Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2014

L'organiste de Nay, un triste sire...

Nay.jpgMAJ du 26/08/2014 - Note revue le 27 mars 2017

Je vous convie à visiter cette page avant de lire la suite qui n'est pas piquée des hannetons :

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2013/10/21/l-organi...

Titulaire de l'orgue depuis plus de deux ans, Antoine Giovanini (35 ans) a vu son contrat de bénévolat rompu par l'abbé Pierre Haramburu dans une lettre du 19 août dernier. Le curé de la paroisse reproche à l'organiste "des dérives inacceptables de (sa) conduite" sans préciser les "motifs graves et répétés" qui justifient cette résiliation.

On sait seulement que le curé a traité son organiste de "drogué" et lui a envoyé les gendarmes pour une perquisition. C'est grave ! Ont-ils seulement agi avec en main une commission rogatoire? J'en doute ! Un juge n'aurait pas été assez bête pour délivrer pareil mandat sans s'être rencardé avant d'agir. Alors si les gendarmes sont aux ordres des curés, où va t-on?

Reste à déterminer en quoi consistaient les mystérieuses "dérives inacceptables" et "non motivées".

Le jeune homme reconnaît bien un langage parfois fleuri et s'être laissé aller à quelque insulte à consonance homophobe à l'encontre d'un apprenti diacre lors d'une empoignade à propos de matériels de l'église. Pas de quoi fouetter un chanoine, selon ses amis.

Parenthèse : les homophobes sont des cons et des frustrés

Ce Nay devrait parfaire sa culture historique. Sur les tendances historiques des clercs à préférer les garçons aux femmes voir John Boswell, Christianisme, tolérance sociale et homosexualité. Ce livre venant d'un historien militant (qui a du reste été fauché par la nouvelle peste) contient des sottises mais pour qui sait faire le tri, il s'y ytouvr des informations intéressantes, notamment à propos des points de vue d'un Saint Anselm de Rielvaux sur les "amitiés particulières" si florissantes dans les noviciats monastiques puis dans les écoles privées depuis le XVIIème siècle. Je cite de mémoire, je n'ai plus le bouquin. Par manque de place je dois régulièrement faire des purges : (ces choses là) doivent être tolérées (entre adolescents) tant qu'il ne s'y glisse aucune frivolité. Cette dernière formule d'un style très ecclésiastique m'avait frappé voici une dizaine d'années.

C'est ce personnage qui le premier à proposé en exemple l'amour de Jésus pour Saint Jean comme modèle de "gay sainteté". Cela ne s'invente pas ! A noter que le même historien a révélé l'existence d'union de même sexe qui ont été bénies par un rituel chrétien ressemblant à s'y méprendre au mariage. Que n'a t-on pas inventé comme histoire à dormir debout pour expliquer le phénomène alors qu'il est clair que les ecclésiastiques de l'époque avait été assez fins psychologues pour donner un os à ranger à ceux qui étaient enclins à pratiquer une "monosexualité" de type homo. A noter également que si cette innovation (qui n'a connu aucun précédant dans l'antiquité qu'elle soit grecque ou romaine hormis des parodies délibérées) a eu peu de succès côté occidental (la dernière manifestation a été pointée par Montaigne à propos d'une histoire romaine de prêtres portugais s'étant mariés à la messe mais cela s'est très mal terminé...). Elle aurait perduré côté oriental au moins jusqu'au XIXème siècle.

Mais je m'empresse d'ajouter que l'on se serait bien passé du "mariage pour tous" à la Taubira. A ce propos il est regrettable que l'on ait négligé d'imiter mes lointains ancêtres anglais qui ont torché une "union civile" en deux temps trois mouvements sans révolutionner le pays. Mais en France, on est spécialiste des affrontements dualistes et très violents les résultats dans tous les domaines sont catastrophiques! Un ami a écrit à Herbé Mariton pour lui demander s'il saurait "détricoter" l'embrouillamini si sa clique revenait au pouvoir. La réponse se fait attendre...

Enfin il faut tout de même avoir les yeux en face des trous : au sein d'une religion qui présente Eve comme ayant été l'interlocutrice privilégiée d'un certain serpent édénique, il est pour ainsi dire normal d'être pour le moins assez misogyne, voir d'opter pour des mesures de d'apartheid quand le mariage tourne au casse pipe pour les hommes et que des bataillons de "gouines" dominent au sein de l'idéologie LGBT que pour ma part je vomis tripes et boyaux.

Pour ce qui concerne Nay, voilà sans doute le fond du problème : un apprenti diacre aurait été soupçonné par le musicien d'être un peu "pédé" sur les bords ! C'est "son problème" : transgresser l'interdit en se servant de la menace de l'enfer comme d'un aphrodisiaque relève à mon avis d'une pathologie quelque peu morbide assez typiquement chrétienne.

Je ne vois que deux solution l'abstinence mais il faut pouvoir compenser intellectuellement. Ou prendre ses jambes à son coup et mener "une vie normale" centrée sur la recherche d'un juste milieu.

Quoiqu'il en soit les "homophobes" sont avant tout des frustrés et des jaloux qu'il aurait fallu piquer à la naissance.

Il faudrait également parler de la responsabilité de l'église romaine dans ce domaine et de son comportement hypocrite et malfaisant. Elle n'encourage certes pas la violence et la discrimination mais ses jugements ineptes sont et demeurent stigmatisants.

Pour être clair sur ce point elle devrait la boucler et rompre avec l'hystérie qui a constituer à faire campagne contre le "mariage pour tous" et se borner à aborder ce type de problème uniquement que sous le secret de la confession. Elle n'a jamais dit que des conneries mortifères sur le sujet et voilà qu'elle se raccroche aux théories faisandées de l'inventeur du pansexualisme ! Et personne ne bronche !

A présent que de nombreux scandales de "pédophilie" ont terni définitivement son image, le silence sur le sujet ne s'en impose que davantage.

A propos d'un curé apparement "homophobe"

Veuillez noter qu'en tant qu'organiste j'ai servi un curé qui en était. Je l'ai deviné au travers de son hystérie contre le "mariage pour tous". Ensuite, j'ai eu ses coordonnées de naissance : Vénus en mais V en Gémeaux, opposée à Saturne le tout carré à la Lune. C'est clair et net, dans mon résumé je lui ai écrit qu'au moins il ne risquais pas grand chose en matière de séduction de la part des femmes.

Oh certes il trompait l'ennemi en les embrassant comme du bon pain sur la place publique mais ce n'est pas à un vieux singe que l'on apprend à faire la grimace. Enfin, j'ai eu la confirmation je ce que j'avais subodoré par un ami qui l'a connu alors qu'il n'avait que 16 ans. Alors qu'il résidait en tant qu'étudiant dans un ancien séminaire aujourd'hui transformé en hôtellerie, il se trouve que cette dernière est située à une centaine de mètres d'un lieu de drague qui jouxte un tribunal administratif et qui se prolonge sous un passage qui a la particularité d'être proche d'une villa occupée par un célèbre organiste puisqu'il s'agissait de Pierre Cochereau. On devine que dans ce passage ont toujours lieu, non pas des "messes basses" mais des "offices muets"...

Bref ce curé ramenait le gibier de la nuit à son "hôtel" au lieu de consommer sur place, ce sorte qu'il a été la risée de son entourage de l'époque. L'information m'est parvenue indirectement par un pianiste d'origine moitié libanaise qui était son camarade de classe au Conservatoire. Je l'ai bien connu mais ce n'est pas lui qui à dévoilé le "pot aux roses", c'est un ami commun à qui la mention du prénom de ce prêtre a rappelé quelque chose. Le monde est petit...

Enfin ce qu'il importe de savoir, c'est que officiellement le curé en question était "fatigué". Selon une autre source également soucieuse de "politiquement correct", il se serait agi d'un burn-out, enfin selon une source plus précise venant d'un collègue, une profonde dépression a été mentionnée, diagnostic plus juste mais encore très extérieur. L'intéressé qui était addict aux spiritueux, vient de faire une cure de désintoxication et a été "dépaysé".

Ses admirateurs, le donnaient comme futur pape, précisément à cause de son zèle anti "mariage pour tous". Il s'était fendu d'une lettre ouverte. Or il n'est pas impossible que j'ai joué un rôle de catalyseur dans cette crise morale qui le minait.

A la fin d'une messe au cours de laquelle il s'était encore agité contre la fameuse innovation, il m'a demandé ce que j'en pensais. Je me suis contenté de répondre que la forme choisie n'était pas à adéquate et qu'il aurait fallu inventer un PAC bis mais amélioré en conservant toutefois l'ancien modèle qui a l'avantage d'être neutre puisqu'il met l'accent sur la solidarité. Comme cela n'a fait que l'énerver, j'ai décidé de le calmer de façon radicale. Je lui ai révélé l'existence des travaux de John Boswell au sujet de l'exhumation de rituels d'unions de même sexe pratiquées par l'Eglise chrétienne côté oriental surtout. Le dimanche suivant, je lui ai remis une enveloppe cachetée contenant des photocopie de ces rituels datant d'avant la formalisation du mariage catholique.

Bien sûr il ne m'en a jamais recausé et je lui en suis reconnaissant. A présent, il ne faut pas se faire d'illusion. Il est dans une IMPASSE et s'est condamné à souffrir en vain. Défroquer et mener une vie conforme à ses aspirations sentimentales et sexuelles ne suffirait pas, il y aurait tout un travail à faire pour évacuer le côté franchement pathologique de son monothéisme au risque de perdre la foi. Aucun psychanalyste ni simple psychologue ne dispose des outils conceptuel pour accompagner la cure qui s'impose non pas pour guérir de son homosexualité mais pour accepter sa propre "nature". 

Qui sait s'il n'est pas passé entre les mains d'un affreux jojo nommé Tony Anatrella. Voir :

https://www.marianne.net/societe/l-eglise-enquete-sur-son...

Soit disant en passant, je découvre que le cas de ce très pernicieux imposteur a refait surface en février dernier... Mais on peut augurer que cela ne servira pas à grand chose. Tout de même une procédure canonique est en cours...

http://www.leparisien.fr/societe/abus-sexuels-une-procedu...

L'organiste de Nay, un triste sire

Pour en revenir à cet individu fort mal éduqué et fort peu sympathique, les "organomélomanes" sont prêts à faire l'impasse sur les règles élémentaires du savoir vivre de sorte qu'il déplorent la vacance du poste. Les organistes ce n'est pas ce qui manque, 18 élèves à Nice dans la classe de Vernet, on a donc largement le choix partout sur place. Son éviction n'est donc pas une grosse perte

Quelques remarques sur la "charte des organistes"

Il y a quand même un problème d'autorité entre curés et organiste. L'autorité et la subordination qui en découle sont une chose, l'autoritarisme une autre qui se discerne en filigrane dans la fameuse Charte des organistes. Elle interdit par exemple d'employer des organistes sous le régime des profession libérale qui se caractérise par la facturation d'honoraires, l'intervenant étant seul responsable du versement de ses cotisations sociales.

Ils doivent être obligatoirement salariés ! Je n'hésite pas à affirmer que c'est complètement stupide.

En effet : quelque soit le régime juridique adopté quand aux relations entre un client et son fournisseur, il est clair que ce client est roi ! Stupidissime est l'interdit du statut libéral car devoir s'astreindre à éditer des bulletins de salaires implique de la paperasserie et des charges. Mais les curés et leur administration, n'en n'ont rien à foutre, ils trouvent toujours des "nègres" pour les assister et les débarrasser de ce type de contingences, et s'ils ne disposent pas du personnel susceptible d'œuvre à titre gracieux et bien on se repose au mieux sur des organistes intervenant à titre bénévole. Certes les parties n'étant pas liées, c'est un avantage en terme de liberté sauf que le bénévole peu être "jeté" au moindre prétexte et un procès en dommage et intérêt pour défendre son honneur a peu de chance de réussir. Ne reste que la solution du règlement de comptes public. Savoir la dénonciation fulminante !

De toutes façons, la situation n'évoluera jamais. Il existe des curés intelligents et loyaux mais c'es une espèce assez franchement en voie de disparition...

Enfin pour ma part, dans la mesure où je refuse d'être payé afin de conserver ma liberté, je dois dire que cette directive ne me concerne pas quoiqu'elle m'ait fait une très fâcheuse impression. Il faut savoir qu'elle a été concoctée par deux organistes qui ne représentent qu'eux-mêmes, Suzie Schwenkedel (une espèce de "nonne" en civil assez tyrannique...) qui avait surtout les intérêts de l'ANFOL en vue pour les stages d'harmonie au clavier et un syndicaliste parisien dont j'ai oublié le nom...

Les commentaires sont fermés.