Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2021

Le rapport Sauvé sur la "pédophilie" dans l'église catholique ou du caractère "suicidaire" de la "repentance"

rapport sauvé.jpg

Comme il y a peu de chose à dire en ce moment sur la vie organistique, mis à part une version VI (??) de l'usine à gaz nommé Hauptwerk pour jouer de l'orgue chez soit il faut bien compenser en parlant de la vie de l'Eglise.

A propos d'un "curé enragé"

Un" curé enragé" qui se trouve être le chancelier de l'évêché de Nice avait durement critiqué ce qui n'était à l'époque que le projet ayant accouché du fameux rapport Sauvé, voir :

Je ne commenterai pas cette vidéo, trop de choses à dire. Il parlait si ma mémoire est bonne de "déterrer les morts" pour les besoins de l'enquête mais il aura suffit d'envoyer un questionnaire anonyme pour faire un sondage et d'en tirer des chiffres qui évidemment ne valent rien.

"Sodoma" le livre de Frédéric Martel était suffisant, l'enquête était inutile, fallacieuse et surtout suicidaire

La méthode étant foireuse elle a pu inciter des particuliers à charger l'Eglise mais quoiqu'il en soit on savait à quoi s'en tenir quant à l'importance du phénomène au sein  de l'Eglise catholique au niveau planétaire. Est paru à ce sujet le fameux livre intitulé Sodoma par Frédéric Martel qui suffisait amplement.

Un ami excellent organiste et grand procédurier devant l'éternel puisqu'il a plaidé à plusieurs reprises devant le Conseil d'Etat en plus de diverses actions civiles contre un Maire indélicat s'est penché sur le résumé du rapport et je me bornerais à ressortir les points essentiels à signaler.

Rapport Sauvé et cycle liturgique : il n'y a pas de hasard...

D'abord, on a choisi le dimanche où tombe la lecture sur la fabrication de Eve par une opération chirurgicale mystérieuse à partir d'une "côte" d'Adam sauf qu'à ma connaissance le texte hébreu parlerait d'un côté ce qui renverrait à un être double comme dans la version, passablement humoristique d'Aristophane dans le célèbre Banquet de Platon. Bien que ce texte serait en prise avec la vogue de la "théorie du genre" et les "dysphories" qu'elle engendre par contagion au sein des réseaux sociaux, il semble que ce classique soit devenu complètement tabou au sein des "humanités" contemporaines...

Tout a commencé avec l'apôtre Paul

La coïncidence entre l'officialisation de ce rapport et cette lecture du cycle liturgique n'est sans doute pas un hasard. Il s'agissait de rappeler les "bonnes manières" en matière de commerce sexuel. A ce propos, tout a commencé avec une sorte de "caca nerveux" de l'apôtre Paul dans une lettre aux hébreux. L'herméneutique contemporaine continue de sécher sur un texte assez parfaitement "tautologique" et qui finalement ne démontre rien. Dieu aurait livré certains humains à des passions avilissantes parce qu'il auraient préféré les créatures au créateur. Le "créateur" ne pouvant être défini que comme quelque chose de parfaitement abstrait, ce qui devait arriver arriva...

En matière de sexualité, la règle veut que tout ce qui n'a pas pour but la procréation est plus ou moins diabolique. seulement, on est obligé à cet égard de souligner que Pie XII s'est foutu dedans en préconisant la méthode Ogino comme moyen de contraception. S'agissant bien de cela il ne peut s'agir d'un méthode "naturelle" mais d'un artifice ne pouvant être qualifié que d'écologique. Non seulement, il a conduit à des catastrophes mais en admettant comme licite la recherche du plaisir sexuel pour lui même, le seul frein qu'on puisse opposer à cette pratique est la seule "mesure" et non que cela doit se limiter à des personnes de même sexe.

En bonne logique, seul ce qui conduit à de l'addiction et à l'abus d'autrui peut être condamné. De plus on peut ajouter qu'en ce qui concerne les mâles il est médicalement prouvé que l'activation d'un organe appelé "prostate" peut conduire à des orgasmes supérieurs au mode éjaculatoire sans les effets épuisants de ses deniers. Tout médecin informé devrait en principe savoir cela. Si donc "Dieu" a fait que cette possibilité existe je ne vois pas ce qui pourrait empêcher d'en user sauf que les gens qui se sont penchés sur la question précisent que le résultat est loin d'être garanti, telles sont les information qu'en tant que passionné de médecine j'ai trouvée sur mon chemin. Ce qui est détestable dans le "mariage pour tous" c'est uniquement le mot "'mariage" qui n'avait pas sa place dans ce cadre...

Le célibat ecclésiastique avec vœu de chasteté pour les "séculiers" aura été la pire de "conneries"

Le livre de Frédérique Martel était suffisant pour rendre compte de l'étendue des dégâts en matière de "pédophilie". En fait l'enquête n'a guère identifiées que des victimes entre 10 et 13 ans car au delà soit elles se sont accommodées de la chose où elles ont préféré garder le silence. Tout cela pour dire qu'il s'agit d'un problème d'homosexualité et il était prévisible qu'il ne manquerait pas de survenir.

C'est en 305-306, lors du concile d'Elvire que l'on a voulu imposer le célibat ecclésiastiques à tous les prêtres tant réguliers -moines) que séculiers (curés en contact avec les fidèles). Mais il aura fallu attendre l'an mille et même le XIIème siècle pour que la chose entre dans les mœurs. Il se trouve que je suis bien placé pour savoir ce détail car dans les années 90 j'ai publié un article sur le sujet concocté par un dominicain érudit dans une revue qui a causé des remous dans un certain milieu traditionaliste disons universaliste : il ne s'agissait pas de disciples de Mgr Lefebvre... Rien à voir avec l'association Saint Pie X, certes en tant qu'organiste je préfère les offices à l'ancienne dont en latin mais ça s'arrête à ce côté esthétique...

A noter qu'il existe un livre noir de cette fraternité : https://www.avref.fr/fichiers/FSSPX%20LIVRE%20NOIR%202019...

Les exceptions à un tabou originel

En d'autres termes, à partir du moment où on a rompu avec la tradition consistant pour les séculiers à ordonner de préférence des hommes préalablement mariés on s'exposait a recruter de préférence des hommes qui n'étant pas excités par les femmes avaient toutes les chances de s'imaginer avoir été "élus" avant de découvrir qu'une autre "nature" allait réclamer ses droits et s'arranger avec les moyens du bord.... Le résultat on le connaît et il est particulièrement choquant vu l'existence d'un interdit.

Toutefois ce dernier n'a pas empêché les églises orientales d'unir des couples de même sexe. Voir à ce propos les travaux de John Boswell qui, je le précise, a dérapé sur des points de détails. Le phénomène aurait affleuré à Rome quartier Porte latine mais il pourrait s'agir d'une simple parodie sans lien avec les rituels documentés par l'historien américain. Côté anglo saxon cette histoire est très connue mais est restée tabou côté latin et curieusement, lors du vote du foutu "mariage pour tous", on est allé chercher des justifications alambiquées chez les "peuples premiers" sans qu'un des anticléricaux promoteurs du projet n'aie eu l'idée de remettre cette pratique antique sur le tapis. Comprenne qui pourra !

Une auteure a essayé de justifier cette pratique étrange comme ayant été destinée à créer des liens entre des hommes de pouvoir afin qu'ils évitent de se faire la guerre. Un autre "connerie", il y avait pour cela les alliances matrimoniales classiques et le rite est basé sur un psaume en lien avec l'histoire de David et Jonathan. Ma thèse, seule explication possible : l'os à ronger pour deux qui préféraient une liaison de même sexe ou si l'on préfère un "abcès de fixation". Plutôt inciter à une "monogramie" que de risquer la fascination de l'errance et du nomadisme vu la gratuité des amours non procréatives.

Jean-Marc Sauvé : personnage à charge !

Pour en revenir au rapport, Jean-Marc Sauvé a étudié l'orgue avec un curé qui s'est avéré avoir été un prédateur et il nous explique qu'il n'a découvert la chose qu'avec l'évaporation , l'année suivante, de son professeur de musique. je cite le journal Le Monde :

Au tout début des années 1960, un jeune garçon de 5e prend des cours d’orgue auprès d’un prêtre du pensionnat de Cambrai, dans le Nord, où il étudie. Dans cette communauté éducative ouverte et bienveillante, l’ecclésiastique est chargé de l’instruction musicale et religieuse. Ses parents connaissent ce prêtre un peu tactile, le reçoivent chez eux. Pendant les grandes vacances, pour le collégien en culotte courte, les leçons continuent le samedi après-midi dans un pensionnat déserté. Mais, à la rentrée de 4e, le professeur de musique a disparu des effectifs de l’école. Sa nouvelle affectation n’a pas donné lieu à la petite fête qu’il est de coutume d’organiser à cette occasion. Il s’est évaporé.

Le jeune garçon a aujourd’hui 72 ans. Allure sobre et imposante, parole précise et contrôlée, Jean-Marc Sauvé a été façonné par quarante ans d’une carrière administrative au plus haut niveau.

J'ai mis un passage en rouge car on ne peut aps me forcer à croire que ce prêtre présenté comme très tactile n'aurait pas profité de leçons particulière dans un "pensionnat déserté" pour exercer son talent manuel sur ce clavier de son élève qu'on situe en dessous de la ceinture ! Ou alors le jeune Sauvé était d'une mocheté repoussante...

Bref l'histoire n'est pas claire à ce niveau mais peu importe...

Les chiffres : on sen tape !

La méthode de sondage par questionnaire anonymisé fait que l'on ne peut rien en dire. En revanche, il y aurait beaucoup à dire sur le plan juridique.

En disant cela, je ne cherche pas à minimiser quoique ce soit. Je dis simplement que ce rapport est ce que l'on peut imaginer de plus "mal foutu" dans le style et je répète qu'il n'était pas nécessaire !!! Point barre !

Bilan du rapport : un véritable merdier au plan des conséquences juridiques et quand à la complexité des mesures préconisées

Le rapport préconise d'indemniser les victimes au moins pour autant que certains actes ne sont pas encore prescrits. Mais il exclut de mettre les fidèles à contribution or c'est que ce prétend faire l'actuel président de la conférence des évêques ! Il est vrai que les églises et cathédrales d'avant 1905 appartenant respectivement aux collectivités locales et à l'Etat, les évêques ne peuvent les revendre à des milliardaires chinois ou américains.

Inutile de discuter la quarantaine de mesures préconisées, c'est du verbiage pur sans parler du niveau de complication. Or s'il y a eu tant de victimes c'est tout simplement parce que les parents se sont généralement bornés à foutre une tourniole à leur mômes lors qu'i; venait se plaindre d'attouchements mettant ainsi fin à toute possibilité de poursuites. or ce n'est pas aux évêques ou aux collègues des prêtres délinquants à engager quoique ce soit mais bien aux victimes ou à leur représentant. La seule chose intéressante qui ressort du rapport c'est que les abus ont été très fréquents avant le dernier concile, celui-ci ainsi que mai 68 ayant fragilisées toutes les personnes détentrices d'une autorité, c'est ainsi que le scandale a fini pas exploser progressivement.

Vers un résurrection de l'ancienne "justice ecclésiastique" ?

Autre chose : Jean-Marc Sauvé étant censé, en tant que membre du Conseil d'Etat, être un juriste distingué, il n'empêche qu'il a purement et simplement préconisé une véritable résurrection de l'ancienne justice ecclésiastique de sorte que pour le juriste que je suis c'est à se la prendre et à se la mordre tellement ce détail prouve l'incompétence du principal fauteur du rapport en la matière.

Le résultat de ce que je considère comme un véritable torchon qui n'est ni fiat ni à faire est que le seul résultat pour l'instant à été la convocations de l'archevêque de Reims par un ministre des cultes qui n'avait pas l'air de savoir que la loi française certes protège le secret de la confession mais n'en fait pas un absolu. Le journal le Monde a parfaitement clarifié la situation :

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/10/08/c...

Au total beaucoup de bruit pour rien de vraiment nouveau !

Est-il possible de revenir à l'ordination des hommes mariés ?

En théorie oui, puisque ça s'est fait durant plus de 1000 ans et que c'était la norme et que cela l'est encore côté orthodoxe.

En pratique non pour des raisons d'abord économiques (le denier du culte est en faillite) et surtout disciplinaires : les évêques n'auront plus la loi si la plupart des prêtres sont mariés et père de familles. Leurs femmes ne manqueront pas de s'opposer à la vogue de cette "réunionite aigüe" qui s'est imposée à l'ensemble du clergé sous prétexte de concertation en vue d'une "nouvelle évangélisation". Si la plupart des prêtres tiennent en dépit du devoir de chasteté c'est parce qu'ils ont des occasions fréquentes de se réunir entre pairs de façon plus ou moins conviviale.

Les commentaires sont fermés.