais DownloaHelper de Firefox marche pour toutes les vidéos mais pas avec l'original ci-dessus. On a du bloquer mais il est trop tard ou alors un petit malin a pu trouver une parade. Enfin on n'a pas censuré le passage en coupant le mot malheureux.

Une chose me choquera toujours dans les messes modernes à savoir que les gens prennent l'hostie dans la main et bouffe çà comme s'il s'agissait d'une pastille Pulmoll au lieu d'ouvrir le bec en s'agenouillant, ce qui me semblerait la moindre des politesses... Autres temps autres mœurs... Notez que n'importe quel bouddhiste même laïc se prosterne en entrant dans une pagode mais les Occidentaux sont trop imbus de leur personne pour en faire autant dans leurs églises...

Un lapsus révélateur

On dirait que le journaliste (manifestement d'un genre assez guilleret) attendait cette "boulette" avec délectation qui fait un peu désordre après les homélies portant sur les "lois inique de la République" : "Mariage pour tous" et Cie... Il est vrai que j'eusse préféré que l'on concocta une "union civile" à la mode anglaise plutôt que cette parodie grand guignolesque mais bon il y a des choses plus importantes à s'occuper : la confiscation de la création monétaire au bénéfice des banquiers depuis 1973, la menace de l'Islam du fait de la porosité de la fausse démocratie démagogique ambiante et j'en passe... L'excitation féministe indécente des "tribades" et aux "Carolines" en folie qui sont les véritables gagnantes de l'innovation et le reste..

Les lois iniques de la République

Ce qui m'étonne un peu, c'est qu'une bonne partie de la hiérarchie catholique n'ait pas encore digéré le PACS qui est avant tout un contrat de solidarité et on met ce que l'on veut dedans, on pourrait même se pacser sans vivre l'un sur l'autre et pour des raisons purement économiques. Enfin il existe un ancêtre au PACS, cela s'appelait contrat d'affrèrement, il était passé devant notaire et il servait à adopter une personne de même sexe ou de sexe différent, un enfant etc... La première mouture du Pacs s'en était inspirée sans le savoir qui n'a pas vu le jour et aurait permis de gérer les indivisions. Enfin ce contrat n'est tombée en désuétude en France qu'à la fin de l'Ancien régime. On a la mémoire courte.

Les français ont la mémoire courte

Voir : http://georgesvercin.wordpress.com/2012/11/18/laffreremen...

Je ne ferai pas de commentaires sur cette page, ça sort de nos préoccupations et je mentionnerai simplement que le livre de Boswell est assez problématique dans la mesure où c'est un véritable fouillis, en revanche celui qui a précédé démontre l'existence avant le XIVème siècle d'une tolérance et ce qui arrive aujourd'hui n'est que le choc en retour d'une répression excessive engendrant forcément des excès plus ou moins caricaturaux.

Rites secrets

Enfin ce Nicolas doit avoir été "attouché" par un genre de "sacrement" assez particulier n'ayant rien à voir avec la Confirmation mais ne semble pas en avoir gardé un mauvais souvenir. Tant mieux pour lui ! Bref cela a été une grave erreur que de renoncer vers la même époque à l'ordination des hommes mariés (seule canonique, le mariage des prêtres ne l'ayant jamais été). Quand je pense que l'on serait tenu en confession d'aller raconter des histoires d'en dessous de la ceinture à des hommes à qui ont a imposé les règles propres au clergé régulier, si ce n'est pas les "enduire en tentation" et au fond tenter le diable, je veux bien être pendu...

Les "pontifes" font aussi des "boulettes"

A ce propos, notre nouveau pontife romain me semble être en train de berlurer les fidèles en laissant entendre la possibilité d'un retour à la tradition ou alors il ne connait pas son droit canonique. Trois facteurs s'y opposent : le premier est économique, le second est disciplinaire (que des femmes de curés aient voient au chapitre et les évêques auront du souci à se faire...), le troisième réside dans l'obligation de la messe quotidienne. Or une règle de pureté rituelle imposait aux prêtres mariés de s'abstenir de répandre leur semence dans la nuit précédant l'office et elle était tirée de la pratique des Lévites. Cela n'a rien de particulier dans beaucoup de religions on retrouve ce genre de commandement: les moines bouddhistes par exemple fabriquent toutes sortes de "gris gris", les utilisateurs doivent les enlever le temps d'une activité sexuelle quelconque.

Cela dit je ne suis pas sûr qu'il suffirait de revenir à la pratique ancienne pour bannir l'homosexualité dans les rangs des prêtres. Elle était assez fréquente tout simplement parce que le fait de ne pas se sentir attiré par les femmes avait toutes les chances de passer pour un indice de vocation. Il faut quand même rappeler que dans la Genèse Eve est présentée comme l'interlocutrice privilégiée du serpent édénique ! Il est donc assez naturel de penser qu'un commerce avec un garçon est moins "sale", en plus mis à part les risques sanitaires, on ne risque pas d’événements "heureux"... 

Préoccupations majeures

Les choses se passent comme si l'Eglise n'avait comme souci que le divorce et l'homosexualité. Cela dit ce sont des groupuscules à l'intérieur de l'Eglise qui se sont agités en faveur de la "Manif pour tous". La plupart des catholiques ont d'autres soucis et j'ai eu des surprises en questionnant des responsables très actifs dans leurs paroisses. Les curés ne disent pas ce qu'ils pensent parce qu'ils sont tenus à l'obéissance mais j'ai des raisons de penser que les plus sensés se bornent à prêcher, en confession, la modération en toutes choses...

Maintenant je me demande ce qui se passerait si au lieu de s'appesantir sur certaines évolutions, ils rappelaient que la Bible enseigne que la femme doit être soumise à l'homme. Comme beaucoup d'églises surtout en ruralité ne vivent que de la dévotion et du soutien de quelques paroissiennes, elles risquerait peut être de déserter si l'on mettait l'accent sur l'anomalie que constitue le féminisme qui tend à devenir très agressif et s'insinue partout grâce à la mixité.

Je note qu'en une ville que je ne citerai pas, il s'agissait de Pierrelatte, un curé a été mis en demeure de chasser son organiste parce que des femmes appartenant à une vieille famille provençale ne le trouvaient pas assez viril. Et l'évêque a suivi en motivant bêtement le licenciement selon la requête des paroissiennes, d'où procès gagné devant les Prudh'ommes. Or cet homme je le connais bien, il n'est pas "homo", il souffre depuis son enfance d'un handicap physique. Mais il est vrai que les artistes étant des êtres sensibles, ils sont toujours suspects à moins de traîner derrière eux une ribambelle de gosses. Mais peut-on être un grand artiste avec une telle charge qui ne laisse guère d'instant de répit pour la recherche et la méditation ?

Enfin question subsidiaire : est-ce que les prêtres eux-mêmes sont toujours "virils", ne serait-ce qu'intellectuellement parlant puisqu'ils n'ont pas la possibilité de le montrer concrètement ? 

Soyons tolérants et tout ira bien

J'ai eu un curé comme patron qui avait une "femme cachée", comme je ne vivais pas sur place, je ne l'ai su qu'à la fin, mais je n'ai pas eu à m'en plaindre. Avec son successeur qui s'est bêtement laissé manipuler ça a été moins drôle. On est prêt à tolérer bien des choses, sauf les atteintes sur mineurs, mais il faut arrêter avec le "faites ce que je dis et pas ce que je fais !"

Pour ma part mon seul souci est de faire de la musique potable en tant qu'organiste, il est absolument nécessaire de rehausser le caractère sacral des offices si l'on veut que les fidèles reviennent. Evidemment, ce n'est pas suffisant mais le reste ne dépend pas de nous autres. Je retente actuellement une expérience dans ce sens et j'espère qu'elle pourra se poursuivre. Les fidèles font la différence quand l'office commence par un grand plein jeu et se termine par un grand Jeu ou un Dialogue sur les anches. Ils ont plus de coeur à changer leur propre partie. Je pense pour ma part qu'il faudra revenir au latin car que l'on se rende en Bretagne ou en Italie faut s'accrocher aux branches pour suivre. La participation des fidèles qui est un souci tardif demeure un problème car il faut faire avec une avalanche de chants dont le rythme de la prosodie et les mélodies sont parfois quasiment inchantables même pour des "pros". Il reste pourtant dans le fond existant des cantiques qui tiennent de bout et facilement chantables en raison de leurs rythmes naturels. Mais en ce qui me concerne je fais ce que je peux avec ce que l'on me donne. Il n'est pas question de devenir "maître de chapelle", je n'aspire pas à diriger quoique ce soit ou qui que ce soit ! Il me faut déjà passer pas mal de temps à lire et déchiffrer beaucoup de musique pour trouver des pièces compatibles avec les ressources instrumentales disponibles. Mais cela fournit une motivation à toujours progresser. 

Enfin les "boulettes" ont le mérite de détendre l'atmosphère et l'esprit malicieux des français raffole de ce genre de "dérapage" comique. La vérité tend naturellement à se faire connaître par tous les moyens. Soyons indulgents. Question ce Nicolas va t-il se faire tirer les oreilles ? On aurait surtout aimer voir la tête de ses supérieurs... L'humour semble se raréfier au fer et à mesure que l'on monte dans la hiérarchie. Prions pour que cesse cet excès de "gravité" !

26/08/2014

Le point sur Hauptwerk IV, la simulation d'orgue et les banques cryptées

H4.jpgUne erreur de manip m'a fait perdre certaines notes sur le sujet dont un bon nombre étaient répétitives.

De la justification du "piratage"

Je signale à toutes fins utiles qu'une nouvelle version IV de Hauptwerk a été postée par Milan Audio en date du 15 août qui fait que le crack qui circule, ayant pour effet de supprimer la clochette, invitant à alimenter le tiroir caisse de l'éditeur américain n'est plus opérationnel. Il suffit pour contourner le problème de recourir à l'ancienne version IV. Les éléments nécessaires traînent sur Internet et les gens futés savent comment les trouver.

Concernant le logiciel américain il est parfaitement justifié d'en contourner l'achat autant que possible dans la mesure où l'impérialisme américain qui a présidé à cette entreprise commerciale avait pour dessin de priver MyOrgan/GrandOrgue de banques par le biais d'une incitation au cryptage.

Sonus Paradisi a cédé devant Milan Audio

Je rappelle que Milan Audio a contraint Zureck (Sonus Paradisi) à adopter le cryptage et ce dernier l'a justifié par une sorte de "référendum" bidon et il fallait s'attendre à ce que les blaireaux friqués, qui sont désireux de frimer en faisant étalage d'un luxe stérile, s'expriment en majorité pour le cryptage. Tant que Sonus s'est abstenu de crypter, on pouvait fermer les yeux sur le pillage des orgues français, à présent cela n'est plus possible !

Si je ne craignais pas de passer mon temps à faire des copies, je distribuerais les banques que j'ai acquises, et cela tout à fait gracieusement mais j'ai autre chose à faire. Et puis pendant les copies l'ordinateur rame et je supporte pas ! A présent que chacun se débrouille !

Mégalomanie organistique

En ce qui concerne les banques "nouvelles manière" avec quantité de relâchements et tutti quanti, je condamne cette évolution démente qui réclame des ordinateurs de compétition et je doute que l'investissement nécessaire soit à proportion du gain obtenu...

Je rappelle également que le fait de dépenser des dizaines de milliers d'Euros pour l'acquisition d'une console hollywoodienne est une aberration ! Le système Windows quelque soit son grade (XP 64 ou version ultérieure) n'est pas conçu pour faire de la musique, c'est un système qui restera instable ad vitam eternam.

Faire sa console soi-même

En d'autres termes la simulation d'orgue n'a d'intérêt que si l'on est capable de faire sa console soi-même et si l'on est en mesure de dépanner le système en cas d'avaries. J'ajoute qu'il n'est pas à la portée de tout le monde de purger les différentes version de "Défenestron" de toutes les saloperies qui l'encombrent et le fond ramer à plus ou moins brève échéance parce que ce saloperie s'auto-pollue en permanence.

Si les professionnels de l'hébergement internautique refusent de fournir des prestations basées sur le système de Micromerde c'est qu'il est tellement merdique qu'il faut le relancer au moins une fois par 24 heures. On ne peut faire de la bonne micro-informatique que sur une base Linux. Les macs sont des ordinateurs pour les "bobos". Mais des tas de crétins, jeunes ou vieux, complètement ignares en informatique sont prêts à nier ce qui est évidence pour un professionnel. Et j'en suis un, je me suis occupé d'un service universitaire pendant 7 ans et j'avais une bonne trentaine de machines à maintenir.

Un climat de corruption généralisée

Je ne vais pas me gendarmer éternellement pour lutter contre le pillage des orgues de notre patrimoine. Je constate que personne ne veut se mobiliser pour mettre de l'ordre et qu'un collègue qui devait me tuyauter sur les méandres de l'administration française afin de mettre au point la stratégie à mettre en oeuvre alors je renonce. J'ai contacté en vain une organiste dont le mari est acteur d'une Drac. Pas la moindre réponse.

Nous avons été gouvernés par des escrocs (affaire Bygmalion) et à présent nous le sommes par des crétins finis dont j'avais mésestimé le génie destructeur. La fausse droite et la fausse gauche ont collaboré à rendre les riches encore plus riches et les pauvres encore plus pauvres. Deux ministres qui avaient rués dans les brancards viennent d'être démissionné par un "matador" connu pour son rictus méchant. Que ce dernier saute et le présent locataire de l'Elysée, ne pourra guère trouver le salut que dans la fuite. Et là on peut être à peu près sûr que la Marine emportera le morceau. Cela risque encore de n'être que de la "marine marchande" mais que faire ? Si ça se fait, je peux vous prédire sans risque d'erreur ce qui va se passer : les américains qui travaillent à l'agitation des banlieues hexagonale susciteront une "révolution arabe" sur notre sol  mais peut-être faudra t-il en arriver là pour que les français qui sont des "veaux" se réveille quoique je doute que ce puisse être le cas.

A propos de la rafle américaine d'un "Pisaurensis"

Je ne manque pas de vomir que l'impérialisme américain mais je n'oublie pas une chose, à savoir qu'il existe quand même des américains qui sont de grands admirateurs de la culture française et une américaine qui a encore assez d'argent pour rafler les clavecin paraissant en salle des vente. Je pense à un Pisaurensis que j'ai pu toucher jadis...

Considérations de politique générale

Dans le domaine de l'entreprise, les patrons français ont recours aux méthodes de pression américaines pour booster la productivité mais la différence réside dans le fait que si on presse partout à outrance le citron, en France on n'obtient jamais les promotions que l'on peut obtenir aux USA. Maintenant, ça ne coûte pas grand chose outre Atlantique car la richesse de cette partie du nouveau monde est constituée de monnaie de singe et la course en avant que cela implique exige d'étendre le marché à l'Europe (qui est une création américaine) afin d'échapper à la banqueroute qui guette la réserve fédérale.

Si nos gouvernants étaient intelligents ils s'allieraient à la Russie, avec la Chine, l'Inde et bientôt la Turquie ainsi que des voisins de l'oncle Sam comme le Brésil et j'en passe. Soit dit en passant je vous suggère pour vous distraire des mesquineries "baroques" en étudiant la doctrine d'un certain Chauprade et je remercie Poutine de nous avoir évité un engagement en Syrie qui eut été synonyme de troisième guerre mondiale. Enfin si les services secrets faisaient correctement leur boulot ils iraient flinguer sur place les djihadistes d'origine française avant qu'il n'aient l'occasion de revenir foutre le bordel chez nous ! 

Nécessité de revenir au sens des proportions

En conclusion, et pour en revenir à notre propos initial, la solution de la simulation n'est viable et cohérente que moyennant le recours à un sens correct des propositions sinon il vaut mieux investir dans un orgue à tuyau fut-il modeste ! Pensez aussi au budget sonorisation dans une grande église : la simulation n'est concevable que dans un édifice relativement modeste. A Cassis c'est une monstruosité et ça a coûté un pognon fou pour pas grand chose !

Vous allez me trouver bien amer, ce n'est pas le cas, je suis simplement lassé par le niveau exponentiel de la connerie ambiante et le manque de discernement généralisé mais je suis sûr d'une chose, ce que j'énonce fera son chemin et en discutant avec des gens encore assez "normaux", je vois de plus en plus d'interlocuteurs se rallier à mes vues. Malheureusement, une fausse conception de l'amour chez les chrétiens nous a outrageusement fragilisés devant toutes sortes d'agressions et il existe bien une menace islamique. A ce propos j'ai du mal de croire qu'il puisse exister un "islam modéré" : la guerre est inscrite dans les gênes de cette religion qui progresse. J'ai vu un ami, prête de la lignée Ngo Din Thuc (ancien archevêque catholique de Hué) passer par divers patriarcats orthodoxes finir par se rallier à une branche du soufisme turc. Et cela après m'avoir fourni toutes sortes d'informations tendant à prouver que l'Islam serait une "diablerie". J'ai un neveu qui s'est fait raccourcir la peau du bicou pour l'amour d'une marocaine. Mais voilà, on oppose un islam "ésotérique" à un islam "exotérique", seulement voilà il y un hic : les hypothèses de "redressement" de l'Occident élaborées par un célèbre français mort au Caire après s'y être remarié avec une descendante du "prophète" on toutes foiré. Le monde occidental s'enfonce dans un mondialisme anarchique. La seule chose prévisible c'est une banqueroute plus ou moins généralisée.

Pour clore cette digression, il faut souligner qu'un certain Louis Massignon est à l'origine du renversement "islamophile" observé depuis quelques décennies. Si vous creusez vous découvrir que ce n'est pas tant un mystique chiite qui l'a fasciné mais le fait que les arabes sont généralement assez bien montés... Cela a commencé par un idylle avec un espagnol et ça s'est terminé avec un délire autour de l'histoire de Sodome avec messe de réparation cautionnée par le cardinal Daniélou qui pensait sauver son frère. Une histoire complètement dingue de masochisme chrétien. Bref, les "pédés honteux" dans le style de ce personnage font un mal considérable à la religion et à la société. Ce qui est extraordinaire c'est que les gens ne veulent pas voir que Massignon relevait avant tout non pas de la mystique mais de la psychiatrie.   

Le Saint Esprit souffle où il veut ou plutôt où il le peut et on ne semble pas très réceptif du côté de l'hiérarchie. Enfin si les curés prenaient conscience du potentiel sensible que représente la musique d'orgue au lieu de voir dans les organistes des intrus, peut-être qu'il y aurait un peu plus de monde dans les églises. Mais il faudrait sans doute aussi renouveler les discours. Un jeune abbé à qui j'ai dit ceci : vous avez un pelé et deux tondus à chacun de vous office, peut être que s'il y avait un organiste et des cantiques potables, ça changerait un peu ! Que croyez vous qu'il me répondit ? La musique c'est pour la gloire de Dieu. Donc les fidèles on s'en tape ! Ce à quoi je répondis : la gloire de Dieu a bon dos mais n'oubliez jamais qu'on n'attrape pas des mouches avec du vinaigre. Le même abbé s'est fait unanimement détester. Il existe dans certains paroisses une tradition consistant en une procession avec bénédiction pour la fête patronale. Et bien d'après cet individu : c'est nul ! Il est vrai que c'est assez superficiel car l'église ne joue plus le moindre rôle social. Dans les villages dortoirs ne vont à l'office que des vieilles chèvres qui ont déjà un pied dans la tombe et fort peu de jeunes, mais à qui la faute ? 

A propos d'interdits portant sur les concerts, un curé polonais en charge d'une paroisse insulaire vient de se mettre à dos tous les corses qui sont outrés d'avoir vu "blackboulé" une demande en faveur de chants polyphoniques traditionnels dont la plupart appartiennent au patrimoine religieux. J'ai bien des raisons de penser que ce mauvais coucheur a du souci à se faire... Enfin il faut se poser la question de savoir pourquoi il faut recourir à l'importation de curés africains et polonais pour maintenir en bien des endroits un semblant de vie paroissiale. Je ne suis pas raciste mais il importerait de se poser la question du pourquoi du tarissement des vocations occidentales. Certains clercs rêvent en pensant que c'est le célibat qui constitue un obstacle et qu'il faudrait permettre le mariage avant l'ordination. Ils rêvent pour des tas de raisons et il suffira de rappeler que le retour à cette tradition ne verra jamais le jour pour deux raisons : l'une est économique, l'autre est disciplinaire. A savoir que s'il faut compter avec les femmes des curés, les évêques ont bien du souci à se faire et je donnerai comme point de comparaison la montée aux créneau de femmes de gendarme mécontentes du logement dans certaines casernes, l'histoire se passant à Menton...

Pour ce qui concerne les relations des organistes avec les curés, il me faut espérer que celui avec lequel je suis en relation sera assez intelligent pour accepter l'offre qui lui a été faite.

 

L'organiste de Nay, un triste sire...

Nay.jpg

MAJ du 31/10/19 Voir :

Le héros de ce post à obtenu gain de cause contre l'association diocésaine concerne en appel (chambre sociale de la Cour d'Appel de Pau) qui a condamné ladite association à de dommages et intérêts dont le montant n'est pas précisé par la presse locale.

Il ressort des infos que l'on peut glaner ici et là que le curé, en tant qu'employeur n'a pas respecté les formes prescrites pour un licenciement. Formes qui supposent une gradation : avertissements, entretien préalable et enfin licenciement dument motivé, ce qui n'a pas été le cas.

Je demeure sur ma mauvaise impression, à savoir que sur le plan strictement relationnel, le personnage n'avait manifestement pas le profit psychologique requis pour le job. Il a du reste avoué s'être livré à des insultes à consonances homophobes et il suffisait de regarder les vidéos qui existent pour constater qu'il ne doutait de rien.

On a le droit d'être organiste et d'avoir une vision très critique de l'Eglise romaine mais là où l'on exerce on se doit de pratiquer l'obligation de réserve et de ne pas semer la merde. On ne saurait troubler, par un comportement agressif, la foi des fidèles. Si on a des observations à faire sur certains points de doctrine ou de pédagogie ecclésiastique, on doit le faire en des lieux appropriés et si possible en s'adressant à un public cultivé tout en évitant de viser tel ou tel clerc en particulier.

J'ajoute qu'un collègue de ma connaissance a eu à se plaindre de ce triste sire à sa propre tribune... J'ai du y faire allusion dans une version précédant, ce qui a déclenché à son égard de nouvelles agressions.

Tout cela est bien dommage car si ce genre de "personnalité" n'était pas si ingérable, ce M. m'a paru jouer de son instrument de façon assez potable. Tant pis pour lui !

MAJ du 26/08/2014 - Note revue le 27 mars 2017

Je vous convie à visiter cette page avant de lire la suite qui n'est pas piquée des hannetons :

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2013/10/21/l-organi...

Titulaire de l'orgue depuis plus de deux ans, Antoine Giovanini (35 ans) a vu son contrat de bénévolat rompu par l'abbé Pierre Haramburu dans une lettre du 19 août dernier. Le curé de la paroisse reproche à l'organiste "des dérives inacceptables de (sa) conduite" sans préciser les "motifs graves et répétés" qui justifient cette résiliation.

On sait seulement que le curé a traité son organiste de "drogué" et lui a envoyé les gendarmes pour une perquisition. C'est grave ! Ont-ils seulement agi avec en main une commission rogatoire? J'en doute ! Un juge n'aurait pas été assez bête pour délivrer pareil mandat sans s'être rencardé avant d'agir. Alors si les gendarmes sont aux ordres des curés, où va t-on?

Reste à déterminer en quoi consistaient les mystérieuses "dérives inacceptables" et "non motivées".

Le jeune homme reconnaît bien un langage parfois fleuri et s'être laissé aller à quelque insulte à consonance homophobe à l'encontre d'un apprenti diacre lors d'une empoignade à propos de matériels de l'église. Pas de quoi fouetter un chanoine, selon ses amis.