Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2019

Célibat des prêtres, place des femmes: les chiffons rouges d'un synode sur l'Amazonie...

amazonie.jpg

Puisqu'il a été question, dans des précédents post d'une question de moeurs qui fait encore problème, voici un sujet religieux qui constitue une belle occasion de mettre les pendules à l'heure dans ce même domaine et, puisque votre serviteur se trouve être un assez fin connaisseur des traditions religieuses, et de la chrétienne en particulier, c'est l'occasion ou jamais de clarifier certaines choses. C'est absolument nécessaire quand on a vu un prélat confondre le "mariage des prêtres" (non canonique) avec l'ordination d'hommes mariés.

Voir pour commencer cet article dont j'ai emprunté la photo.

Le retour à l'ordination d'hommes préalablement mariés serait une excellente chose

Oui sauf que si ce fut la tradition et qu'elle reste la règle au sein de l'orthodoxie, il existe des obstacles dont il faut avoir consciente.

C'est au concile d'Elvire (305 ou 306) que, pour la première fois, on a voulu imposer l'abstinence sexuelle aux prêtres séculiers. c'est-à-dire aux prêtres en relation directe avec les fidèles contrairement aux moines du clergé dit "régulier" car soumis à une règle plus ou moins draconienne.

Sauf que ce "météore" a mis plusieurs siècles pour s'incarner.

C'est en 1139, que l'on met les bouchées doubles, le second concile de Latran énonce par une nouvelle loi que seuls les célibataires peuvent devenir prêtres. Et le concile de Trente en 1545 valide. Et condamne ! «Celui qui dit que l'état conjugal est préférable à l'état de virginité et de célibat, qu'il soit anathème».

Si ma mémoire est bonne c'est à la même époque et dans les mêmes condition que le mariage chrétien a été formulé. Auparavant, les curés se bornaient a bénir la couche des futurs époux et les fiançailles quoique rituel purement profane étaient pour ainsi dire "sacrées".

L'obligation du célibat n'a fait que susciter des illusions chez certains "sodomites"

Au moyen âge on ne peut pas parler d'homosexuels. Le terme date du XIXème. "Pédé" ne convient pas davantage.

Cela dit il faut nuancer ! Chaque famille huppée se devait de fournir un fils à l'Eglise. Nécessité faisant loi, certains se sont "convertis" avec plus ou moins de réticence. Toujours est-il que plus tard, passé le moyen-âge soit à l'époque où l'église a du tabler essentiellement sur des vocations, il est clair que beaucoup d'hommes se sentant élus se sont abusés. Constant leur peu d'intérêt envers les femmes, ils se sont abusés et au contact d'un milieu exclusivement masculin et de la relative promiscuité des séminaires, ont souvent découvert leur véritable nature.

Toutefois en lisant Sodoma le livre de Martel, je me suis rendu compte qu'à une époque plus récente, beaucoup de jeunes de bonne famille ont vu dans le célibat ecclésiastique un moyen d'échapper à des mariages plus ou moins arrangés et ils ne fait plus aucun doute qu'un certain nombre ont vu là un bonne occasion d'assumer des penchants dont ils étaient plus ou moins conscients. Cela dit cela n'en a pas fait pour autant des "pédophiles"... Je rappelle que dans ce domaine on a tendance, dès qu'il est question de mineurs à parler à tort et à travers de "pédophilie", terme qui ne convient que pour des garçons franchement impubères. Dès qu'on sort de ce cadre il s'agit en fait de "pédérastie" et l'on retombe empiriquement sur le modèle grec et en réalité un modèle qui a toujours été en honneur dans les castes guerrières. Voir les dires des historiens antiques à propos de nos ancêtres les Gaulois.

Cela dit est pour simplifier, je suis tout-à-fait d'accord avec un certain cardinal pour dire que c'est bien un problème d'homosexualité. Du moins majoritairement, il y a certes des curés qui aiment les "petites filles" mais c'est plus rare... Le seul problème est qu'il existe un interdit positif...

Serait-ce une hérésie que d'ordonner à nouveau des hommes mariés ?

Il n'y a guère que des prélats qui veulent camper sur le statu quo parce qu'il préfère la compagnie des jeunes hommes à celle de femmes qui peuvent s'insurger.

Les églises orthodoxes insistent pour que leurs prêtres séculiers prennent femmes avant l'ordination. Ce n'est pas une obligation absolue mais c'est vivement conseillé pour des raisons qui sont aisées à comprendre. On ne va pas aller se confesser à propos d'histoires de cul à des hommes qui, sur ce plan, doivent faire ceinture. De sorte qu'il est absolument interdit à des moines de confesser des laïques.

Il est clair que, si du côté romain, on avait conservé la pratique qui prévaut côté oriental, on n'aurait vu surgir les nombreux scandales à base d'abus sexuel  que l'on sait pour la simple raison que les "gays" éventuels n'auraient eu que le choix d'une voie purement monastique, où moyennant la clôture qui caractérise cet état, des dérapages n'eussent point été en situation de faire tâche. A ce propos, il faut encore s'en remettre à John Boswell et à son livre intitulé Christianisme tolérance sociale et homosexualité.

Les obstacles envers un retour à la pratique d'ordination d'hommes mariés

Le premier obstacle est une question de "pureté rituelle", soit une règle dérivée de celles imposée aux Lévites. A savoir, l'abstinence imposée dans la nuit précédant, côté chrétien, le saint sacrifice. Ce qui veut dire qu'à partir du moment où l'on déciderait de revenir à l'ancienne norme, il serait exclus d'imposer une messe quotidienne ! cela dit, je ,ne pense pas que cela puisse poser de véritable problème.

En revanche, il existe un obstacle dirimant et il est purement économique. Les fidèles se devraient de faire vivre non pas un homme mais sa famille, comme chez les protestants. Or vu l'état de faillite du denier du culte, il ne faut pas trop rêver. du moins sous nos latitudes tempérées. En Amazonie et dans le Tiers Monde, c'est tout à fait différent : il existe un sens communautaire qui permet d'assumer le coût de la chose.

Dernier obstacle et sans doute le plus considérable : si les prêtres séculiers viennent à prendre femmes avant d'être ordonnés, et bien les évêques n'auront plus la loi. Plus question de les occuper par une entreprise de "réunionite aiguë" comme il est de coutume.

Quant à l'objection selon laquelle un homme marié serait moins disponible qu'un célibataire, elle ne tient pas la route ! Comment font les médecins ? Je n'en connais aucun qui soit célibataire. Cela doit bien exister mais c'est assez rare !

Ce que craint l'arrière garde "intégriste"

Elle craint évidement la "contagion" mais c'est assez franchement dérisoire car il ne faut tout de même pas oublier que lorsque le Vatican intègre à son propre personnel des prêtres mariés avant d'avoir été ordonné, il leur conserve leur statut. Simplement la limite est qu'au sein de l'orthodoxie, un prêtre venant à être consacré évêque doit requérir l'autorisation de sa femme et cette dernière doit accepter d'entrer dans un couvent.

Le cirque auquel on assiste à propos d'un certain synode est chose dérisoire et ne passionne les foules que parce qu'on néglige de leur rappeler certains faits d'histoire.

Mon lectorat étant composé essentiellement d'organistes, cette mise au point à des chances d'être utile. Et je pense, pour ma part, que beaucoup de fidèles verraient d'un bon oeil le retour à la pratique des origines. Mais il faut le répéter, il existe plusieurs obstacles que je tiens pour insurmontables.

Que va décider le pape François ? Personnellement, je m'en moque, ce n'est pas mon affaire.

Quant à la liturgie, il faut raison garder, l'ancienne avait un peu trop le goût de l'opium et la nouvelle fait sauver les gens. Je laisse à chacun le soin de décider quant au fait de savoir si la situation actuelle n'est point par certains côtés, plus saine à condition de continuer à se poser certaines questions. Sauf que les vraies questions on les évite...

Le "Tempérament Musical" est disponible à Paris à la Librairie Monnier, 55 rue de Rome !

Tempérament Musical.jpg

J'ai fait tirer une centaine d'exemplaire de ce livre par l'imprimerie Maury, il y a quelques mois.

Il n'est plus possible de se procurer ce livre sur Amazon, pour une raison que j'ignore mon compte est devenu inactif.

Vous pouvez passez par la boutique... étant précisé que le prix ayant été rabaissé pour l'occasion à 45 €, ne disposant plus de la possibilité de modifier l'annonce à moins de créer une nouvelle boutique, ce qui est sans intérêt, car plus rien ne se vend, vous serez remboursé de la différence.

Vous pouvez trouver également ce livre sur Rakuten.

Enfin si vous êtes sur Paris ou en région parisienne, ce livre se trouve de nouveau disponible à la Librairie Monnier, 55 rue de Rome, Paris 8ème.

Il se peut qu'il en reste également 2 ou 3 exemplaires à la librairie Musicale Internationale de Marseille.

 

 

 

 

17/10/2019

Encore un mot au sujet de l'incendie de Notre-Dame

1211901-checknews-prodlibe-2019-0560-incendie-notre-dame.jpg

Je n'ai publié sur ce blog qu'un article assez succinct sur ce fameux incendie.

Pour en savoir davantage, il faut sans doute s'aider des apports d'autres auteurs pour ce qui concerne l'étendue des "synchronicités" évoquées ici-même.

J'ai noté à ce propos l'existence d'un article sur les  "fausses notes" d'un certain Major Nicolle, par exemple... On trouve ainsi un article portant sur les "monomères", à savoir les images zodiacales activées dans le thème astrologique du 15 avril 2019 à 18 h 20 qui correspond à la minute précise au déclenchement de la première alarme.

La récolte est assez maigre quantitativement et l'on trouve l'image d'une chimère pour l'Ascendant et deux soleils s'influençant pour (...) le Soleil du jour. Aucun image de feu, sauf pour l'image du Milieu de Ciel : une chèvre que l'on fait bouillir dans un chaudron...

En cherchant sur le sujet, je suis tombé sur ceci :

https://www.rencontrerdieu.com/project/feu-notre-dame-ave...

La thèse d'une "punition divine" ne peut tenir que si l'on adhère à la thèse de l'accident et elle ne peut convenir qu'à des gens qui, de part leur fonction, sont tenus à une obligation de réserve : hommes politiques ou agents de l'état par exemple.

Une cigarette ou un court-circuit n'étaient pas suffisants pour enflammer une telle charpente... Je suis persuadé que l'on a utilisé de la thermite, du moins pour amorcer le phénomène au niveau de la flèche. On voit sur une vidéo une grosse explosion au niveau du transept sud qui ne peut provenir de poutre en feu...

Quant au "Bon Dieu", j'ai l'impression qu'il est en vacances depuis un bon moment et qu'il laisse faire. La théologie catholique met l'accent sur la liberté individuelle et la notion de "karma" est beaucoup plus intéressante pour expliquer certains drames. Si je m'en remet à l'Ancien testament, on y trouve des déclarations de Yahvé qui en font un véritable Satan et qui anticipent du "sionisme" actuel (Laurent Guyénot). Le "Dieu" d'un certain Jésus-Christ ne peut avoir été le même que celui des Pharisiens et des Saducéens...

Pour ce qui concerne l'orgue de Notre-Dame d'après les renseignement dont je dispose, on n'aurait même pas pris la précaution de dresser une cloison derrière la balustrade de la tribune. Il est donc largement exposé aux courants d'air et aux changement d'hygrométrie de l'extérieur. Et les dernière nouvelles confirment qu'un écroulement n'est pas exclu. En chiffrant ces jours-ci les frais de consolidation à 85 millions d'€ on risque de s'être avancé un peu trop. La seule chose positive c'est que on ne sait pas trop si on doit lancer un concours d'idées ou d'architecture. Les projets délirants de certains architectes paraissent avoir du plomb dans l'aile.

Qui vivra verra ! Et je dois dire que tout cela m'est finalement assez égal. De toutes façons il est clair qu'on est à la fin d'un cycle. Non pas à cause d'un changement climatique mais parce que les ressources naturelles s'épuisent et que la pollution s'accroit dangereusement. Sans compter le risque d'un crash économique et d'une 4ème guerre mondiale. La première étant bien celle d'un certain Napoléon.

Bientôt les municipales, c'est, pour les organistes, le moment de réclamer des tuyaux en plus...

orgue Moscou.jpg

La facture d'orgue française est en pleine expansion. Mulheisen a été choisi pour construire un orgue à Moscou mais ce n'est point de cela dont je veux vous parler.

Découverte incidente

Organiste quelque part dans le Grand Sud, accusé d'avoir commis pour 5396 € H.T. de dégâts en pénétrant dans un buffet d'orgue classe, j'ai été amené à avoir des contacts avec plusieurs des techniciens conseil en exercice pour leur poser des questions à la fois techniques et administratives. Ils ne sont pas nombreux puisqu'ils ne sont plus que 5. Il n'en est qu'un seul avec qui je n'ai pas eu l'occasion d'entrer en contact et c'est Christian Lutz mais tous me connaissent forcément car ils ont forcément mon livre dans leur bibliothèque.

Ces contacts ont été l'occasion d'une prise de conscience des effets démagogiques positifs que suscite la proximité d'une nouvelle échéance électorale. Le sinistre qui a abîmé Notre-Dame est la cause de l'amplification d'un certain phénomène coutumier.

Les techniciens conseil et les DRAC sont saturés de demandes de restauration

Concernant le litige évoqué, dont je dirai quelques mots plus loin, ayant du relancer le technicien conseil en charge de l'instrument dans l'espoir d'avoir une date au moins approximative, j'ai appris qu'il se trouve être tributaire des disponibilité d'un.e conservateur.trice de la Drac concernée, doit avoir lieu ont ne sait trop quand. Un autre technicien conseil avait émis l'hypothèse que la délivrance de l'ordre de mission pouvait être freiné par un épuisement des crédits d'où possibilité de report sur l'exercice suivant.

Poursuivant plus avant mon enquête, j'ai obtenu une confirmation au moins pour une des régions concernées. L'expert concerné effectue les interventions urgentes en sachant qu'il ne sera défrayé que l'année prochaine.

L'approche des municipales suscite un engouement assez extraordinaire en faveur du patrimoine en général et des orgues en particulier

Toutes les grandes villes se sont mise depuis quelque mois à faire des travaux, et dans toutes les villes importantes, surtout à Paris c'est l'enfer. Quoique je circule en scooter, je ne descends en ville que contraint est forcé. Les chaussées des accès périphériques sont pleines de trous et de saignées mal rebouchées qui sont assez dangereuses en 2 roues  et dans le centre ce sont des détours à n'en plus finir...

Là où je veux en venir c'est que les techniciens conseil n'ont jamais eu autant de boulot. L'Etat a programmé dans ses cathédrales des chantiers des restaurations plus ou moins pharaoniques avec créations de plan sonore entièrement neuf. Tandis qu'en province, on m'a cité le cas d'une demande de restauration qui s'est trouvée bouclée sur le papier en moins d'un an ! A un certain niveau quand c'est au plus haut niveau que cela se décide on traite les dossiers comme s'il s'agirait du marché de la rénovation de 30 km de trottoirs (sic).

Si donc vous voulez des tuyaux en plus c'est le moment de réclamer !

Je plaisante, cela va de soi car les choses ne sont pas aussi simples. Tout dépend sans doute de l'orientation du député, du sénateur ou du Maire faisant ou appuyant la demande. Et j'imagine que l'on doit plus ou moins favoriser, par exemple, certains "convertis" de fraîche date à la manière d'un Raffarin.

Rien donc de très nouveau sauf que... Du point de vue du volume et du coût des opérations projetées ce serait assez faramineux comparé à la mesure du même phénomène lors des précédentes élections.

Le ministère d'organiste liturgique est semé d'embûches...

Dans ce domaine, je suis sans doute l'un des organistes qui aurait le plus d'histoires surréalistes à raconter...

Dès mon arrivée dans le secteur, en 1979, j'ai été affronté à une situation empoisonnée des plus originales et aussi des plus désagréables qui m'a donné l'occasion de faire, à l'adresse d'une femme qui m'avait invité comme gardien d'un vaste et ancienne demeure (un petit château avec sa tout génoise et sa chapelle orné d'un tableau assez hermétique) sous le coup de l'indignation une prédiction qui s'est parfaitement réalisée. J'ai quitté l'endroit et j'ai laissé faire les choses sans rien instrumenter contre elle. Quelques temps après, poursuivie par le Fisc, elle s'est cachée plusieurs années et quand elle est revenue cela a été pour se faire serrer par les "bleus" et finalement mourir d'un méchant cancer...

Le climat, le relief et certains drames historiques déterminent les mentalités et la connaissance d'une science traditionnelle comme par exemple la géomancie chinoise (Feng Shui) aident à comprendre une certain chauvinisme local qui est à l'origine de tous les ennuis que j'ai pu avoir.

Personne n'est censé savoir quel instrument je joue. Internet est une bibliothèque d'une richesse considérable mais c'est un réseau fort dangereux. J'ai consacré environ 25 ans à finaliser une enquête sur un milieu et un phénomène sectaire très particulier et les révélations que j'ai publié à son propos m'ont valu une campagne de diffamation particulièrement gratinée...

J'ajoute que bien que pour cette facture de 5396 € que l'on voudrait me coller sur le dos, je soupçonne le Maire de la commune d'avoir poussé le facteur à me charger, j'entends ne citer ni nom de personne, ni non de lieu pour ne pas être accusé de vouloir nuire à sa campagne. Résidant à distance respectable de son fief, le sachant pratiquement inamovible, et la majorité des particuliers se foutant de ce qui se peut passer à l'intérieur des communautés catholiques (excepté quand il s'agit d'abus sexuels propres à exciter des hypocrite plus ou moins refoulés) il serait tout à fait inapproprié d'en faire une sorte de "vedette"...

Un contexte sociologique vraiment particulier

J'en suis a un second ministère, le premier s'étant terminé en 2002 par un limogeage. Venu des pays froids, le facteur de l'époque m'a demandé de vider le buffet de ce qui n'avait rien à y faire, d'apposer une serrure et de veiller à être le seul à y entrer. On n'aime guère qu'un "estranger" vienne faire la police en territoire mi provençal, mi occitan. En plus un certain René Saorgin m'a fait un coup dans le dos que je n'ai guère apprécié. On s'est trouvé en conflit et le prêtre qui m'a réengagé en 2015 m'a prévenu qu'un avait fait son siège pour le convaincre de refuser mon offre. Je précise que je n'étais pas en concurrence avec qui que ce soit. Aucun organiste de la métropole n'a envie de venir s'emmerder si loin, surtout gratis pro Deo.

Si donc je démissionnais, ce serait la fête pour les souris et un orgue qui ne joue pas d'abîme comme une maison qu'on a cessé d'habiter.

Une histoire assez forte en chocolat

Après des avanies diverses, suscitées par la femme du Maire qui s'occupe d'une chorale, humiliations auxquelles j'ai fini par m'accoutumer, j'ai du attendre 4 ans pour obtenir mon jeu de clef perso de la tribune, par la signature d'une convention avec la collectivité locale, convention dont j'ai du rewriter le texte issu d'un formulaire inadapté. Les curés affectataires ont donc été court-circuités. Tout cela parce que le magistrat concerné bavait d'admiration devant "maître Saorgin" qui lui a monté la tête à mon sujet.

Arrive le mois de mai. Je constate que le prestant est resté enclenché et que le tirant n'agit plus. Donc impossible de jouer sur le bourdon ou la montre et/ou le dessus de flûte seul.

Je demande donc la clef du buffet à la Mairie pensant qu'une clavette avait sauté au RdC. Je constate l'impossibilité de la chose en découvrant une cassure du registre à ras du manchon recevant la verge métallique qui l'actionne. Je ferme le registre et je prends 2 photos avec mon portable, je rends la clef dans le quart d'heure et je fais mon rapport au facteur.

Drôle de fête

Ce dernier propose d'attendre son passage durant la première semaine de juillet et propose un supplément de 300 € H.T. au contrat pour remédier. Il indique comment procéder. Il pense sortir le registre suffisamment pour faire la greffe. L

Le dimanche 7 arrive, je viens d'entrer dans ma 73ème année, les anches sont accordées mais le prestant n'est pas joignable. Je ne m'inquiète pas vraiment, le facteur a du réviser son prix et je m'attends, vu l'ambiance, à quelque chose.

Le 8 août, fête de mon saint patron, je prépare un office de semaine exceptionnel quand j'entends monter à la tribune. La secrétaire de Mairie qui passait sur la place a entendu le "biniou" et s'enquiert de qui le joue et me reproche d'avoir commis pour plus de 6000 € de dégâts. Je demande des explications : je suis censé avoir abîmé un tuyau de cuivre (inexistant), installé ou touché à un néon en fraude, aplati des tubulure en plastique. Du délire !

En fin de messe le Maire arrive, confirme la chose et m'annonce que je vais recevoir une lettre recommandée, il y en aura finalement deux. On me refuse communication du rapport du facteur mais on me réclame la remise des clefs et on m'interdit de toucher l'instrument à titre conservatoire.

Je réponds que puisqu'on est en août je suis heureux de prendre des vacances et qu'on avisera à la rentrée et que le cas échéant le curé sera ravi de se transporter dans la chapelle attenante où on officie l'hiver car il est intimider de devoir parler devant une assemblée très clairsemée.... Cette chapelle je l'ai dotée, à mes frais, d'un instrument "synthétique" que je vais porter à 3 claviers.

Conflits d'intérêts convergents...

On peut reconstituer les choses ainsi. Le facteur lors du relevage, quand je me suis présenté, m'a battu froid. Il se pique d'être compétent en matière de tempérament et a prétendu ne pas connaître l'existence de mon livre...

Or il a séjourné en face de chez moi chez un aubergiste qui a du me noircir à outrance car lui aussi je l'ai remis à sa place. Le service de cet hôtel est impeccable envers les étrangers mais les indigènes sont méprisés et insulté. On fait attendre délibérément certains fumeurs ou acheteurs de journaux.

Le bistrotier découvrant qu'il avait comme client un homme de l'art, il a du lui demander ce qu'on pensait de moi dans la profession. Or comme j'ai fait allusion indirectement à son client à propos d'une histoire assez curieuse, l'un et l'autre ont visiblement sympathisé sur mon dos.

Une entente suspecte

J'ai établi que le facteur était venu 2 fois, une première avant le 7 et une seconde le 18 juillet.

Mettons que ce facteur ait réalisé qu'il avait minoré le coût de l'intervention. Il a entièrement démonté et remonté l'instrument. Il n'avait aucun besoin de revenir pour ajuster le devis initial.

J'imagine le scénario suivant : soit l'intervention a été minorée volontairement pour lors de sa visite annoncer au Maire que la facture allait être plus salée, soit il a mal regardé la photo et s'est réveillé en arrivant sur place sauf que je penche pour la première solution pour une raison que l'on peut deviner.

Le Maire saute alors sur l'occasion : je n'aime pas un tel, j'ai du lui remettre les clefs mais à regret alors si vous pouvez inspecter l'orgue et trouver des arguments à charge, je serai ravi d'avoir là un moyen de lui faire peur et de m'en débarrasser en le contraignant à démissionner. Parce que si je parviens à lui reprendre les clef il risque d'exploser et de tout lâcher...

Seulement voilà, j'ai des années d'heure de vol dans une région remplie de traquenard, et j'ai appris à me faire respecter...

Les faux arguments à charge

Le facteur a essayé de prouver l'existence d'interventions répétées dans l'orgue et a surestimé grandement le coup de la réparation du tirage de 4 pieds.

Je suis censé avoir abîmé des pavillons des jeux d'anches, sans doute pour insinuer que j'aurais entrepris de rectifier l'accord des anches. Mais pour cela il faut être 2 et mon collègue de chœur aurait refusé son concours...

L'accusation est parfaitement stupide et même suicidaire car à mon âge il est fréquent de souffrir parfois de chutes de tension orthostatique quant après s'être baissé on se relève, d'où un risque de chuter dans la tuyauterie et outre un gros dégâts de se faire excessivement mal...

Un tuyau en plastique aurait été posé quelque part, je ne sais où...

Un estimation du coût "surdimentionnée"

La première estimation prouve qu'il est possible de tirer le registre sans déposer une partie de la tuyauterie une  avant de "déchaper" pour ensuite reprendre les postages et s'assurer de l'accord.

Maintenant si c'est l'Etat ou la commune qui paie, il m'est égal qu'elle se fasse éventuellement escroquer mais, j'ai pris un certain nombre de renseignements, tout ce tintouin est superflu.

Quant à prouver que le bris serait survenu de mon fait, il était nécessaire d'inventer des dégâts à distance pour tenter d'accréditer la thèse d'intervention à la fois maladroites, répétées et donc frauduleuses. Et c'est complètement absurde !

Un "complot" qui a toutes les chances de faire "Pschitt" !

Si ce genre de situation est pénible connaissant la capacité de nuisance de certains notables, néanmoins les avis concordent pour dire que c'est un coup dans l'eau.

Sauf que j'ai fini par comprendre pourquoi on tient à envoyer un conservateur sur place.

C'est qu'il y a plusieurs hivers, l'instrument, en une période où je n'y avais pas accès a été victime d'un dégât des eaux. C'est en surprenant une réflexion d'une des sacristines que j'ai découvert le "pot aux roses". C'est un pianiste convié à donner un concert qui en venant répété à découvert des registres coincés qui ont nécessité 3 jours d'intervention à raison de 3 intervenants.

Si je compte 3 x 3 x 8 soit 72 heures à 50 €, cela fait déjà 3600 €. Combien ça a coûté, qui a payé je l'ignore.

Le problème c'est qu'on ne sait pas par où l'eau est passée, mais c'est forcément la même histoire que celle d'un "petit frère". L'eau n'a pu passer que par la verrière comme c'est arrivé quelques vallées plus loin lors d'une mémorable tempête. Là où grâce à mon constat gracieux et illustrée de photographies, le maire a pu actionner l'assureur après devis d'un facteur qui est à présent retraité. De l'argent aurait été versé mais il a du être utilisé ailleurs. Je n'ai même pas la certitude que la Drac a été informée du sinistre. J'aurais du prendre l'initiative de lui envoyer mon rapport mais c'était au Maire à s'en débrouiller

J'espère que l'on ne s'est pas imaginé que j'aurais versé de l'eau dans le biniou pour me venger du pianiste. Je n'étais même pas au courant du projet de concert. Comme je n'ai aucune envie d'en donner, il ne peut pas y avoir eu de concurrence.

Sans doute faudra t-il attendre un moment le transport annoncé pour les raisons évoquées plus haut...

Mais en attendant, je n'ai pas de souci à me faire. Cela va forcément se terminer par un coup d'épée dans l'eau qui, d'une certaine manière, risque de renforcer ma position. Cela fait 4 an que je fais partie des meubles

Quoiqu'il en soit de nouvelles tentatives toujours possible, tant que je resterai valide, je m'accrocherai à ce poste car en m'imposant comme devoir de participer à la liturgie chaque dimanche, c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour m'obliger à cultiver la maîtrise de mon instrument, voire à la développer. D'autre part, il convient que l'argent investi serve d'abord à ce pour quoi les instruments ont été construits. Je précise en disant cela que je ne suis pas le genre de citoyen qui aspire à se confire en dévotions plus ou moins exubérantes. Doté d'une culture spirituelle multidirectionnelle, je suis trop critique pour m'enfermer dans un parti quelconque.

Post-scriptum : Le Maire qui m'est hostile est un médecin. J'ai fait une recherche à son sujet sur Internet. Il a du embaucher quelqu'un pour s'y faire mousser. J'ai trouvé 8 pages le concernant. Il existe quelques sites qui donnent les coordonnées des médecin. Il les a fait rechercher tous pour s'y faire inscrire. C'est d'autant plus troublant qu'il ne pratique plus guère. En effet, les remplaçants ne font que défiler dans son cabinet.

Il existe un bulletin municipal qui célèbre ses faits et gestes où au fond il y a surtout des placards de photos pour faire illusion. J'ai découvert en plus une collection de lettre impressionnante. Cette façon de se mettre en avant est rès symptomatique et elle contraste avec ce que j'avais perçu du fond de sa personnalité. Ce Maire a tendance à faire des discours interminables où son caractère émotif le fait s'embrouiller. C'est un grand timide et je l'avais même soupçonné d'être marqué par le signe du Cancer comme votre serviteur.

Bingo, j'ai trouvé ses coordonnées et nous sommes presque jumeau. Toutefois ne disposant pas de son heure de naissance je suis dans l'impossibilité d'orienter son thème. Nos deux thèmes se ressemblent presque comme deux gouttes d'eau pour ce qu'il en est de la position des planètes. Mais s'agit-il d'une naissance diurne comme pour votre serviteur où au contraire d'un naissance nocturne. Un tel déploiement d'énergie pour "émerger" m'incite à opter pour cette possibilité d'où une surcompensation et une tendance à cumuler. Peut-être vis-à-vis pour égaler le père qui fut médecin cantonal.

Reste à obtenir l'heure manquante, j'ai joué un rôle au sein du milieu astrologique à la jointure des années 70/80 en participant à l'organisation de colloques internationaux. La profession s'est beaucoup trop féminisée et les cartomanciennes ont investi un job qui autrefois étaient réservé à des mathématiciens pourvu sachant lire le latin et la plupart des astrologues, sauf un qui publie sur le Net un journal, me gavent. Si on arrive à trouver l'info il va sans doute me dire des choses intéressantes.

J'ai à l'occasion de mes recherches sur le personnage, trouvé un compte-rendu d'une visite de l'église par les gens d'une certaine académie où il est indiqué qu'un 24 septembre, ils ont pu auditionné les divers jeux de l'orgue. Le nom de l'organiste requis gracieusement pour l'occasion faisant défaut on a du installer un robot.

Il faut convenir que la situation est gerbante. A l'avenir je me bornerai aux messes et sécherai les fêtes et rassemblement s'ils impliquaient la présence de certaines "huiles". Je ne demande pas à ce que l'on me tresse des couronnes mais on m'a toujours systématiquement oublié.

Alors basta ! C'est terminé, en plus j'ai horreur des "mondanités", on ne m'y reprendra plus... N'étant pas payé, je ne suis obligé à rien du tout !