Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2020

L’incendie de la cathédrale de Nantes : "mystère et boules de gomme"

nantes.jpg

Ou plutôt boules de feu, sauf que même la foudre n'aurait pas pu provoquer ce triple sinistre...

MAJ 22/07 à 20H21 : Le Préfet du département vient d'annoncer que les installations électriques avaient été  contrôlées juste avant une réunion de "plan sécurité" survenue en octobre dernier. Si l'on voulait nous faire gober la thèse du "triple accident électrique" il va falloir s'accrocher. Je ne lis que des conneries à ce propos.

Dommage qu'un certain Cyril Charles soit devenu introuvable : cet ingénieur a fait breveter un dispositif miniature susceptible de détecter les points chauds dans les boitiers de prises et les interrupteurs et ainsi de faire claquer le disjoncteur. Il s'est heurté à une véritable conspiration alors que l'invention aurait pu faire faire des économies phénoménales aux compagnies d'assurance et sauver d'innombrables vies humaines.

Il serait intéressant de pouvoir s'intéresser à cet inventeur et à le questionner sur le problème qui se pose.

J'avais eu l'occasion d'échanger au sujet des "harmoniques" pouvant être suscitées par le Linky, avec pour effet d'aggraver le phénomène de chauffe pouvant  résulter d'un défaut de serrage ou de l'oxydation éventuelle de toute espèces de connexions autre que les soudures  à l'intérieur d'un circuit électrique domestique ou industriel.

Il y a quelque chose qui me chiffonne dans cette méchante histoire de Nantes. On nous prépare à des semaines voir des mois d'attente quant à la détermination des causes du triple incendie.

La première question qui se pose est celle-ci : mis à part des hydrocarbures comment pourrait-on allumer un incendie volontaire à distance ? C'est assez enfantin : la formule de la thermite découverte en 1893 est sur le Net. Les composants s'y trouvent facilement.

Il suffit d'une carte électronique de domotique servant d'interrupteur que l'on active à distance par portable (carte prépayée), une petite batterie au lithium le moment venu fait rougir une résistance appliquée à un ruban de magnésium qui booste le feu à la charge de thermite et c'est parti... On pouvait, au RdC, planquer les 2 bombinettes assez aisément sauf qu'à la tribune c'est plus délicat. Y accède t-on de l'intérieur ou de l'extérieur?

J'ai des raisons de penser que c'est la solution qui aura été adoptée pour Notre Dame. Il faut se rappeler que l'application que l'on a faite d'un gel sous haute pression contre les champignons sur toute le charpente sise sous la flèche a constitué une opération assez suspecte. En effet l'entreprise l'avait jugée inutile et le gel lui a été fourni, j'aimerais bien en avoir un échantillon, on aurait peut être des surprises en le soumettant à une flamme...

La température atteinte par la combustion de la thermite est de 2204,4°, le résultat escompté est garanti.

Je ne sais pas ce qu'on pourrait retrouver, des traces d'aluminium, des composants électroniques plus ou moins calcinés? A Nantes peut-être vu que la relative exiguïté du champ en bas mais à Paris je doute ?

A Notre Dame, il y a eu 2 départs de feu au moins et une grosse explosion derrière la rosace côté Sud, le chêne en cramant n'explose pas de façon aussi violente jusqu'à projeter du bois calciné de l'autre coté de la Seine et quant à l'explosion on la voit sur une vidéo passée dans une émission de télé.

Le phénomène se trouve au tout début de la vidéo.

Il y a sans doute d'autres solutions de mise à feu mais je les ignore, je ne suis ni pyromane ni terroriste mais étant gosse j'ai fait des expériences de chimie et je me suis amusé à fabriquer des petites fusées.

=========================

Post original :

Une affaire entourée d’une fumée très opaque

Je crains que le triple sinistre dont on parle à propos de la cathédrale de Nantes survenu dans la nuit du samedi 18 juillet dernier, soit fort loin d’être éclairci… Si tant est qu’il le soit un jour…

En effet, un détail hautement symbolique m’a subitement frappé… On ne peut pas fréquenter les églises en tant qu’organiste sans être intéressé aux « signes »…

Un présage fort significatif

Parmi les dégâts occasionnés le feu, le précieux tableau représentant Saint Clair guérissant les aveugles du à Hippolyte Flandrin a été entièrement volatilisé…

flandrin-3.jpg

Cela laisse présager que soit parce que l’on aura mal regardé, ou plus encore parce que l'on ne voudrait pas voir, on risque, comme pour Notre Dame de Paris, de ne jamais connaître le fin mot de l’histoire. Un an et presque 3 mois se sont écoulés sans que l’on ait daigné nous informer des résultats des analyses qui doivent être terminées depuis bien longtemps…

La seule bonne nouvelle est que, vu le temps perdu, le patron de l’Elysée a décidé que l’on reconstruirait la flèche parisienne à l’identique. Exit les projets ahurissants d’un architecte complètement piqué qui avait imaginé de raser le toit et de transformer le dessus de Notre-Dame en jardin suspendu !

Si donc il a existé une combinaison visant une opération d'architecture visant des profits pécuniaires énormes, notre très cher timonier lui aura, peut-être sans y prendre garde, tranché le cou...

Ce qui reste du tableau de Flandrin

On discerne au dessus de l’armoire électrique qui a brûlé les traces marquant l’occupation de l’œuvre partie en fumée.

Arrêtons-nous un instant : si incendiaires il y a eu, on dirait qu’ils ont voulu faire un pied de nez aux enquêteurs en leur disant : cherchez toujours vous ne trouverez jamais !

Quoiqu'il en soit, on ne peut prier Saint Clair pour qu'il nous fasse voir plus clair.

De deux choses l'une, ou ce sont des connards désireux de se procurer des sensations fortes qui ont fait le coup, et un diable qui s'est servi d'eux comme d'instrument a voulu laisser un "signe" ou ce pourrait être d'une opération d'un "service" quelconque (étranger bien sûr) comme c'est le cas, très probablement, à Notre Dame et dans ce dernier cas, le "signe" aurait été prémédité.

Il est à noter qu'il y aurait eu dans le passé un ou deux départs de feu sur la tribune de l'orgue. D'après ce que j'ai compris de ce qui m'est revenu aux oreilles, des imbéciles se seraient lancés un défi comme de se faire cuire des brochettes sur cette tribune... J'exagère à peine...

Déja deux prédictions réussies

Vous notez que j'ai fait déjà deux prédictions réussies. La dernière consiste à avoir annoncé, avant que l'on n'ai parlé du coronavirus que l'année du rat allait probablement nous apporter une nouvelle peste et que le rat étant volontiers manieur d'argent cela confirmait la possibilité d'une méga crise financière pour 2020. Hypothèse confirmé par l'existence d'un cycle de 150 ans qui marque les grandes catastrophes nationale en partant de la mort de St Louis.

On aboutit ainsi en 1720 avec l'explosion du système de Law et la foire d'empoigne de la rue Quincampoix, 150 ans plus tard à 1870 et enfin en 2020 avec les annonces de pandémies et de crash financier qui circule depuis un moment déjà de sorte que deux indices confirmaient l'imminence de la chose une fois croisés.

Le triple accident électrique relève d'une impossibilité technique

On semble s'acheminer vers un triple accident électrique. Et on raconte n'importe quoi à ce sujet sur Sputnik notamment, que, par exemple des courants de fuite (vers la terre) aurait surchargé le circuit interne de la cathédrale. Cela ne tient pas debout : même à supposer qu'une partie de l'installation soit vétuste, dans ce cas de figure, le disjoncteur claque et ça s'arrête. Là où je demeure, les orages, en montagne, sont impressionnants, j'en ai vu en même temps qu'un chute de neige en hiver. Bref, l'église a été foudroyée plusieurs fois. J'ai un modem qui a brillé et la machine à laver à été touché. Impossible de la faire tourner les mini disjoncteur et la section sautait. J'ai donc enlevé la fiche de terre dans la prise et la machine remarche.

Je ne suis pas expert en électricité, j'ai été inscrit en "musique/ facture instrumentale". Simplement j'ai eu un père professionnel en la matière et j'ai été formé depuis mon plus jeune âge (13 ans) dans le domaine, je suis en relation avec un collègue qui possède le bagage scientifique adéquat : l'histoire d'un triple accident électrique l'a fait exploser de rire !  Même la foudre tombant sur la cathédrale n'aurait pas pu provoquer cela.

Une cloche du carillon a tinté en pleine nuit, c'est un effet qui peut marquer l'heure approchante du sinistre...

Pas de traces d'effraction en extérieur, pas de traces de combustible genre hydrocarbures. Si c'est bien le cas (parce que je doute à priori de tout vu mon expérience de nombreuses affaires foireuses vécues ou ayant fait l'objet d'enquêtes de ma part) la sophistication de la chose implique d'envisager quelque chose d'assez machiavélique. Notez que comme pour Notre Dame de Paris, l'hypothèse d'une intervention de services venus d'ailleurs n'est pas a rejeter.

Cela dit le risque est, si on parle trop, de se voir discrédité par une accusation à base de "théorie du complot" si on insistait sur la thèse d'une manigance occulte quelconque.

Le problème est que dans ce domaine des légions de crétins, ne connaissant rien à rien, font de l'ombre à ceux qui s'efforcent d'investiguer sérieusement. Il faut pour cela disposer de plusieurs casquettes tant sur le plan scientifique, historique, géopolitique. Je ne parle pas du domaine de ce que l'on appelle "occultisme" et dans ce domaine l'atmosphère est pourri par une thèse à base d’illuminati (plus ou moins reptiliens). La science des signes est chose sérieuse sauf que les curés ont perdu tout discernement dans ce domaine. Par exemple cela a conduit, à Albi, à installer l'autel sous l'orgue, sauf que la cathédrale n'ayant pas été conçue par des hérétiques on en est arrivé à avoir, comme tableau de fond une fresque du jugement dernier.

Je m'excuse mais tous ces curés crétins, une majorité, ignore visiblement que si on appelle la direction dans laquelle se couche le soleil, occident c'est parce le soleil y tombe et semble mourir. Ce renversement de la direction dans laquelle pointe l'autel est non seulement une hérésie mais aussi et surtout une parfaite incongruité. La seule alternative eut été de le poser devant la clôture du chœur puisqu'on est requis de ne rien faire à l'insu des fidèles. Mais cette connerie s'explique malheureusement par la volonté de l’Eglise de faire peser en permanence sur sa clientèle la menace de l'enfer. Si enfer il y a je crains que peu de curés en réchappent !

La thèse d'une vengeance d'un organiste

Dans les textes postés avant cet article et retirés depuis, j'ai envisagé cette thèse car dans le cas d'un attentat anti chrétien on se serait attaqué à des symboles religieux pas à des orgues. 

La possibilité d'une vengeance d'un organiste ayant été éconduit brutalement tend à présenter un caractère d'évidence dans une église de seconde ou de dernière zone où la détente est loin de régner. Dans une cathédrale c'est un peu différent, on a, en principe, les moyens de trier sur le volets les intervenants et d'éliminer les candidats trop caractériels. Néanmoins, on ne peut pas exclure une thèse de cet ordre car, il faut le répéter, si incendie volontaire il y a, et j'en suis persuadé tout converge vers deux instruments exceptionnels. Certes le G.O. n'est plus dans son jus originel mais en revanche l'orgue de chœur est le plus grand de France et il constitue un témoin exceptionnel de la facture électro-magnétique d'origine (fin XIXème).

Je ne crois pas au triple accident et l'incendie de l'armoire électrique m'apparait comme une diversion.

Tout converge en faveur d'une sombre "machination"

Quelque chose m'avait frappé : à savoir que l'on aurait profité de la nuit suivant la fermeture de l'édifice par le bénévole qui se trouve être un réfugié politique africain. Or, il se trouve qu'il avait crisé à cause d'un refus de visa venant de la Préfecture durant le semaine précédant le sinistre.

Ceci ajouté à l'absence apparente de traces d'effraction tend à me convaincre qu'il faudrait envisager la possibilité, dans le cas où ce serait l’œuvre d'une "agence", de l'existence d'un "oeil" ou d'une oreille dans la place pour choisir le bon moment.

Tenant l'hypothèse d'un triple accident électrique pour indémontrable, je conclus pour l'instant qu'il n'est pas possible de trancher entre une machination politique éventuellement venue d'ailleurs et une vengeance d'initiative locale dont le motif pourrait remonter à plusieurs années !

Jamais deux sans trois !

Si l'on en croit une maxime populaire, il faut s'attendre à un troisième incendie de cathédrale.

Là encore la maxime nécessite le recours à la symbolique : la dualité nécessite un troisième terme pour être résolue.

S'il se trouve que cette nouvelle prédiction se concrétise, je vais sans doute passer pour une sorte de sorcier. On risque de se tenir à distance respectueuse de votre serviteur et vu la circulation en cours d'un méchant virus (?) cette éventualité ne me déplairait outre mesure.

Et quant aux "virus", il en est qui n'ont que deux "spikes" (2 jambes et pas de tête) et qui ne font pas attention où ils mettent les pieds lorsqu'ils paraissent s'être laissé instrumenter par un certain apothicaire (et un médecin devenu Maire de son patelin) pour essayer d'empoisonner un organiste innocent.   

=====

Méchant virus ? Une thèse m'a été communiquée avec des liens vers des études sur Pubmed qui indique que les signes cliniques de l'attaque coronavirale coïncideraient avec ceux d'une carence en zinc. La carence a été remarquée chez 50% de personnes âgées. Or la chloroquine et l'azithromycine seraient des "ionophores" du zinc. Comme la quercétine...

Le sinistre dont on parle m'a empêché de vérifier ce que je viens d'évoquer et notre grand druide Raoult Panoramix n'a pas l'air d'avoir fait le lien entre la recette chinoise qu'il a importée et l'oligoélément cité. Si vous voulez vous renforcer en zinc ne prenez pas l'Effizinc, il contient du dioxyde de titane qui est une grosse saloperie (interdite dans l'alimentation mais conservée dans les médicaments), optez pour les "granions" d'un labo monégasque, et prenez leur sélénium.

Je n'ai pas le dosage de ce type de granions en tête mais il me semble excessif pour une prise journalière sur le long. Un ami a fait une réaction de type Sulfur qu'il a fallu antidoter. Mais rien de grave. La vitamine D3 est également capitale, et ce que propose le Vidal n'est pas adéquat. Voir une supplémentation économique, il faut la commander aux USA et la prendre à l'année au moins à raison de 5000 UI/j., sans parler de la vitamine C à acheter dans un labo d’œnologie au kilo.

Notez que l'on crache sur les compléments alimentaire, la médecine traditionnelle chinoise, on dérembourse l'homéopathie comme non scientifique mais il y a une heure à peine, je viens d'enlever une sciatique avec 3 granules en 5/10 minutes chrono, la dame, une propriétaire voisine a crié au miracle. Cela dit c'est un grand classique qui est dans tous les bons manuels...

12:27 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.